Veille bibliographique #26 (Rentrée 2021)

Nouvelle veille bibliographique avec des ouvrages parus avant l’été et à la rentrée 2021.

Liste co-réalisée avec la Librairie Le Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris

 

Friedrich Engels et Karl Marx, Irlande, classe ouvrière et libération nationale,
textes réunis et présentés par Richard Poulin, Syllepse/Page 2/M éditeur, « Mille marxismes », 2021, 520 p., 25 €

[présentation en ligne]

Cet ouvrage présente, pour la première fois en langue française, l’ensemble des textes de Friedrich Engels et de Karl Marx consacrés à la question nationale irlandaise et ses rapports avec la révolution socialiste.
Pour Engels et Marx, la non-résolution de la question de l’oppression nationale des Irlandais expliquait en grande partie l’impuissance de la classe ouvrière anglaise à transformer les rapports sociaux et la question irlandaise nourrissait la réaction anglaise.
L’émancipation de la classe ouvrière de la nation dominante passait par la reconnaissance des droits politiques, sociaux et économiques de la nation opprimée. Et dans le cas irlandais, la défense du droit à l’indépendance nationale était la condition de l’émancipation de la classe ouvrière de la nation dominante. En effet, l’adoption de positions chauvines par le mouvement ouvrier entravait l’émancipation des classes ouvrières aussi bien celle de la nation dominante que celle de la nation dominée.
Friedrich Engels et Karl Marx ont lutté pour que l’Association internationale des travailleurs fasse sienne la lutte pour l’indépendance de l’Irlande. Pour eux, le combat pour le socialisme international passait par la lutte pour la libération nationale de l’Irlande et la fin de l’oppression nationale des Irlandais.
Alors que la question nationalitaire ébranle toujours l’Europe et d’autres continents, ces écrits constituent une contribution essentielle à une vision moderne et émancipatrice de la question nationale.

Friedrich Engels, Socialisme utopique et socialisme scientifique,
édition par Jean-Numa Ducange et Pierre-Henri Lagedamon, Éd. sociales, « GEME », 2021, 200 p., 15 €

[présentation en ligne]

Socialisme utopique et socialisme scientifique (1880) est un des textes les plus connus et diffusés de Friedrich Engels. Pourtant, il n’existe aucune édition de référence faisant précisément le point sur le contexte de l’élaboration du texte, et sur les raisons de son extraordinaire postérité. La présente édition, préparée dans le cadre de la GEME, propose, outre une édition du texte avec des annotations précises, une introduction historique et scientifique, ainsi qu’une série d’annexes de documents du XIXe siècle permettant de mieux comprendre les multiples facettes des utopies de l’époque, utopies à propos desquelles Engels exprimait des critiques en vue de dépasser ce qu’il percevait comme une impasse politique.

Friedrich Engels, La guerre des paysans en Allemagne,
trad. Émile Bottigelli, introd. et appareil critique Rachel Renault, préf. Éric Vuillard, Éd. sociales, 2021, 220 p., 15 €

[présentation en ligne]

En 1525, les paysans de différentes régions de l’Allemagne se soulèvent, pour des raisons à la fois sociales, économiques et religieuses. Massive, leur révolte est pourtant bientôt écrasée dans le sang. L’ouvrage classique d’Engels livre le récit de cette révolte, cherchant ainsi à réactiver la mémoire des traditions révolutionnaires du peuple allemand. Écrit au lendemain de l’échec de la révolution de 1848, il propose aussi en creux une analyse des luttes du XIXe siècle.
Republié aujourd’hui avec la riche introduction de Rachel Renault, spécialiste du Saint Empire, et la préface du romancier Éric Vuillard, auteur de
La Guerre des pauvres, redonnent au texte d’Engels son amplitude et sa capacité à aider la compréhension des révoltes et leur histoire.

Karl Marx, La lutte des classes en France,
suivi de la préface à l’édition de 1895 de Friedrich Engels, L’Esprit du temps, « Textes essentiels », 2021, 194 p., 14 €.

[présentation en ligne]

Karl Marx et Friedrich Engels, en théoriciens de l’existence des classes et de la lutte qu’elles mènent, écrivent ce texte à un moment clef de l’histoire de France et de l’Europe. Aujourd’hui encore la pertinence de leur récit et de leurs analyses sont toujours d’actualité.
« Si la révolution de 1830, est le règne des banquiers, de l’aristocratie financière qui exclut les petites et moyennes bourgeoisies du pouvoir… celle de 1848 donne un nouveau rapport de classes. Désormais, c’est la fraternité qui commande, l’abolition imaginaire des rapports de classes… » et la bourgeoisie s’emparera du pouvoir au détriment des classes populaires.
Cet ouvrage – avec le Manifeste du parti communiste – avant Le Capital, est un des socles de la pensée marxiste.De 1848 à 1850, l’analyse de la Révolution en France par Marx et Engels trouve aujourd’hui des échos troublants avec la situation quasi insurrectionnelle que connaît la France du président Macron. Le retour au texte originel et le texte de présentation accompagne cette présente édition esquisse les grandes lignes d’une nouvelle définition de la lutte des classes en France, pays du peuple révolutionnaire par essence.

Friedrich Engels, L’origine de la famille, de la propriété et de l’État,
L’Esprit du temps, « Textes essentiels », 2021, 256 p., 15 €.

[présentation en ligne]

Friedrich Engels publie, en 1884, un an après la mort de Karl Marx, cet essai d’après les notes et les réflexions laissées par son coauteur sur les études anthropologiques des sociétés archaïques de Lewis Henry Morgan. Engels se réfère aussi au livre Le Droit maternel de Johann Jakob Bachofen.
Abordant les thèmes du patriarcat, du matriarcat et des héritages biologique et social, cet ouvrage retrouve à notre époque où les luttes de femmes ont pris un nouveau virage, un nouveau visage, toute sa pertinence. Le texte de Engels est au fondement même de la théorisation de l’État « marxiste ».
On peut considérer cet essai comme le premier ouvrage anthropologique « marxiste ». Lénine, en 1917, précisera: « […] J’espère que sur la question de l’État, vous lirez l’ouvrage d’Engels l’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État. C’est une des œuvres maîtresses du socialisme moderne, où l’on peut faire confiance à chaque phrase, être sûr qu’elle n’a pas été écrite au petit bonheur, mais qu’elle s’appuie sur une énorme documentation historique et politique ». S’il fallait résumer ce livre par une phrase, ce serait « Marx et Engels considèrent les femmes comme la première classe opprimée »

Ludovic Hetzel, Commenter Le Capital. Livre 1,
Éd. sociales, « Les Éclairées », 2021, 1232 p., 40 €.

[présentation en ligne]

Cet ouvrage est sans précédent en français. Il s’agit d’un commentaire suivi, paragraphe par paragraphe, du livre 1 du Capital de Karl Marx. Après avoir présenté la conception marxienne de la réalité et la méthode visant à l’étudier, l’ouvrage examine les concepts et problèmes proprement théoriques que soulève le texte de Marx, à chacune de ses étapes comme en sa cohérence globale. Chemin faisant, l’auteur discute les nombreux commentateurs du Capital, qui ont participé à lui donner son importance exceptionnelle dans l’histoire moderne. L’ouvrage de Ludovic Hetzel est un manuel très pratique, un instrument de premier ordre pour tout lecteur de Marx et d’abord pour les enseignants de terminales et de l’université.

Kohei Saïto, La nature contre le capital. L’écologie de Marx dans sa critique inachevée du capital,
trad. Gérard Billy, Syllepse, « Mille marxismes », 2021, 352 p., 25 €.

[présentation en ligne]

Ce livre s’efforce d’examiner les recherches de Marx dans le domaine des sciences de la nature dans le contexte de sa critique inachevée de l’économie politique, indépendamment de toute visée totalisatrice sur l’univers. Marx perçoit dans la destruction de l’environnement par le capital la possibilité́ que se forme une nouvelle subjectivité́ révolutionnaire exigeant un bouleversement radical du mode social de production pour réaliser l’épanouissement libre et durable de l’être humain. L’écologie de Marx n’est donc ni déterministe ni apocalyptique: elle milite pour que soit reconnu qu’il est stratégiquement fondamental d’endiguer le pouvoir du capital, pour pouvoir transformer le rapport humanité́-nature de façon à lui donner une configuration soutenable.
C’est ici que se situe le point nodal du projet « rouge » et « vert » du 21e siècle, sur lequel Marx a encore beaucoup à nous dire.

Ulysse Lojkine et Alice Vincent, Découvrir Luxemburg,
Éd. sociales, « Les Propédeutiques », 2021, 184 p., 10 €

[présentation en ligne]

Une introduction à l’œuvre de la théoricienne allemande et dirigeante de premier plan du mouvement ouvrier à travers une sélection de douze textes commentés qui présentent les débats et les conflits auxquels elle a pris part ainsi que les grands thèmes de sa pensée : l’impérialisme, la guerre, la démocratie, le nationalisme et le socialisme.

Alexandre Feron, Découvrir Beauvoir,
Éd. sociales, « Les Propédeutiques », 2021, 180 p., 10 €.

[présentation en ligne]

Cet ouvrage entend offrir un accès à l’oeuvre de Simone de Beauvoir en présentant toutes les dimensions de son oeuvre, dont on redécouvre actuellement les aspects philosophiques.
À partir de douze extraits de ses textes, connus ou oubliés, ce Découvrir explore les différentes facettes de sa pensée, de ses premiers textes existentialistes à son essai tardif La Vieillesse, en passant bien sûr par Le Deuxième Sexe mais aussi par ses réflexions sur la justice à la Libération ou son dialogue continu avec le marxisme. L’occasion d’expliciter plusieurs thèmes qui travaillent son oeuvre : existentialisme, morale, justice, liberté, aliénation, oppression, rapport à la littérature.

Yohann Douet (éd.), « Une nouvelle conception du monde ». Gramsci et le marxisme,
Éd. sociales, « Les Éclairées », 2021, 184 p., 18 €.

[présentation en ligne]

Ce livre rassemble des textes écrits par les plus grands spécialistes internationaux du révolutionnaire italien Antonio Gramsci. Ces études approfondies mettent en lumière des éléments fondamentaux de sa pensée qui, bien que forgés dans les geôles du fascisme, conservent une actualité pour notre époque, comme l’opposition entre communisme et populisme, les notions d’américanisme et de fordisme ou l’idée de crise d’hégémonie.
L’ouvrage montre ainsi la profonde originalité du marxisme ouvert de Gramsci, ou de sa « philosophie de la praxis », qui est tout entière orientée vers l’émancipation des subalternes et est indissociable de leurs luttes pour l’avènement d’un monde radicalement nouveau.
Avec les contributions de Yohann Douet, Fabio Frosini, Francesca Izzo, Domenico Losurdo, Pierre Musso, André Tosel et Giuseppe Vacca. Avec la participation de la Fondation Gabriel Péri.

Evgueni Preobrajensky, La nouvelle économique,
av.-pr. Michel Husson, préf. Pierre Naville, introd. Ernest Mandel, Syllepse/Page 2/M éditeur, « Mille marxismes », 2021, 380 p., 20 €.

[présentation en ligne]

Planification écologique, écosocialisme… autant de mots d’ordre qui remettent en cause le privilège de la classe dominante de décider par ses choix d’investissement de la trajectoire de toute une société. Autant de mots d’ordre qui s’opposent à la logique de la maximisation du profit qui a simultanément conduit à l’explosion des inégalités sociales et à la crise écologique. Autant de mots d’ordre qui appellent à repenser la place de la coordination des échanges économiques dans une société post-capitaliste et les relations coopératives entre les peuples du monde.
Dans cette perspective, le défi auquel nous faisons face aujourd’hui consiste à trouver un calcul économique en mesure d’incorporer correctement à la fois les besoins sociaux et les contraintes environnementales.
C’est à partir de ce double impératif que La nouvelle économique, l’ouvrage classique de l’économiste soviétique Evgueni Preobrajensky portant sur les débuts de la planification socialiste, s’avère un guide théorique d’une actualité frappante. Il s’agit là d’un ouvrage important, à la fois pour l’histoire de la transition (avortée) au socialisme après la révolution russe et comme première esquisse théorique d’un modèle de socialisme.
Michel Husson, Pierre Naville et Ernest Mandel situent l’ouvrage dans ce double contexte historique et théorique.

Paul Mattick, Les limites de l’intégration. L’homme unidimensionnel dans la société de classe,
trad. de l’anglais, préf. Gary Roth, Éditions Grevis, 2021, 155 p., 10 €.

[présentation en ligne]

En 1964 Marcuse publie L’homme unidimensionnel dans lequel il analyse les mutations de la consommation et la réalisation d’un consensus social-libéral épuisant la critique et les potentialités révolutionnaires : la classe ouvrière aurait été parfaitement intégrée au processus de stabilisation de la société de classe, déplaçant l’enjeu révolutionnaire vers les marginaux, la contre-culture et l’intelligentsia.
Paul Mattick, un des plus grands penseurs marxistes américain, y répond en montrant les limites de l’intégration prolétaire dans le capitalisme. Un texte de 1969 d’une actualité déconcertante au regard du soulèvement des Gilets Jaunes et des quartiers populaires.

Sandrine Aumercier, Le mur énergétique du capital. Contribution au problème des critères de dépassement du capitalisme du point de vue de la critique des technologies,
Crise & critique, « Au cœur des ténèbres », 2021, 339 p, 13 €.

[présentation en ligne]

À l’heure de la crise écologique, le dogme révolutionnaire de la « réappropriation des moyens de production » ne peut plus être affirmé innocemment. Moteur humain, moteur mécanique : ce sont là les bases de l’invention capitaliste du « travail ». La croyance en la substituabilité indéfinie d’une dépense d’énergie abstraite nourrit le développement technologique et entretient une relation ambivalente avec la thermodynamique. Une conception substantialiste de la valeur, telle que développée par Karl Marx et relue par Robert Kurz, permet de réinscrire le paradigme énergétique à l’intérieur de la forme sociale capitaliste et d’en expliciter la dynamique propre. Le rapport de composition organique du capital articule en effet étroitement le « travail mort » des machines et le « travail vivant » des humains. La crise énergétique et ses retombées écologiques constituent en ce sens le mur externe du métabolisme capitaliste, l’autre mur étant la création d’une humanité superflue.
L’abolition du travail abstrait ne pourrait donc que signifier la fin des technologies qui sont la « matérialisation adéquate » du capitalisme. Seule une exigence d’émancipation portée jusqu’à cette pointe pourrait à la fois cesser de consumer sans limites le monde matériel et offrir les bases sociales d’une réinvention des techniques et des activités libérées de la compulsion de valorisation.

Robert Kurz & Ernst Lohoff, Le fétiche de la lutte des classes. Thèses pour une démythologisation du marxisme,
trad. de l’allemand Wolfgang Kukulies, Crise & critique, « Au cœur des ténèbres », 2021, 104 p., 12 €.

[présentation en ligne]

Aucun principe du marxisme ne semble plus fondamental que la division de la société en classes sociales. La classe, l’intérêt de classe, la lutte des classes, l´histoire de la lutte des classes semblent constituer l’alpha et l’oméga de la théorie marxiste. Pourtant, l’œuvre principale de Marx ne s’intitule pas « La Classe » et ne commence pas par cette catégorie, mais plutôt par celles de la marchandise et de la forme-valeur. Et si Le Capital s’achève bien par la déduction systématique des classes, cette position révèle que les classes sont en fin de compte une catégorie secondaire et dérivée dans le riche appareillage théorique du Marx de la maturité : les classes sociales ont en fait un lien étroit avec la théorie du fétichisme de la marchandise. Or, quelles que soient ses variantes, le marxisme traditionnel a mis sens dessus dessous cette relation entre les catégories de base du capitalisme et leurs enveloppes sociologiques. Les classes ont été prises à tort pour des sujets dépourvus d’aprioris sociaux et semblaient alors subsumer l’ensemble des catégories reproductives du capital sous la raison dernière d’une subjectivité sociologique.
Dans un texte incisif et fondateur pour le renouveau de la gauche anticapitaliste, Robert Kurz et Ernst Lohoff prennent le parti de remettre sur pieds l´étincelante critique marxienne de l´économie politique dans son rapport aux classes sociales, à partir d´un commentaire précis de l´œuvre de la maturité de Marx, et ce, par-delà son travestissement en un sociologisme superficiel affirmatif et une métaphysique du sujet prolétarien révolutionnaire.

Benoît Bohy-Bunel, Contre Lordon. Anticapitalisme tronqué et spinozisme dans l’œuvre de Frédéric Lordon,
Crise & critique, « Au cœur des ténèbres », 2021, 218 p., 12 €.

[présentation en ligne]

On présente généralement Frédéric Lordon comme l’auteur d’une avancée théorique majeure pour refonder une gauche conséquente. Nous disposerions grâce à lui de moyens renouvelés d’interpréter le monde néolibéral et d’une stratégie politique pour en finir avec l’aménagement social-démocrate du capitalisme. Tel n’est pas l’avis de Benoît Bohy-Bunel qui, loin de tenir son œuvre pour la critique politique radicale qu’elle prétend être, la réfute ici sans appel, n’y voyant rien de plus qu’un anticapitalisme tronqué qui convient aux idéologies de crise populistes : une énième naturalisation de la politique et de l’Économie. De quoi Lordon est-il le nom ? Le drapeau en berne d’une réaction altercapitaliste à la crise, qui tente de réguler une nouvelle fois l’Économie et la politique de façon « plus humaine », grâce à un spinozisme se mettant au service d’un productivisme ontologique.
Se donnant pour ambition de présenter un panorama complet et critique des principales thèses d’un auteur à l’œuvre prolifique, Contre Lordon en appelle par là même à un renouveau de la lutte contre le capitalisme sur de tout autres fondements théoriques, présentant le « Marx ésotérique » comme la seule alternative porteuse.

Dominique Frager, Socialisme ou barbarie. L’aventure d’un groupe, (1946-1969),
Syllepse, « Utopie critique », 2021, 254 p., 17 €.

[présentation en ligne]

Cet ouvrage propose l’histoire de ce groupe singulier, Socialisme ou Barbarie, qui publiait une revue du même nom, et a marqué d’une empreinte durable et profonde l’histoire intellectuelle et politique française. Ce collectif se distingua notamment par une critique radicale de la bureaucratie et du stalinisme et, simultanément, par une critique tout aussi radicale du capitalisme occidental dans la perspective d’une autogestion de l’ensemble des domaines de la vie sociale. Le groupe, affirmant un marxisme antistalinien, s’attachera à développer une critique en actes de l’intelligentsia marxiste, des partis « communistes » et des avant-gardes révolutionnaires.
On peut également lire, dans certaines idées et pratiques de Socialisme ou Barbarie, une préfiguration des courants et débats qui animeront les années 1960 et 1970. De même, de nombreuses passerelles existeront entre ce groupe et le mouvement situationniste, ainsi qu’avec des animateurs du mouvement de Mai 68 comme Daniel Cohn-Bendit. Dominique Frager livre dans ces pages une histoire vivante de la genèse et du développement de ce collectif, de sa production théorique et de sa tentative de construction d’une nouvelle organisation politique. Il aborde les ardents débats qui le traversèrent, parfois jusqu’au déchirement, ainsi que les discussions et oppositions avec les autres intellectuels et courant politiques contemporain : Jean-Paul Sartre, Edgar Morin et la revue
Arguments, le Parti communiste français, la Nouvelle Gauche…
Témoin et acteur des dernières années de cette aventure, Dominique Frager a, en outre, eu accès aux archives de Socialisme ou Barbarie. Par ce livre, il entend contribuer à retracer l’histoire d’un groupe dont les idées et les pratiques, ainsi que l’influence, racontent tout un pan de l’histoire de la gauche radicale en France.

Anne Steiner, Loïc Debray, RAF. Guérilla urbaine en Europe occidentale,
L’Échappée, nouv. éd. poche, 2021, 240 p., 12 €.

[présentation en ligne]

En mai 1972, des bombes explosent aux quartiers généraux américains de Francfort et d’Heidelberg, endommageant des ordinateurs chargés d’assurer la logistique de l’armée américaine au Viêtnam et tuant des soldats. L’action est revendiquée par la RAF, groupe de lutte armée né dans le sillage du mouvement étudiant et décidé à attaquer le système impérialiste au cœur même des métropoles. Suivront d’autres actions dirigées contre la justice, la police, la presse, et des responsables politico-économiques. Voici l’histoire passionnante de cette fameuse Fraction armée rouge, ou « Bande à Baader » pour une certaine presse, élaborée à partir de la lecture critique de ses écrits et d’entretiens menés avec d’anciens militants, sympathisants et avocats. Un livre devenu la référence sur le sujet.

Mike Davis, Le monstre est parmi nous. Pandémies et autres fléaux du capitalisme,
trad. de l’anglais, Divergences, 2021, 196 p., 15 €.

[présentation en ligne]

La pandémie de coronavirus, loin d’être un événement isolé, s’inscrit dans une série qui a toutes les chances de se poursuivre. D’un côté, l’élevage industriel, la déforestation massive et l’industrie du fast-food créent les conditions idéales pour la transmission inter-espèces de nouveaux virus. De l’autre côté, les systèmes de santé font les frais de plusieurs décennies de coupes budgétaires. En replaçant la pandémie de Covid-19 dans le contexte des catastrophes virales antérieures, notamment de la grippe espagnole et de la grippe aviaire H5N1, Mike Davis retrace les manquements des gouvernements, expose les effets de la restructuration néolibérale sur les risques épidémiques, et montre comment l’appât du gain freine la recherche et la prévention. Le monstre est parmi nous constitue un excellent ouvrage pour comprendre les racines de la pandémie actuelle et de celles à venir.

Michel Kokoreff, La diagonale de la rage. Une histoire de la contestation sociale en France des années 1970 à nos jours,
Divergences, 2021, 316 p., 18 €.

[présentation en ligne]

Des émeutes aux violences policières, des zones à défendre aux places occupées, des black blocs aux Gilets jaunes, de la viralité des réseaux à la rage de la rue, c’est tout l’espace de la contestation sociale qui s’est transformé radicalement ces dernières années. Et cela loin des formations politiques et syndicales, de leurs rites et folklores, dans une quête d’indépendance et d’auto-organisation bien fragile face au rouleau compresseur du néolibéralisme autoritaire. Ce livre retrace l’histoire de ces mouvements qui débordent le cadre de la politique traditionnelle, des années 1970 à nos jours. C’est l’histoire de la France « d’en bas », celle de ces hommes et ces femmes qui se soulèvent face aux diverses oppressions qu’ils subissent au quotidien, traçant une diagonale de la rage, des quartiers populaires jusqu’aux ronds-points.

Louis Poulhès, L’État contre les communistes 1938-1944,
Atlande, « Une autre histoire », 2021, 822 p., 19 €.

[présentation en ligne]

Vichy a-t-il institué une chasse aux communistes ? En fait, si le régime de Pétain l’a systématisé, elle a été mise en place par des gouvernements de la IIIe République finissante, issus du parlement qui avait porté au pouvoir le Front populaire ! Après le pacte germano-soviétique de 1939, une répression inédite s’est en effet abattue, avec successivement interdiction de la presse, dissolution des organisations, internements administratifs, déchéance des élus, les militants risquant également la peine de mort à partir d’avril 1940.
L’ouvrage démontre une continuité troublante dans la lutte de l’État contre les communistes entre deux régimes qu’en apparence tout oppose. Réussissant le tour de force de proposer un texte digne d’un roman vrai, vivant et précis, tout en s’appuyant sur une documentation phénoménale, Louis Poulhès brosse le tableau surprenant des appareils répressifs, des innovations juridiques, des parcours personnels impliqués dans la lutte de l’État, tant républicain que vichyste, contre les communistes.



Citer ce billet
adlc (2021, 28 septembre). Veille bibliographique #26 (Rentrée 2021). les armes de la critique. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amab

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.