Veille bibliographique #25 (Printemps 2021)

Après une longue interruption, nous reprenons notre activité de veille bibliographique : on commence par rattraper notre retard une liste d’ouvrages parus dans les premiers mois de 2021.

Liste établie par Patrick Bobulesco du Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris).


Friedrich Engels, Le rôle de la violence dans l’Histoire,
Le Temps des cerises, 2021, 233 p., 12 €

[Présentation en ligne]

Voici un classique de la littérature marxiste enfin réédité… Le Rôle de la violence dans l’Histoire. Concernant la philosophie de l’Histoire, la thèse centrale du professeur Dühring était que la violence politique était la cause première qui expliquait les événements historiques et notamment les faits économiques. Et non l’inverse. Engels lui répond avec érudition, clarté, pédagogie et ce sens de l’humour qui lui est propre. Reprenant la parabole, (répandue parmi les économistes de l’époque) de l’asservissement de Vendredi par Robinson Crusoé, d’après le roman de Daniel Defoe, qui avait connu un grand succès. Engels pose par exemple la question : si Crusoé a pu soumettre Vendredi grâce à la puissance de son épée, qui a fabriqué l’épée et qui l’a fournie à Robinson ? Pour lui, la violence n’explique pas l’histoire, mais l’histoire explique la violence. Qui peut penser que la violence ait disparu de notre paysage ? Les guerres sont là pour nous rappeler que la violence est toujours présente. Mais la réalité des luttes de classes nationales aussi. La brutalité de la répression policière, violence sans précédent depuis des décennies, et la revendication par certains de la légitimité de la « violence sociale », disent l’intérêt toujours réel qu’il y aurait à lire cet écrit.

Karl Marx, Friedrich Engels, Sur la Commune de Paris. Textes et controverses, précédé de Événement et stratégie révolutionnaire par Stathis Kouvélakis, Les Éditions sociales, « Les essentielles », 2021, 432 p., 20 €

[Présentation en ligne]

La Commune de Paris est une date-clé dans la pensée de Marx et d’Engels, à partir de laquelle ils reprennent le fil de leur réflexion politique interrompue depuis la défaite des révolutions de 1848, notamment sur les questions du pouvoir et de l’État.
Outre la brochure de Marx sur La Guerre civile en France, les deux adresses et les brouillons, ce livre présente les articles postérieurs de Marx et Engels, leurs interventions au Conseil général de l’Association internationale des travailleurs, leur correspondance, ainsi que les textes officiels de la Commune (décrets, manifestes, etc.). Figurent également les principales controverses (Bakounine, Kropotkine, Lefrançais, etc.).
Ce choix de textes exhaustif et inédit permet de découvrir de nombreux textes méconnus. Il est assorti d’un texte de Stathis Kouvélakis, Évènement et stratégie révolutionnaire dans lequel l’auteur confronte notamment les élaborations de Marx et d’Engels aux travaux des historien·nes et renouvelle ainsi les termes du débat sur l’héritage de la Commune de Paris à l’occasion du cent-cinquantenaire.

Georg Lukács, Raconter ou décrire ?,
trad. de l’allemand par Guillaume Fondu, Mandie Joulin, Gabriel Mahéo, Adrien Maufrais et Even Perchais, introd. Guillaume Fondu, éditions Critiques, 2021, 156 p., 14 €

[présentation en ligne]

Publié pour la première fois en 1937, Raconter ou Décrire ? est rapidement devenu un classique de la critique littéraire. Cette nouvelle traduction, accompagnée d’extraits de romans, permet de découvrir ou de redécouvrir ce chef-d’œuvre qui a su mettre en lumière les rapports complexes unissant littérature et politique et interroger la place de l’écrivain dans la société capitaliste.
Commençant son étude par une comparaison de deux extraits de
Nana de Zola et d’Anna Karénine de Tolstoï, Lukács montre comment l’isolement de l’écrivain de la vie sociale le contraint à une description désincarnée du réel.
Renvoyant dos à dos formalisme et naturalisme, il reconnaît chez les grands auteurs réalistes la capacité à saisir le mouvement véritable du processus vital, à puiser dans la matière riche et vivante du vécu pour redonner à l’individu son rôle agissant au sein des transformations sociales et historiques.

Christine Noël-Lemaître, Marx,
Ellipses, « Pas à pas », 2021, 192 p., 19,50 €

[présentation en ligne]

Comprendre la philosophie de Marx suppose de garder à l’esprit l’itinéraire intellectuel et social de celui qui est souvent présenté comme un prophète des temps modernes. Cet ouvrage propose de suivre cet itinéraire par lequel Karl Marx se libéra progressivement des multiples déterminismes issus de son époque comme de ses origines pour révolutionner conjointement la philosophie, l’économie et la théorie politique. Si nombreux sont les théoriciens ou les militants qui se sont réclamés du marxisme, à l’exception notable et paradoxale de Marx lui-même, la connaissance de la pensée marxienne implique en effet de se pencher sur son évolution historique et sur les multiples rapports que le philosophe entretint avec les penseurs de son temps. Cet ouvrage propose de redécouvrir l’évolution de la pensée d’un auteur dont l’existence entière fut vouée à la mise en œuvre d’un projet critique, visant à esquisser les conditions d’une libération des masses opprimées. Il s’agit de reconstituer la manière dont Marx a révolutionné la philosophie afin de libérer les citoyens du monde du carcan économique qui conditionne leur conscience même et de briser les chaines imposées par la vie.

Valérie Lefebvre-Faucher, Promenade sur Marx. Du côté des héroïnes,
éditions du Remue-Ménage, « Micro r-m », 2021, 80 p., 7 €

[présentation en ligne]

Avez-vous remarqué ce personnage en marge du cadre, dont on ne nous raconte pas l’histoire ? Une enquêtrice décide de suivre la piste des femmes entrevues dans les portraits de Marx. Ses antennes féministes remuent en direction de l’héritage marxien : tant de gloire virile recouvrant une pensée d’égalité, c’est louche. Quel risque courons-nous si nous nous intéressons aux femmes qui étaient là ? Une simple promenade qui, au final, chamboule tout.
Vous qui possédez Le petit Karl comme un catalogue d’outils à dégainer dans toutes les situations, que savez-vous de l’œuvre d’Eleanor Marx ? De l’influence de Jenny ou de Laura Marx? Camarades, quelqu’un vous a-t-il parlé d’elles pendant ces nombreuses années d’université ?

Hannah Arendt, Karl Marx,
trad. Françoise Bouillot, Payot, « Petite bibliothèque Payot », 2021, 112 p., 8 €

[présentation en ligne]

Marx par Arendt : un petit livre crucial à l’heure des grandes inégalités, de la menace d’une précarité généralisée, et de la radicalisation des mouvements anticapitalistes. Sur la fin de sa vie, Arendt projetait un essai sur l’auteur du Capital ; elle n’eut pas le temps de le mener à bien ; ce texte, longtemps inédit, devait en constituer le coeur et faire le lien entre ses deux essais majeurs : Les origines du totalitarisme et Condition de l’homme moderne.

Matteo Vincenzo d’Alfonso, Pierre-François Moreau (dir.), Phénoménologie et marxisme. Perspectives historiques et legs théoriques,
ENS éditions, « La croisée des chemins », 2021, 264 p., 22 €

[présentation en ligne]

Les rapports entre marxisme et phénoménologie ont constitué un axe fondamental du débat culturel européen, dans les années 1960 et 1970. Dans la France de l’après-guerre, Sartre et Merleau-Ponty faisaient déjà référence, sur le plan de la fondation théorique, à la tradition phénoménologique de Husserl et de Heidegger, et sur le plan de l’engagement civil, au marxisme. Tran Duc Thao, élève de Merleau-Ponty, mettra en place dès 1951 une première synthèse de ces deux paradigmes dans son Phénoménologie et matérialisme dialectique. Onze années après, Jean-Toussaint Desanti reviendra sur l’exigence d’une convergence entre phénoménologie et marxisme. En Italie, puis en Allemagne, d’autres tentatives vont émerger. Ce volume a pour ambition de proposer une synthèse sur le sujet. Il vise également à promouvoir une première réflexion historique sur le courant philosophique qui, pendant au moins deux décennies, a occupé la scène intellectuelle, et à évaluer son héritage dans le débat contemporain.

Frédéric Lordon, Figures du communisme,
La Fabrique, 2021, 282 p., 13 €

[présentation en ligne]

Le capitalisme détruit les existences. Il les détruit même deux fois. D’abord d’angoisse et de précarité en remettant la survie matérielle des individus aux mains de deux maîtres fous : le « marché » et l’« emploi ». Ensuite en rendant la planète inhabitable : surchauffée, asphyxiante, et désormais pandémique. Il faut regarder ces faits bien en face et s’astreindre maintenant à un exercice de conséquence. 1/ Le capitalisme met en péril l’espèce humaine. 2/ En 40 ans de néolibéralisme, l’espace social-démocrate où se négociaient des « aménagements » dans le capitalisme a été fermé : ne reste plus que l’alternative de l’aggravation ou du renversement. 3/ Il ne faut pas douter que la minorité qui en tire avantage soit prête à tout pour se maintenir. 4/ Sortir du capitalisme a un nom : communisme.
Mais sortir du capitalisme demeure un impensable tant que le communisme demeure un infigurable. Car le communisme ne peut pas être désirable seulement de ce que le capitalisme devient odieux. Il doit l’être pour lui-même. Or, pour l’être, il doit se donner à voir, à imaginer : bref se donner des figures.
La fatalité historique du communisme est de n’avoir jamais eu lieu et pourtant d’avoir été grevé d’images désastreuses. À la place desquelles il faut mettre enfin des images de ce qu’il pourrait être lui, réellement.

Romain Descendre, Jean-Claude Zancarini (dir.), La France d’Antonio Gramsci,
ENS éditions, 2021, 278 p., 34 €

[présentation en ligne]

Cet ouvrage propose une analyse inédite de la place et de la fonction de l’histoire, de la politique et de la culture françaises dans la formation et la réflexion d’Antonio Gramsci. Gramsci pense la France, son histoire, sa politique et sa culture, mais son intention vise bien au-delà. La France lui sert à penser l’Italie et sa place dans un « monde grand et terrible », bouleversé par la Grande Guerre, la révolution russe, l’émergence des fascismes, les débuts de l’hégémonie des États-Unis. Constitué d’allers et retours permanents entre la France, point de comparaison plus que modèle, l’Italie et le monde, ce volume examine à partir des textes – au premier rang desquels les Cahiers de prison – certains de ses concepts les plus importants, à l’instar du jacobinisme ou du national-populaire et plusieurs de ses thématiques historiques, des Lumières à la Révolution française. Le livre explore aussi le volet politique et culturel de la pensée de Gramsci, lorsqu’il s’intéresse à l’Action française et à la pensée de Charles Maurras, au coup d’État manqué du général Boulanger ou aux épisodes de l’affaire Dreyfus. Mais en définitive, c’est bien toujours une double perspective, indissociablement européenne et internationaliste, qui est sous-jacente à cette « France de Gramsci ».

Raniero Panzieri, Le marxisme comme expérience. Écrits,
suivi d’un texte de Danilo Montaldi, trad. de l’italien Léa Nicolas-Teboul, préf. Ubaldo Faldini, Eterotopia, « Rhizome », 2021, 136 p., 14 €

[présentation en ligne

Raniero Panzieri est une des figures les plus significatives du renouveau de la pensée marxiste. Par sa « fonction socratique », comme l’ont dit certains philosophes, il a contribué à un renouveau, tant théorique que pratique. Panzieri a proposé une réorientation radicale de l’analyse marxienne, sans se contenter de calquer les traditions idéologiques du mouvement ouvrier qui ont dominé le XXe siècle, et surtout l’après-guerre.
Les textes publiés dans les
Quaderni Rossi (Cahiers rouges), « Plus-value et planification. Notes de lecture en marges du Capital » et « Sur l’usage capitaliste des machines dans le néo-capitalisme », s’avèrent, en ce sens, fondamentaux. Rassemblés dans ce recueil à côté d’autres interventions, ils permettent de reconstituer tout un pan original et inventif de la pensée marxiste, à même de rendre compte des conditions matérielles du développement capitaliste et d’en restituer la portée, en le considérant comme un processus de transition pour ainsi dire « ouvert » et orientable – socialement et politiquement – vers un dépassement du capitalisme même.  Ce sont les deux textes que nous avons cités plus hauts qui attirent notre attention, aujourd’hui encore, dans une société marquée par le mythe de l’usine 4.0., sur ce nœud entre machines, technologie, science et innovation, nœud qui renvoie toujours à des rapports de pouvoir particuliers et historiquement déterminés. Cette attention s’incarne dans la recherche militante de Panzieri, à la fois passionnée et d’une grande rigueur théorique, en lien avec de nouvelles formes d’exploitation qui ne cessent de faire appel à la sensibilité, aux affects, au langage ou à l’intelligence. C’est dans ce contexte qu’il faut inscrire l’ensemble des observations critiques de Panzieri, en particulier sur l’usage capitaliste des technologies et des « machines », pour contribuer à cette tâche plus urgente que jamais   le véritable renouveau d’une critique radicale, tout à la fois pratique et théorique, des manifestations contemporaines de l’exploitation capitaliste.

Kostas Papaïoannou, La masse et l’Histoire. Théorie générale de la masse révolutionnaire,
trad. du grec et préf. Benakis Matsas, Eterotopia, « Rhizome », 2021, 160 p., 16 €

[présentation en ligne]

En ce début de XXIe siècle, on découvre dans les archives du philosophe Kostas Papaïoannou un livre perdu qui gisait là depuis plus d’un demi-siècle. Le manuscrit, qui s’intitule « La Masse et l’Histoire. Théorie générale de la masse révolutionnaire », date du début des années cinquante, son auteur alors n’a même pas trente ans. En 2003, il paraît en grec sous le titre Masse et Histoire.
Dans l’« Histoire universelle », le jeune Papaïoannou reconnaît la masse révolutionnaire comme un acteur irréductible à tous les sujets (peuple de citoyens, prolétariat, femmes, minorités) et à tous les partages (le politique, le social, l’esthétique) que nous connaissons dans notre modernité. Catégorie qualitative et non point quantitative, la masse révolutionnaire se présente comme un dispositif esthétique et politique, notamment comme une « théâtrocratie » selon le terme péjoratif dont Platon a affublé la démocratie athénienne. C’est qu’en effet l’institution démocratique et l’expérience tragique ont partie liée. La présence de la masse dans la vie sociale est l’indice qui permet de déterminer sa pauvreté ou, au contraire, sa richesse en monde. Ainsi l’« Histoire universelle » peut-elle être revisitée à la lumière de la masse : son irruption, son plein épanouissement ou son escamotage. À l’instar de l’opticien qu’est Spinoza, Papaïoannou fabrique des verres et crée une perspective philosophique et sociologique qui fait apparaître le monde sous un jour nouveau.
La Masse et l’Histoire est un texte intempestif. À sa lecture, on est confronté à une radicalité qui tranche avec l’hégémonie actuelle d’une idéologie foncièrement agoraphobe. Cette expérience philosophique nous pousse à soulever la question de la « masse révolutionnaire » et de sa « théâtrocratie » dans le capitalisme tardif.

Abdallah Saaf, Écrits marxistes sur le Maroc (1860-1925). K. Marx, F. Engels, R. Luxemburg, IIIe Internationale,
Eddif Maroc, 2020, 18 €

Les textes de Marx et d’Engels, de Rosa Luxembourg et de la Troisième Internationale rassemblés dans le présent recueil recèlent un intérêt historique certain. Il s’agit de pages, puisées dans le récit national, rapportées à travers des regards autres que ceux émanant de documents et d’archives nationaux, mais aussi de représentations relativement expressives des écrits marxistes à propos des univers extra européens.
Ces textes présentent aussi un intérêt en ce qu’ils informent sur les perceptions, de la gauche occidentale, projetées sur le Maroc de longue date. L’ouvrage reprend ces écrits des fondateurs du marxisme et de leurs successeurs, les situe, les contextualise, les explicite et les interroge.

Nils Andersson, Le capitalisme, c’est la guerre.Des guerres asymétriques de 1990 à 2020, à celles de haute intensité demain,
postf. Daria ImaginR, Terrasses éditions, 2021, 148 p., 11,50 €

[présentation en ligne]

Avec ce livre, Nils Andersson nous propose une analyse fine et implacable du capitalisme du réel, et de sa nature première   la guerre. Et il ne s’agit pas ici de revenir sur les « guerres du passé », ou d’un énième souvenir facilement aseptisé des guerres, mais bel et bien d’une étude ne laissant aucun doute sur la réalité factuelle et idéologique des dernières décennies qui nous concernent directement, dont nous sommes contemporain.e.s, et qui ont porté la violence impérialiste et la guerre partout, de l’Irak à la Bosnie, de la Somalie au Mali. Produit d’un long travail d’enquête à la croisée du journalisme critique et de l’expérience d’un engagement politique anti-impérialiste directement héritier des luttes de décolonisation de la deuxième moitié du 20e siècle, cet ouvrage décortique l’infamie des doctrines impérialistes et capitalistes qui n’ont cessé de faire du monde un vaste champ de bataille en vantant les mérites d’un Occident soi-disant « pacifié ». Plus que jamais il réaffirme cette exigence morale et politique que Jaurès et Käthe Kollwitz poursuivirent en leur temps : Nie Wieder Krieg, « Plus jamais la guerre » tout en proposant une analyse du futur proche de ce qu’annoncent les nouveaux rapports de pouvoir mondiaux et les doctrines militaires modernes.

Édouard Jourdain, Théologie du capital,
PUF, « Perspectives critiques », 2021, 192 p., 17 €

[présentation en ligne]

Rien de plus mondain, rien de plus séculier, rien de plus rationnel, en apparence, que l’économie. Et s’il ne s’agissait que d’une illusion ? Repoussant les évidences faciles d’une vulgate économique devenue idéologie par défaut du contemporain, Édouard Jourdain propose dans Théologie du capital de dresser la carte des liens qui existent entre les concepts économiques les mieux établis et leur origine dans les grands débats théologiques ayant émaillé l’histoire de l’Occident. De la propriété à la comptabilité, de l’idée de marché à celle d’intérêt, de la conception qu’on s’y fait du travail aux rêves cybernétiques qui en hantent les derniers développements, tous les concepts de l’économie moderne sont des concepts théologiques sécularisés. À l’heure où le modèle capitaliste chancelle sur ses bases, comprendre d’où proviennent les modèles intellectuels qui lui ont donné naissance représente une tâche plus urgente que jamais – car c’est de cette compréhension que pourra naître, peut-être, notre émancipation véritable par rapport à eux. C’est cette tâche que Théologie du capital affronte, en un geste aussi panoramique qu’érudit.

Silvia Federici, Une guerre mondiale contre les femmes. Des chasses aux sorcières au féminicide,
trad. de l’anglais Étienne Dobenesque, La Fabrique, 2021, 176 p., 15 €

[présentation en ligne]

La violence sexiste est plus que jamais sous les projecteurs. Pour Silvia Federici, ces meurtres, tortures et viols ne sont ni des accidents de l’histoire ni le reflet d’un patriarcat millénaire. À la fin du Moyen Âge, la condamnation pour sorcellerie devient la pièce maîtresse d’un dispositif de répression contre les femmes mis en place par l’État, l’Église et les puissances économiques. Des instruments de torture comme la « bride à mégères » à la dévalorisation systématique des savoir-faire ancestraux rattachés aux femmes, tous les moyens sont bons pour contenir la menace contre l’ordre capitaliste naissant qu’elles incarnent. Prolongeant ses analyses à la mondialisation néolibérale actuelle, en s’appuyant notamment sur l’exemple de la privatisation des terres en Afrique, Federici montre que la vague de violence à laquelle nous assistons aujourd’hui met en jeu des mécanismes très similaires. Par cette brève histoire de la violence sexiste de la grande chasse aux sorcières européenne jusqu’à nos jours, elle nous raconte aussi un « pouvoir des femmes » sans cesse réinventé par de nouvelles pratiques, de nouveaux savoirs et de nouvelles solidarités.

Jacques Girault, Jean-Louis Robert, Le congrès de Tours. Lire la Résolution présentée par le comité de la Troisième internationale et par la fraction Cachin-Frossard,
Le Temps des cerises, 2021, 203 p., 15 €

[présentation en ligne]

Tours, 30 décembre 1920, Paul Vaillant-Couturier lit l’acte de naissance du Parti socialiste (Section française de l’Internationale communiste), bientôt Parti communiste français. La scission du socialisme français, rassemblé en un seul parti depuis 1905, est consommée. À dater de ce jour, deux organisations, et bientôt deux courants politiques entrent en concurrence. Pour les deux partis, les années de reconstruction confirmeront, accentueront ou inverseront les choix de Tours. La scission ne prend effet que par la pratique politique et sociale. Cette scission, aux origines multiples, cristallise la contradiction contenue dans le couple réforme-révolution, par l’émergence de deux forces politiques, de deux modes de pensée, de deux cultures.
Si des mutations sensibles, en particulier depuis 1989, ont largement modifié le champ politique, les débats portés par le congrès de Tours permettent de comprendre la résurgence de cassures profondes au sein du mouvement social et progressiste en France et dans le monde. Le choix de textes, qui restitue la richesse des discussions de l’année 1920 au sein du socialisme français, ne concerne pas seulement les historiens. Il intéressera tout autant ceux qui s’interrogent au présent sur la politique. Il permet en effet de mieux comprendre, cent ans plus tard, certains débats actuels en éclairant leur dimension historique essentielle.

Sabu Kohso, Radiations et révolution. Capitalisme apocalyptique et luttes pour la vie au Japon,
trad. de l’anglais Philippe Blouin, Divergences, 2021, 260 p., 18 €

[présentation en ligne]

Des villages côtiers emportés par un tsunami, des réacteurs qui crachent des champignons atomiques, des populations déplacées par milliers, un quotidien hanté par la peur du becquerel : voilà ce que fut le désastre nucléaire de Fukushima au Japon. Radiations et révolution s’intéresse à la portée à la fois nationale, géopolitique et historique de cet événement. Pour Sabu Kohso, la catastrophe est à replacer dans le contexte d’un conflit entre la marche destructrice de l’économie mondiale, et les forces humaines et terrestres qui tentent de survivre et vivre. L’écrivain japonais réussit le tour de force de porter les mémoires de ces « vies-en-lutte », tout en retraçant les dynamiques politiques qui ont lié le destin du pays à l’énergie atomique dans les années d’après-guerre. Selon lui, l’Anthropocène est l’âge de la radiation : radiations nucléaires et irradiation des luttes. Un âge où il ne s’agit plus seulement de savoir Que faire ? mais aussi Comment vivre ?

Origines et défaite de l’internationalisme en Chine. 1919-1927,
anthologie, Science marxiste, 2021, 560 p., 20 €

[présentation en ligne]

Il a fallu un siècle pour que la Chine réalise sa métamorphose économique et sociale ; pays semi-colonial au début du XXe siècle, pays de jeune capitalisme dans les années 1960, puissance émergente de l’impérialisme aujourd’hui. L’histoire de la Chine durant les cent dernières années est l’histoire de ce passage. Hier elle subissait l’invasion des capitaux et des produits bon marché de l’Occident, aujourd’hui elle envahit le globe de ses produits et exporte ses capitaux dans les cinq continents. Hier l’Occident brisa les murailles érigées pour isoler l’Empire céleste, aujourd’hui c’est l’Occident qui doit faire face à des tentations répétées de protectionnisme contre les exportations modernes de la Chine. Hier la Chine fut une proie de l’impérialisme, aujourd’hui elle réclame sa place à la table du partage du monde. On tente à présent d’ensevelir sous une épaisse couche d’oubli le souvenir du puissant mouvement ouvrier qui secoua les villes chinoises de 1925 à 1927. À l’époque, la classe ouvrière n’avait pas la force du nombre ; aujourd’hui la masse des salariés s’est énormément accrue. Si le développement du capitalisme s’accompagne inévitablement de la lutte économique, ces salariés trouveront dans la meilleure tradition syndicale et politique des premières générations d’ouvriers les raisons d’un engagement internationaliste.

 

 

 



Citer ce billet
adlc (2021, 27 septembre). Veille bibliographique #25 (Printemps 2021). les armes de la critique. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amaa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.