Veille bibliographique #24 (novembre 2020)

Au moment de la réouverture des librairies, nous reprenons notre veille bibliographique avec des ouvrages parus lors de ces dernières semaines. 

 

 

Florian Gulli, Jean Quétier
Découvrir Marx
postf. Lucien Sève, Les Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2020, 144 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Est-il encore besoin de découvrir Marx ? Comme souvent, ce qui semble su comme une sorte d’évidence est en réalité mal connu. Ce qui s’applique particulièrement à Marx tant le rapport à son œuvre fut l’occasion de grandes passions, de belles actions et de méfaits terribles. Marx n’en finit pas d’interpeller ceux qui s’essaient à penser nos sociétés et leurs mouvements, les actions humaines et leurs effets.

Découvrir Marx, c’est laisser de côté les formules et les simplifications pour se confronter directement aux écrits de l’auteur. Cet ouvrage, accessible à tous, présente, explique et commente douze textes de Karl Marx, douze textes utiles à la compréhension du monde moderne dont il fut l’un des grands annonciateurs et des plus subtils critiques. (nouv. éd.)

 

 

Florian Gulli, Jean Quétier
Découvrir Engels
Les Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2020, 144 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

L’objet de ce livre n’est pas d’opposer Friedrich Engels à Karl Marx mais de faire apparaître la singularité du premier, son autonomie en quelque sorte. Et de l’extraire un moment de ce « Marx-Engels » infligé aux deux amis par une postérité qui leur a certes fait pire. Les douze textes ici rassemblés abordent, entre autres, La question du mariage, le rôle de la violence, le suffrage universel, la religion, la nature de la causalité historique. L’origine du chômage ou le dépérissement de l’État… Ils révèlent ainsi un homme profondément de son temps et engagé non seulement dans les révolutions sociales et politiques mais aussi dans les débats philosophiques, curieux des bouleversements scientifiques et culturels de son époque, ouvert à un monde déjà mondialisé. Chaque texte, à la manière de la collection, est présenté, mis dans son contexte et commenté, proposant au lecteur des pistes pour aller plus loin. (nouv. éd.)

 

 

 

Florian Gulli, Jean Quétier
Découvrir Gramsci
Les Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2020, 140 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

La pensée d'Antonio Gramsci, mort dans les prisons fascistes est, depuis plusieurs décennies, devenue incontournable au sein de la théorie politique. Certains de ses concepts, notamment ceux d'hégémonie et de guerre de position, ont fait l'objet de réappropriations très diverses, en dehors même du cadre « marxiste » dans lequel ils avaient été élaborés.

À travers le commentaire de douze extraits issus aussi bien des Cahiers de prison que de textes de jeunesse, ce volume brasse des thématiques variées et entend offrir un panorama de la pensée de celui qui fut à la fois l'un des fondateurs du Parti communiste d'Italie et l'un des philosophes les plus innovants du XXe siècle.

 

 

Vladimir Ilitch Lénine
Que faire ? Les questions brûlantes de notre mouvement
av.-pr. Jacques Steiwer, Samsa éditions, 2020, 300 p., 24 €

[présentation en ligne]

 

Dans cet essai, paru en 1902, Lénine explique que la classe ouvrière ne deviendra pas spontanément révolutionnaire simplement par des luttes économiques pour leurs salaires ou pour la réduction du temps de travail. Il développe aussi que les marxistes doivent, avant tout, former un parti politique ou une « avant-garde » révolutionnaire qui diffusera ensuite les idées marxistes parmi les travailleurs.

À sa publication, le livre de Lénine va précipiter la scission du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR) avec, d’un côté, les bolcheviks et, de l’autre, les mencheviks.

Lénine s’en prend notamment aux positions des terroristes de la Svoboda, qui croient en l’action ponctuelle violente, parce qu’il s’agirait d’une tactique d’excitation des masses. Lénine pense, au contraire, que la stratégie révolutionnaire doit se réaliser par un long et patient travail d’organisation. Selon lui, les « économistes » et les « terroristes » ont en commun de tout miser sur une « spontanéité des masses », ce qu’il considère dès lors comme de l’opportunisme.

Lénine critique le travail « artisanal » des révolutionnaires de l’époque, ainsi que la dispersion des cercles ouvriers, peu efficaces pour résister à la répression tsariste. Lénine croit en la création d’un parti révolutionnaire centralisé, constitué de « révolutionnaires de profession » autour d’un journal de haut niveau considéré comme un organisateur collectif.

 

 

Léon Trotsky
Cours nouveau
N
ouv. trad. Pierre Laffitte rev. et corr. Léna Razina, Les Bons caractères, « Classiques », 2020, 172 p., 8 €

[présentation en ligne]

 

 

Les ennemis les plus irréductibles du stalinisme vinrent notamment des rangs du parti bolchévique qui avait dirigé la révolution d’octobre 1917. Dès 1923, ils formèrent l’Opposition de gauche pour combattre la bureaucratie qui gangrénait le parti et l’appareil d’État de la Russie soviétique. Ces textes et articles écrits, réunis et publiés par Léon Trotsky lui-même en décembre 1923 sous le titre Cours nouveau, témoignent de son combat pour s’opposer à la bureaucratie, tant sur le plan du fonctionnement du parti communiste, que sur celui des problèmes économiques.

 

 

Lucien Sève
Interventions
P
réf. Isabelle Garo et Jean Quétier, La Dispute, 2020, 208 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

L’œuvre de Lucien Sève, disparu en mars 2020 à l'âge de 93 ans, est immense et plurielle. Du communisme à la psychologie, de l'éducation à la bioéthique, nombreux sont les domaines dans lesquels ce philosophe, qui s'appuyait de façon vivante et créative sur ce qu'il nommait la "pensée-Marx", a apporté une décisive contribution. Étrangère à toute recherche purement académique, sa réflexion revêtait le caractère d'une intervention dans des luttes ou des débats en cours. Ce choix de textes brefs, articles ou communications publiques, jamais rassemblés jusqu'ici sous forme de livre, vise à faire découvrir à un large public l'ensemble de sa pensée et de son parcours, des années 1950 jusqu'à aujourd'hui.

 

 

Theodor W. Adorno, Max Horkheimer
Vers un nouveau Manifeste
Trad. de l’allemand Katia Genel et Agnès Grivaux, La Tempête, 2020, 80 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Vers un nouveau manifeste montre Theodor W. Adorno et Max Horkheimer dans un échange d’idées unique, animé et fluide. Ce livre est un compte rendu de leurs discussions pendant trois semaines au printemps 1956, qui constituent une mise au point sur la possibilité – ou l’impossibilité ? – d’actualiser les analyses marxistes, notamment celles du Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels. Dans ce dialogue à bâtons rompus, souvent expérimental, Adorno et Horkheimer approfondissent des questionnements cruciaux de leur travail : le rapport entre la théorie et la pratique, la question de la libération du travail, le problème de l’industrie de la culture et des loisirs. Un exemple passionnant de philosophie en action et une réflexion sur le passage possible – et ses difficultés – vers un nouveau monde.

 


José Carlos Mariátegui
Ni calque ni copie. Le marxisme hétérodoxe de J. C. Mariátegui
Anthologie présentée par Michael Löwy, trad. de l’espagnol Luis Dapelo, Delga, « Amériques », 2020, 337 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

José Carlos Mariátegui est non seulement le plus important et le plus inventif des marxistes latino-américains, mais aussi un penseur dont l’œuvre, par sa force et son originalité, a une portée universelle. Son marxisme hérétique présente des affinités profondes avec quelques-uns des grands auteurs du marxisme occidental — Gramsci, Lukács ou Walter Benjamin. Le socialisme selon Mariátegui s’inscrit au coeur d’une tentative de réenchantement du monde par l’action révolutionnaire. La proposition la plus hardie et hérétique de Mariátegui, celle qui soulèvera les plus grandes controverses, est celle qui résulte du passage de ses analyses historiques sur le « communisme inca » et de ses observations anthropologiques sur la survivance des pratiques collectivistes à une stratégie politique qui fait des communautés indigènes le point de départ d’une voie socialiste propre aux pays indo-américains. Que ce soit dans le domaine de la philosophie ou de la stratégie politique, de la culture ou de la question agraire, de l’histoire ou de l’éthique, l’œuvre de Mariátegui est entièrement traversée par un puissant souffle romantique-révolutionnaire, qui donne à sa conception marxiste du monde sa qualité unique et sa force spirituelle visionnaire.

 

 

David Harvey
Les limites du capital
Trad. de l’anglais Nicolas Vieillescazes, préf. Cédric Durand, Amsterdam, 2020, 640 p., 28€

[présentation en ligne]

 

Fruit d’une décennie de recherches, Les Limites du capital propose une théorie générale du capitalisme dans le prolongement des travaux économiques de Marx. Le géographe David Harvey nous guide à travers la production, la distribution, la consommation, explique la marchandise, la monnaie, la valeur, souligne le rôle du crédit et de la finance, les conflits entre le capital et le travail, entre le capital et l’État, entre les capitalistes eux-mêmes.
Au fil de cette analyse minutieuse du fonctionnement du système capitaliste se dégage une compréhension inédite des crises qui le traversent sans cesse. Non seulement celles-ci sont inévitables, mais elles ne peuvent être surmontées qu’en trouvant des « solutions spatiales », en réorientant les flux de capital et de force de travail vers de nouveaux secteurs et de nouveaux lieux. Au passage, elles détruisent des vies et des territoires, parfois dans des guerres sanglantes. Harvey dissipe le brouillard de mystifications qui enveloppe l’économie pour livrer un enseignement implacable : les espaces où nous évoluons sont façonnés par la logique capitaliste de la valeur. Ce travail internationalement reconnu constitue un outil indispensable pour saisir la complexité vertigineuse de notre monde.

 



Alain Bihr et Michel Husson
Thomas Piketty, une critique illusoire du capital
Syllepse, coll. « Arguments et mouvements », 2020, 196 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Dans le premier chapitre du Capital, Marx caractérise l’économie vulgaire en ces termes : elle « se contente des apparences […] et se borne à élever pédantesquement en système et à proclamer comme vérités éternelles les illusions dont le bourgeois aime à peupler son monde à lui, le meilleur des mondes possibles ». Et ce tout simplement parce qu’elle ne parvient pas ou renonce même à « pénétrer l’ensemble réel et intime des rapports de production dans la société bourgeoise ».
Or, de même qu’il existe ainsi une apologie vulgaire du capitalisme, il en existe une critique non moins illusoire. Même ignorance radicale des rapports capitalistes de production, même fascination exercée par leurs apparences fétichistes (la marchandise, l’argent, la comptabilité nationale et ses instruments statistiques, etc.), même volonté d’en rendre compte en termes de pseudo-lois transhistoriques, même enfermement dans le cadre d’une idéologie sacralisant la propriété privée, la liberté d’entreprendre et l’égalité réduite à sa dimension juridique, qui limite du même coup ses propositions de réforme à des mesures de redistribution des revenus et de la propriété.
C’est à démontrer que Thomas Piketty en reste au niveau de cette critique illusoire que cet ouvrage s’emploie, tout en développant en contrepoint les éléments d’une critique radicale.

 

 

Benjamin Bürbaumer
Le souverain et le marché. Théories contemporaines de l’impérialisme
Amsterdam, 2020, 220 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

De la Première Guerre mondiale à la montée des tensions entre la Chine et les États-Unis, en passant par la guerre d’Irak, la manière dont les conflits entre États, qu’ils soient armés ou non, s’articulent aux développements successifs du système capitaliste a constitué un problème crucial pour la pensée révolutionnaire. L’enjeu de toute théorie de l’impérialisme est d’y répondre. Ce livre propose une plongée dans les controverses au fil desquelles cette notion a été forgée et son sens disputé, en vue d’éclairer certains des grands débats stratégiques qui animent le camp de l’émancipation.
Les États modernes sont-ils voués à demeurer sous la domination de l’un d’entre eux ? Ou bien assiste-t-on à l’émergence d’une coalition supranationale qui organise le capitalisme au niveau mondial ? Et comment la permanence de souverainetés territoriales interfère-t-elle avec la dynamique du capital ? Autant de questions dont Benjamin Bürbaumer retrace la généalogie, livrant par là une contribution décisive à la théorie marxiste des relations internationales.

 


Nicola Massimo De Feo
Contre la révolution politique. Netchaïev, Bakounine, Dostoïevski
Trad. de l’italien et av.-pr. Julien Alavena, postf. Marcello Tarì, Divergences, « Cybernétique », 2020, 112 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

Nicola Massimo De Feo (1939-2002) a la particularité d’opérer une réconciliation des traditions marxiste et anarchiste au regard des expériences dont les années 1970 italiennes et allemandes étaient porteuses. Dans cet ouvrage, la reprise de la séquence de l’anarchisme russe l’amène à penser à nouveaux frais la question de la prise de pouvoir révolutionnaire en un temps où elle apparaissait déjà de moins en moins désirable. Surtout, en confrontant les conspirations de cette époque avec leur figuration chez Dostoïevski, il aborde de front les ambiguïtés théoriques et pratiques du processus destituant dans la tradition de l’autonomie.

 


Francesco Caddeo
Sartre antihumaniste. Antisubjectivisme, marxisme critique, postcolonialisme
L’Harmattan, « Ouverture philosophique », 2020, 200 p., 20,50 €

[présentation en ligne]

 

 

Sartre et ses interventions politiques et philosophiques ont été associés mécaniquement à l'humanisme universaliste. Au contraire, l'exploration de ses textes nous fournit des éléments pour quitter une culture universaliste obsolète et éviter toute dérive identitaire et nationaliste. En se débarrassant de toute forme d'essentialisme, la pensée de Sartre montre son actualité dans plusieurs domaines (déconstruction de l'individu, philosophie de la rareté naturelle, rapports avec le marxisme philosophique, postcolonialisme) et nous fait réfléchir d'une manière critique dans un monde traversé par des obscurantismes de toute sorte.

 



Patrick Tort
Capitalisme ou civilisation
Entretiens avec Michel Joli, Fabien Ollier et Clément Paradis, Gruppen éditions, 2020, 140 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

 

Patrick Tort analyse dans ces trois entretiens les enjeux majeurs d'une crise de civilisation qui chaque jour frappe plus violemment notre humanité. Idéologie, technologie, écologie, capitalisme et transhumanisme sont autant de sujets qu'il s'attache ici à éclairer méthodiquement pour établir ce que pourrait être une nouvelle éthique du civilisé : le capitalisme ne guérira pas la misère du monde car il a besoin de la misère du monde. De cette évidence, les révoltes d'aujourd'hui doivent être ré-instruites. Arrêtons d'espérer. Commençons à vouloir.

 

 

Françoise Vergès
Une théorie féministe de la violence. Pour une politique antiraciste de la protection
La Fabrique, 2020, 192 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

Le langage officiel à propos de l’égalité hommes-femmes est un répertoire de violences : harcèlement, viol, maltraitance, féminicide.
Ces mots désignent une cruelle réalité. Mais n’en dissimulent-ils pas une autre, celle des violences commises avec la complicité de l’État ? Dans cet ouvrage, Françoise Vergès dénonce le tournant sécuritaire de la lutte contre le sexisme. En se focalisant sur des « hommes violents », on omet d’interroger les sources de cette violence. Pour l’autrice, cela ne fait aucun doute : le capitalisme racial, les populismes ultra-conservateurs, l’écrasement du Sud par les guerres et les pillages impérialistes, les millions d’exilé•es, l’escalade carcérale, mettent les masculinités au service d’une politique de mort. Contre l’air du temps, Françoise Vergès nous enjoint de refuser l’obsession punitive de l’État, au profit d’une justice réparatrice.

 

 

Anselm Jappe
Béton. Arme de construction massive du capitalisme
L’Échappée, « Pour en finir avec », 2020, 200 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

Le béton incarne la logique capitaliste. Il est le côté concret de l’abstraction marchande. Comme elle, il annule toutes les différences et est à peu près toujours le même. Produit de manière industrielle et en quantité astronomique, avec des conséquences écologiques et sanitaires désastreuses, il a étendu son emprise au monde entier en assassinant les archi-tectures traditionnelles et en homogénéisant par sa présence tous les lieux. Monotonie du matériau, monotonie des constru¬ctions que l’on bâtit en série selon quelques modèles de base, à la durée de vie fortement limitée, conformément au règne de l’obsolescence programmée. En transformant définitivement le bâtiment en marchandise, ce matériau contribue à créer un monde où nous ne nous retrouvons plus nous-mêmes.

 


Jason W. Moore
Le capitalisme dans la toile de la vie. Écologie et accumulation du capital
Trad. de l’anglais Robert Ferro, L’Asymétrie, « La cause est l’effet », 2020, 424 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

Comment relier les diverses crises qui rythment ce début de XXIe siècle ? C’est de cette interrogation que part Jason W. Moore, historien de l'environnement, dans Le capitalisme dans la toile de la vie, Écologie et accumulation du capital où il propose une nouvelle synthèse critique s’appuyant sur diverses traditions théoriques (écologie, marxisme, féminisme) et sur une dialectique rénovée permettant d’aller au-delà des polarisations classiques entre l’homme et la nature.
En dressant un panorama historique et intellectuel des dynamiques qui convergent vers le faisceau de crises actuelles, ce texte ouvre de nombreuses pistes pour penser l’émancipation d’une humanité saisie comme « humanité dans la nature ».

 

 

Zetkin Collective
Fascisme fossile. L’extrême droite, l’énergie, le climat
Coord. Andreas Malm, trad. de l’anglais Lise Benoist, La Fabrique, 2020, 368 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

L’élévation des températures et la montée de l’extrême droite forment deux menaces chaque jour plus pressantes. Or leur combinaison est explosive. Ce livre est une première tentative de penser ensemble les deux phénomènes. Qu’ont dit, écrit et fait les partis nationalistes en matière d’écologie et de climat durant les deux dernières décennies ? Devant l’abondance de preuves scientifiques, ils ont nié le réchauffement et se sont placés en défenseurs de l’industrie fossile. Dans son ensemble, l’extrême droite abhorre les éoliennes, s’oppose aux accords climatiques et nourrit de théories conspirationnistes sa détestation des mouvements écologistes. Même quand elle se revendique d’un « nationalisme vert », ses positions restent en toutes circonstances déterminées par la défense du territoire et son obsession de l’immigration.
L’état des lieux se double d’une fascinante enquête historique : dans les archives du fascisme classique, où les écrits de Marinetti et Jünger autant que les réalisations du Troisième Reich et de Mussolini témoignent d’une passion pour les énergies fossiles indissociable de leurs projets guerriers ; mais également au cœur de la civilisation occidentale où elles ont été une pierre angulaire de la domination blanche du monde moderne. Ce sont, disent les auteurs, ces articulations anciennes entre la race et l’énergie qui ressurgissent aujourd’hui dans une période de crise.

 

 

 

Donatella Di Cesare
Un virus souverain. L’asphyxie capitaliste
Trad. de l’italien Étienne Dobenesque, La Fabrique, 2020, 112 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

 

Du gouvernement des experts à l’état d’exception, de la démocratie immunitaire à la hantise du complot, de la distance physique imposée au contrôle électronique des corps   le virus a changé nos existences sans que l’on sache encore ce qui en restera à l’avenir. Ce qui est sûr, c’est qu’il a révélé la façon dont la logique immunitaire exclut les plus pauvres, les plus vulnérables. Ainsi, le virus et les modalités inventées pour le combattre ont mis en évidence la cruauté du capitalisme. Pour s’en sortir, il faudra rien de moins que l’invention d’un nouveau mode d’exister en commun.

 

 

Anicet Le Pors
La trace
La Dispute, 2020, 224 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

Anicet Le Pors est l’un des ministres communistes dans le gouvernement de Mitterrand, en 1981, où il est chargé de la Fonction publique et des Réformes administratives. Il n’a jamais fait de la politique un métier s’il en a exercé successivement plusieurs : ingénieur, économiste, sénateur et conseiller général des Hauts-de-Seine, puis membre du Conseil d’État et juge à la Cour nationale du droit d’asile.
C’est La Trace que reprend ici l’auteur développant ses réflexions sur ses thèmes fondamentaux d’une recomposition politique : laïcité, socialisme, communisme, propriété publique, institutions, citoyenneté, droit d’asile, service public dans une situation de crise qu’il analyse comme une métamorphose.

 

 

Guillaume Roubaud-Quashie
100 ans de Parti communiste français
Collab. Valère Staraselski, préf. Fabien Roussel, postf. Claude Mazauric, Le Cherche midi, 2020, 232 p., ill., 25 €

 

Force politique incontournable de l'histoire de France, qu'il a marquée de son empreinte, le PCF représente plus encore : une formation investie, tout au long de sa tumultueuse histoire, par des centaines de milliers de femmes, d'hommes, de Français et d'étrangers, d'ouvriers et d'intellectuels. Faisant largement participer les couches populaires aux responsabilités, de la mairie au gouvernement, ce parti deviendra un initiateur et un acteur sans équivalent de la vie sociale, économique et culturelle française.
Une trentaine de jeunes chercheurs, historiens pour la plupart, proposent un regard neuf sur ces cent années. À distance des batailles idéologiques homériques et politiques partisanes, ils offrent une vue inédite de cette aventure à la fois mondiale et très française. Richement illustré l'ouvrage parcourt moments cruciaux et aspects inattendus, comme une entrée dans l'histoire du siècle.

 

Renaud Faroux, Yolande Rasle
Libres comme l’art. 100 ans d’histoire entre les artistes et le PCF
Préf. Pierre Laurent, Éditions de l’Atelier, 2020, 256 p., ill., 36,90 €

[présentation en ligne]

 

En cent ans d’existence, le Parti communiste français a toujours entretenu des liens étroits avec les avant-gardes artis-tiques et culturelles. Mais si certains peintres sont bien connus pour leur engagement avec le parti, tels Pablo Picasso ou Fernand Léger, d’autres, comme Giacometti, Henri Matisse, André Masson, etc., ont aussi cultivé des relations avec lui, à divers degrés, qu’ils aient été militants, sympathisants ou observateurs critiques. En témoignent les formi-dables collections d’œuvres offertes au parti et déposées depuis dans divers musées. 
À l’occasion du centenaire du Parti communiste français, et pour annoncer l’exposition qui se tiendra au printemps 2021, ce livre d’art raconte cette histoire à la fois politique, sociale et artistique à travers la reproduction d’œuvres emblématiques et les éclairages de Yolande Rasle et Renaud Faroux. Il permet de redécouvrir des artistes majeurs que le marché minore ou dont l’histoire obère la part d’engagement sans laquelle leur œuvre perd une part de son sens. Avec plus de 150 œuvres ainsi rassemblées, cet ouvrage présente un parcours totalement inédit et incarne un message toujours actuel : d’un siècle à l’autre, l’art nous change et change le monde.

 

 

Annie Lacroix-Riz
Scissions syndicales, réformisme et impérialismes dominants, 1939-1949
Delga, 2020, 340 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

L’unité a assuré, depuis la fondation du syndicalisme, la puissance et la cohésion de la classe ouvrière et des salariés. Elle fut la cible permanente du patronat national et de l’État à son service, secondés, à l’ère impérialiste, par leurs homologues allemands et américains : ces derniers, investisseurs de capitaux à l’étranger, avaient aussi besoin d’écraser les salaires, donc d’abattre la résistance ouvrière en en divisant les forces. Le camp patronal, unifié lui, trouva d’emblée d’efficaces alliés contre les syndicalistes combatifs dans les éléments réformistes, majoritaires dans les pays du « centre » impérialiste. L’intervention étrangère se développa pendant les années 1930, où le Reich allemand organisa, y compris parmi les salariés, la non-résistance à son invasion puis à son exploitation directe des ressources des pays visés. Elle se déploya pendant la guerre, où les États-Unis préparèrent leur installation définitive en Europe en tout domaine, sphère syndicale incluse. Une gigantesque corruption du syndicalisme « modéré » en assura le succès : témoignent ici d’une situation générale les exemples français, britannique et allemand.

 

 

Jean-Jacques Cadet
Le marxisme haïtien. Marxisme et anticolonialisme en Haïti (1946-1986)
Delga, « Amériques », 2020, 430 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

Le premier marxiste en Haïti est Jacques Roumain (1907-1944), l’auteur du célèbre roman Gouverneurs de la rosée et fondateur du premier Parti communiste haïtien. Il assume ses convictions communistes et ne cesse de mobiliser la figure de Marx pour interpréter la réalité de son pays. Cette migration du marxisme, d’origine européenne, vers la société postcoloniale haïtienne appelle à une prudence épistémique afin d’éviter le piège de l’eurocentrisme. Étant mort très jeune à 37 ans, Roumain n’a pas eu la possibilité de développer et d’approfondir son projet de marxisme anticolonial. Mais suite aux mouvements de 1946, les marxistes haïtiens se lancent dans une revalorisation analytique des œuvres de Jacques Roumain en soulignant la richesse des points esquissés. Ils conceptualisent les dialogues entre marxisme, négritude et dépendantisme, dans une optique de relecture de la thématique coloniale tout en fondant leur regard épistémique sur l’idéal de la Révolution haïtienne de 1804 et sur les travaux des intellectuels haïtiens de la fin du XIXe siècle. Six penseurs marxistes ont été choisis en fonction de leur popularité, de leur niveau d’analyse et de leur implication idéologico-politique : Étienne Charlier, Jacques Stephen Alexis (Jacques La Colère), René Depestre, Gérard Pierre-Charles, Yves Montas (Jean Luc) et Michel Hector (Jean-Jacques Doubout).

 

 

 

« Abolissons le travail ! »
Crise & critique, Jaggernaut n° 3, 2020, 300 p., 16 €

[présentation en ligne]

 

 

Non le travail n’est pas une nécessité naturelle, éternelle, qui aurait toujours existé, c’est une forme sociale négative et destructrice de l’agir, dont l’avènement est concomitant de celui du capitalisme et qui fait abstraction de tous les contenus concrets des activités hétérogènes pour mieux les réduire à la forme vide de contenu d’une simple dépense abs-traite d’énergie humaine – le travail abstrait – qui se représente sous la forme de l’argent. Le travail n’a toujours été que le support vivant de l’automouvement de l’argent, alias, le rapport-capital. Qui veut se débarrasser du capital doit commencer par se débarrasser du travail. 
Sous différents angles - historique, théorique, féministe, psychanalytique, littéraire ou anthropologique - ce numéro explore et scrute l’horizon d’une nouvelle critique catégorielle du travail dans la théorie critique et les mouvements sociaux.
Avec des textes de Clément Homs, Robert Kurz, Nuno Machado, Norbert Trenkle, Álvaro Briales, Sandrine Aumercier, Michel Lory, Nuno Machado et Ivan Recio.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.