Veille bibliographique #23 (rentrée 2020-2)

Deuxième partie de la veille bibliographique de rentrée, avec principalement des ouvrages parus en septembre 2020. 

 

 

Louis Janover, Maximilien Rubel
État/Anarchisme. Lexique Marx (I)
Smolny, 2020, 256 p., 10 €

[présentation en ligne]

 



Le couple conceptuel "État" et "Anarchisme" ouvre le Lexique Marx que Janover et Rubel élaborent dans les Études de marxologie entre 1978 et 1985. Il ne s'agit pourtant pas d'un lexique au sens traditionnel mais de synthèses originales qui donnent à voir toute la complexité et la profondeur de la pensée de Marx.
Avant de déterminer ce que celui-ci a "réellement" pensé, les auteurs mettent en perspective sa réflexion sur ces thématiques dans son développement historique et critique. Cette démarche met en lumière un Marx méconnu où l’utopie garde toute sa place, réunissant critique de l’État, anarchisme et communisme de conseils dans une même constellation théorique et pratique.

 

 

Aurélien Aramini
Le matérialisme militant de Lénine
H Diffusion, 2020, 66 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

Parce qu’il conjugue l’exigence du théoricien et celle du stratège politique, Lénine aborde de front la contradiction que rencontre le militant marxiste : le matérialisme constitue à la fois l’arme décisive de la lutte idéologique menée par les révolutionnaires contre les forces réactionnaires de la bourgeoisie et le point de clivage qui fait obstacle à l’unité dans la lutte avec des classes populaires encore très croyantes dans la Russie tsariste. Le « matérialisme militant » de Lénine résout cette apparente contradiction : tout en réaffirmant les thèses fondamentales d’une ontologie matérialiste radicale contre les tentatives de « révision » du marxisme, il inscrit la défense du matérialisme dans la perspective de la lutte des classes. Ni abstrait ni opportuniste, le propos de Lénine pose les conditions qui permettent de militer, en matérialiste, pour le matérialisme.

 

 

 

Nikos Foufas
La critique de la réification chez Lukács
L’Harmattan, « Ouverture philosophique », 2020, 176 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

 

Cet ouvrage étudie le concept de réification dans l'œuvre de Georg Lukács, dans sa période dite pré-marxiste, et fait une analyse approfondie du premier chapitre de La réification et la conscience du prolétariat, essai central du livre Histoire et conscience de classe. En quoi consiste la réalité de la réification qui, selon Lukács, est ce qui caractérise la totalité sociale du capitalisme, en tant qu'ensemble de processus et de relations qui déterminent et imprègnent chaque aspect et manifestation de la vie des individus ? Comment, dans le règne de la structure marchande et de la calculabilité, les individus arrivent-ils au point où ils pensent que le réel n'est que le réifié et que le réifié est le réel ?

 

 

Aymeric Monville
Et pour quelques bobards de plus. Contre-enquête sur Staline et l’Union soviétique,
Delga, 2020, 106 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

L’histoire de l’Union soviétique – si elle mérite encore le nom d’histoire – se caractérise dans notre pays par l’absence de débat contradictoire. Le consensus politique veut que la droite attaque Staline comme incarnation-repoussoir de tout système socialiste et la gauche, comme symbole du fourvoiement de nobles idéaux. Imperturbablement donc, les opérations de propagande se succèdent sur le mode du film d’horreur, du "Tyran rouge" à l’"Ombre de Staline" et ce, jusqu’à l’eschatologique "Apocalypse Staline". L’actuelle réactivation des vieux "bobards" colportés par la guerre froide vise manifestement à exclure les communistes de l’espace public. Elle entre néanmoins en contradiction avec la tendance actuelle, liée à l’ouverture des archives de l’URSS, qui fait litière d’un certain nombre de légendes noires. C’est donc à une contre-enquête comparative que s’emploie ce livre. Étayée par une proximité́ avec de nombreux chercheurs et fruit d’une activité́ éditoriale concernant l’Union soviétique de près de quinze ans, cette entreprise n’est pourtant pas dépourvue d’un esprit polémique et partisan. Mais quand le Parlement européen n’hésite plus, désormais, à décréter une équivalence entre nazisme et communisme, n’est-ce pas plutôt cette apparente "impartialité́", indifférente à ce que Hitler ait gagné ou non en 1945, qu’il conviendrait d’interroger ?

 

 

Mobo Gao
Bataille pour le passé de la Chine. Mao Tsé-toung et la Révolution culturelle
Delga, 2020, 24 €

[présentation en ligne]

 

 

Mao et ses politiques ont longtemps été diabolisés en Occident, la Révolution culturelle étant considérée comme une violation fondamentale des droits de l’homme. Ce livre s’attaque à la description extrêmement négative de la Chine sous Mao dans les publications récentes et soutient que la plupart des gens en Chine, y compris les pauvres des zones rurales et la classe ouvrière urbaine, ont en réalité bénéficié de la politique maoïste d’un système de protection sociale complet pour les zones urbaines et d’un système de santé et d’éducation de base pour les zones rurales, lequel processus est en train de s’inverser dans la ruée actuelle vers le capitalisme. Par une analyse critique du récit général de l’ère Mao et de la Révolution culturelle et en révélant ce qui est proposé dans les débats non officiels sur les médias électroniques, ce livre remet les pendules à l’heure, en présentant un argument convaincant en faveur des effets positifs des politiques de Mao sur le bien-être du peuple chinois.

 


Mariarosa Dalla Costa et Silvia Federici
La crise de la reproduction sociale. Entretiens avec Louise Toupin
Les éditions du remue-ménage, 2020, 88 p., 8€

[présentation en ligne]

 

Nées en Italie dans les années 1940, Silvia Federici et Mariarosa Dalla Costa sont des militantes pionnières et des intellectuelles féministes de premier plan. Dans ces entretiens avec Louise Toupin, elles reviennent sur le mouvement qu’elles ont cofondé en 1972, le Collectif féministe international, qui fut à l’origine d’une revendication radicale et controversée au sein du féminisme, celle de la rémunération du travail domestique. À partir de ce riche terreau, elles racontent comment s’est développée leur pensée au fil du temps, et formulent une critique intersectionnelle du capitalisme néolibéral, depuis la notion de crise de la reproduction sociale.

Louise Toupin est l’auteure de Le salaire au travail ménager: Chronique d’une lutte féministe internationale, 1972-1977.

 

 

Tom Thomas
Contre l’État
Éditions Critiques, 2020, 144 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

Si beaucoup s’accordent sur le fait que l’État sert de bras armé au capital et à la classe qui le représente, beaucoup croient aussi à tort que ce même État, entre d’autres mains, pourrait être mis au service du peuple.
C’est contre ce préjugé trop peu discuté que s’inscrit ce court et stimulant essai. Prolongeant les arguments construits par la tradition marxienne, il rappelle que, comme instance politique surplombant la société, l’État est toujours le garant d’une domination de classe. Loin d’être un outil neutre au service de qui s’en empare, il est un rouage essentiel de l’exploitation capitaliste.
Certes, les sociétés modernes ne liquideront pas l’État du jour au lendemain. Néanmoins, tout mouvement émancipateur conséquent ne saurait écarter de ses objectifs une dissolution à terme de l’État pour une réappropriation de la politique par le plus grand nombre.

 

 

Cornelius Castoriadis
Sur la dynamique du capitalisme et autres textes, suivi de L’impérialisme et la guerre. Écrits politiques 1945-1997, VIII,
Éditions du Sandre, 2020, 720 p., 38 €

[présentation en ligne]

 

 

À travers des textes qui s'échelonnent de 1947 à 1978, le lecteur suit le chemin qui va des considérations du jeune Castoriadis marxiste sur le "capitalisme décadent" et la guerre comme aboutissement du processus de concentration des forces productives à ce que le Castoriadis d'âge mûr appelle ses "résultats". La première partie reprend deux articles parus en 1953-54 dans la revue Socialisme ou Barbarie auxquels ont été joints un certain nombre d'inédits tirés de ses archives. La deuxième reprend le volume publié sous ce titre en 1979, lequel s'attèle aux affrontements entre puissances - thème essentiel et de plus en plus pertinent si l'on veut bien voir que la volonté d'expansion et l'exploitation des passions nationalistes reviennent, et ce un peu partout, sur le devant de la scène.

 

 

Jean-Claude Delaunay
Rompre avec le capitalisme, construire le socialisme
Delga, 2020, 296 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

La suraccumulation durable du capital est la maladie mortelle du capitalisme. Pour essayer de s’en sortir, les bourgeoisies dirigeantes ont inventé l’impérialisme et le capitalisme monopoliste d’État. Ce faisant, elles ont conduit les peuples de leur pays d’origine et ceux du monde entier dans de désastreuses impasses. Elles font aujourd’hui, avec le capitalisme monopoliste financier, une tentative ultime, vouée à l’échec. La suraccumulation durable du capital est toujours là. Les bourgeoisies du monde capitaliste développé disposent encore d’une certaine force mais elles sont en recul et ne dirigent plus rien. La fin de l’impérialisme et l’expansion du socialisme sont donc à l’ordre du jour. Or il existe plusieurs façons d’expliquer ou d’aborder le socialisme. Celle adoptée par l’auteur est de le situer en continuité et en rupture avec les sociétés précédentes. La continuité serait que capitalisme et socialisme sont des sociétés marchandes. La rupture viendrait de ce que le marché capitaliste et le marché socialiste seraient radicalement différents. Le premier viserait à réaliser le profit maximum pour la minorité des capitalistes. Le second aurait pour but la satisfaction maximum de la majorité que forment les classes populaires. L’État prendrait appui sur la consommation finale et productive ainsi que sur les consommateurs pour nier la forme marchandise et construire une société d’abondance. Dans ce but, il développerait l’investissement et la productivité du travail de manière inédite tout en respectant les équilibres naturels.

 


 

Manifeste pour une conception communiste de l’économie sociale et solidaire
Éditions de l’Humanité, 2020, 197 p., 9,90 €

 

 

Un ouvrage qui se veut une aide pour tous ceux qui veulent s'inscrire dans une démarche de dépassement du capitalisme et construire un monde qui n'a encore jamais existé. Avec ce Manifeste, nous cherchons à montrer que l'on peut en trouver les prémisses dans l'Économie sociale et solidaire. Des prémisses à développer, faire fructifier, et améliorer, mais dont il faut avant tout prendre conscience.
Ce manifeste initié par la commission Économie sociale et solidaire du PCF est le fruit d'un travail collectif d'une vingtaine de militant.e.s. Ce manifeste s'adresse donc à toutes celles et ceux qui cherchent à construire un monde post-capitaliste. Il s'agit d'aider à faire naître une nouvelle culture pour lutter contre ces "monstres" dont Gramsci voyait l'apparition lorsque "l'ancien monde se meurt et le nouveau tarde à apparaître".

 

 

Amal Bentounsi, Antonin Bernanos, Julien Coupat, David Dufresne, Éric Hazan, Frédéric Lordon
Police
La Fabrique, 2020, 136 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

On pense qu’elle a toujours existé et qu’elle existera toujours, mais non : la police telle que nous la connaissons est récente et les événements actuels mettent mondialement son existence même "en question". On trouvera dans ce livre des constats, des propos théoriques et des histoires vécues. L’ensemble est inquiétant mais cette inquiétude active est salutaire face à une institution de plus en plus militaire et violente.

 

 

Alain Lecaire
Une industrialisation à pas de tortue. France, 1789-1914
Les Bons caractères, 2020, 128 p., 8,20 €

[présentation en ligne]

 

De la prise de la Bastille en 1789 à l’édification de la Tour Eiffel, la France devient un pays industriel. Mais ce développement est lent, alors que la bourgeoisie britannique réalise une véritable révolution industrielle, et les USA – et même l'Allemagne – ont connu un développement fulgurant.
Pourtant la France compte au 19e siècle nombre d’inventeurs, d’innovateurs et d’entrepreneurs. Sa population est, au début du siècle, la plus importante du continent, et une masse importante de capitaux est disponible. Alors, qu’est-ce qui explique ce retard à l’allumage, cette frilosité d’une partie du capitalisme français, attirée très tôt vers l’esprit rentier et le parasitisme étatique ?

 

 

Roger Martelli
Le PCF, une énigme française
La Dispute, 2020, 208 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

 

Il n’était écrit ni que le PCF occuperait une telle place dans l’histoire française du XXe siècle ni qu’un déclin brutal le renverrait vers la marge au siècle suivant. Telle est la double énigme que l’histoire est tenue d’élucider.
Au-delà du parcours d’une organisation, c’est l’histoire de tout un courant sociopolitique du mouvement ouvrier et de la gauche qui est interrogé. Hors de toute complaisance et de tout dénigrement, il s’agit pour Roger Martelli, historien et longtemps membre du PCF, de comprendre, sans chercher à simplifier ce qui ne l’est pas et, surtout, sans s’ériger en avocat ou en juge. Un bilan de cette double trajectoire, militante et historienne, est offert ici au lecteur.

 



Pepe Gálvez, Miguel Núñez, Alfonso López
Mille vies de plus
trad. de l’espagnol Raúl Mora, Otium éditions, « Historietas », 2020, 108 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

Miguel Núñez fut un résistant au franquisme, il connut de longues années de détention, la torture et la clandestinité. Il a su comme peu témoigner et raconter cette vie et cette histoire. Le scénariste Pepe Gálvez, lui aussi rescapé des geôles franquistes et le dessinateur Alfonso López ont initialement conçu cette œuvre comme un présent à leur ami Miguel alors qu’il vivait ses derniers jours.
L’enthousiasme qu’il manifesta, les a conduits à publier une version alternant texte et bandes dessinée. Contre toute attente, le livre obtiendra le Prix national de la culture en Catalogne. La version que nous publions comporte 38 planches inédites pour l'édition française.

 

 

Jean-Numa Ducange, Bruno Tinel (dir.)
« Nation(s) »
PUF, Actuel Marx, n° 68, 2020, 208 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

Marx, Engels et nombre de marxistes ont été confrontés à la question nationale. Faut-il défendre la nation ? Sous quelles conditions et dans quel contexte ? Les plus célèbres figures du marxisme (Lénine, Rosa Luxemburg) ont proposé des solutions divergentes voire profondément contradictoires, et suggéré de soutenir certaines causes nationales (notamment celles des peuples opprimés) ou bien au contraire parfois de répudier toute appartenance à un territoire ou une culture. Récemment, la crise de l’Union européenne et l’implosion de plusieurs États-nations au Moyen-Orient ont remis sur le devant de la scène les problématiques nationales, que d’aucuns estimaient dépassées à l’heure de la mondialisation et de l’effacement (présumé) des frontières et des espaces nationaux. Ce numéro propose ainsi à la fois de revenir sur les définitions de la nation et du nationalisme proposées par les marxistes mais également sur des enjeux plus contemporains, à travers des études de cas concernant plusieurs continents.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.