Marxisme et linguistique

par Vincent Berthelier et Rémi Soule

Lundi 12 octobre 2020 à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, salle des Résistants, 1er étage, couloir AB

La linguistique, longtemps dominée par des approches formalistes, fait figure de discipline anhistorique, dont les objets, la langue et le langage, seraient éminemment neutres, l’une parce qu’elle est susceptible d’être maîtrisée par des individus quels que soient leur classe, leur genre ou leur origine, l’autre, parce qu’il est une compétence universellement partagée entre tous les êtres humains.
L’objet de notre séance sera justement de voir comment différents concepts du marxisme (mode de production, idéologie, classe) ont tenté avec plus ou moins de succès de s’intégrer à la discipline linguistique. Nous étudierons ces incursions conceptuelles à travers les débats linguistiques dans la jeune Union soviétique, l’élaboration de l’analyse de discours dans le sillage d’Althusser, et la constitution de la sociolinguistique.

Bibliographie indicative

  • Juliette Farjat, « Langages en révolution : problèmes de linguistique soviétique », en ligne sur revueperiode.net/langages-en-revolution-problemes-de-linguistique-sovietique/ 
  • Michel Pêcheux, Les vérités de La Palice : linguistique, sémantique, philosophie, F. Maspéro, coll. « Théorie », 1975.
  • Françoise Gadet et Michel Pêcheux, La langue introuvable, F. Maspéro, coll. « Théorie », 1981.
  • Basil Bernstein, Langage et classes sociales, codes socio-linguistiques et contrôle social, Éd. de Minuit, coll. « Le sens commun », 1975.
  • William Labov, Sociolinguistique, Éd. de Minuit, coll. « Le sens commun », 1976.
  • Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges, Fayard, 1982.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.