Veille bibliographique #22 (rentrée 2020-1)

Après une longue interruption, nous reprenons notre veille bibliographique : pour couvrir les nombreuses publications de l’été et de la rentrée, nous faisons plusieurs billets. Voici le premier. 

 

 

Karl Marx
Les luttes de classes en France 1848-1850 ; Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte
Intro. Arrigo Cervetto, Science marxiste, 2020, 304 p., 10 €  



 

Les écrits de Marx recueillis sous le titre Les luttes de classes en France par Engels, et la longue introduction qu’il a ajoutée, représentent une œuvre fondamentale du marxisme. L’autre œuvre contenue dans ce livre, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, constitue la continuation de l’analyse de Marx de cette période historique. Il s’agit d’une autre illustration de l’analyse des racines économiques des luttes politiques à partir de critère du matérialisme historique.

 

 

Hervé Touboul
Études sur Marx et sur Hegel
Presses universitaires de Franche-Comté, 2020, 196 p., 14 €

[présentation en ligne]



 Dans sa démarche et ses résultats, cette enquête veut participer au mouvement de renouvellement du marxisme et du socialisme en chemin depuis une vingtaine d’années dans le monde occidental. Marx lit Hegel ; dans sa lecture il suit des Feuerbach différents : l'un veut retourner Hegel, l'autre le déplace. Cet ouvrage s'intéresse aux déplacements, les confronte à la démarche hégélienne dans les Principes de la philosophie du droit : Hegel bouge, Marx aussi, rencontrent le Lénine lecteur de Hegel, mais également Foucault et Derrida, jusqu'à ce qu’émerge l'idée d'une république démocratique, fondement du socialisme.

 

 

Nikos Foufas
Friedrich Engels et la guerre des paysans allemands
L’Harmattan, « Ouverture philosophique », 2020, 128 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

 

Comment le jeune Engels conçoit l'événement probablement le plus révolutionnaire de l'histoire allemande, la Grande Guerre des paysans ? Pour quelles raisons se met-il à écrire à la fin des années 1840 l'histoire de la grande crise sociale, économique aussi bien que religieuse qui a secoué le Saint-Empire en 1524-1525 ? Cet ouvrage propose une lecture attentive du livre d'Engels La Guerre des paysans en Allemagne, soutenant la thèse qu'il s'agit de la première application théorique concrète des principes et de la compréhension du matérialisme historique à l'analyse d'un événement historique.

 

 

Souyri Pierre
Le marxisme après Marx, suivi de Le marxisme après « Le marxisme après Marx » par Mylène Gaulard
Smolny, 2020, 128 p., 8 €

[présentation en ligne]

 

 

Depuis la mort de Marx et Engels, le marxisme n’a pris rang parmi les grandes idéologies de portée mondiale qu’en se différenciant en plusieurs courants devenus systèmes de pensée et d’action irréductiblement antagonistes. Social-démocratie et bolchevisme, stalinisme et trotskisme, "révisionnisme" et maoïsme, ne recouvrent cependant pas tous les clivages qui se sont fait jour dans la pensée marxiste.
On a donc également fait place ici aux courants radicaux qui se sont situés sur la gauche du léninisme et dont les apports théoriques originaux sont tout sauf négligeables. Un certain marxisme n’apparaît plus que comme dogmatisme dépassé. Mais le marxisme n’est-il que cela ?

 



José M. Aricó
Marx et l’Amérique latine
trad. de l’espagnol Luis Dapelo, préf. Martín Cortés, Delga, 2020, 318 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

 

Publié initialement en espagnol en 1980 et devenu depuis un classique, Marx et l’Amérique latine est une œuvre fondatrice de la pensée progressiste latino-américaine. Il ouvre un espace de réflexion complètement nouveau sur les formes spécifiques de la réception du socialisme en Amérique latine. À travers une lecture contextuelle virtuose, José Aricó étudie les raisons d’une méprise, d‘une mésentente entre Marx et cette réalité du monde, phénomène d’autant plus étrange qu’il s’agit du continent qui verra naître le Che Guevara. Il est en effet incontestable que le peu d’attention que Marx et Engels ont porté à l’Amérique latine a d’abord pesé́ lourdement sur le destin théorique du continent au sein de la tradition socialiste. De même, le pamphlet hâtif de Marx contre Simón Bolivar ou l’éloge étonnant de l’invasion du Mexique par les États-Unis sous la plume d’Engels n’ont guère pu aider les disciples à appréhender la réalité nationale de l’Amérique latine. Mais peut-on se satisfaire d’une telle reconnaissance des faits, sans se demander ce qu’ils signifient, non pas quant à la réalité latino-américaine mais quant au corpus théorique marxiste. Plus qu’à un simple exercice de philologie érudite, c‘est à une confrontation avec la validité́ des positions de Marx dans son examen des sociétés non typiquement bourgeoises que l’auteur nous convie.

 

 

Georges Labica
Théorie de la violence
Delga, 2020, 300 p., 22 €

[présentation en ligne]



 

Théorie de la violence (2008) est le dernier livre publié par Georges Labica. C’est aussi celui de son idée première, celle d’une pratique de la philosophie portée hors d’elle-même, prenant le parti de l’impensable, de l’infréquentable.
Pour Labica, toute violence est en situation, prise dans une histoire. Aujourd’hui, ses formes sont modelées et redéfinies par la mondialisation. Celle-ci a effectivement mondialisé la violence, la part destructrice du capitalisme l’ayant, avec la financiarisation spéculative, emporté sur la part positive, que vantait le Manifeste, au point que le système en vient, sous nos yeux, à se phagocyter lui-même.
Cette nouvelle édition comprend, outre une préface de Thierry Labica, les commentaires et réponses de l’auteur. Dans une réponse à Etienne Balibar, Labica concluait ainsi de façon prémonitoire :
« Dans la crise actuelle (…) la violence est inévitable, tant est écrasant le poids des souffrances endurées. Or, si elle ne trouve pas une expression de masse consciente de la nécessité́ d’une alternative radicale, elle s’engluera dans des révoltes spontanées aisément réprimables et/ou rendra possible une sortie de crise capitaliste porteuse d’une violence plus grande encore. Aucun choix ne nous est laissé. »

 

 

Sandrine Aumercier, Clément Homs, Anselm Jappe, Gabriel Zacarias
De virus illustribus. Crise du coronavirus et épuisement structurel du capitalisme
Crise & Critique, 2020, 120 p., 12 €

[présentation en ligne]



La crise du coronavirus sonnera-t-elle le glas du capitalisme, la fin de la société industrielle et consumériste ? Certains le craignent, d’autres l’espèrent. Avec l’épidémie, un facteur de crise inattendu est apparu – l’essentiel n’est pourtant pas le virus, mais la société qui le reçoit.
Le Covid-19 est l’accélérateur mais pas la cause de l’aggravation de la situation de crise globale de la société capitaliste mondiale. Il faut donc tenter de comprendre le lien entre la situation et l’épuisement structurel du capitalisme qu’a mis en lumière la théorie critique de la valeur depuis les années 1960. Le processus de crise fondamentale doit être le point de départ de l’analyse et de la réflexion sur la corona-crise.

 

 

Kalman Applbaum, Colin Leys, Rodney Loeppky, David Coburn
Santé et capitalisme
trad. de l’anglais Julie Héraut, Éditions Critiques, 2020, 192 p., 15 €

[présentation en ligne]



La crise du Covid-19 a révélé de graves incohérences dans les politiques de santé et des carences dramatiques dans la gestion et la sécurité sanitaire au sein de pays dits développés. Chacun est désormais conscient qu’au XXIe siècle une médecine efficace et accessible est une réalité très précaire.
À la croisée de l’histoire, de la sociologie et de l’économie, cet ouvrage explique comment fonctionnent et se développent la médecine et les systèmes de soin aujourd’hui à travers le monde. Il nous permet ainsi d’y voir plus clair dans les grands débats relatifs à la santé.
Qu’est-ce qui rend un système de santé efficace ? Comment se répartissent les inégalités en matière de santé à travers le monde ? Quel rôle les puissances d’argent ont-elles dans la production et la distribution des soins ? Comment le néolibéralisme s’approprie-t-il le secteur de la santé ?
Traitant de la marchandisation et de la privatisation galopante des systèmes de santé, de la transformation des patients en clients et donc en consommateurs, l’ouvrage montre combien la santé et la médecine sont la cible privilégiée de puissances industrielles et économiques. Dès lors, la question de la santé soulève une alternative radicale : soit la loi du profit, soit le bien-être du plus grand nombre.

 

 

Pierre Crétois
La part commune. Critique de la propriété privée
Amsterdam, 2020, 220 p., 16€

[présentation en ligne]

 

 

L’accaparement privatif des richesses porté par le libéralisme économique a creusé les inégalités et contribué à la crise environnementale. Cet ouvrage reprend le problème à la racine pour proposer une déconstruction de l’absolutisme propriétaire. Pierre Crétois retrace et critique toute la tradition qui, depuis la Renaissance, a fait de la propriété privée l’élément fondateur de nos sociétés en l’érigeant comme le droit naturel le plus crucial. Cette vision est si hégémonique qu’elle semble relever de l’évidence. Mais elle méconnaît le fait qu’il n’a jamais existé de propriété absolument privée. Les choses, loin d’être appropriables en tant que telles, sont des lieux où se rencontrent des existences et des activités individuelles et collectives. Le propriétaire en son domaine n’est qu’un membre de la communauté et de l’écosystème dont il dépend.
Dans un geste démystificateur, Pierre Crétois montre qu’il y a toujours une part commune dans ce qui est propre à chacun. Au cœur de la politique se niche la propriété : mieux, sa transformation est la condition de l’émancipation humaine.

 



Bernard Friot, Judith Bernard
Un désir de communisme
Textuel, « Conversations pour demain », 2020, 160 p., 17 €

[présentation en ligne]



 

Alors que nous sommes écrasés par le rouleau compresseur du capitalisme néo-libéral, Bernard Friot bouscule nos habitudes de pensées et présente des alternatives lumineuses à contre-courant du défaitisme ambiant. Il nous rappelle que le principe communiste est à la base d'institutions piliers de notre société comme le régime général de la sécurité sociale ou l'hôpital public. Fort de ce déjà-là, il explore dans ce dialogue avec Judith Bernard les voies possibles ouvertes par de nouveaux droits économiques comme le salaire attaché à la personne ou l'extension du principe de la sécurité sociale à l'alimentation, au logement ou à l'énergie.

 

 

Bernard Vasseur
Le communisme a de l’avenir… si on le libère du passé
Éditions de l’Humanité, 2020, 344 p., 11,50 €



 

Marx n'est pas qu'un penseur de l'anticapitaliste. Mais le communisme tel qu'il l'a envisagé n'a jamais été essayé historiquement, alors que le changement de civilisation qu'il préconise et dont il indique les grandes lignes (l'après-capitalisme d'une société sans classes) n'a jamais été aussi actuel. Telle est la grande thèse que soutient ce livre. Pour l'établir, il propose de lire Marx tel qu'on peut le faire aujourd'hui. En le détricotant des traditions militantes de la social-démocratie allemande et du marxisme soviétisé.

 

 


Le racisme est chez nous. Anthologie
Science marxiste, « Bibliothèque jeunes », 2020, 256 p., 10 €

 

 

 

L'heure d'une lutte de classe moderne a sonné il y a longtemps dans les métropoles d'Asie : Marx n'est pas dépassé à Pékin, à Shanghai, à Wuhan, à Canton, comme dans les grandes agglomérations urbaines des nouvelles puissances asiatiques. Aux États-Unis, l'ascension sociale qui dure depuis cinquante ans a entraîné le développement d'une bourgeoisie et d'une classe moyenne noires, à côté du prolétariat noir. 
Malgré cela, les discriminations à cause de la couleur de la peau ont continué à masquer l'oppression de classe. Dans les quartiers des métropoles américaines, ce que les nouveaux flux d'immigrés, le prolétariat afro-américain et les stratifications de salariés blancs ont en commun, c'est la discrimination sociale. Enfin, en France, en Italie, en Espagne ou en Allemagne, au fil des décennies, les métropoles ont aussi changé de visage : les tâches les plus pénibles et les salaires les plus bas sont réservés au prolétariat immigré.
Ainsi, la vieille Europe, qui avait pourtant connu l'horreur du génocide, a replongé dans la honte du racisme et de la xénophobie. "Black Lives Matter" , bien sûr : les vies noires comptent, mais gare aux hypocrites qui ne dénoncent le racisme que chez les autres. Les vies des désespérés qui continuent à se noyer dans le canal de Sicile, les vies des ouvriers agricoles exploités dans des conditions inhumaines, celles des millions de travailleurs sans aucune protection dans les chantiers, les usines, les entrepôts et les hôtels : toutes ces vies comptent.
La crise de la pandémie séculaire a révélé ce qui était sous les yeux de tout le monde, mais que personne ne voulait voir. Pour se battre contre toute oppression et toute exploitation, il faut alors retourner à Marx. Il faut retrouver le principe de l'unité de classe, dans la conscience scientifique du communisme.

 

 


Natacha Michel
Le roman de la politique
La Fabrique, 2020, 232 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

Le passé est-il la fosse commune d’une vie ? Je ne le crois pas. Il est un jardin où continuent à pousser les fleurs du souvenir. Ma vie avec la politique est si présente en moi que j’ai tenté de la décalquer dans ce livre. Comment pendant quarante années, au travers de deux organisations, Sylvain Lazarus, Alain Badiou et moi-même, avec nos camarades, nous avons voulu rendre justice à notre temps. Notre temps fut celui de ceux que l’on nomma les Maos. À savoir ceux qui, devant la catastrophe que fut l’URSS, cherchèrent une autre voie pour la justice et l’égalité. Avec les ouvriers d’usine, les gens des quartiers et l’épopée des sans-papiers. Alors la nuit s’abrégeait.

 



Simon Pirani
La révolution bat en retraite. La nouvelle aristocratie communiste et les ouvriers (Moscou, 1920-1924)
Les Nuits rouges, 2020, 440 p., 18 €

[présentation en ligne]



En ces années 1920-24, les ouvriers soviétiques ont continué d’apporter un soutien mesuré aux bolchéviques, malgré l’écrasement de Cronstadt. Mais cela se fit au prix de leur renoncement progressif aux quelques pouvoirs politiques qu’ils détenaient encore.
Cette description précise des conditions de vie et de travail du prolétariat s’appuie sur des procès-verbaux des réunions de cellules du parti ou des comités d’usine, des rapports de la Tchéka, des statistiques officielles et des témoignages contemporains. Elle montre qu’au fil du temps, les mesures répressives du sommet prenaient constamment le pas sur le dialogue avec la base et l’acceptation d’une certaine conflictualité sociale, processus qui se conclura par la terreur du stalinisme.

 

 

Roger Martelli, Jean Vigreux, Serge Wolikow
Le Parti rouge. Une histoire du PCF 1920-2020
Armand Colin, 2020, 392 p., 24,90 €

[présentation en ligne]

 

Il y a un siècle, naissait ce qui allait devenir le Parti communiste français. Ce parti fut longtemps l’un des plus populaires du champ politique français. Pendant plus de trois décennies, il fut aussi le premier parti de gauche, avant de connaître un recul continu qui l’a porté vers les rivages de la marginalité.
Cet ouvrage, qui insère les approches thématiques dans une trame chronologique rigoureuse, cherche à comprendre ce qui fit la force du PCF et ce qui a nourri son déclin. Il s’emploie à décrire la manière dont le communisme du XXe siècle s’est enraciné, à la charnière d’un communisme mondial dominé par le PC soviétique, dans un mouvement social structuré autour du monde ouvrier et urbain et une gauche politique traversée par les souvenirs des révolutions du passé, comme par les événements traumatisants des guerres mondiales et coloniales.
Avec la fin de la guerre froide, l’ouverture des archives et la multiplication des angles de recherche, il est aujourd’hui possible d’observer le PCF de façon plus sereine et plus sûrement documentée. On prend désormais la mesure de ce que le communisme politique ne fut pas seulement un parti, voire un appareil très centralisé, mais aussi une galaxie associant du politique, du syndical, de l’associatif et du symbolique. C’est cet objet "total" qui est ici présenté, analysé et interrogé.

 

 

Maurice Thorez
Journal. 1952-1964
édité sous la dir. de Jean-Numa Ducange et Jean Vigreux,
Fayard, 2020, 788 p., 34 €

[présentation en ligne]

 

 

Maurice Thorez fut le principal dirigeant du Parti communiste français alors que celui-ci occupait une place centrale dans l’échiquier politique. Tombé malade en 1950, il est soigné en URSS et revient en France en 1953. Au cours de cette période, afin de rééduquer son bras droit un temps paralysé, il tient un journal quotidien qu’il poursuit jusqu’à sa mort.
Le secrétaire général y évoque autant les rapports de forces internationaux que ses relations personnelles et familiales, le quotidien du petit peuple comme les soubresauts de la vie politique, notamment les débuts de la Ve République et la guerre d’Algérie. Il rend compte de ses nombreuses lectures, apprend le latin, entretient sa maîtrise du russe. Dans ce document de premier ordre pour comprendre la France des années 1950-1960, on croise aussi bien Aragon, Éluard, Mauriac que Khrouchtchev, le général de Gaulle ou Pierre Mendès France.
Entre fidélité au grand frère soviétique et passion pour la culture et la langue française, ce journal, édité pour la première fois, éclaire une page essentielle de l’histoire politique tout en offrant un regard singulier sur les évolutions de la société française.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.