Veille bibliographique #21 (Mars-juin 2020)

Après une longue interruption, nous reprenons notre veille bibliographique, en reportant quelques parutions depuis mars, désormais disponibles en librairie.
La plupart des ouvrages annoncés dans la dernière veille #20 sont d’ailleurs eux-aussi disponibles en librairie.

 

Friedrich Engels
Principes du communisme, précédé du Projet de profession de foi communiste et suivi de la Contribution à l’histoire de la Ligue des communistes
P
réf. Jean Quétier, Les Éditions sociales, 2020, 87  p., 5 €

[présentation en ligne]

 

 

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Friedrich Engels (28 novembre 1820), les Éditions sociales publient ce texte considéré comme le brouillon du Manifeste du parti communiste.

 

 

Friedrich Engels et Karl Marx
Annales franco-allemandes
éd. Alix Bouffard et Pauline Clochec, Les Éditions sociales, coll. « GEME », 2020, 329 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

À Paris, au début de l’année 1844, paraît la revue des Annales franco-allemandes. Cet unique numéro, dirigé par Karl Marx et Arnold Ruge, contient certains des textes les plus connus des jeunes Marx et Engels (« Esquisse d’une critique de l’économie politique », « Sur la question juive », l’introduction de la Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel), ainsi que de tous les contributeurs du numéro (Mikhaïl Bakounine, Ludwig Feuerbach, Moses Hess…).

Il est nouvellement traduit dans le cadre de la GEME (Grande édition Marx Engels) et publié intégralement pour la première fois en français. Préparé par Alix Bouffard, introduit par Pauline Clochec, et assorti d’un riche appareil critique, ce volume donne à comprendre ce projet politique et théorique collectif original et présente dans toute sa complexité le tournant socialiste et communiste que Marx réalise à Paris dans ces années.

 

 

Friedrich Engels et Karl Marx
Correspondance, tome 13 (1875-1880)
éd. et trad. Antony Burlaud, Guillaume Fondu, Clément Fradin et Jean Quétier, Les Éditions sociales, coll. « Les Essentielles », 2020, 595 p., 40 €

[présentation en ligne]

 

Avec ce volume de lettres inédites, les Éditions sociales reprennent la publication de la correspondance de Marx et Engels, un des derniers grands éléments du corpus marxien à ne pas avoir été intégralement traduit en français. On y (re)découvre Marx et Engels au quotidien, à travers des lettres chargées d’anecdotes qui ramènent ces deux géants à hauteur d’homme.

Mais c’est bien leur activité politique et théorique qui occupe la première place. L’échec de la Commune de Paris a déplacé le centre de gravité du mouvement révolutionnaire de la France vers l’Empire allemand où commence à se constituer un parti socialiste. Le Congrès d’unification de Gotha en 1875 marque à cet égard un tournant que Marx et Engels accompagnent de façon critique. Accaparés par la situation allemande, ils ne négligent pas pour autant le mouvement ouvrier des autres pays, d’autant que la deuxième moitié des années 1870 est marquée par la dislocation définitive de l’Association internationale des travailleurs (AIT), et l’entrée dans un nouveau cycle politique dans une Europe en ébullition.

Ce volume contient également une série de lettres de tiers à Marx et Engels (Wilhelm Liebknecht, August Bebel, Eduard Bernstein et Karl Kautsky) dont la lecture permet souvent de découvrir une autre facette des discussions présentées dans cette correspondance.

 

 


Juliette Farjat, Frédéric Monferrand
Dictionnaire Marx
Ellipses, 2020, 256 p., 18,50 €

[présentation en ligne]

 

 

Cet ouvrage a pour but de présenter 65 concepts, soit l'essentiel des termes dans lesquels s'exprime Marx.

 



Arno Münster
Émancipation (de Marx à Marcuse). Historique et actualité d’un concept
L’Harmattan, 2020, 256 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

Contrairement au concept canonisé d'émancipation du XVIIIe siècle (celui de Condorcet, de Rousseau et de Kant), le concept d'émancipation devient au XXe siècle synonyme de toutes les formes de résistance, de résilience et de libération des contraintes, de l'oppression, des discriminations et de toutes les formes de pouvoir liberticide et totalitaire. C'est dans la pleine conscience de la mémoire historique de toutes les luttes pour l'émancipation que cet ouvrage reconstruit la trajectoire de ce concept, sans oublier qu'il s'agit là d'un concept-clé d'une philosophie sociale critique visant, dans le sillage de Marx à Sartre et Marcuse, non seulement la libération du genre humain mais aussi la transformation du monde vers une société libre, non-répressive, égalitaire et fraternelle.

 

 


Alphée Roche-Noël
Marx rapatrié
Éditions du Cerf, 2020, 131 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

Depuis 2018, la France vit au rythme des mouvements populaires. Entre espoir de révolution et risque d’involution, ces révoltes nous placent face à des défis dont la nouveauté ne doit pas masquer les ressorts historiques plus anciens.
Karl Marx est une aide précieuse pour les comprendre. Il a décrypté avec une acuité formidable la situation sociale et politique de notre pays, de l’avènement de la IIe République à l’écrasement de la Commune de Paris.
Alphée Roche-Noël revient sur cet exercice d’histoire au présent et met au jour de frappantes similitudes avec notre époque, que la crise du Covid-19 ne fait que confirmer.
Éternel exilé, Marx vécut deux fois en France et en fut expulsé deux fois, par Louis-Philippe puis par le futur Napoléon III. Cet ouvrage rapatrie sa pensée dans le pays de la Grande Révolution et explique en quoi elle éclaire notre présent et notre avenir.

 

 


Gérard Streiff
L’abécédaire amoureux du communisme
Éditions du Petit pavé, 2020, 152 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

Le Communisme est mort selon les médias. Pourtant, il existe encore des communistes. Gérard Streiff, en fait partie, il explique par cet abécédaire comment on devient communiste en 1968, et pourquoi cinquante plus tard il est toujours communiste. L’occasion pour certains de découvrir ce souvenir, pour d’autres la culture, les combats, les révoltes, la pensée de 50 ans de communisme. Ce livre est un recueil d’images, d’anecdotes, de rencontres, de dates. Des souvenirs en vrac, avec des trous (de mémoire). Le communisme par le petit bout de ma lorgnette.

 

 

Michael Löwy
Qu’est-ce que l’écosocialisme ?
Le Temps des cerises, 2020, 185 p., 14 €

[présentation en ligne]



L’écosocialisme est un courant politique fondé sur une constatation essentielle : la sauvegarde des équilibres écologiques de la planète, la préservation d’un environnement favorable aux espèces vivantes – y compris la nôtre – est incompatible avec la logique expansive et destructrice du système capitaliste. La poursuite de la « croissance » sous l’égide du capital nous conduit, à brève échéance – les prochaines décennies – à une catastrophe sans précédent dans l’histoire de l’humanité́ : le réchauffement global.

 

 

Jean-Marie Vincent
Fétichisme et société
nouv. éd., préf. Alexander Neumann, Éditions Critiques, 2020,  383 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

Quand paraît en 1973 Fétichisme et société, les mouvements contestataires issus de Mai 68amorcent leur déclin et la vague anti-marxiste se prépare. Constatant que le marxisme des partis de gauche devenait de plus en plus un obstacle à l’action, Jean-Marie Vincent cherche dans cet essai à réactiver le potentiel critique de Marx. L’ouvrage nous livre une pensée vivante, entrain de se faire, qui au fil de ses développements superpose de multiples niveaux d’analyses capables de rendre toute la complexité du concret. À la croisée de la sociologie, de la philosophie et de la politique l’ouvrage est autant animé par le souci d’une théorie subtile que par l’urgence d’une action politique capable de transformer la réalité sociale la plus immédiate. Détenteur d’une immense culture historique et philosophique, Jean-Marie Vincent confronte Max Weber à Lukács, mobilise Adorno contre Popper et défait Heidegger à l’aide d’Herbert Marcuse. Introduisant des œuvres alors très peu connues en France, il libère Marx des dogmes du marxisme pour que la théorie critique redevienne un outil émancipateur.

 



Stéphanie Roza
La gauche contre les Lumières ?
Fayard, 2020, coll. « Raison de plus », 2020, 203 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

 

Depuis plusieurs années déjà s’élèvent des critiques d’une radicalité inouïe contre le cœur même de l’héritage des Lumières : le rationalisme, le progressisme, l’universalisme.
Ces critiques se revendiquent de l’émancipation des dominés, marqueur traditionnel des différents courants de gauche. Mais s’inscrivent-elles dans le prolongement de celles qui, depuis l’émergence des mouvements socialiste, communiste ou anarchiste, avaient pour horizon un prolongement et un élargissement des combats des Lumières « bourgeoises » ? Il est malheureusement à craindre que non.  Une partie de la gauche est-elle dès lors en train de se renier elle-même ?

 

 

Raoul Vaneigem
L’insurrection de la vie quotidienne. Textes et entretiens
Grevis, 2020, 195 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Sous la diversité de ses prétextes, l'unique revendication qui s'exprime aujourd'hui sans réserve, c'est la vie pleine et entière.

 

 

Yolène Dilas-Rocherieux
Rien n’est à personne. Du communisme au commun, retour aux origines
Vendémiaire, 2020, 180 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

Rien n’est à personne : la formule pourrait résumer la doctrine communiste, fondamentalement hostile à la propriété privée, au nom d’une égalité radicale. Mais quelle est la véritable origine de ce programme révolutionnaire ? S’agit-il d’une invention utopiste du XIXe siècle, en réaction au sentiment de dépossession des classes ouvrières ? Ou d’une forme d’organisation naturelle des sociétés primitives avant le sacre de l’individu et du progrès ? La question est d’importance, car après la chute du bloc soviétique, qui a paru sonner le glas de cette idéologie, on la voit aujourd’hui réapparaître alors que la notion de « commun » devient le ferment des luttes écologistes ou anticapitalistes. Le communisme serait-il donc la solution aux défis du XXIe siècle ?
Des communautés villageoises archaïques aux zadistes, en passant par la République guaranie créée par les jésuites au Paraguay au XVIIe siècle, par Marx, Lénine et Rosa Luxemburg, une synthèse sur une vision du monde et du partage de ses richesses.

 

 


Andreas Malm
Comment saboter un pipeline
trad. de l’anglais Étienne Dobenesque, La Fabrique, 2020, 216 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

« Nous dressons nos campements de solutions durables. Nous manifestons, nous bloquons, nous adressons des listes de revendications à des ministres, nous nous enchaînons aux grilles, nous nous collons au bitume, nous manifestons à nouveau le lendemain. Nous sommes toujours parfaitement, impeccablement pacifiques. Nous sommes plus nombreux, incomparablement plus nombreux. Il y a maintenant un ton de désespoir dans nos voix ; nous parlons d’extinction et d’avenir annulé. Et pourtant, les affaires continuent tout à fait comme avant – business as usual. À quel moment nous déciderons-nous à passer au stade supérieur ? » Confrontant l’histoire des luttes passées à l’immense défi du réchauffement climatique, Andreas Malm interroge un précepte tenace du mouvement pour le climat : la non-violence et le respect de la propriété privée. Contre lui, il rappelle que les combats des suffragettes ou pour les droits civiques n’ont pas été gagnés sans perte ni fracas, et ravive une longue tradition de sabotage des infrastructures fossiles. La violence comporte des périls, mais le statu quo nous condamne. Nous devons apprendre à lutter dans un monde en feu.

 



Paul Rocher
Gazer, mutiler, soumettre. Politique de l’arme non létale
La Fabrique, 2020, 189 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

 

Nuages lacrymogènes, grenades de désencerclement, LBD 40… Des ZADs aux campus, des quartiers populaires aux cortèges syndicaux, manifester en France expose aujourd’hui à la violence des armes non létales. Les forces de l’ordre dégainent à la moindre  ccasion et la liste des blessés et mutilés s’allonge de mois en mois. Que signale cette escalade ? Face à ce qu’il perçoit comme une crise du maintien de l’ordre, l’État attise la brutalité de sa police en la dotant d’un arsenal militaire toujours plus puissant et fourni – au grand bonheur des marchands d’armes. Démontant la rhétorique humanitaire de ses défenseurs, Paul Rocher montre que le recours massif aux armes non létales est la marque d’un étatisme autoritaire de plus en plus intolérant à toute contestation dans une période de recul social majeur. Conçues comme des armes « défensives », elles forment dans la pratique l’artillerie de l’offensive néolibérale en cours, rappelant, à quiconque entreprend d’y résister, la nécessité de l’autodéfense populaire.

 

 

 
Olivier Masclet, Thomas Amossé, Lise Bernard, Marie Cartier, Marie-Hélène Lechien, Olivier Schwartz, Yasmine Siblot (dir.)
Être comme tout le monde. Employées et ouvriers dans la France contemporaine
Raisons d’agir, coll. « Cours et travaux », 2020, 480 p., 24 €

[présentation en ligne]

 

Il est question dans ce livre de ces femmes et de ces hommes, employées ou ouvriers, qui vivent des revenus de leur travail et s’efforcent de « s’en sortir » par eux-mêmes. Ces travailleurs représentent, aujourd’hui encore, un groupe social stable et important. Beaucoup plus qu’autrefois, ils entrent en interaction directe avec les membres des classes moyennes et supérieures, comme clients ou professionnels de services (garde d’enfants, santé, éducation, commerce, sécurité, transports publics, etc.). 
Par leurs aspirations, leur fréquentation plus longue du système scolaire, leur accès à la consommation, ils se rapprochent des catégories moyennes ; en même temps, ils demeurent éloignés du capital culturel, leurs ressources économiques restent incertaines et leur travail, peu payé et peu considéré, est toujours subalterne. Par des portraits de couples et de familles, résidant dans des espaces aussi bien ruraux qu’urbains, de générations et d’âges différents, ce livre éclaire ce que signifie « s’en sortir » ou plus exactement « s’en sortir à peu près » dans la société française actuelle. À rebours des discours convenus sur la « France périphérique » ou sur le « déclassement des classes moyennes », il donne à voir les conditions d’existence de ces classes populaires, stables mais fragiles, leurs pratiques à la fois publiques (travail, sociabilités, engagements bénévoles, rapport à la politique et aux institutions) et privées (économie domestique, rapports de genre et entre générations, loisirs individuels et « temps pour soi »).
Cette série de 21 portraits montre comment ces femmes et ces hommes travaillent à « être comme tout le monde », c’est-à-dire à éviter la relégation parmi les « assistés » et à s’affirmer comme membres à part entière de ce que Robert Castel appelait la « société des semblables ». Elle fait comprendre leurs aspirations autant que leurs déceptions et leurs griefs, la manière dont ils s’efforcent de jouer le jeu d’un ordre social qui pourtant leur fait peu crédit.

 

 

Verónica Gago
Économies populaires et luttes féministes. Résister au néolibéralisme en Amérique du Sud
trad. de l’espagnol, Raisons d’agir, 2020, 184 p., 11 €

[présentation en ligne]

 

L’Amérique du Sud est, depuis plusieurs décennies, un lieu d’expérimentation des politiques néolibérales. L’originalité du travail de Verónica Gago est de les observer « par en bas », et de montrer comment les classes populaires détournent les normes de compétitivité et de rentabilité en faveur d’autres formes de vie et de sociabilité. 
Dans les économies informelles des marchés populaires, les groupes subalternes s’approprient la rue, inventent d’autres pratiques économiques et mettent en cause la légitimité politique du néolibéralisme.
C’est ce qui se joue dans l’incroyable marché de La Salada à Buenos Aires, lieu par excellence des sociétés bigarrées que décrit Verónica Gago, ou encore dans les ateliers textiles qui emploient l’essentiel des travailleurs migrants. Les luttes féministes contre les violences domestique et économique, contre l’endettement ou la précarité suscitent des formes d’organisation et de contestation locales capables de subvertir de l’intérieur des modes de domination imposés à l’échelle internationale.

 

 

Hocine Belalloufi
Algérie 2019-2020. Le peuple insurgé. Entre réforme et révolution
Éditions du Croquant, coll. « Sociétés et politique en Méditerranée », 2020, 186 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

Que se passe-t-il en Algérie depuis une année ? De quelle nature est le mouvement populaire (Hirak) qui a surgi le 22 février 2019 ? Quelles sont les contradictions qui le traversent ? Quelles sont les raisons immédiates qui ont causé son apparition et quelles en sont les origines profondes ?
Qu’a-t-il obtenu et que lui reste-t-il à conquérir ? Quels effets a-t-il produits sur le pouvoir et la société ? Comment a évolué le rapport de force entre les protagonistes ? Quels sont les principaux enjeux politiques actuels ?
Le régime libéral autoritaire qui a imposé Abdelmadjid Tebboune à la tête du pays veut-il et peut-il se contenter de ravaler sa façade démocratique ? Le Hirak peut-il lui imposer une transition démocratique ? Celle-ci passera-t-elle par l’élection d’une Assemblée constituante ? Le combat du Hirak mènera-t-il à une démocratie parlementaire ultralibérale insérée en position dominée dans la globalisation capitaliste mondiale et dans l’ordre impérialiste régional ? Ou à une démocratie souveraine, non alignée, populaire et sociale ?
Telles sont les questions que cet ouvrage tente d’éclairer dans le but assumé de contribuer à résoudre cette crise politique au profit des classes populaires.

 

 

Jean-Marc Schiappa
Les communistes sous le Directoire
Delga, coll. « Histoire », 2020, 365 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

Karl Marx, fin connaisseur de la Révolution française, avait décrit la conjuration de Babeuf comme « la première apparition d’un parti communiste réellement agissant ». Mais, à peu près tous les historiens qui se sont penchés sur le babouvisme (nous en ferons le détail), voire sur la Révolution, ont considéré que la conjuration n’avait pas d’importance sur le moment. À partir de là, le problème était simple : soit Marx avait raison, soit il avait tort. Et la réponse ne pouvait pas se trouver dans les productions des historiens mais dans les documents d’époque.

 

 

Jean-Claude Richez
Une révolution oubliée. Novembre 1918, la révolution des conseils ouvriers et de soldats en Alsace-Lorraine
Syllepse, coll. « Histoire-Enjeux », 2020, 250 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

Novembre 1918 : la guerre s’achève, l’empire allemand s’effondre et la révolution éclate en Allemagne avec ses conseils ouvriers et de soldats, en écho aux soviets au pouvoir en Russie.
En Alsace-Lorraine, la France et l’Allemagne entendent organiser en bon ordre l’évacuation des troupes allemandes et l’arrivée de l’armée française. Cependant, le vent de la révolution souffle en Alsace-Lorraine comme dans toute l’Allemagne. Les soldats arrachent leurs insignes aux officiers, des grèves éclatent. Le drapeau rouge flotte sur la cathédrale de Strasbourg. Les conseils d’ouvriers et de soldats s’emparent du pouvoir dans les principales villes de la région. Ils organisent la vie quotidienne : transports, finances, ravitaillement, mais se divisent profondément à la fois sur la question du socialisme et sur la question nationale.
Affolé, le gouvernement français, en accord avec les autorités allemandes, précipite l’arrivée de ses troupes, ce qui signe la fin du mouvement révolutionnaire et des espoirs d’un monde meilleur.
L’agitation sociale va cependant perdurer au cours des deux années qui suivent, au-delà de l’accueil triomphal, mais non partagé par tous, réservé aux troupes françaises.
Jean-Claude Richez nous propose le récit détaillé de cet épisode méconnu de la fin de la Première Guerre mondiale.

 

 

 

Collectif Ahou Ahou Ahou
La révolte des Gilets jaunes. Histoire d’une lutte de classes
Niet! éditions, 2020, 217 p., 9 €

[présentation en ligne]

 

 

Les Gilets jaunes semblent défier le pouvoir autant que l’analyse. Basé sur des expériences directes, ce petit livre interroge les pratiques qui s’y sont déployées – et parfois confrontées. Alors que chaque nouvelle séquence de la lutte a semblé effacer la précédente, on en retrace ici l’enchaînement : des blocages aux émeutes, des occupations de ronds points aux assemblées populaires, des appels à l’unité avec les forces de l’ordre à la critique de la répression.
Surgie et demeurée en dehors des cadres des forces politiques classiques, que nous dit cette révolte du cours de la lutte des classes ? Quels sont les mouvements qui l’agitent ? Quels débordements de l’ordre social laisse-t-elle entrevoir ?

 

 

Stephen Bouquin (coord.)
« Mobilisations et grèves. Paroles, entretiens, analyses, enquêtes, bilans et perspectives »
Les Mondes du travail, Hors série, mars 2020, 146 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

Ce numéro hors-série est téléchargeable : http://lesmondesdutravail.net/2013/wp-content/uploads/2020/02/LMDT_HS_enligne.pdf

 

 


Guillaume Sibertin-Blanc (dir.)
« Althusser »
Actuel Marx, n° 67, 2020, 237 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

Porteuse d’un programme théorique et épistémologique de refondation critique du marxisme, la pensée de Louis Althusser fut saluée en 2015, à l’occasion du cinquantenaire de la parution de Pour Marx et Lire Le Capital, en maints lieux pourtant peu fréquentés par les études althussériennes hexagonales, ceci venant rappeler les traductions, circulations et appropriations multiples dont l’œuvre d’Althusser fit précocement l’objet. Ce dossier entreprend d’ouvrir une cartographie élargie de ces itinéraires d’une pensée bon gré mal gré voyageuse, de Cuba à la Corée du Sud, du Cône Sud à l’Iran ou au Japon. Il combine des reconstructions historiques de ces réceptions « périphériques » qui cherchèrent du côté d’Althusser des ressources pour engager le marxisme sur de nouveaux territoires épistémiques, politiques et culturels, et des relectures critiques de ses textes à la lumière des problèmes que leur adressent leurs lointains lecteurs pour armer une transformation des marxismes hors des formes et des pratiques qu’Althusser pouvait lui-même anticiper. Dans la conjonction de ces approches se profile, par esquisses, un portrait fragmentaire du développement inégal de l’althussérisme dans les mondes extra-européens.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.