Veille bibliographique #20 (Février-Mars 2020)

Voici quelques parutions récentes, de la deuxième moitié du mois de février et quelques-unes du début du mois de mars 2020.

 

Georg Lukács
Tolstoï
Les Éditions Critiques, 2020, 168 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

Dans cet essai, publié en 1944 et traduit pour la première fois en français, Georg Lukács prolonge et approfondit ses réflexions sur le réalisme à travers l’œuvre littéraire de Léon Tolstoï.
Quelle place occupe Tolstoï au sein de la littérature mondiale ? Comment expliquer la portée universelle de ses personnages, figures dont nous nous sentons toujours si proches ? D’où vient le souffle épique de ses romans qui des champs de batailles napoléoniens aux salons de l’aristocratie russe de la fin du XIXe siècle nous plonge au cœur d’une société en plein bouleversement ?
À l’encontre des interprétations réactionnaires mais aussi progressistes Lukács démontre que Tolstoï est avant tout l’écrivain qui sut le mieux saisir les profondes contradictions qui tiraillaient la société russe de son temps et par là annonçait les révolutions du début du XXe siècle.

 

 

Slavoj Žižek
La révolution aux portes. Sur Lénine
Le Temps des cerises, 2020, 441 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

L'idée d'une réapparition de Lénine sur la scène intellectuelle et politique est de nature à provoquer un bruyant éclat de rire sarcastique. Marx, ça va... mais Lénine ? N'est-il pas responsable de la grande catastrophe qui a marqué le XXe siècle, s'interrogeront beaucoup ? Dans La Révolution aux portes, Slavoj Žižek situe les écrits de 1917 dans leur contexte historique, et son grand texte de postface s'attaque aux questions clefs pour lesquelles Lénine pourrait être revisité, dans notre ère de "capitalisme culturel".
Žižek est convaincu, quel que soit le sujet, - qu'il s'agisse de la crise annoncée du capitalisme, de la possibilité d'une violence rédemptrice ou de la fausseté de la tolérance libérale - que le temps de Lénine est revenu.

 

 

Daniel Bensaïd
Fragments radiophoniques
Éditions du Croquant, 2020, 204 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

Au départ il s’agit d’un projet, diffusé sur la radio Fréquence Paris Plurielle (106,3 FM). Au cours de deux séances d’enregistrement en 2007 et 2008, Daniel Bensaïd se prête à un exercice radiophonique. Autour de 12 dates, souvent associées à des figures marquantes du mouvement ouvrier, il donne à entendre sa vision des évènements : Révolution d’octobre, guerre d’Espagne, assassinat de Lumumba, Chili 73... chute du mur de Berlin.
Ces 12 dates retracent un « court vingtième siècle », avec des choix nécessairement partiels et partiaux. On entend, ou plutôt on lit, certaines des principales analyses qui structurent la pensée de Daniel Bensaïd, mais aussi celle d’une partie de la gauche radicale en ce tout début de 21e siècle.
Exercice passionnant, Daniel Bensaïd y déploie un récit foisonnant de références et d’expériences personnelles. Lui, à qui « l’histoire a mordu la nuque » reste capable de nous embarquer avec autant d’érudition que de chaleur dans l’histoire et ses bifurcations pour penser la suite : « on entre dans une nouvelle étape, mais dans cette nouvelle étape, selon une formule qui m’est chère, on recommence par le milieu, on ne recommence pas à zéro ».
Pour poursuivre l’aventure, 10 ans après la disparition du militant philosophe, nous avons demandé à certains amis de réagir à ces enregistrements : entre héritage, dette intellectuelle et politique ils et elles nous disent comment continuer à penser nos luttes pour l’émancipation dans un monde qui a définitivement basculé dans un autre siècle.

 

 

Agustín García Calvo
Histoire contre tradition. Tradition contre Histoire
trad. par Manuel Martinez, La Tempête, 2020, 105 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

Dans cet essai d’une logique rigoureuse, Agustín García Calvo analyse le phénomène d’écrasement des traditions autonomes et collectives qu’opère le mouvement de l’histoire dans ses phases successives. La tradition s’incarne sous la forme d’une mémoire intuitive, pratique et créative, tandis que l’Histoire enracine son avancée par un mouvement d’abstraction de la vie. Le lecteur est ainsi convié à percevoir sensiblement, jusqu’en lui-même, la lutte dialectique entre la dynamique historique de destruction et les élans immémoriaux de vie et de résistance qui demeurent malgré tout.
Conjuguant pensée et poésie, cet ouvrage fait émerger une définition de la tradition dégagée de tout relent nationaliste et faisant écho aux luttes sociales et politiques actuelles.

 



Ivan Segré
L’Occident, les indigènes et nous
Amsterdam, 2020, 574 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

À partir des années 1980, l’idée s’est peu à peu imposée : le clivage politique fondamental ne serait pas de nature idéologique – opposant le capitalisme au socialisme – mais civilisationnel. Cette conception, formulée notamment par Samuel Huntington, divise le champ politique entre d’un côté les tenants d’une vision sécularisée des rapports entre les hommes et les sociétés – « l’Occident » –, et de l’autre les défenseurs d’une conception religieuse ou « indigène ». Or de manière paradoxale, elle semble également s’être imposée au sein de courants intellectuels et politiques qui, considérant que l’accroissement de la domination de l’homme sur la nature est indissociable de celle de l’homme sur l’homme, érigent la pratique indigène en figure principale de l’opposition à la logique du capitalisme.
Mais la perpétuation de la guerre et de la servitude dans l’histoire de l’humanité procède-t-elle vraiment de la diffusion des appareils conceptuels produits par l’Occident ?
Étudiant les déterminants des trois mouvements historiques que sont le développement du capitalisme, la colonisation des Amériques et la traite atlantique, Ivan Segré montre qu’il n’en est rien, et que seul le recours à des facteurs d’un autre ordre – les comportements économiques prédateurs et la xénophobie – rend intelligible le cours de l’histoire.

 

 

François Gèze, Omar Benderra, Rafik Lebdjaoui, Salima Mellah (dir.)
Hirak en Algérie. L’invention d’un soulèvement
La Fabrique, 2020, 304 p., 16 €

[présentation en ligne]

 

À partir du 22 février 2019, des millions d’Algériens ont occupé des mois durant, chaque vendredi, les villes du pays pour réclamer le départ du régime. Ce hirak (mouvement) est sans précédent historique : on n’a jamais vu la majorité de la population d’un pays manifester ainsi pacifiquement pendant des mois pour exiger une authentique démocratie.
Réunissant des contributions de journalistes et professionnels algériens ayant participé au mouvement, ainsi que celles de spécialistes du pays, algériens et français, ce livre rend compte de cette extraordinaire ébullition. Il montre en quoi les mots d’ordre du hirak ont révélé la remarquable lucidité du peuple : ils disent comment le régime est dirigé par une coupole mafieuse, réunissant autour du partage des circuits de corruption les chefs de l’armée et de la police politique, cachés derrière une façade politique civile sans aucune autonomie.
Après avoir rappelé les raisons profondes du soulèvement, les auteurs restituent ses multiples facettes, l’inventivité et l’humour des manifestants et manifestantes, la place essentielle des jeunes et des femmes ou la revendication centrale de parachever la libération nationale de 1962. Sans négliger le rôle de la presse et des réseaux sociaux, ni les réactions à la répression policière. Analysant enfin les effets du hirak au sein du pouvoir, ainsi que les réactions des grandes puissances, cet ouvrage apporte des clés essentielles pour comprendre l’un des plus puissants mouvements sociaux de l’histoire moderne.
Avec les contributions de Zineb Azouz, Houari Barti, Abdelghani Badi, Omar Benderra, Amine Bendjoudi, Hocine Dziri, José Garçon, François Gèze, Hadj Ghermoul, Rafik Lebdjaoui, Hocine Malti, Hassina Mechaï, Mohamed Mehdi, Salima Mellah, Ahmed Selmane, Habib Souaïdia.

 

 

Alain Bertho
Time over ? Le temps des soulèvements
Éditions du Croquant, 2020, 160 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

La catastrophe climatique a commencé. Ce désastre annoncé s’accompagne aujourd’hui d’un véritable effondrement politique de notre monde. Tout concourt à la course à l’abîme de l’Humanité : la folie aveugle des pouvoirs et de la finance, l’institutionnalisation de la corruption, l’explosion des inégalités et l’extrême brutalité des relations sociales, la désagrégation des États dans l’extension de la guerre et la destruction de la planète.
La logique prédatrice d’un capitalisme financier et numérisé emporte les États eux-mêmes. Les espoirs révolutionnaires du siècle dernier ont fait naufrage. La démocratie représentative est à la dérive. Grande est alors la tentation du sauve-qui-peut généralisé, qu’il soit individuel ou collectif, du populisme et de l’apartheid climatique. Chacun sait qu’il y a urgence.
Nous n’avons plus le temps d’attendre des décisions qu’aucun gouvernement ne prendra, plus le temps de construire patiemment des stratégies électorales sur des échéances pluriannuelles. L’enjeu d‘aujourd’hui n’est pas de sauver coûte que coûte la démocratie représentative mais de faire face ensemble, en commun, à l’apocalypse qui vient.
Cette urgence vitale est le moteur des soulèvements contemporains :  en 2019 en France avec les Gilets jaunes, au Chili, en Irak, au Liban, à Hong Kong, en Algérie, en Iran, en Équateur, au Pérou… Une autre fin du Monde est peut-être possible, celle d’une intervention directe des peuples dans les affaires du Monde et d’une démocratie radicale à la hauteur des défis de l’époque que nous vivons.

 

 

Jean-Louis Laville et Michèle Riot-Sarcey
Le réveil de l’utopie
Les Éditions de l’Atelier, 2020, 144 p., 13,90 €

[présentation en ligne]



Algérie, Soudan, Irak, Chili, Iran, Colombie, Liban, Hong Kong, France… Sous le ciel menaçant du dérèglement climatique, un vent de protestation s’est levé en divers endroits de la planète. Il a soulevé, sans parvenir à le déchirer, le voile de l’illusion du meilleur des mondes régi par le marché et habillé par une démocratie vidée de son sens. Une partie des habitants du globe s’est dressée contre la violence des pouvoirs et l’omnipotence de l’argent.
L’aspiration à l’émancipation renaît. Plutôt que d’apparaître comme un ailleurs inaccessible retiré dans le jardin des rêves, l’utopie a retrouvé la vigueur qui avait conduit les insurgé.es du XIXe siècle à s’en emparer pour se libérer de leurs chaînes.
Ce livre plaide pour que chacun.e d’entre nous se mette à l’écoute des pratiques émancipatrices qui, du Chiapas à Notre-Dame-des-Landes, des collectifs de Gilets jaunes aux places d’Alger et de Santiago, en passant par les associations et les lieux du travail, dessinent, dès aujourd’hui, le visage d’une démocratie réelle et toujours inachevée.

 

 

Jules Falquet
Imbrication. Femmes, races et classe dans les mouvements sociaux
Éditions du Croquant, 2020, 304 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

Face à l’urgence actuelle de changer ce monde, comment lutter et avec qui ? Peut-on se battre comme femme sans trahir sa culture ? Comment s’organiser simultanément en tant que Noir·e et prolétaire ? Doit-on vraiment dénoncer à la fois le racisme, le capitalisme et le patriarcat ? Et surtout, quelles solidarités, quelles alliances construire, autour de quels projets ?
Imbrication décortique la complexité des identités, des loyautés et des intérêts de chacun-e dans les mouvements sociaux. L’ouvrage présente l’histoire de luttes guerrillères (Salvador), Indiennes-paysannes (mouvement zapatiste au Mexique) ou Noires (Brésil, République Dominicaine, USA), ainsi que les mouvements de femmes, féministes et lesbiens du continent.
Les femmes des Amériques et des Caraïbes nous tendent un miroir exceptionnel pour mieux comprendre « l’intersectionnalité » à un moment de foisonnement des luttes, parfois déroutant.
Partant du quotidien des mouvements pour parvenir à une véritable « science des opprimé·e·s », ce livre s’adresse aussi bien au public curieux qu’aux activistes et au monde de la recherche.

 



Matthieu Niango
Les gilets jaunes dans l’histoire
éditions Kimé, 2020, 104 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

 

Les gilets jaunes dans l’histoire défend une thèse radicale à propos d’un mouvement qui aura secoué la France et le monde pendant de longs mois : loin d’être une énième révolte du pouvoir d’achat, le soulèvement des gilets jaunes est la manifestation d’une crise politique planétaire, celle de la démocratie représentative. Les protagonistes de ce mouvement sans chef ont d’ailleurs conscience d’être au cœur d’un processus universel visant à faire passer l’humanité à une autre étape de son histoire : la démocratie plus directe, où les représentants céderaient toujours plus de pouvoir aux citoyennes et citoyens. Renouant avec la philosophie de l’histoire pratiquée par Kant, Hegel ou Marx, Les gilets jaunes dans l’histoire possède également une dimension militante : comment concrétiser l’aspiration de millions de femmes et d’hommes exaspérés par la confiscation du pouvoir par une minorité faisant voter des lois pour elle seule, et usant, de plus en plus ouvertement, de la force pour les faire respecter ? Comment mettre en accord la démocratie avec sa définition même : le pouvoir du peuple, pour le peuple, par le peuple, et ainsi nous rendre plus libres ? En faisant du mouvement des gilets jaunes le symptôme d’une crise politique et philosophique profonde, cet essai ambitieux adresse un message d’espoir à celles et ceux qui osent encore, avec raison, croire en l’avenir : prenons collectivement possession des moyens de la décision !

 

 

Christian Chavagneux
Une brève histoire des crises financières. Des tulipes aux subprimes
La Découverte, 2020, 300 p., 11,50 €

[présentation en ligne]

 

 

La finance a pris une place démesurée dans nos économies, et ses dérapages pèsent lourdement sur le bien-être des populations. Mais il n’est pas facile pour le simple citoyen de comprendre les ressorts de l’instabilité financière, afin d’apprécier la pertinence des politiques qui prétendent la combattre. D’où l’intérêt de revenir sur les grandes crises du passé.
Ce livre enlevé fait le récit des plus exemplaires d’entre elles : la fameuse bulle sur les tulipes dans la Hollande du XVIIe siècle ; la première bulle boursière dans la France du Régent ; la crise financière de 1907, qui a conduit à créer la banque centrale des États-Unis. Puis il revient de manière originale sur la crise de 1929, en montrant comment Roosevelt a imposé avec habileté les régulations qui allaient assurer plusieurs décennies de stabilité.
Se dessine ainsi une « économie politique des bulles », dans laquelle s’inscrivent parfaitement le dérapage des subprimes et la crise des dettes publiques en Europe. On comprend mieux alors les mécanismes à l’œuvre, mais aussi le rôle joué par les inégalités, les rapports de forces politiques et les batailles idéologiques.

 

 

Simon Lemoine
Découvrir Bourdieu
Les Éditions sociales, coll. « Les propédeutiques », 2020, 160 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Les concepts de Pierre Bourdieu font école tant et si bien qu’au-delà même de la sociologie critique, on les retrouve dans la littérature journalistique, dans les textes d’organisations, dans les discours politiques… Le livre de Simon Lemoine, docteur en philosophie, professeur de lycée, veut éclairer pour un public non savant les articulations principales d’une pensée qui s’est vouée à la connaissance des mouvements de la société. Comment les dominants dominent-ils ? La sociologie peut-elle servir à transformer les rapports de pouvoir, quelle est la puissance de la violence symbolique, qu’est-ce que l’habitus, la distinction, comment fonctionne la reproduction sociale ? Autant de questions qui animent ce « Découvrir » et en font une introduction essentielle à la sociologie de Bourdieu, et à la compréhension du présent.

 

 

Gerald Horne
Paul Robeson
(trad. de l’américain Joëlle Marelli), Otium, coll. « L’Autre Amérique », 2020, 344 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

En 2018, le Musée du quai Branly organisait une exposition dédiée à Paul Robeson. Mais comment expliquer que le paysage éditorial francophone n’ait pas consacré le moindre ouvrage à cette figure éminente de l’histoire africaine-américaine ?
Sa carrière artistique – acteur, chanteur, écrivain – et son activisme lui ont valu une reconnaissance et une notoriété sans équivalent. Ses combats et sa pensée ont fécondé des œuvre-vies aussi diverses que celle de James Baldwin, Harry Belafonte, Malcom X ou Nina Simone. Comment peut-il être voué aux oubliettes de l’histoire, à l’endroit même où le Klan et le Maccarthysme voulurent le reléguer ?

 



Frédéric Boccara, Denis Durand, Catherine Mills (coord.)
Les retraites : un bras de fer avec le capital
Delga, coll. « Actualité », 2020, 17 €

[présentation en ligne]

 

Ce livre s’inscrit dans une bataille historique contre la contre-réforme Macron de démantèlement de notre modèle social, et pour construire un nouvel âge des retraites et une nouvelle civilisation. Les auteurs dans leur diversité (spécialistes de la protection sociale, économistes, militants syndicaux, politiques, ou associatifs), donnent des arguments pour dénoncer l’arnaque et la dangerosité du projet Macron avec son acharnement à construire une société hyper-libérale. En même temps, cet ouvrage contribue à faire monter le débat sur des propositions alternatives.
Il met en son cœur la bataille du financement : une cotisation sur les revenus financiers, un développement des cotisations sociales avec une modulation du taux de cotisation, en liaison avec le développement de l’emploi et des salaires.
En appui à la formidable mobilisation populaire, il veut contribuer à un front d’action des forces populaires et progressistes en faisant monter les convergences pour une autre réforme cohérente et au niveau des défis actuels.
La bataille continue.

 

 

Nasser Mansouri-Guilani
Développer les services publics. Un combat d’avant-garde
Éditions du Croquant, 2020, 244 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

Affaiblis par les politiques libérales, les services publics ne sont pas sans défauts ; mais ils réduisent les inégalités et renforcent le potentiel productif. Pourquoi alors vouloir les restreindre voire les supprimer, alors que leur amélioration figure parmi les premières préoccupations des citoyens ? Pour interdire le vrai débat ! Les libéraux tendent un piège et affirment que « si vous voulez payer moins d’impôts, il faut nous dire quels services publics supprimer ». Ce livre a pour but de démonter ce piège et d’illustrer qu’il est possible de développer des services publics de qualité.
Leur promotion est nécessaire pour faire face à la hausse des inégalités, au réchauffement climatique et pour engager un nouveau mode de développement qui respecte l’environnement et les êtres humains.
Les nouvelles technologies facilitent la tâche, à condition de changer notre conception de l’activité économique et de la libérer de la contrainte du taux de profit et de l’asservissement à l’univers de la marchandisation. De par leur caractère non marchand, les services publics ont toute leur place dans cette construction. C’est pourquoi les développer est un combat d’avant-garde.

 

 

Carolyn J. Eichner
Franchir les barricades. Les femmes dans la Commune de Paris
éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire de la France aux XIXe-XXe siècles », 2020, 320 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

Les femmes ont eu un rôle fondamental dans la Commune de Paris (1871). En examinant trois cheffes de file féminines du Paris révolutionnaire, l'ouvrage démontre l'influence des féminismes sur les événements sociaux et politiques de l’époque. Il met en évidence l’ampleur, la profondeur et l’impact des socialismes féministes communards bien au-delà de l’insurrection de 1871. En examinant la période du début des années 1860 à la fin du XIXe siècle, Carolyn J. Eichner étudie comment les femmes radicales développèrent les critiques du genre, de la classe sociale et des hiérarchies religieuses durant la période précédant immédiatement la Commune. Elle révèle comment ces idéologies ont émergé en une pluralité de socialismes féministes au sein de la révolution, et comment ces politiques variées ont influencé les relations de genre et de classe à la fin du XIXe siècle. L’auteure se concentre sur trois meneuses d’insurgés qui illustrent la multiplicité des socialismes féministes à la fois concurrents et complémentaires: André Léo, Elisabeth Dmitrieff et Paule Mink. Léo théorisait et enseignait par le biais du journalisme et de la fiction, Dmitrieff œuvrait à l’organisation du pouvoir institutionnel pour les femmes de la classe ouvrière, et Mink agitait les foules pour fonder un monde socialiste égalitaire. Chaque femme a tracé son propre chemin vers l’égalité des sexes et la justice sociale. Franchir les barricades étudie la vie et les stratégies divergentes de ces trois cheffes révolutionnaires fascinantes pour éclairer le rôle des femmes et de la politique du genre dans la Commune de Paris et son héritage.

 

 

Jérémie Lefranc
Cravirola. Une expérimentation politique alliant vie et travail
Éditions du Commun, coll. « Culture des précédents », 2020, 172 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

La coopérative Cravirola a marqué toutes les personnes qui l’ont côtoyée et plus largement les milieux militants du début des années 2000. Ses membres se sont posés comme enjeu politique de vivre et travailler autrement et ont choisi comme moyen la coopérative, la paysannerie et la ruralité́. Jérémie Lefranc nous livre ici son expérience au sein de cette communauté de vie et de travail. Nous suivons sur dix années la vie quotidienne d’un collectif, rythmée par les activités, les chantiers, les relations en interne comme au voisinage en passant par les questions financières et les choix stratégiques. L’auteur nous embarque dans un récit ancré dans une réalité qui nous est tout autant familière que singulière.

Au niveau médiatique et grand public, les expérimentations autogestionnaires et les vies en communauté sont associées à l’après Mai 68. En les reléguant à une période bien définie du passé, nous condamnons ce type d’expériences au statut d’archive et à une bulle temporelle de possibles révolus. Ce texte permet de rappeler le caractère actuel de nombreuses expérimentations autogestionnaires et par la même nourrit et documente la nécessité de repenser nos relations aux autres, à notre environnement et notre rapport à un monde libéral, capitaliste et fini.

[Le pdf du livre est disponible en téléchargement sur le site de l’éditeur]

 

 

« Vive les communes : Des ronds-points au municipalisme »
Mouvements. Des idées et des luttes
La Découverte, n°101, printemps 2020, 180 p., 16 €

[présentation en ligne]

 

Le mouvement des Gilets jaunes a remis la question démocratique au cœur du débat public : du RIC à l’Assemblée des assemblées, cette lutte a exprimé une volonté de reconquête de la souveraineté populaire. Comment ces aspirations ont-elles travaillé les pratiques démocratiques du mouvement ? Ont-elles contribué à repenser le « local » comme un espace politique à investir ? Les élections municipales peuvent-elles constituer un débouché ? Cette actualité vient interpeller des expérimentations qui se déroulent aux quatre coins du monde depuis des décennies, du municipalisme au communalisme, qui dégagent d’autres façons d’envisager la répartition du pouvoir à l’échelle locale.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.