Merleau-Ponty et Sartre : la « conscience de classe » dans la phénoménologie française

par Damien Chapeau

Lundi 2 mars à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, Salle U/V (Aile Rataud, 2ème sous-sol )


On a souvent tendance à classer les œuvres de Sartre et sans doute encore plus celles de Merleau-Ponty dans la catégorie – quelque peu ésotérique et synonyme de complication – de « phénoménologie ». Cela nous amène peut-être à oublier à quel point la pensée de Marx a pu être au cœur de leur réflexion tant à l’un qu’à l’autre. C’est ainsi que, si l’on connaît la fameuse sentence sartrienne selon laquelle le marxisme serait « l’horizon indépassable de notre temps », l’on sait peut-être un peu moins que, déjà une quinzaine d’années auparavant, à peine sa Phénoménologie de la perception achevée, Merleau-Ponty pouvait lui même écrire (en 1946), dans la revue des Temps modernes : « considéré de près, le marxisme n’est pas une hypothèse quelconque, remplaçable par une autre, c’est le simple énoncé des conditions sans lesquelles il n’y aura pas d’humanité au sens d’une relation réciproque entre les hommes, ni de rationalité dans l’histoire. En ce sens, ce n’est pas une philosophie de l’histoire, c’est la philosophie de l’histoire, et y renoncer, c’est faire une croix sur la raison historique. » [republié dans Humanisme et terreur]

Dans cette présentation, nous essayerons de voir comment, déjà pour le « premier » Merleau-Ponty, autrement dit dès sa Phénoménologie de la perception, le dialogue serré qu’il établit avec le Sartre de L’être et le néant, et sa réflexion sur les possibilités d’une philosophie de l’histoire, l’amènent à reprendre de manière singulière la plupart des notions cardinales du marxisme, et la manière dont il pourra ainsi clore sa réflexion « phénoménologique » – celle d’une philosophie de l’expérience consciente – en se confrontant singulièrement au problème de la conscience de classe et des possibilités de libérations collectives en terme de révolution.

 Exemplier pour la séance

 

Une précision importante : Le séminaire « Lectures de Marx » soutient la lutte contre la réforme des retraites et le projet de réforme de l’université, lutte dans laquelle ses organisateurs et organisatrices sont impliqué.e.s à divers degrés.
Comme il s’agit d’un séminaire d’auto-formation collective à la tradition critique marxiste, né d’un mouvement social, animé par des non-spécialistes et ouvert à toutes et à tous, il nous semble important que cet espace de réflexion et de discussion politique puisse se perpétuer et que certaines de ses activités au moins, dans la mesure où elles sont compatibles avec le calendrier de la mobilisation, puissent se poursuivre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.