Veille bibliographique #19 (Février 2020-1)

Voici quelques parutions récentes, principalement du début du mois de février 2020.

 

Jacques Rancière
Le temps du paysage. Aux origines de la révolution esthétique
La Fabrique, 2020, 144 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

 

En 1790, Kant introduit l’art des jardins dans les Beaux- Arts et les scènes de la nature déchaînée dans la philosophie. La même année, Wordsworth lit les signes de la révolution sur les routes et les rivières de la campagne française tandis que Burke dénonce ces révolutionnaires niveleurs qui appliquent à la société la symétrie des jardins à la française. Le paysage est ainsi bien plus qu’un spectacle qui charme les yeux ou élève l’âme. Il est une forme d’unité de la diversité sensible qui bouleverse les règles de l’art et métaphorise l’harmonie ou le désordre des communautés humaines. À travers un siècle de débats sur l’art du paysage, Jacques Rancière poursuit son enquête sur cette révolution des formes de l’expérience sensible qui unit et excède les bouleversements de l’esthétique et ceux de la politique.

 

 

Étienne Balibar
Histoire interminable. D’un siècle l’autre. Écrits I
La Découverte, 2020, 308 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

 

Ce volume – le premier des six recueils qui composent cette série d’Écrits d’Étienne Balibar – réunit des essais et des textes d’intervention à caractère historique, philosophique et politique, pour certains inédits, rédigés entre 1995 et 2019. Ils ont en commun de chercher à éclairer le passage d’un siècle l’autre et d’affronter la question de la « fin de l’histoire », en référence, d’une part, à l’achèvement de la mondialisation capitaliste et, de l’autre, à l’altération de notre environnement biologique et planétaire, qui a atteint le point de non-retour à la fin du XXe siècle mais demeure en partie indéterminé dans ses conséquences sociales et civilisationnelles.
Dans cette perspective, il faut arriver à penser philosophiquement un écart entre des « futurs passés » et des « nécessités contingentes », non pas de façon purement spéculative, mais en combinant d’une façon toujours singulière la mémoire et l’analyse : repérant des traces événementielles déterminantes pour notre institution de la politique (la « Grande Guerre », la révolution d’Octobre, l’insurrection de Mai 68) ; décrivant des frontières essentiellement contestées entre Orient et Occident, Nord et Sud, dans notre espace commun méditerranéen (France-Algérie, Israël-Palestine) ; conjecturant les formes et les objectifs d’une gouvernementalité stratégique, qui devrait se préoccuper simultanément de grandes régulations planétaires institutionnelles et parier sur la capacité d’invention et de rupture des insurrections locales.
Une politique d’après la politique, à laquelle conviendront peut-être encore les noms de démocratie, de socialisme et d’internationalisme.

 

 

Étienne Balibar
Passions du concept. Épistémologie, théologie et politique. Écrits II
La Découverte, 2020, 276 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

 

Ce deuxième volume des Écrits d’Étienne Balibar est constitué de neuf études à caractère philosophique portant sur des auteurs classiques ou contemporains (Canguilhem, Badiou, Pascal, Machiavel, Marx, Foucault et Althusser, d’autres encore) et traversant les questions du savoir scientifique, de la « prise de parti » politique et de son incidence sur la connaissance, du statut de la théorie entre spéculation théologique et interprétation de l’actualité.
Rédigées entre 1994 et 2016, ces études illustrent le passage de l’auteur d’une épistémologie historique et critique, dont la question centrale avait été celle de l’articulation entre l’idéologie et la science, à une phénoménologie des énonciations de la vérité, dont le caractère intrinsèquement conflictuel, ouvert sur les « réquisitions » de la conjoncture, implique des interférences constantes entre la recherche de l’intelligibilité, le moment inéluctable de la décision et la répétition des grandes traditions spéculatives. Ces deux types de recherches, apparemment incompatibles, partagent une même passion du concept, qui est commune à tous les auteurs commentés.
Distribuées en trois constellations thématiques, les lectures proposées s’organisent autour de formulations symptomatiques dont on documente à chaque fois les trajectoires d’un auteur à l’autre : histoire de la vérité, point d’hérésie, idéologie scientifique. Elles débouchent sur l’esquisse d’une problématique de l’ascension polémique (par opposition à l’« ascension sémantique » des logiciens) à laquelle donnent lieu les confrontations théoriques en révélant dans l’actualité leurs enjeux de principe.

 

 

Bernard Peloille
Les agents intellectuels de la production capitaliste
Inclinaison, 2020, 202 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

Sur la base d'une thèse soutenue en 1977, sous la direction de l'historien Pierre Vilar, l'étude de Bernard Peloille (1944-2019) porte sur la place sociale spécifique qu'occupent les ingénieurs et techniciens dans le capitalisme.
En conformité avec les principes théoriques mis en œuvre dans le Capital de Marx, l'analyse s'inscrit en faux contre les thèses portant sur l'intégration des cadres techniques à la classe ouvrière, comme sur la thématique de la "nouvelle classe ouvrière", plus particulièrement développées dans les décennies post 68.

 



Robert Kurz
L’industrie culturelle au XXIe siècle. De l’actualité du concept d’Adorno et Horkheimer
(trad. de Wolfgang Kukulies), Crise & Critique, 2020, 150 p., 9 €

[présentation en ligne]

 

Qu’y aurait-il de mal dans l’industrialisation de la culture ? N’y trouve-t-on pas des potentiels de liberté et de progrès pouvant être utilisés par tout le monde ? Versée dans les arcanes du monde médiatique, la gauche postmoderne, culturelle et « pop », se croyait bien au-delà d’une pensée jugée « désuète » qui serait celle du prétendu « pessimisme culturel » de la Théorie critique. Depuis, ce milieu a pris de l’âge et risque de devenir lui-même conservateur. C’est précisément du fait de cette situation, qu’il est intéressant de jeter un autre regard sur le concept d’industrie culturelle et sur les reproches postmodernes qu’il a suscités.
En se penchant sur la publicité, l’économie du savoir, l’internet, les réseaux sociaux, la culture de la gratuité, l’épuisement des ressources culturelles et la virtualisation de la réalité quotidienne, Robert Kurz montre toute l’actualité de ce concept à l’ère du capitalisme de crise et nous invite à revenir à une analyse critique de l’industrialisation et de la marchandisation de la culture.

 

 

Roberto Casella
Batailles et principes pour une politique communiste
(trad. de l’italien), Science marxiste, 2020, 276 p., 20 €

 

 

En août 1979, il y a plus de quarante ans, Casella écrit "L'imposture écologique" pour établir quelques points de repère face au succès des idéologies qui commençaient à se propager. Il fait référence à Marx et Engels quand ils affirment que la société bourgeoise, par son caractère intrinsèque, déséquilibre le rapport naturel entre l'activité de l'homme et la terre. Pour cette raison, affirme Casella, "se limiter à voir le saccage de la terre que le développement du capitalisme porte avec lui signifie ne pas comprendre la réalité, penser à un développement capitaliste "respectueux de la nature" signifie créer des illusions pour soi et pour les autres, c'est faire l'apologie du capitalisme tel qu'il est réellement". 
La solution ne peut être que dans le communisme. Casella poursuit : "C'est entre les mains de la révolution prolétarienne que réside la possibilité d'accomplir le saut historique, de passer du chaos de la production pour la production à la production selon un plan, élaboré avec la conscience scientifique de vivre au "sein de la nature"." Tel est l'horizon des batailles et principes pour une politique communiste, en particulier la bataille pour l'autonomie et l'unité de classe des travailleurs contre toute idéologie bourgeoise, contre toute division nationale, ethnique et religieuse.
Marx écrit dans La Sainte famille que "si l'homme est formé par les circonstances, il faut former les circonstances humainement", parce que "ce qui importe, c'est que l'intérêt privé de l'homme se confonde avec l'intérêt humain". Le capitalisme n'est pas la société qui peut faire coïncider l'intérêt privé et l'intérêt humain. C'est une société qui ne peut pas apporter de réponse aux grands besoins et aux grandes questions sur la condition humaine et sur la vie.
Nous vivons le paradoxe de métropoles impérialistes mûres, où la richesse et le bien-être sont accompagnés de "l'hiver démographique", avec des berceaux de plus en plus vides. La conception communiste n'est pas une perspective individuelle, mais celle du genre humain tout entier. Être communiste signifie lutter pour la "civilisation de la vie", signifie lutter pour unifier notre espèce qui est, encore aujourd'hui, divisée en classes. C'est une bataille pluri-générationnelle qui regarde vers l'avenir.

 

 

Abdullah Öcalan
La Révolution communaliste. Écrits de prison
Libertalia, 2020,256 p., 10 €

[présentation en ligne]



« L’État-nation a été l’outil fondamental qui a rendu possible l’hégémonie capitaliste. J’ai donc tâché de prouver que le socialisme et l’anticapitalisme […] ne peuvent s’établir sur la base du modèle étatique. »
Depuis 2013, le Rojava mobilise l’attention d’une partie de la gauche de transformation sociale. Piégé entre les dictatures régionales et les puissances impérialistes internationales, ce modeste territoire à majorité kurde, situé au nord de la Syrie, tente de proposer un nouveau modèle révolutionnaire : confédéral, communal, pluriculturel, séculier, écologique et soucieux de l’égalité entre les sexes. Si la bataille de Kobané contre Daech a fait connaître les combattant·es kurdes, on néglige trop souvent la doctrine politique qui les anime.
Abdullah Öcalan, cofondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en est, depuis sa prison turque, le principal artisan. Cet ouvrage, le premier en langue française, donne à découvrir – et donc à discuter – la théorie du mouvement révolutionnaire kurde tel qu’il s’avance en Turquie, en Syrie, en Irak et en Iran. Et entend proposer une résolution de l’historique « question kurde ».
Né en 1949 au sud-est de la Turquie, Abdullah Öcalan est l’un des plus anciens prisonniers politiques au monde. Arrêté en 1999, il purge une condamnation à perpétuité. Acteur-clé du conflit, il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages.

 

 

Samuel Hayat
Démocratie
Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2020, 96 p., 9 €

[présentation en ligne]

 

 

À quoi sert le mot démocratie – ou plutôt à qui sert-il ? Dans cet essai incisif, il s’agit de redonner toute sa force au mot, en mettant en lumière les différents plans sur lesquels se joue le combat autour de la démocratie entre les puissants et le peuple, afin d’éclairer ce qui fait démocratie.
« Le parti, le syndicat, le mouvement, l’organisation, le groupe affinitaire, l’association, aucune forme n’est prémunie de la captation oligarchique, mais aucune n’y est non plus condamnée. La démocratie est le pouvoir d’un peuple qui ne cesse de se reconstruire dans l’expérience collective d’un refus d’être gouverné. Ce refus préfigure un temps nouveau, celui du gouvernement du peuple et de la fin de la domination sociale. Adhérer à la démocratie au sens fort suppose de l’effectuer, c’est-à-dire de prendre parti, sans garantie de victoire. Là est le sujet collectif que cette compréhension de la démocratie construit : un nous partisan, fondé sur un commun attachement à la démocratie réelle, cette forme de gouvernement et de société qui repose sur la capacité de n’importe qui à prendre parti, pour mettre en échec collectivement les relations de pouvoir qui nous enserrent. Là est le pari de la démocratie, la condition pour que s’effectue, de manière toujours différente et inattendue, le pouvoir du peuple. »

 

 

Guillaume Mazeau
Histoire
Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2020, 104 p., 9 €

[présentation en ligne]

 

 

Aujourd’hui, l’histoire est partout. Divertissement, outil de connaissance, elle est aussi devenue un formidable enjeu de pouvoir, inspirant de nombreuses instrumentalisations et appropriations. Face à ceux qui affirment qu’il n’y aurait qu’un sens de l’histoire, que l’histoire serait fermée et que nous serions incapables d’en rouvrir les portes, il faut au contraire assumer l’histoire comme une activité critique et partagée de la vie sociale. Dire cela, ce n’est ni l’affaiblir ni surestimer ses pouvoirs. C’est au contraire, et à la condition expresse de respecter quelques règles, se donner les moyens de lutter contre toutes les formes de dépossession.
« Face aux nuages qui s’épaississent, la responsabilité des historiens d’aujourd’hui consiste à ne pas se payer de mots : nous ne sommes ni en 1940, ni en 1919, ni dans les années 1930, pas plus que la fin du monde ou le fascisme ne sont des fatalités. Mais pour donner une chance à l’histoire dans le travail d’émancipation collective qui permettra, peut-être, de forger d’autres futurs, pour défendre l’utilité sociale de la science aussi, il faut aussi qu’ils acceptent de prendre une part active à l’histoire commune. Et partager avec leurs contemporains ce qu’ils devraient mieux savoir que quiconque : qu’il y a toujours des raisons d’espérer. »

 



Silvia Federici, Maud Simonet, Morgane Merteuil, Morgane Kuehni
Travail gratuit et grèves féministes
Entremonde, coll. « A6 », 2020, 100 p., 8 €

[présentation en ligne]

 

Le 14 juin 2019 a eu lieu, en Suisse, la deuxième grève nationale des femmes. Ces quatre textes s'inscrivent dans ce contexte. L'invisibilisation du travail reproductif et gratuit fournit par les femmes est une des raisons de la colère qui s'exprime aujourd'hui. Les quatre textes regroupés dans cet ouvrage mettent en lumière l'enjeu de ce travail pour les luttes féministes actuelles. Quels sont les usages de la grève hors du travail marchand ? Comment mener une grève du travail domestique, du travail gratuit ou du travail du sexe ? Une grève permet-elle de valoriser/visibiliser ce travail tout en le contestant ? Peut-on lutter contre le patriarcat sans lutter contre le capitalisme ?

 

 

Angela Davis
Femmes, Race et Classe
(trad. Dominique Taffin et le collectif de traduction des éditions des femmes), Des femmes, 2020 [1983], 336 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

Réédition en poche.
Dans Femmes, Race et Classe, Angela Davis, historienne et militante, développe une analyse critique des liens parfois conflictuels ayant existé au cours des XIXe et XXe siècles entre féminisme et luttes d’émancipation du peuple noir. Elle démontre que les luttes ont porté leurs fruits à chaque fois qu’elles ont été solidaires. Se refusant à mettre en concurrence les différents éléments constitutifs de sa propre identité, elle affirme que les oppressions spécifiques doivent être articulées à égalité pour dépasser les contradictions et mener un combat global contre le système capitaliste au fondement de toutes les exploitations.
Cet essai dense et fondateur, écrit en 1980, trouve aujourd’hui une actualité centrale avec les débats contemporains sur le féminisme dit « intersectionnel ».

 

 

Katia Genel, Jean-Baptiste Vuillerod & Lucie Wezel (dir.)
Retour vers la nature ? Questions Féministes
Le Bord de l’eau, coll. « Documents », 2020, 192 p., 25,30 €

[présentation en ligne]

 

Le lien entre la question de la nature et le féminisme est au centre de nombreux travaux actuels, l'ouvrage est cependant le premier à donner un aperçu d'ensemble des diverses manières de lier les deux.
Comment penser le lien entre féminisme, nature et domination, d'un point de vue pratique et théorique, aujourd'hui ? Si le féminisme a souvent pensé ce lien dans la perspective d'une critique de la naturalisation de la domination, les mouvements écoféministes, qui revalorisent l'idée et la valeur de la nature, liant ainsi les luttes féministes et les luttes écologiques ou animales, ainsi que les féminismes matérialistes, qui insistent sur la domination des corps constitutive du capitalisme, permettent de repenser ce lien à nouveaux frais. Les auteurs se proposent de donner un aperçu des diverses manières de penser cette jonction et rend possible une réflexion collective sur ces débats politiques actuels.
Avec un texte inédit de Rosewitha Scholz (traduit par Clotilde Nouët et Salima Naït Ahmed), une intellectuelle d'envergure internationale encore peu connue en France.
Avec les contributions de : Audrey Benoit, Veronica Ciantelli, Thomas Crespo, Katia Genel, Paul Guillibert, Mona Gérardin-Laverge, Clotilde Nouët, Jean-Baptiste Vuillerod, Lucie Wezel.

 

 

Abir Kréfa, Amélie Le Renard
Genre et féminismes au Moyen-Orient et au Maghreb
Amsterdam, coll. « Contreparties », 2020, 184 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

D’après le stéréotype, les femmes vivant au Maghreb et au Moyen-Orient sont opprimées par une religion patriarcale et des traditions ancestrales. Ce petit livre donne à voir une réalité, ou, plutôt, des réalités différentes.
Loin d’être un tabou, les droits et modes de vie des femmes constituent dans cette région une question centrale depuis le XIXe siècle, où, dans des situations de domination coloniale ou impériale, de multiples formes de prédation économique, d’exploitation et de guerre ont bouleversé les rapports de genre. L’ouvrage analyse les résistances opposées par ces femmes, qu’elles soient rurales ou urbaines, des classes populaires ou lettrées. Il met en lumière leurs usages diversifiés de l’islam, mais aussi leurs mobilisations pour l’emploi, contre les colonialismes, les guerres et les occupations – ou, plus récemment, à la faveur des révolutions, les luttes contre le racisme et l’oppression des minorités sexuelles et de genre. Encastrés dans des histoires politiques, sociales et économiques singulières, les transformations et mouvements liés aux rapports de genre représentent un enjeu essentiel pour le Maghreb et le Moyen-Orient du XXIe siècle.

 



Silvio Marra et Françoise Thirionet
Moi, Silvio de Clabecq, militant ouvrier
Agone, coll. « Mémoire sociales », 2020, 160 p., 12 €

[présentation en ligne]



Aux Forges de Clabecq, usine sidérurgique située près de Bruxelles, pour Silvio et ses collègues, le quotidien, c’est d’abord le combat contre les attitudes de résignation et de peur. Rapidement élu délégué syndical en charge des questions d’hygiène et de sécurité, Silvio témoigne de trente ans de luttes pour améliorer les conditions de travail et pour empêcher la fermeture annoncée du site.
Son mandat syndical, Silvio le voit comme un moyen de faire vivre l’« esprit de Clabecq ». Pour mener leurs combats, c’est sur leurs propres forces et sur leur connaissance de leur métier que les ouvriers de Clabecq s’appuient. Quitte à mettre de côté l’appareil syndical sitôt qu’il déclare ne plus rien pouvoir pour eux. Par sa confiance jamais démentie dans le potentiel émancipateur de sa classe, Silvio donne une leçon salvatrice d’optimisme militant.

 

 

Fernando Rosas
L’Art de durer. Le fascisme au Portugal
(trad. par Clara Domingues), Les Éditions sociales, coll. « Histoire », 2020, 346 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

Comment et pourquoi la dictature fasciste portugaise a-t-elle pu s’installer dans une république naissante au milieu des années 1920 et durer pendant près d’un demi-siècle alors qu’elle s’est écroulée dans l’allégresse quasi-générale de la révolution des Œillets en 1974 ?
C’est à cette question essentielle que s’applique Fernando Rosas, universitaire et homme politique, emprisonné pendant la dictature, l’un des fondateurs de la nouvelle histoire contemporaine portugaise. Son livre analyse et explique les décisions, les procédures et les institutions inventées par Salazar dans le processus de prise de pouvoir et montre comment il a su et pu conserver ce pouvoir, vaincre les oppositions, faire taire son propre camp, établir des équilibres pérennes, bâillonner son peuple en usant à l’intérieur d’une violence qu’on qualifierait aujourd’hui de « basse intensité ».
Cet Art de durer est une formidable introduction à l’histoire du Portugal et du même coup une réflexion très actuelle sur la capacité des formations autoritaires, hier certes mais aussi dans notre présent, à s’emparer et à garder le pouvoir.

 


Franck Gaudichaud, Jeffrey R Webber, Massimo Modonesi
Fin de partie ? Amérique latine : les expériences progressistes dans l’impasse (1998-2019)
Syllepse, Coll. « Coyoacán », 2020, 200 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

Depuis 1998 et l’élection d’Hugo Chávez, plusieurs pays de l’Amérique latine ont connu ce qui a été parfois qualifié de « tournant à gauche ». Cet élan a alors incarné un espoir de transformation sociale et de construction de diverses expériences post-néolibérales aux accents anti-impérialistes : « révolution bolivarienne » au Venezuela, « révolution citoyenne » en Équateur, État plurinational en Bolivie, nouvelle politique avec Lula et le Parti des travailleurs au Brésil.
L’époque était au changement, la « longue nuit néolibérale » semblait prendre fin ou tout du moins s’estomper, fruit d’une période d’intenses mobilisations populaires et de nombreuses révoltes sociales. Les inégalités sociales et la pauvreté reculaient, Washington perdait du terrain, alors que la participation de celles et ceux d’« en bas » progressait. Plus de vingt ans après l’ouverture de ce cycle, la région est pourtant entrée de nouveau dans une zone de fortes turbulences et incertitudes, tandis que le bilan des gouvernements « progressistes », au-delà de leur diversité, est très largement contrasté. Capitalisme d’État et crise économique, colonisation des imaginaires de gauche par des logiques gestionnaires, approfondissement de modèles économiques basés sur le saccage des biens communs, consolidation de leaderships charismatiques, dérives autoritaires, corruption et rupture avec les mouvements sociaux : les problèmes se sont accumulés.
En parallèle, la réorganisation des droites sociales, politiques et religieuses, la montée des extrêmes droites, la multiplication des défaites électorales, mais aussi des coups d’État parlementaires, sont désormais un fait majeur. L’immense crise au Venezuela et l’ascension de Jair Bolsonaro au Brésil sont deux exemples de cette dangereuse conjoncture. Faire le bilan d’un cycle débuté dans l’espoir et qui s’achève dans la violence est fondamental pour comprendre l’Amérique latine actuelle. Alors que la « patrie de Bolívar » est partagée entre menaces réactionnaires ou impériales, nouvelles espérances émancipatrices et fuite en avant des gouvernements dits progressistes, ce livre vient nous proposer un éclairage original indispensable.

 

 

Thomas Posado et Jean-Baptiste Thomas
Révolutions à Cuba 1868-2018
Syllepse, coll. « Avant-première », 2020, 200 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

Que reste-t-il de la révolution ? Ou, plutôt, que reste-t-il des révolutions ? Ancrée à quelques encablures seulement des côtes de l'Empire, Cuba charrie en effet avec elle une histoire riche en soulèvements, insurrections et transformations. L'épopée castriste et la révolution qui s'ensuit, aussi centrales soient-elles, ne sauraient occulter les processus sociaux et politiques antérieurs qui plongent leurs racines dans la lutte contre le colonialisme espagnol puis contre la mise sous tutelle de l'île par les États-Unis.
En interrogeant le passé pour mieux éclairer le présent et les contradictions actuelles du système cubain confronté à un regain de tensions avec Washington depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, les auteurs proposent une brève histoire populaire de Cuba, analysant, au fil des chapitres, les épisodes les plus marquants qu'a connus la plus grande île de la Caraïbe de 1868 à nos jours.

 

 


Claude Mazauric
Gracchus Babeuf
Le Temps des cerises, 2020, 350 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

De quoi, François-Noël Babeuf, que l'histoire connaît sous le nom de "Gracchus Babeuf", né en Picardie en 1760, devenu parisien peu après 1789, condamné à mort et exécuté en 1797, est-il devenu l'incarnation, le symbole ou l'annonce ? En quoi sa vie, ses écrits, son action ont-ils préfiguré l'histoire des entreprises révolutionnaires des dix-neuvième et vingtième siècles consacrées à la recherche du "bonheur commun" ? C'est à permettre aux lecteurs d'en juger par eux-mêmes qu'est consacré ce grand volume destiné à faire connaître la pensée, les écrits mais aussi l'action militante de Babeuf.
Celui dont on a trop souvent dit que la pensée et l'action incarnaient une première forme historique de "communisme", appartient d'abord à son temps : celui de la Révolution française comme moment central de la transition au monde contemporain. Babeuf n'eut en effet de cesse de se servir du levier de la démocratie politique et des luttes populaires qui ont fait irruption en France à partir de 1789, pour tenter d'imposer plus d'égalité vraie et de justice distributive dans l'ordre social.
Les "sources" de l'histoire personnelle et publique de Babeuf, et celles de sa pensée, telle qu'il l'exprime dans son journal Le Tribun du peuple, sont particulièrement nombreuses et diverses : en se laissant porter par l'émotion que suscite leur lecture, en s'interrogeant sur la signification des mots et le sens des actes dont ils indiquent la portée, la lectrice ou le lecteur d'aujourd'hui découvrira la fécondité et la signification profonde du projet collectif de transformation de la société de classes dont Babeuf, en son temps, fut à la fois l'âme et le protagoniste majeur.
Claude Mazauric, depuis plus d'un demi-siècle spécialiste averti de cette figure essentielle de l'histoire sociale, intègre dans cet ouvrage renouvelé et recomposé, l'écho des dernières données documentaires et le fruit des recherches internationales les plus récentes. Il le fait avec précision, une parfaite maîtrise du sujet et de l'époque, et la passion communicative d'un homme qui est un spécialiste reconnu de l'histoire de la Révolution française.

 

 

« Écrire l’histoire des révolutions : un engagement »
Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°144, 2020, 104 p., 17 €

[présentation en ligne]

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.