Socialisme, utopisme et féminisme dans la pensée de Flora Tristan

par Luz Ascárate

Lundi 17 février à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, Salle U/V (Aile Rataud, 2ème sous-sol )

https://resources.manuelweb.belin.education/03580484_esp1/03580484_esp1_seq14/Images/03580484_esp1_seq14-208-i0002_contain_780.jpg
Chema Madoz, Arbol nube


« [N]i saint-simonienne, ni fouriériste, ni owénienne » (Flora Tristan, Promenades dans Londres, Paris, Belloye, 1840, p. 355), même si socialiste, utopiste, féministe (précurseure du mouvement lorsque le titre n’existait pas encore) et enquêteuse de la classe ouvrière, Flora Tristan, née à Paris de père péruvien et mère française, apparaît comme une figure historique, dont le parcours politique et philosophique ranime d’un même coup plusieurs défis de la démocratie contemporaine. Étrangère, pauvre, ouvrière et femme, à une époque – la première moitié du XIXème siècle – où la société n’avait pas encore donné de voix à ses autres, Flora Tristan offre une pensée politique qu’on peut à juste titre qualifier d’u-topia (non lieu) : la pensée propre d’une paria. Mais son utopie est loin de la fuite du réel ou de l’intellectualisme des mouvances socialistes qu’elle critique à son époque. Scientifique sociale aussi bien que religieuse et mystique, son internationalisme humanitaire anime sa défense d’une classe ouvrière unie dans une même lutte contre l’injustice morale et juridique. Elle est déjà engagée dans la tâche de réveiller la conscience de classe au travers d’une idée non populiste d’union ouvrière à l’époque où Marx était encore un démocrate libéral. Notre hypothèse est que la pensée de Flora Tristan nous permet de mettre en question les options dichotomiques de la théorie politique et sociale contemporaine. Sa pensée propre d’une paria, en s’inscrivant dans la généalogie des idées politiques qui rend possible cette démocratie, et en permettant d’actualiser ses critiques, offre les fondements d’une politique engagée et située dans l’écart paradoxal des distinctions corrélatives, comme homme-femme, empirisme-mysticisme, généalogie-normativité, individuel-collectif, réel-imaginaire, national-international, universalité-particularité, réel-possible, théorie-pratique. Dans cette présentation, nous chercherons donc à situer la pensée de Flora Tristan dans une généalogie utopiste, à prétention normative, des idées politiques qui ont fondé la démocratie représentative.

Indications bibliographiques

 

Une précision importante : Le séminaire « Lectures de Marx » soutient la lutte contre la réforme des retraites et le projet de réforme de l’université, lutte dans laquelle ses organisateurs et organisatrices sont impliqué.e.s à divers degrés.
Comme il s’agit d’un séminaire d’auto-formation collective à la tradition critique marxiste, né d’un mouvement social, animé par des non-spécialistes et ouvert à toutes et à tous, il nous semble important que cet espace de réflexion et de discussion politique puisse se perpétuer et que certaines de ses activités au moins, dans la mesure où elles sont compatibles avec le calendrier de la mobilisation, puissent se poursuivre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.