Veille bibliographique #18 (Janvier 2020)

Voici quelques parutions récentes du début d’année 2020.

 

Friedrich Engels
L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État
Les Balustres, 2019, 358 p., 17,50 €

[présentation en ligne]

 

 

Friedrich Engels, né en 1820 en Allemagne et fils d'un industriel du textile, fut envoyé par son père dans la firme paternelle de Manchester. Il y devient un entrepreneur talentueux mais y découvre la misère ouvrière. Il rencontre Karl Marx en 1844 et à partir de là leurs œuvres sont étroitement liées.

Engels, considérait que l'oppression des femmes et le développement de la propriété privée et de la famille, ajouté à la domination de classe et de l'État étaient des moments d'un seul et même processus historique. C'est ce qu'il développe dans ce classique de la pensée marxiste.

 

 

Stavros Tombazos
Crise mondiale et reproduction du capital,
Préf. Michel Husson, Syllepse/Page 2, coll. « Milles marxismes », 2020, 148 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

L’économie capitaliste est une organisation de rythmes économiques et toute crise capitaliste est une « arythmie », c’est-à-dire une discordance de ces rythmes. Depuis les années 1980, le profit capitaliste augmente à un rythme supérieur à celui de l’investissement productif. Une partie croissante du profit se transforme en capital-argent qui, par le crédit et les produits dérivés financiers, est dirigée vers la consommation. Les schémas de reproduction du capital développés par Marx sont reformulés pour montrer l’importance croissante de la dette privée dans les processus de production, d’accumulation et de réalisation de la valeur. Ce sont ces schémas de reproduction néolibéraux qui sont entrés en crise en 2007-2008. Les politiques économiques ont empêché l’effondrement du système financier et sauvé l’euro, mais elles n’ont pas conduit à la sortie de la crise économique, ni de la régression sociale qu’elle a engendrée.

 

 

Adolfo Sánchez-Vázquez
Philosophie de la praxis
T
rad. de l’espagnol et notes Luis Dapelo, préf. Stefan Gandler, Delga,
coll. « Philosophie/Amériques », 2020, 573 p., 29 €

[présentation en ligne]

 

« La catégorie de praxis devient dans le marxisme la catégorie centrale. À la lumière de celle-ci, il faut aborder les problèmes de la connaissance, de l’histoire, de la société et de l’être lui-même. » Fort de ce primat, l’ambition affichée dans ce livre par Adolfo Sánchez Vázquez, sans doute le plus grand penseur marxiste latino-américain, est d’avoir « essayé d’élever la conscience philosophique de l’activité pratique matérielle [praxis] de l’homme ».

Parmi les multiples niveaux de ce livre sans équivalent, deux semblent saillir encore plus opportunément que les autres pour féconder notre présent :

– la conscience ordinaire qui à travers sa praxis prend pour objet le monde pour le transformer, ne prend pas par contre spontanément la praxis pour objet, qui apparaît donc comme un angle mort de la conscience bien que cette dernière paradoxalement en émane ontologiquement (voir les Thèses sur Feuerbach de Marx).

– ordinairement, bien que les praxis individuelles transformant le monde soient par définition intentionnelles, la praxis commune globale résultante de toutes ces praxis intentionnelles est, elle, non intentionnelle.

L’idéologie libérale a su enrôler ces deux taches aveugles de l’homme « pré-historique » en les exhaussant au rang de dogme : l’idéologie d’une « société civile » comme résultante du télescopage entropique de praxis non réflexives soumises à la seule main invisible du marché.

Il s’agira alors pour Adolfo Sánchez Vázquez de montrer que l’accumulation exponentielle des contradictions actuelles du libéralisme débridé nous fait basculer dans une phase d’accélération du développement historique dont la résolution décisive ne pourra se produire que par un saut qualitatif, prenant à rebours le libéralisme et la conscience ordinaire sur les deux points précités et devant se traduire par le fait  

– d’une authentique conscience de la praxis, qui devient objet pour la conscience. Le réel devient rationnel.

– que cette prise de conscience, conjuguée à la coïncidence éprouvée des intérêts des subalternes dans la promiscuité des luttes de classes grandissantes, conduira à travers l’émergence de fins communes à une praxis commune intentionnelle (la planification de l’appropriation collective des moyens de production, le socialisme). Le rationnel devient réel.

 

 

Alain Accardo
Le petit-bourgeois gentilhomme. Sur les prétentions hégémoniques des classes moyennes
Agone, coll. « Éléments », 3e éd. rev. et actual., 2020, 160 p., 8 €

[présentation en ligne]

 

« Nous, classes moyennes, petits-bourgeois de toutes catégories, anesthésiés par notre confort, chloroformés par nos habitudes, obnubilés par nos médiocres intérêts, devrions nous aviser que le modèle d’organisation sociale qui est révolu, c’est celui qui se présente comme le seul concevable et le seul souhaitable, le modèle que le capitalisme libéral a étendu à toute la planète, celui d’une société à deux vitesses et d’un monde à deux humanités. L’évolution plus qu’alarmante des rapports sociaux, le fossé infranchissable qui se creuse toujours plus entre nantis et démunis, entre possédants et dépossédés, engendrant exclusion, haine et violence, rendent inéluctable le choix décisif entre un monde où la défense des privilèges ne pourra plus être assurée que par la guerre déclarée contre les pauvres et un monde où la suppression des inégalités économiques constitue le préalable de la construction d’une démocratie mondiale. »
Le capitalisme ne fonctionne pas seulement par oppression mais aussi par l’adhésion des individus au système qui les exploite, entretenue par de vaines espérances de succès individuel. Nos luttes doivent s’accompagner d’un autre combat, dont l’enjeu est l’appropriation par chacun de sa subjectivité : ce travail de « socioanalyse » a pour objet la maîtrise de ce qui conditionne notre participation spontanée à l’ordre établi.

 



Pierre Charbonnier
Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques
La Découverte, 2020, 464 p., 24 €

[présentation en ligne]

 

Sous la forme d’une magistrale enquête philosophique et historique, ce livre propose une histoire inédite : une histoire environnementale des idées politiques modernes. Il n’ambitionne donc pas de chercher dans ces dernières les germes de la pensée écologique (comme d’autres l’ont fait), mais bien de montrer comment toutes, qu’elles se revendiquent ou non de l’idéal écologiste, sont informées par une certaine conception du rapport à la terre et à l’environnement.
Il se trouve que les principales catégories politiques de la modernité se sont fondées sur l’idée d’une amélioration de la nature, d’une victoire décisive sur ses avarices et d’une illimitation de l’accès aux ressources terrestres. Ainsi la société politique d’individus libres, égaux et prospères voulue par les Modernes s’est-elle pensée, notamment avec l’essor de l’industrie assimilé au progrès, comme affranchie vis-à-vis des pesanteurs du monde.
Or ce pacte entre démocratie et croissance est aujourd’hui remis en question par le changement climatique et le bouleversement des équilibres écologiques. Il nous revient donc de donner un nouvel horizon à l’idéal d’émancipation politique, étant entendu que celui-ci ne peut plus reposer sur les promesses d’extension infinie du capitalisme industriel.
Pour y parvenir, l’écologie doit hériter du socialisme du XIXe siècle la capacité qu’il a eue de réagir au grand choc géo-écologique de l’industrialisation. Mais elle doit redéployer l’impératif de protection de la société dans une nouvelle direction, qui prenne acte de la solidarité des groupes sociaux avec leurs milieux dans un monde transformé par le changement climatique.

 

 

Renaud Duterme
Petit manuel pour une géographie de combat
La Découverte, coll. « Petits cahiers libres », 2020, 208 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

Si l’histoire du capitalisme est largement documentée, sa logique spatiale, elle, l’est beaucoup moins. Cette dernière est pourtant fondamentale à la compréhension de ce système et de ses contradictions.
Le présent ouvrage s’inscrit donc dans une discipline, la géographie radicale, qui spatialise la question des rapports de forces produits par le capitalisme.
L’auteur met au jour les logiques capitalistes à l’œuvre dans les phénomènes spatiaux qui constituent les objets d’étude de la géographie, à savoir la mondialisation, les inégalités de développement économique, mais aussi l’aménagement du territoire, les replis identitaires, les mouvements migratoires et les questions écologiques.
Il est nécessaire pour quiconque s’intéresse au fonctionnement du capitalisme de se réapproprier la géographie comme outil permettant d’envisager une sortie démocratique des impasses produites par ce système. Une géographie populaire ou, mieux, une géographie de combat qui permet d’articuler la lutte à l’échelle locale aux dynamiques globales.

 

 

Julien Talpin
Bâillonner les quartiers. Comment le pouvoir réprime les mobilisations populaires
Les Étaques, 2020, 200 p., 9 €

[présentation en ligne]



Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques, des luttes y ont toujours existé. Un des secteurs les plus actifs du militantisme des quartiers cible les violences policières, finalement reconnues comme un problème public. Mais un spectre de pratiques demeure encore invisibilisé. Ce sont les contraintes qui encadrent les mobilisations : coupes de subvention et difficultés à accéder à des locaux, disqualification des militants et refus de la concertation, amendes et judiciarisation.
Ces répressions à bas bruit compliquent l’engagement dans les quartiers et entravent la défense des intérêts de leurs habitants. Dressant une analyse, ce livre esquisse aussi les stratégies de lutte.

 

 

Antoine Roger
Le capitalisme à travers champs. Étudier les structures politiques de l’accumulation
Le Bord de l’eau, coll. « Documents », 2020, 480 p., 28,60 €

[présentation en ligne]

 

Comment expliquer qu’un mode d’organisation capitaliste – fondé sur un principe d’accumulation continue – autorise la perpétuation d’activités qui obéissent à une autre logique et paraissent lui poser des limites ? Pour résoudre cette énigme, l’ouvrage évalue les clés de lecture disponibles et formule de nouvelles propositions. Pour nombre d’auteurs, le capitalisme procède de forces économiques naturelles et autonomes, accompagnées ou canalisées dans un second temps par quelques politiques publiques. Il se heurte parfois à une résistance – que le terme serve à désigner une force d’obstruction passive ou une capacité de mobilisation. L’ouvrage invite à inverser la perspective et à considérer plutôt les rapports de force politiques qui débouchent sur la représentation d’un ordre économique naturel et qui expliquent le développement du capitalisme. Il examine sur ce mode les activités des entrepreneurs, mais aussi les affrontements entre chercheurs et les luttes qui ont cours au sein des administrations publiques. Dans leur ensemble et par leur articulation, différents champs composent ainsi les structures politiques de l’accumulation. Dans certains cas et sous certaines conditions, des activités non capitalistes s’en trouvent dans le même temps confortées : de multiples agents les perçoivent comme extérieures à l’ordre économique naturel ; ils anticipent leur disparition et se persuadent qu’il suffit de laisser la nature accomplir son œuvre. Nul ne travaille à leur élimination ni ne pousse à l’organisation d’un mouvement qui en prendrait la défense. Pour mesurer la portée de ses propositions, l’auteur retient l’exemple de l’agriculture en Roumanie : il s’efforce d’expliquer la coexistence sur ce terrain de grandes exploitations capitalistes et de petites propriétés qui entretiennent des pratiques d’autoconsommation, sans prêter à la moindre forme d’accumulation. Au-delà de ce cas d’étude, l’ouvrage affiche une visée pédagogique et offre une présentation actualisée des théories du capitalisme. Il pose par ailleurs les bases d’un nouveau programme de recherche en économie politique.

 


Reconnaissance ou mésentente ? Un dialogue critique entre Jacques Rancière et Axel Honneth
Édité par Jean-Philippe Deranty et Katia Genel, Éditions de la Sorbonne, coll. « Philosophies pratiques », 2020, 152 p., 18 €

[présentation en ligne]

Axel Honneth a élaboré une critique de la société moderne au prisme du concept de reconnaissance. Jacques Rancière a construit une théorie de la politique moderne à partir du concept de mésentente. Ils s'attachent tous deux à analyser les logiques d’exclusion et de domination qui structurent les sociétés contemporaines. Dans un précieux dialogue, les deux philosophes explorent les affinités et les tensions entre leurs approches respectives. Ils contribuent ainsi à renouveler le cadre d’une théorie critique et à repenser les conditions du changement social et politique. La discussion est enrichie par des textes des deux penseurs, et elle est précédée d’une présentation substantielle qui remet en perspective ce dialogue critique.

 



Emmanuel Todd
Les luttes de classes en France au XXIe siècle
Seuil, 2020, 384 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

 

Macron et les Gilets jaunes ont ouvert une page nouvelle de l’histoire de France, qui mêle retour des luttes sociales et apathie politique, sursaut révolutionnaire et résignation devant les dégâts de l’euro, regain démocratique et menace autoritaire.
Pour la comprendre, Emmanuel Todd examine, scrupuleusement et sans a priori, l’évolution rapide de notre société depuis le début des années 1990 : démographie, inégalités, niveau de vie, structure de classe, performance éducative, place des femmes, immigration, religion, suicide, consommation d’antidépresseurs, etc.
Les faits surprendront. Les interprétations que propose l’auteur doivent, quant à elles, beaucoup à Marx, mais à un Marx mis « sous surveillance statistique ». À gauche, comme à droite, elles paraîtront à beaucoup étonnantes, amusantes, contrariantes, ou angoissantes. Cet empirisme sans concession conduit même Emmanuel Todd à réviser radicalement certaines de ses analyses antérieures.
À la lecture de ce livre riche, stimulant, provocateur, la vie politique des années 1992-2019 prend tout son sens : une longue comédie politique où s’invitent les classes sociales.
Bienvenue donc dans cette France du XXIe siècle, paralysée mais vivante, où se côtoient et s’affrontent des dominés qui se croient dominants, des étatistes qui se croient libéraux, des individus égarés qui célèbrent encore l’individu-roi, avant l’inéluctable retour de la lutte des classes.

 

 

Andrew Culp
Dark Deleuze
Divergences, coll. « Cybernétique », 2020, 104 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

 

Le philosophe Gilles Deleuze est connu comme le penseur de la création, de l’affirmation joyeuse et du rhizome. Dans ce petit livre, Andrew Culp défend l’idée polémique que cette pensée radicale et joyeuse a perdu son potentiel de résistance au présent. Ces concepts créés pour combattre le capitalisme ont été recyclés dans des slogans publicitaires qui affirment allègrement que : « Le pouvoir est vertical ; le potentiel horizontal ! » Culp retrouve la négativité oubliée de Deleuze. Il vient en perturber la lecture dominante en révélant un réseau souterrain de conspiration, de cruauté, de terreur de l’extérieur et de la honte d’être humain. Il ravive ainsi l’opposition à ce qu’il y a d’intolérable dans ce monde. Un Deleuze révolutionnaire pour notre monde digital, de bonheur compulsif, de contrôle décentralisé et de surexposition.

 

 

Anselm Jappe
Guy Debord
La Découverte, 2020, 234 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

Certaines époques ont montré qu’elles croyaient fortement à la puissance de la pensée critique. Notre époque, au contraire, a tenu ses penseurs, non sans raison, pour des gens totalement inoffensifs. Parmi les rares personnes considérées comme tout à fait inacceptables, on trouve assurément Guy Debord. Pendant longtemps, c’est la police qui s’est intéressée à lui, plutôt que les milieux intellectuels. Lorsque, malgré toutes sortes d’obstacles, sa pensée a fini par s’imposer, on a bien vite assisté à une autre forme d’occultation : la banalisation. Il existe peu d’auteurs contemporains dont les idées ont été utilisées de façon aussi déformée, et généralement sans même que l’on cite son nom.
Ce livre résume l’activité publique de Guy Debord, du lettrisme à la fondation de l’Internationale situationniste, des rencontres avec Henri Lefebvre et Socialisme ou Barbarie à Mai-68, de La Société du spectacle à ses films. Surtout, il veut préciser la place de Debord dans la pensée moderne : sa reprise des concepts marxiens les plus essentiels et les plus oubliés, son utilisation de Lukács, son importance pour une théorie critique aujourd’hui. Cet ouvrage prend au sérieux Debord lorsqu’il affirme avoir « écrit sciemment pour nuire à la société spectaculaire ».

 

 

Nicole Brenez
Manifestations, Écrits politiques sur le cinéma et autres arts filmiques,
De l’incidence éditions, 2020, 460 p., 9 €

[présentation en ligne]

 

Cet ouvrage souhaite contribuer à accélérer l’advenue d’une véridique histoire du cinéma, libérée des circuits de légitimation imposés par l’industrie culturelle. Le cinéma est révolutionnaire, l'histoire du cinéma le deviendra. Parmi les questions et œuvres ici étudiées : Contre-Information, René Vautier, Yolande du Luart, Carole Roussopoulos, lumpenproletariat, Melvin Van Peebles, Virginies Despentes, Marcel Hanoun, Marylène Negro, guérilla visuelle, etc.

 



Kristin Ross
Rimbaud, la Commune de Paris et l’invention de l’histoire spatiale
Amsterdam/Les Prairies ordinaires, 2020 [réimpression], 304 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

On ne saurait comprendre un poète comme Rimbaud seulement en lisant son œuvre. Il faut élargir la focale, essayer de saisir les personnes et les choses qui l’entouraient, et l’envisager, lui, comme une personnalité à moitié fondue dans la masse. Comme quelqu’un qui arpenta plusieurs mondes à la fois, quelqu’un qui, dans une conjoncture instable, où les travailleurs parisiens avaient pris en main leur destin politique, fit le choix, pendant quelques années, d’écrire de la poésie. La vie de Rimbaud ne fut pas une vie d’artiste. Kristin Ross nous invite donc à le lire au côté ou à proximité des gens du peuple et de leurs pratiques, des discours et positions qui contribuèrent au mouvement social et politique que fut la Commune. Refusant de traiter cette œuvre en miracle de la créativité poétique, rejetant la perspective « correcte » prescrite par la critique littéraire ou l’histoire sociale, elle inscrit l’imaginaire rimbaldien dans les rêves et les bouleversements de cette époque. Ainsi, elle renouvelle en profondeur notre vision de Rimbaud et de la Commune.

 


Elisa Marcobelli
L’internationalisme à l’épreuve des crises. La IIe Internationale et les socialistes français, allemands et italiens (1889-1915)
Préf. de Christophe Prochasson, Arbre bleu éditions, coll. « Gauches d’ici et d’ailleurs », 2019, 341 p., 28 €

[présentation en ligne]

 

Étudier Les socialistes français, allemands et Italiens face aux crises internationales au temps de la IIe Internationale (1889-1915), c'est en fait revenir au problème lancinant de la catastrophe initiale, la Grande Guerre, et de l'impossibilité de l'empêcher dans laquelle se sont trouvés peuples, gouvernements et partis. De grands historiens, comme Jacques Droz, Madeleine Rebérioux et Georges Haupt, ont déjà travaillé ces questions, mais les recherches d'Elisa Marcobelli permettent aujourd'hui d'aller plus loin. Non seulement elle dispose de leur acquis qu'elle connaît et maîtrise excellemment, mais elle renouvelle et rafraîchit connaissance et compréhension par une approche transnationale active. Au couple classique du socialisme français et de la social-démocratie allemande, décisif dans la perspective d'une stratégie pacifiste, du moins anti-belliciste, des socialistes, elle ajoute le cas original de l'Italie qui permet un élargissement et un décalage fructueux. Nous obtenons ainsi une étude belle et puissante, appuyée sur la connaissance directe des meilleures sources pour le socialisme de chaque pays. La réflexion, attentive et nuancée, aborde les difficultés de la période, et sait les mettre à profit pour mieux saisir la signification pour les hommes et les femmes d'alors du socialisme, de la nation et de l'Internationale. Les mots, les attentes, les sociétés ont évolué, mais les problèmes alors posés n'ont pas disparu de notre horizon.

 

 

Jean Lemaître
La Commune des Lumières. Portugal 1918, une utopie libertaire
Otium éditions, coll. « La Taupe », 2020, 184 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

La Commune des lumières au Portugal fut, en 1918, une expérience de réalisation d'un projet de vie communautaire se réclamant de l'anarcho-communisme. Malgré sa brièveté et le peu de traces écrites qu'elle a léguées, elle a durablement marqué les populations de l'Alentejo.
La figure de celui qui en fut le principal instigateur, António Gonçalves Correia, pionner du naturisme et des pédagogies nouvelles, sa vie et ses combats demeurent une référence pour l'ensemble des composantes du mouvement révolutionnaire au Portugal, et ce bien au-delà de celles se réclamant de la tradition libertaire. Jean Lemaître explore cet héritage, entre reportage et fiction, sans négliger les rares archives disponibles.

 

 

« Au service des riches. Le retour de la domination rapprochée ? »
Actes de la recherche en sciences sociales, n° 230, Seuil, 2020, 128 p., 16,20 €

[présentation en ligne]

 

Si la seconde moitié du XXe siècle a été marquée par un effacement progressif de la figure du domestique, l’accroissement récent des inégalités s’accompagne d’un renouveau des services directs aux individus les plus riches : personnel de maison qualifié, professionnels de l’hospitality de luxe, coaches et professeurs particuliers, etc. La démultiplication des services aux plus fortunés qui passent par la personnalisation de la relation, l’exclusivité des espaces, le traitement « sur mesure » engage une proximité physique souvent affranchie des cadres collectifs permettant l’exercice d’une régulation institutionnelle. Elle met en rapport des élites économiques et des classes moyennes, souvent blanches et qualifiées, dont les compétences sociales et l’ethos corporel sont appréciés.

Ainsi, alors que la sociologie contemporaine du care et des migrations s’est largement intéressée au personnel de service subalterne, féminin et racisé (aides à domicile, auxiliaires de vie), ce dossier propose de considérer d’autres formes de subordination directe entre les fractions moyennes et dominantes de l’espace social. Quelles sont les conditions d’accès à ces professions certes subalternes, mais parfois prestigieuses et très rémunératrices ? Quelles expériences de la domination entraînent-elles et quels registres d’interaction mobilisent-elles ? Dans quels cas ces situations de domination rapprochée font-elles l’objet d’une politisation, voire d’une contestation ?

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.