Crises agraires et absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste. Retour sur une controverse française et son actualité

par Thierry Pouch

Lundi 10 février à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, Salle U/V (Aile Rataud, 2ème sous-sol )

https://i0.wp.com/www.brixtonbuzz.com/wp-content/uploads/2018/07/DSC07520.jpg

Depuis le milieu de la décennie 2000, les crises agricoles (ou crises des marchés agricoles) ont été nombreuses (crise laitière, sucrière…). Avec la problématique écologique et l’évolution de la Politique agricole commune (PAC), ces crises agricoles se transforment en crises agraires, puisque c’est l’ensemble des processus de production antérieurement dominants qui doivent opérer un changement de paradigme productif. En arrière-plan de ces crises, c’est bien la question de l’absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste qui se pose à nouveau aux économistes.
L’agriculture a toujours été, dans le champ de la pensée marxiste, un objet particulier d’étude. Non seulement sur son devenir dans le capitalisme industriel, mais aussi en raison de la place des agriculteurs dans la lutte des classes. De Marx à Lénine en passant par Karl Kaustky et Rosa Luxemburg, le secteur agricole a fait partie intégrante de l’analyse critique du capitalisme. En France, la problématique de l’absorption ou non de l’agriculture dans le mode de production capitaliste, a conduit à une intense activité intellectuelle durant une dizaine d’années, que ce soit dans le champ académique ou bien dans celui de l’activité militante. Dans la sphère académique, c’est essentiellement à l’INRA que cette controverse s’implanta, opposant notamment ces deux grandes figures du marxisme de l’époque, Claude Servolin et Jean Cavailhès.
A partir du début des années 1980, le reflux de la pensée marxiste, comme de la pensée critique en générale, a éteint les ardeurs intellectuelles des économistes et des militants qui se sont penchés sur la question agricole. L’évolution des structures agricoles, les réformes de la PAC, la mondialisation, la financiarisation des économies, l’ouverture de l’agriculture aux capitaux extérieurs…, autant de paramètres qui devraient inciter à rouvrir cette approche marxiste de l’agriculture dans le capitalisme.

Références bibliographiques utiles

  • Allaire Gilles. 2017. « L’ambivalence de la socialisation de l’agriculture », in G. Allaire, B. Daviron (coord.), Transformations agricoles et agroalimentaires. Entre écologie et capitalisme, Versailles : éditions Quæ : 365-384.
  • Bartoli Pierre.  1984. « Sur le fonctionnement de la référence marxiste », Economie rurale, numéro 160 : 15-21.
  • Bernstein Henry. 2010. Class Dynamics of Agrarian Change, Halifax : Fernwood Publishing.
  • Cavailhès Jean. 1979. Les réponses des marxistes à la question agraire. Histoire des idées et des faits, Dijon, INRA, document de recherche n° 16, février, 264 p.
  • Cavailhès Jean. 1984. « Bilan de quinze ans de leadership marxiste », Economie rurale, numéro 160 : 9-14.
  • Cochet Hubert. 2017. « Séparation capital/travail, flexibilité et rémunération des facteurs de production. La fin de l’exploitation agricole familiale ? », Economie rurale, numéros 357-358 : 7-22.
  • Deverre Christian. Sainte-Marie (de) Christine. 2008. « L’écologisation de la politique agricole européenne. Verdissement ou refondation des systèmes agroalimentaires », Revue d’études en agriculture et environnement, numéro 89 : 83-104.
  • Evrard Philippe. Mathal Pierre. Viau Claude. 1972. Petite agriculture et capitalisme, Paris : INRA-Economie et Sociologie Rurales.
  • Evrard Philippe. Hassan Daniel. Viau Claude. 1977. « Petite production agricole et mode de production simple de marchandises », Cahiers d’économie politique, numéro 4 : 13-33.
  • Gervais Michel. Servolin Claude. 1963. « Réflexions sur l’évolution de l’agriculture dans les pays développés », Economies et Sociétés, série AG, numéro 3 : 97-122.
  • Gervais Michel. Servolin Claude. Weill Jean. 1965. Une France sans paysans, Paris : éditions Le Seuil.
  • Grossman Jérôme. 1980. Agriculture et économie politique, Thèse de Doctorat en Sciences économiques, troisième cycle, Paris : Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.
  • Harvey David. 2005. A Brief History of neoliberalism, Oxford : Oxford University Press.
  • Kautsky Karl. 1900. La question agraire. Etude sur les tendances de l’agriculture moderne, version numérisé, 2007.
  • Linhart Robert. 1976. Lénine, les paysans, Taylor, Paris : éditions de Minuit.
  • Luxemburg Rosa. 1913. L’accumulation du capital. Contribution à l’explication économique de l’impérialisme, éditions François Maspero, 1969.
  • Marx Karl. 1867. Le Capital. Critique de l’économie politique, Livre I, éditions sociales, 1983 pour la traduction française.
  • Mollard Amédée., Mounier Alain. 1975. « La politique de l’Etat et l’évolution de l’agriculture française : éléments d’interprétation économique », Economie rurale, numéro 110 : 3-15.
  • Ossard Hervé. 1976, « L’agriculture et le développement du capitalisme », Critiques de l’économie politique, numéros 24-25 : 21-40.
  • Pouch Thierry. 2001. Les économistes français et le marxisme. Apogée et déclin d’un discours critique (1950-2001), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés ».
  • Pouch Thierry. 2020. « Quand les économistes traitaient de la question agraire. Retour sur un épisode français (1970-1980), Oeconomia – histoire – méthodologie – philosophie, à paraître.
  • Poupa Jean-Claude. 1975, « La paysannerie sous le joug du capital », Lutte de classes, numéro 25 : 11-25.
  • Servolin Claude. 1972. « L’absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste », in Yves Tavernier, Michel Gervais et Claude Servolin (éds.), L’Univers politique des paysans dans la France contemporaine, Cahiers de la FNSP : 41-79, Paris : éditions Armand Colin.

Une précision importante : Le séminaire « Lectures de Marx » soutient la lutte contre la réforme des retraites et le projet de réforme de l’université, lutte dans laquelle ses organisateurs et organisatrices sont impliqué.e.s à divers degrés.
Comme il s’agit d’un séminaire d’auto-formation collective à la tradition critique marxiste, né d’un mouvement social, animé par des non-spécialistes et ouvert à toutes et à tous, il nous semble important que cet espace de réflexion et de discussion politique puisse se perpétuer et que certaines de ses activités au moins, dans la mesure où elles sont compatibles avec le calendrier de la mobilisation, puissent se poursuivre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.