Veille bibliographie #32 (hiver 2023 – printemps 2024)

Nouvelle veille bibliographique avec des parutions récentes. Liste réalisée par la Librairie Le Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris
Karl Marx, Le capital, livre 2, éd. et trad. Alix Bouffard, Alexandre Feron et Guillaume Fondu, Éd. Sociales, « GEME », 2024, 832 p., 30 €. [présentation en ligne]
Le livre 2 du Capital de Marx est publié par Friedrich Engels en 1885 à partir des manuscrits laissés par Marx. Il examine cette fois la sphère de la circulation du capital : il explique comment la survaleur produite se réalise par la vente des marchandises, rendant possible le profit et son réinvestissement dans la production. Marx livre ainsi une théorie de la reproduction du capital à l’échelle de l’ensemble de la société, dévoilant les mécanismes qui assurent la stabilité capitaliste mais aussi ceux qui sont susceptibles de la perturber et de la mettre en crise.
Cette nouvelle édition du livre 2, préparée dans le cadre de la Grande édition Marx et Engels (Geme), rend disponible l’ensemble du texte dans une nouvelle traduction et offre la première édition critique et scientifique de l’ouvrage en langue française fondée sur la Mega (Marx-Engels Gesamtausgabe).
Karl Marx, Théories sur la plus-value, trad. dir. par Gilbert Badia, préf. inéd. Riccardo Bellofiore, Éd. Sociales, « Les Essentielles », 2024, 1970 p., 70 €. [présentation en ligne]
Au moment où Marx achevait la préparation du livre 1 du Capital paru en 1867, il envisageait 4 livres à son grand œuvre. Le quatrième, « historico-critique », une « histoire de l’économie politique depuis le milieu du 17e siècle », ce sont ces Théories sur la plus-value.
Les textes qui composent ce livre 4 du Capital furent rédigés de 1861 à 1863 en même temps que la plupart des manuscrits qui aboutirent aux 3 premiers livres. C’est dans le mouvement critique de découverte du rôle central de la plus-value (aujourd’hui souvent traduit par survaleur) dans l’accroissement du capital par l’apport du travail que Marx relit Smith et Ricardo et de nombreux économistes qui les ont précédés ou suivis. Il s’y trouve conforté dans ses propres conclusion sur le secret du procès de production du capital.
L’intérêt de ces manuscrits réside dans ces exposés raisonnés et critiques de toute l’économie que Marx explore, dépasse et sur laquelle il s’appuie et se hisse pour produire une théorie du travail, de la valeur, de l’argent et finalement de la reproduction capitaliste. Il s’agit donc d’un moment crucial du travail de Marx, où se disent à la fois l’énergie de recherche, l’accumulation de savoirs, la rigueur de la méthode, la clairvoyance de sa conceptualisation ordonnée avec son engagement dans le dépassement du capitalisme.
Cette nouvelle édition reprend la traduction française dirigée par Gilbert Badia d’après l’édition allemande MEW.
Friedrich Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, Les Bons caractères, « Classiques », 2024, 220 p., 13 €. [présentation en ligne]
Cet ouvrage publié pour la première fois en 1884 est dû à Friedrich Engels, ami et indéfectible compagnon de combat de Marx. Coauteur du Manifeste du parti communiste de 1848 qui analysait la place de la société capitaliste dans l’histoire et concluait à la nécessité de son renversement, il en prolonge la vision historique. Partant des connaissances de l’époque sur les premières sociétés humaines, il montre que les inégalités, l’oppression des femmes, l’exploitation et l’État ont une histoire et sont voués à être dépassées. L’idée, aussi révolutionnaire que celles de Darwin sur l’évolution, a une valeur immense pour qui veut que la société actuelle laisse place à une société socialiste.

Autour du centenaire de la mort de Lénine

Marina Garrisi, Découvrir Lénine, Éd. Sociales, « Les Propédeutiques », 2024, 184 p., 10 €. [présentation en ligne]
Sur le modèle de la collection, ce Découvrir Lénine introduit aux textes politiques et théoriques d'un homme qui continue d'incarner, cent ans après, la révolution d'Octobre. Le livre explore de nombreuses questions qui font échos à des problématiques contemporaines : le journal comme organisateur collectif, le parti révolutionnaire et son lien avec les masses, le rôle de la politique, l'articulation entre révolution démocratique et révolution socialiste, la question des nationalités et l'internationalisme, la guerre et l'impérialisme, la lutte contre l'opportunisme, le parlementarisme révolutionnaire, la dictature du prolétariat, le communisme et le dépérissement de l’État, les femmes dans le socialisme, le phénomène bureaucratique, etc.
Lars Lih, Lénine, une enquête historique. Le message des bolchéviks, trad. de l’anglais Yohann Douet et Guillaume Fondu, préf. Sebastian Budgen, Éd. Sociales, « Les Éclairées », 2024, 354 p., 25 €. [présentation en ligne]
Si Lars Lih joue un rôle de premier plan dans le renouveau des études sur le marxisme, stimulant de nombreux débats théoriques mais aussi politiques dans le monde anglophone, en France, ses travaux demeurent largement ignorés. Dans cette synthèse originale, accessible et spécifiquement conçue pour un public francophone, Lih s'emploie à déconstruire les nombreux mythes qui entourent la figure de Lénine, en recontextualisant ces débats dans le Parti bolchevique et la Deuxième Internationale considérés comme deux champs politiques et théoriques à part entière. Il revient ainsi sur 1902, la rédaction du Que faire ? et la construction d'un « nouveau type de parti », 1914 et la prise de position de Lénine à l'égard de la guerre, 1917 et la question de la révolution socialiste et 1920 et la théorisation de la Nouvelle politique économique (NEP).
Georg Lukács, La pensée de Lénine. L’actualité de la révolution, préf. Michael Löwy, Communard.e.s, 2024, 160 p., 13 €. [présentation en ligne]
Pour Lukács, l'essentiel du génie de Lénine est sa mise à découvert de l'actualité de la révolution à une époque pleine de rebondissements et où les marxistes de la 2e Internationale avaient renoncé à la perspective d'une prise révolutionnaire du pouvoir. Dans son essai rédigé au lendemain de la mort de Lénine, Lukács le montre en théoricien de la pratique ou en praticien de la théorie. Ni empiriste, ni dogmatique, les catégories politiques et philosophiques de Lénine sont constamment tournées vers la préparation de la révolution. Ce texte peut être lu comme une introduction politique à la pensée de Lénine mais également comme un plaidoyer pour un marxisme révolutionnaire, où l'analyse et l'ouverture aux leçons de l'expérience sont des tremplins pour l'action.
Jean-Jacques Lecercle, Lénine et l’arme du langage, La Fabrique, 2024, 208 p., 15 €. [présentation en ligne]
À un moment où le capitalisme pourrissant mène à une vitesse sans cesse accélérée l’humanité vers la catastrophe écologique et anthropologique, il faut continuer à lire Lénine, car « Lénine » est le nom de la première interruption durable de la reproduction du capital et de la mise en dépérissement de l’appareil de l’État bourgeois. Mais on ne lira pas Lénine seulement pour un rappel de ces principes stratégiques, mais aussi, ce qui a été le thème central de ce livre, pour ce qu’il a à nous dire sur la conduite de la lutte idéologique. Nous avons encore beaucoup à apprendre de Lénine et de sa pratique discursive, de cette lutte constante qu’il a menée avec les mots, pour les mots, mais aussi contre les mots. Cette pratique exemplaire repose sur une philosophie du langage qui reste implicite, que l’on décrira dans la dialectique du juste et du vrai : le langage est une arme, et il faut que les énoncés (par exemple les mots d’ordre) soient justes, c’est-à-dire ajustés à la conjoncture historique, pour y intervenir efficacement, mais le langage est aussi expression de la vérité, car il faut toujours dire la vérité aux masses. À travers la lecture des 45 volumes de son œuvre, Jean-Jacques Lecercle célèbre un style d’intervention, en faisant l’éloge des cinq vertus de Lénine : la solidité (on ne cède jamais sur les principes, on n’oublie jamais le programme maximum, la révolution socialiste), la fermeté (on « tient le point », on ne cède pas aux consensus organisés par l’idéologie dominante, par exemple l’hystérie patriotique du début de la guerre impérialiste en 1914), la dureté (Lénine est un redoutable polémiste et n’hésite pas à vilipender ceux qu’il qualifie de « conciliateurs »), la lucidité (Lénine a toujours su, dans une conjoncture donnée, voir l’essentiel – qui lui est donné par l’analyse de classe, essentiel que l’idéologie dominante a pour fonction de masquer) et enfin la subtilité, (Lénine est le penseur de la conjoncture, celui qui perçoit le moment où il faut changer de ligne, par exemple en avril 1917, où le mot d’ordre devient caduc et doit être remplacé). Un style qui reste une inspiration un siècle après la mort du leader bolchevique.
Nina Gourfinkel, Lénine, préf. Éric Aunoble, Agone, « Éléments », 2024, 208 p., 12 €. [présentation en ligne]
Dans cette courte biographie écrite en 1959, l’autrice dresse un portrait de Lénine résolument grand public. Cette courte introduction à la vie d’une figure centrale de la Révolution russe est servie par une plume élégante, celle d’une romancière qui, sans être impartiale, n’esquive aucun des écueils du léninisme. Nina Gourfinkel écrit depuis son exil en France, à un quart de siècle de distance, à l’aune de l’héritage bolchevique. À l’occasion du centenaire de la mort de Lénine, son point de vue à la fois partisan et critique offre une solution pour qui veut pénétrer dans ce moment d’histoire à travers un angle original, et sur un mode narratif.
Jean-Jacques Marie, Lénine. La révolution permanente, Tallandier, « Texto », 2023, 640 p., 13,50 €. [présentation en ligne]
Vladimir Ilitch Oulionov (1871-1924), dit Lénine, a marqué de son empreinte le XXe siècle. Quel est donc l’héritage de cet « inventeur politique » ? En 1924, au moment de sa mort, Lénine a perdu le contrôle du parti qu’il avait fondé en 1903. En 1943, l’Internationale qu’il avait créée en 1919 a été dissoute par son successeur. En 1991, l’État qu’il avait bâti en 1917 au milieu des ruines s’est effondré. Pour comprendre cet homme, Jean-Jacques Marie est allé au-delà des légendes et des jugements moraux et, à la lumière des informations révélées par les archives soviétiques, il a repris toutes les étapes de sa vie. Ni hagiographie ni réquisitoire, cette biographie est à la fois exceptionnelle et indispensable.
Roger Martelli, La faute à Lénine ? Éd. du Croquant, 2024, 168 p., 15 €. [présentation en ligne]
Le 24 janvier 1924 s’éteignait Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine. Pratiquement inconnu sept ans auparavant, il fut en 1917 le grand artisan du basculement de la Russie vers un système sociopolitique inédit, qui marqua toute l’histoire du XXe siècle. Il fut un « magicien » pour ses partisans, un monstre pour les plus acharnés de ses détracteurs, une énigme pour le plus grand nombre. Un géant de la révolution ? Le précurseur du « totalitarisme » ? L’initiateur de Staline ou son contraire ? Un siècle plus tard, les polémiques battent toujours leur plein. Ce livre essaie de faire le point sur un homme clé de toute notre histoire contemporaine. Mais son parti pris est de considérer que réfléchir sur Lénine, c’est prendre la mesure de 75 ans de soviétisme et, sans doute, de 77 ans d’un « court XXe siècle » (1914-1991).
Nadejda Kroupskaïa, De l’éducation en temps de révolution, préf. Laurence De Cock, Agone, « Éléments », 2024, 272 p., 15 €. [présentation en ligne]
On la décrit souvent comme la fidèle et sage compagne de Lénine. Pourtant, N. Kroupskaïa est aussi l’artisane de la plus importante réforme du système éducatif de l’URSS. Cette révolutionnaire de la première heure, fille de la petite noblesse de Saint-Pétersbourg et convertie au marxisme dès la fin du XIXe siècle, a fait de la pédagogie en temps de révolution son cheval de bataille. S’inspirant des plus grands pédagogues comme Tolstoï, Dewey, Rousseau ou Pestalozzi, elle s’attache, une fois au pouvoir, à passer de la théorie à la pratique en organisant la scolarisation de tous les enfants et en se lançant dans une vaste campagne d’alphabétisation. Elle n’a cessé de consigner par écrit, ses constats et réflexions sur le sujet ; très peu ont été traduits en français. Associées à un immense projet d’éducation populaire, ses réformes interrogent l’articulation entre la valorisation du travail ouvrier et le développement d’une conscience révolutionnaire. L’autrice pose en filigrane des questions toujours d’actualité : comment organiser sans endoctriner ? Quelle place pour la jeunesse dans le projet révolutionnaire ?
Matthieu Renault, Olga Bronnikova, Kollontaï. Défaire la famille, refaire l’amour, La Fabrique, 2024, 294 p., 18 €. [présentation en ligne]
Personnage clé de la Révolution de 1917, figure pionnière du féminisme socialiste, première femme ambassadrice au monde, les qualificatifs ne manquent pas pour souligner l’exceptionnalité de la trajectoire intellectuelle et politique d’Alexandra Kollontaï (1872-1952). Promptement refoulée par la contre-révolution sexuelle qui s’était abattue sur l’Union soviétique dès les années 1920, brièvement redécouverte au lendemain de mai 1968 avant de retomber dans l’oubli avec les « années d’hiver » de la décennie 1980, l’œuvre de Kollontaï fait l’objet depuis quelques années d’un puissant regain d’intérêt dans le sillage des renouvellements du féminisme matérialiste, sans pour autant que l’on ne dispose à ce jour d’un portrait d’ensemble. C’est ce manque que le présent ouvrage se propose de combler en s’attachant à redonner à Kollontaï la place qui lui revient dans l’histoire du féminisme, tâche qui suppose non seulement de restituer ce qui fait l’indéniable actualité de sa pensée, mais aussi de mettre en exergue son inactualité, au sens de perspectives émancipatrices qui n’ont pu être réalisées, ont été étouffées ou oubliées, mais qui gagneraient à être réactivées, intempestivement. L’hypothèse qui sous-tend ce livre, et en constitue le fil rouge, est que, pour Kollontaï, l’émancipation des femmes a pour condition fondamentale l’abolition de la famille (bourgeoise, nucléaire) et des rapports de propriété (physique et psychique) sur laquelle elle se fonde. Ce projet se décline selon elle de deux manières entremêlées : d’une part, par une réinvention radicale de l’amour et des formes de la sexualité ; d’autre part, par la socialisation intégrale ou la communalisation des tâches reproductives, à commencer par la maternité. Dans l’un et l’autre cas, c’est la camaraderie, comme affect communiste par excellence, qui doit prévaloir afin de rendre possible la genèse de la « grande famille prolétarienne » qui signera le « retour » à l’égalité homme-femmes, laquelle, pour Kollontaï comme pour tant d’autres, avait régné au sein dudit communisme primitif. C’est ce projet que le présent de livre se proposer de recouvrer sous la forme de la biographie d’une pensée qui suivra l’itinéraire révolutionnaire de Kollontaï, sans s’épargner la confrontation avec sa « part d’ombre » telle qu’elle trouve en particulier à s’incarner dans la promotion de ce qu’on peut appeler un bioproductivisme.


Frédéric Monferrand, La nature du capital. Politique et ontologie chez le jeune Marx, Amsterdam, « Lignes rouges », 2024, 316 p., 22 €. [présentation en ligne]
La crise socio-écologique du capitalisme produit de profonds effets sur la pensée contemporaine, qui semble prise d’un véritable vertige ontologique. Face aux catastrophes en cours, on voit se multiplier les travaux qui s’inquiètent de la réalité de la nature et de la manière dont s’y inscrivent les sociétés, tout se passant comme si la philosophie et les sciences sociales cherchaient à recomposer en pensée un monde que l’accumulation du capital tend à décomposer.
Cet ouvrage constitue une intervention marxiste dans ces controverses ontologiques. Il propose une interprétation nouvelle des Manuscrits de 1844, le texte dans lequel, pour la première fois, Marx analyse la nature du capital : son essence ou sa définition et le type de rapport qu’on y entretient à la terre et à ses habitants. Frédéric Monferrand montre que le jeune Marx articule trois perspectives complémentaires sur le capitalisme : une phénoménologie de l’expérience prolétarienne qui vise à le critiquer du point de vue de ses effets sur les conditions de travail et de vie des classes dominées ; une théorie de la propriété privée comme appareil de capture et de mise au travail des forces qui animent les corps et les milieux ; enfin, une ontologie sociale naturaliste pour laquelle les sociétés se distinguent les unes des autres par la manière dont elles donnent forment à la nature, humaine et non humaine. L’appropriation matérielle de la nature, parce qu’elle est constitutive de toute vie sociale, représente à la fois le lieu stratégique d’une transformation radicale du monde où nous vivons et l’enjeu historique d’une libération du monde dont nous vivons.
Guillaume Fondu, La naissance du marxisme. Allemagne, Russie, Union soviétique, CNRS éditions, 2024, 386 p., 26 €. [présentation en ligne]
Une étude historique et philosophique originale qui part à la redécouverte d'une vaste littérature aujourd'hui oubliée.
La mise au jour des tensions constitutives du marxisme et plus largement des sciences sociales : de quelle manière la compréhension de la société et de son histoire permet-elle de la transformer ?
Comme la plupart des termes issus de noms propres, le "marxisme" a d'abord servi à stigmatiser les partisans des idées de Karl Marx, réduits à des adorateurs de sa personne. Le mot a aussi été beaucoup utilisé pour ouvrir la voie d'un retour possible à l'auteur du Capital contre le marxisme (défini alors comme un "ensemble de contresens faits sur Marx"). À la différence des multiples mobilisations qui cherchent à opposer la vitalité de la pensée individuelle de Marx à un propos nécessairement "dogmatique", cet ouvrage place au cœur de l'interrogation ce qui fait l'intérêt du marxisme en tant que tel : la poursuite et la concrétisation d'un discours inspiré de Marx dans des contextes tout à fait différents de celui qui a présidé à la genèse de son œuvre.
Trois moments constitutifs sont placés au centre de l'analyse : l'Allemagne du tournant des XIXe et XXe siècle, la Russie des premières années du XXe siècle et l'Union soviétique des années 1920. De Karl Kautsky à Isaak Roubine, en passant par Rosa Luxemburg, Gueorgui Plekhanov, Rudolf Hilferding, Lénine ou Alexander Bogdanov mais aussi divers romans russes qui mettent en scène les questionnements politiques, cette étude remobilise toute une littérature aujourd'hui ignorée. Reconstituant à chaque fois les contextes et les enjeux qui président aux différentes lectures de Marx, de sa pensée de l'histoire et de sa critique de l'économie politique, l'enquête prend pour fil conducteur la question de la performativité du discours, du lien entre réflexion et action, qui est un enjeu crucial pour toute science sociale.
Les femmes, la révolution, le socialisme, recueil de textes de Karl Marx, Friedrich Engels, Eleanor Marx, Clara Zetkin, Rosa Luxemburg, Alexandra Kollontaï, Inessa Armand, Vladimir Illitch Lénine, Léon Trotsky, préf. Josefina L. Martinez et Diana Asunçao, Communard.e.s, 2024, 400 p., 20 €. [présentation en ligne]
Si la littérature féministe est aujourd’hui foisonnante, les apports du marxisme révolutionnaire restent en grande partie méconnus. Ce recueil rassemble pour la première fois en français les principales contributions de ce courant sur l’émancipation des femmes. S’y côtoient aussi bien des auteurs classiques comme Marx, Engels, Luxemburg que d’autres, moins connus du grand public, comme Kollontaï, Zetkin ou Armand. Les textes rassemblés donnent à voir la grande richesse théorique du féminisme marxiste. La préface et l’appareil de notes de Josefina L. Martinez et Diana Assunçao mettent en lumière l’actualité politique de ces textes et invitent à les confronter à certains débats féministes contemporains.
Yohann Douet, L’hégémonie et la révolution. Gramsci penseur politique, Amsterdam, 2023, 312 p., 20 €. [présentation en ligne]
Au-delà des clichés, Gramsci restitué dans sa cohérence, son originalité et sa radicalité.
Toutes les réflexions d’Antonio Gramsci tendent vers le même horizon: l’émancipation des subalternes, leur sortie des marges de l’histoire. Emprisonné par le fascisme, vivant à une époque de crise historique aigüe, il n’abandonne jamais l’objectif d’une société communiste et démocratique. Mais considère que, pour triompher, la révolution doit être repensée. Ainsi, il développe l’idée d’hégémonie, qui lui permet d’analyser le pouvoir dans sa complexité et d’appréhender la lutte des classes au-delà de sa dimension économique ; il redéfinit la société civile et l’État, désormais compris en un sens « intégral » qui combine la domination et le consentement ; il voit le parti révolutionnaire sous les traits d’un « Prince moderne » ; enfin, il s’attache à la dialectique entre « guerre de mouvement » et « guerre de position ».
Même s’il convient de les actualiser, les armes intellectuelles forgées par Gramsci n’ont rien perdu de leur tranchant : elles conservent la capacité d’éclairer et d’orienter les luttes des subalternes. Ce livre, introduction pédagogique et engagée, en fait éloquemment la démonstration.
Stéphanie Roza, Le marxisme est un humanisme. Jean-Paul Sartre, Georg Lukács : deux philosophies pour l’humanité (1923-1975), PUF, 2024, 512 p., 27 €. [présentation en ligne]
À partir des années 1930, la découverte des textes de jeunesse de Marx (les Manuscrits de 1844 et L'Idéologie allemande) amorce une réflexion sur la place de l'humanisme dans le marxisme, qui culmine vingt ans plus tard avec Jean-Paul Sartre et Georg Lukács qui, chacun à sa manière, tentent alors de réintroduire la subjectivité individuelle et son irréductible liberté dans une conception matérialiste et révolutionnaire de l'histoire. Il s'agit de régénérer un projet d'émancipation individuelle et collective après la terrible période de glaciation stalinienne. Mais quelle est la marge de manœuvre des humains face aux forces sociales qu'ils engendrent par leur activité ? Comment concilier révolution et démocratie ?
Jean Quétier, De l’utilité du parti politique. Organisation, démocratie, émancipation, PUF, « Questions républicaines », 2024, 208 p., 18 €. [présentation en ligne]
La forme parti est tombée depuis plusieurs années dans un discrédit quasi général. La gauche est loin d'y échapper, alors même que le parti a longtemps constitué la forme d'action privilégiée du mouvement ouvrier. Trois causes semblent pouvoir expliquer ce phénomène : l'occultation de l'apport historique de cette forme d'organisation ; l'écho rencontré par les critiques, anciennes comme nouvelles, de la forme parti ; la faiblesse des tentatives visant à réinventer la forme parti pour lui permettre de surmonter les écueils réels auxquels elle a été confrontée au cours de son histoire. En se plaçant à contre-courant des discours présentant le parti comme une forme d'organisation irrémédiablement périmée, cet essai entend prendre précisément la mesure de ces trois enjeux. Il ne s'agit pas de proposer une réhabilitation sans nuance du phénomène partisan tel qu'il a existé par le passé, mais bien plutôt d'identifier ce qui a fait la force des partis de la classe ouvrière, sans dissimuler les limites et même les impasses qui ont été les leurs, et de penser cette forme d'organisation à nouveaux frais.
Paul Mattick, Le retour de l’inflation. Monnaie et capital au XXIe siècle, trad. de l’anglais (États-Unis) Éric Sevault, Smolny, 2024, 176 p., 14 €. [présentation en ligne]
Après deux décennies à se demander pourquoi l'inflation restait si faible malgré les mesures de relance post-2008, les économistes ont été les premiers surpris par la récente flambée des prix. Devenue une préoccupation majeure des décideurs politiques, ceux-ci en déduisent sans surprise la nécessité d'une compression des salaires et des dépenses publiques. Paul Mattick examine ce phénomène en le replaçant dans l'histoire longue du capitalisme et des théories monétaires. Explorant en termes nouveaux la nature même de l'argent, il fournit une compréhension concise, sans jargon, mais solidement étayée, de l'inflation récente, éclairant ainsi l'état de l'économie mondiale et ses enjeux sociaux.

Erik Olin Wright, Pourquoi la classe compte. Capitalisme, genre et conscience de classe, trad. de l’anglais et postf. Ugo Palheta, Amsterdam, « Lignes rouges », 2024, 396 p., 25 €. [présentation en ligne]
N’en déplaise à ses contempteurs, la classe est une catégorie indispensable à la compréhension des sociétés humaines.
Dans cet ouvrage, Erik Olin Wright propose une évaluation minutieuse de la pertinence et des limites de la catégorie de classe pour expliquer le fonctionnement des sociétés. Cette défense de la portée heuristique de l'analyse de classe centrée sur l'exploitation est fondée sur l'étude empirique de la structure sociale de plusieurs pays occidentaux, en particulier les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, la Norvège et la Suède. Elle passe par l'exploration de trois problèmes interconnectés : les caractéristiques et les variations de la structure de classe elle-même ; la relation entre classe et genre en tant qu'aspects de la structure sociale ; le lien entre structure de classe et conscience de classe, c'est-à-dire la compréhension que les individus ont de leurs intérêts de classe.
Loin des affirmations grandioses du matérialisme historique orthodoxe (par exemple de l'idée selon laquelle la dynamique du capitalisme pointerait dans la direction d'un avenir socialiste), Wright s'attache à mettre au jour la manière dont la classe influe sur de nombreux aspects de la vie sociale, des réseaux de sociabilité à la mobilité sociale en passant par le travail domestique. Soulignant les dimensions spécifiques des différentes sociétés capitalistes étudiées, il montre que si la classe n'est pas partout et toujours le facteur explicatif le plus important, elle constitue néanmoins, par-delà sa dimension normative, un facteur structurant de la vie sociale.
Roswitha Scholz, Forme sociale et totalité concrète : sur l’urgence d’un réalisme dialectique aujourd’hui, trad. de l’allemand Matthieu Galtier, Crise & critique, « Au cœur des ténèbres », 2024, 128 p., 13 €. [présentation en ligne]
Seule une compréhension approfondie du capitalisme peut nous engager efficacement vers son abolition. Comment produire des analyses concrètes de l'empirie sans verser dans le positivisme des faits ? En quoi la dialectique permet-elle d'appréhender la réalité sociale, ses interactions complexes, ses transformations et ses problèmes d'aujourd'hui ? Roswitha Scholz renouvelle l'analyse dialectique de la société capitaliste-patriarcale par une définition épistémologique de la critique de la valeur-dissociation, non pas au sens d'une « méthode » abstraite et extérieure, qui est celle de la compréhension scientifique ordinaire, mais comme unité de la critique de la connaissance et de la société. Elle reprend la notion de « totalité concrète » avancée de Georg Lukács à Moishe Postone en passant par Theodor Adorno et défend l'idée que les niveaux d'analyse concrets et empiriques ne peuvent pas être subordonnés hiérarchiquement au concept, bien qu'ils ne puissent non plus lui être opposés.
Mario Tronti, La politique au crépuscule, trad. de l’italien et présent. Michel Valensi, L’Éclat, « Éclat poche », 2023, 288 p., 9 €. [présentation en ligne]
Dans La politique au crépuscule, paru à la fin de l’ancien siècle, tour à tour grand et petit vingtième siècle, grand dans ses perspectives, petit dans ses résolutions, tout entier traversé par la politique qui naît et se meurt avec lui et dont les braises palpitent encore dans le vingt et unième, attisées par une génération qui cherche pourtant son souffle, la thèse de Mario Tronti est impertinente : « Le mouvement ouvrier n’a pas été vaincu par le capitalisme. Le mouvement ouvrier a été vaincu par la démocratie. » Aussi et parce que « la défaite ouvrière du vingtième siècle a été une tragédie pour la civilisation humaine tout entière », la question pourrait être aujourd’hui : « Qui nous sauvera de la démocratie ? »
Paul Cockshott, Allin Cottrell, Vers un cyber-communisme, trad. de l’anglais Boris Belin, Éd. Critiques, 2024, 312 p., 26 €. [présentation en ligne]
Coécrit par un informaticien et un professeur d'économie, cet ouvrage aussi stimulant que provocateur établit la preuve qu'une économie communiste planifiée est un projet plus que jamais possible et réalisable. S'inspirant de Marx, mais aussi de la recherche en cybernétique et en informatique, de la planification dans les entreprises capitalistes et du socialisme chilien, il trace la voie vers un communisme du XXIe siècle. Abordant également des problèmes politiques cruciaux, l'ouvrage s'intéresse à l'élimination des inégalités, à l'organisation et à la rémunération du travail, ainsi qu'à la démocratie directe et à l'abolition du clivage entre gouvernants et gouvernés.

Denis Collin, Comment peut-on encore être “marxiste” ?, Atlande, 2024, 352 p., 19 €. [présentation en ligne]
La réalisation du marxisme au XXe siècle s’est révélée si catastrophique qu’on ne voit pas ce qui pourrait rester des idées du grand philosophe. Le marxisme orthodoxe, celui qui servit de doctrine aux partis socialistes, aux partis communistes et aux divers groupes issus du trotskisme, ce marxisme-là est mort et bien mort. Et les opérations de “reconstruction”, “refondation” et “réhabilitation” sont vouées à l’échec. Il reste cependant un bon usage de Marx qui fournit des outils pour comprendre notre temps. Comprendre l’échec du marxisme et du communisme à l’aide des outils théoriques légués par Marx : tel est le premier objectif de ce travail.
L’évolution du mode de production capitaliste est par ailleurs conforme aux grandes tendances analysées par Marx. Nous ne vivons pas une époque d’excès du capital financier, comme on le lit un peu partout, mais plutôt une époque de pleine réalisation de tout ce que le capital contenait en germe. Enfin, face à la course folle du capital, il faut penser les moyens de sauver le monde, de sauver un monde vivable, un monde humain pour tous les hommes que porte cette planète. Et là encore, on trouvera de bonnes pistes chez Marx.
Sébastien Layerle, Valérie Vignaux (dir.), Cinéma, marxisme, matérialisme, Mimésis, « Images, médiums », 2023, 518 p., 36 €. [présentation en ligne]
Cet ouvrage collectif se propose de sonder, à l’aune des recherches menées au cours des dernières années dans le cadre des études cinématographiques et audiovisuelles, les relations entretenues par le cinéma avec le marxisme, envisagé comme une compréhension critique du spectacle des images animées. Centrées principalement sur les domaines français et italien, sur une période qui court, pour l’essentiel, de la Seconde Guerre mondiale à l’après-Mai 68, les contributions s’attachent à penser le cinéma à partir de catégories spécifiques du politique, à travers l’étude des écrits de critiques et de théoriciens marxistes, des discours et des débats d’idées qu’ils ont produits, mais aussi des formes d’engagement militant par les films, ainsi que de leurs potentialités critiques.
Jean Vigreux, Dimitri Manessis, Avec tous tes frères étrangers. De la MOE aux FTP-MOI, Libertalia, 2024,  270 p., 10 €. [présentation en ligne]
L’entrée dans le XXe siècle est marquée par le fracas des armes. Le choc des impérialismes et des nationalismes, combiné au jeu des alliances, déclenche une guerre sans précédent. À la sortie du conflit, le monde est bouleversé et la France accueille de nombreux immigrés pour se reconstruire. Toutefois, ces immigrés ne sont pas uniquement économiques, mais ce sont aussi des réfugies ou exilés qui viennent dans le « pays des droits de l’homme » pour fuir les persécutions tout au long de l’entre-deux-guerres.
Dans cette France, comme ailleurs dans le monde, les espoirs sont nés de la « grande lueur » venue de l’Est avec le succès de la Révolution russe, porteuse, comme le fut la Révolution française, d’un messianisme universel. Le jeune Parti communiste et en particulier sa section syndicale, la Confédération générale du travail unitaire (CGTU), afin d’affirmer la solidarité internationale de classe des travailleurs, fondent en mai 1923 la MOE (Main-d’œuvre étrangère). En 1932, la MOE devient MOI (Main-d’œuvre immigrée), participant alors à l’intégration de ces nouveaux arrivés.
Ainsi la MOI organise la solidarité internationale et locale. C’est pourquoi elle se renforce et trouve un nouvel élan avec l’arrivée du Front populaire s’inscrivant fortement dans la lutte antifasciste et jouant un rôle essentiel dans l’organisation des Brigades internationales. C’est l’origine de ce qui constituera au cours de la Seconde Guerre mondiale le fer de lance de la lutte armée, les Francs-Tireurs et Partisans – Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), dont le groupe le plus connu est celui de Manouchian, en région parisienne. C’est l’histoire longue de la MOI que propose cet ouvrage jusqu’aux enjeux d’une future panthéonisation.
Paul Guillibert, Frédéric Monferrand, Matthieu Renault (dir.), « Socialismes agraires », Actuel Marx, n° 75, 2024, 222 p., 25 €. [présentation en ligne]
Si les marxistes ont souvent défendu l’hégémonie politique de la classe ouvrière, le renouveau des luttes paysannes dans le contexte des décolonisations, des réformes agraires, puis de nouvelles préoccupations environnementales, ont conduit à repenser la place de la paysannerie dans la structure de classe des sociétés capitalistes. Ce numéro interroge la place de la paysannerie dans la lutte des classes et la possibilité d’un « socialisme agraire », en revenant sur la place de la paysannerie dans l’historiographie marxiste, en examinant les outils d’analyse développés depuis les années 1970 par les études agraires critiques, et en interrogeant la place des paysannes et les rapports de genre dans la paysannerie.
« Artistes & intellectuels à l’aube du communisme », Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 159, 2024, 230 p., 17 €. [présentation en ligne]
Dans un monde chamboulé sur les décombres de la Première Guerre mondiale, les pratiques artistiques et culturelles participent à ce que l’on appelle alors « l’agit-prop », qui désigne à la fois la formation des militants, l’instruction des masses et la conquête des esprits. Une culture communiste, s’émancipant de la culture bourgeoise, se fonde alors et révèle que le communisme ne constitue pas une simple greffe, mais pénètre très tôt et profondément les milieux artistiques et intellectuels français. Le dossier met en évidence d’une part le poids indéniable de personnalités fortes, passeurs-médiateurs, et d’autre part la porosité mais aussi la continuité entre le communisme naissant et une certaine forme d’anarchisme. Il propose de réfléchir sur ce qui pousse un individu ou un collectif à faire la promotion du communisme, à épouser une cause ou à prendre ses distances avec elle. Comment promouvoir les idées révolutionnaires et convaincre de la pertinence de ses choix politiques, à l’intérieur et à l’extérieur de la nouvelle formation politique issue du Congrès de Tours ? Comment convertir les consciences du bien-fondé de ce communisme naissant ?


Citer ce billet
adlc (2024, 28 avril). Veille bibliographie #32 (hiver 2023 – printemps 2024). les armes de la critique. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/xv7f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.