Cycle de lecture sur les sociétés précapitalistes (8) – F. Engels, L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, chap. 9

Foucauld Boutte du Jonchay
Lundi 29 avril 2024 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir A

Après avoir montré le développement historique de l’Etat dans plusieurs sociétés données, Engels, dans ce chapitre 9 (« Barbarie et civilisation ») de l’Origine, retrace le passage de la barbarie à la civilisation. Pour lui, la civilisation se caractérise par la division du travail, l’échange entre individus et la production marchande. Ces trois éléments naissent au sein même de l’organisation gentilice, mais aussi la rendent obsolète. En effet, elle s’avère incapable d’organiser les changements dans le mode de production, mais elle est surtout incapable de juguler les conflits entre les classes nées de la division du travail. C’est pourquoi, dans la civilisation, elle est remplacée par l’Etat, plus à même d’accomplir cette tâche. De facto, toutes choses égales par ailleurs, l’Etat se met au service des classes dominantes. Mais, pour Engels, l’existence de classes devenant « un obstacle positif à la production », celles-ci sont amenées à disparaître, et donc l’Etat avec elles. C’est la fameuse thèse du « dépérissement de l’Etat », abondamment commentée, qu’Engels évoque dans l’Anti-Dühring.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
adlc (25 avril 2024). Cycle de lecture sur les sociétés précapitalistes (8) – F. Engels, L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, chap. 9. les armes de la critique. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9v1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.