Cycle « Lénine » (3) – Lénine et l’art : entre la politique et l’esthétique du réalisme socialiste

Александр  Самохвалов (1894–1971), Советская физкультура. 1936 
Alexandre Samokhvalov, Éducation physique soviétique, 1936

Pavel Abushkin
Lundi 4 Mars 2024 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

On sait avec certitude que l’une des différences fondamentales du mouvement révolutionnaire bolchevique était son soutien inconditionnel de la part de l’art d’avant-garde russe. Les mencheviks et les bolcheviks avaient leur propre programme politique, cependant, c’était le programme bolchevique qui présentait un grand intérêt, qui était dû à l’influence du modernisme en tant que nouveau mouvement révolutionnaire dans l’art du début du XXe siècle. Le matérialisme a eu une réponse théorique omniprésent dans les œuvres de nombreux philosophes et hommes politiques de l’époque, l’art n’a pas été en reste. Les œuvres de Kazimir Malevitch sont une illustration de la grande influence du matérialisme sur l’art sous sa forme orthodoxe. Vladimir Lénine sera pour Malevitch cette figure qui a non seulement marqué la révolution politique mais qui a également créé la possibilité d’un véritable art d’objet pur. Il est intéressant de noter que Malevitch fut l’un des premiers à réagir négativement et ouvertement à la création du culte de Lénine.

Paradoxalement, selon les principes de la théorie du reflet de Lénine, qui dans la Russie soviétique serait considérée comme une gnoséologie marxiste, un mouvement artistique fondamentalement nouveau sera créé en 1934, prétendant être la seule interprétation du monde des formes et de la réalité. L’écrivain soviétique Maxim Gorki fut le premier à l’utiliser le 17 août 1934 : le réalisme socialiste. Il n’est pas possible de dire si Lénine aimait les peintures de Deineka ou de Samokhvalov, mais c’est précisément la compréhension de ses gestes théoriques dans la production visuelle, entre schéma matériel et mental, qui a créé cette condition paradoxale où la forme extrême du matérialisme entre dans sa « phase mystique ».

Bibliographie :

  • Jacques Derrida, Moscou aller-retour, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1995.
  • Sylvain Lazarus, « Sur une nouvelle politique contemporaine et sur la philosophie de la politique de Louis Althusser lecteur de Lénine », Socio-anthropologie, n° 23-24, 2009, p. 211-236.
  • Moshe Lewin, Le dernier combat de Lénine, Paris, Éditions de Minuit, 1967.
  • Mikhail Lifshitz, Varia, Moscou, 2010.
  • «Малевич о себе. Современники о Малевиче». Авторы-составители И.Вакар, Т.Михиенко. М: Русский авангард, 2004 (I. Vakar et T. Mikhienko (éd.), Malevitch à propos de lui-même. Contemporains de Malevitch, Moscou, Avant-garde russe, 2004).
  • Дмитрий Гутов, «Мир как безпредметность; Малевич и культ Ленина». Москва, 2023 (Dmitry Gutov, « Le monde comme non-objectivité ; Malevitch et le culte de Lénine », Moscou, 2023).

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
adlc (28 février 2024). Cycle « Lénine » (3) – Lénine et l’art : entre la politique et l’esthétique du réalisme socialiste. les armes de la critique. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vx5t


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.