La transition du féodalisme au capitalisme en France

Armel Campagne
Lundi 8 janvier 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

 

La transition du féodalisme au capitalisme est l’un des débats historiographiques qui a fait couler le plus d’encre, tant en raison de ses implications théoriques que politiques. Néanmoins, force est de constater qu’il y a longtemps eu un consensus entre libéraux et marxistes sur l’essentiel, à savoir que le capitalisme serait progressivement né en Europe occidentale dans les interstices du féodalisme, porté par une bourgeoisie urbaine qui aurait finalement triomphé de l’aristocratie féodale dans une série de « révolutions bourgeoises ». 

Inspirés par Hegel et les historiens libéraux français de la Restauration, Marx et Engels ont eux aussi initialement adopté une vision de l’histoire comme progressant téléologiquement de stade en stade vers le capitalisme (puis, a contrario des libéraux, vers le socialisme et le communisme). Le marxisme fit ainsi de la bourgeoisie et du développement des forces productives les moteurs de l’histoire. De ce fait, le capitalisme fut pensé comme déjà présent de manière embryonnaire dans les villes d’Europe occidentale, n’attendant que le triomphe politique de la bourgeoisie pour se déchaîner. Pour le cas français, l’affaire semblait ainsi entendue parmi les historiens marxistes : le capitalisme, né dans les interstices du féodalisme et de l’absolutisme, aurait finalement triomphé avec la révolution bourgeoise de 1789. Le débat portait de ce fait essentiellement sur la nature de l’absolutisme français, parfois vu comme un instrument de l’aristocratie féodale, quelquefois comme une phase de transition nécessaire à l’émergence du capitalisme, voire comme déjà capitaliste. 

Mais les historiens du long Moyen-Âge et de l’économie d’Ancien Régime, en montrant la compatibilité du féodalisme et de l’absolutisme avec une économie marchande et monétarisée, les historiens révisionnistes, en indiquant la nature non-capitaliste de l’économie d’Ancien Régime et de la bourgeoisie révolutionnaire, et les marxistes politiques, en démontrant la nature non-capitaliste de l’industrie française jusqu’aux années 1860 et de l’agriculture française jusqu’aux années 1960, sont venus bousculer ces certitudes communes aux libéraux et aux marxistes. Partant de ces travaux, c’est à une reconstruction schématique d’inspiration marxiste politique de ce qu’a été la transition du féodalisme au capitalisme en France qu’Armel Campagne, doctorant en histoire à l’Institut universitaire européen de Florence et auteur de Le Capitalocène. Aux racines historiques du dérèglement climatique (Divergences, 2017), s’attellera dans cette séance.

Bibliographie sélective :

  • François Allisson et Nicolas Brisset, Aux origines du capitalisme : Robert Brenner et le marxisme politique, Lyon, ENS Éditions, 2023.
  • Robert Brenner, « Agrarian Class Structure and Economic Development in Pre-Industrial Europe », Past and Present, n° 70, février 1976, pp. 30-75.
  • George C. Comninel, Rethinking the French Revolution : Marxism and the Revisionist Challenge, Londres, Verso, 1987.
  • Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime, un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996.
  • Alain Guerreau, « Avant le marché, les marchés : en Europe, XIIIe-XVIIIe siècle (note critique) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 56ᵉ année, n° 6, 2001, pp. 1129-1175.
  • Xavier Lafrance, The Making of Capitalism in France : Class Structures, Economic Development, the State and the Formation of the French Working Class, 1750-1914, Leyde, Brill, 2019.
  • Xavier Lafrance et Stephen Miller, The Transition to Capitalism in Modern France : Primitive Accumulation and Markets from the Old Regime to the post-WWII Era, Londres, Routledge, 2023.
  • Ellen Meiksins Wood, L’origine du capitalisme, Montréal, Lux, 2009.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier



Citer ce billet
adlc (2024, 8 janvier). La transition du féodalisme au capitalisme en France. les armes de la critique. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjrd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.