Sur l’œuvre de Paola Tabet : qu’est-ce qu’une femme pour les matérialistes ?

Lise Kayser et Leïla-Anne Ouitis

Lundi 11 décembre 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Comme on l’a vu lors d’un précédent exposé sur L’Origine, la division sexuelle du travail demeure inexpliquée par les pères du matérialisme historique. Ceux-ci restent prisonniers d’une naturalisation de la domination masculine : c’est parce que les femmes font des enfants qu’elles sont assignées à la reproduction de la force de travail. 

L’œuvre de Paola Tabet, anthropologue italienne et figure majeure du féminisme matérialiste, nous semble un apport essentiel pour penser l’oppression des femmes en dehors de tout substrat biologique. Ce qui implique de penser le genre d’abord comme un rapport social de domination antérieur à la division des sexes.  

Durant cette séance, nous allons présenter les trois principaux articles de Tabet afin d’élaborer pas à pas, une lecture entièrement sociale de la domination masculine et de la construction du groupe femme.

Avec « Les mains, les outils et les armes », nous allons voir que si la division sexuelle du travail existe dans toutes les sociétés, elle n’a rien de complémentaire mais elle est asymétrique et orientée par le monopole masculin des outils avancés et le sous-outillage des femmes. 

Puis, avec « Fertilité naturelle, reproduction forcée », nous mettrons en évidence que si l’ovulation est un processus naturel, la procréation elle ne l’est pas : il faut plutôt la penser comme un énorme dispositif de contrainte à l’hétérosexualité, socialement instituée. Voire comme un travail.

Enfin, avec « La grande arnaque », nous montrerons que les femmes étant structurellement dépossédées, elles sont ce groupe qui est porté à utiliser la sexualité comme monnaie d’échange. De ce point de vue, l’argent et la sexualité sont finalement second au regard de la dimension sexuée de l’échange, c’est-à-dire du rapport social ou les hommes limitent l’accès des femmes aux ressources nécessaires.

L’œuvre de Paola Tabet est une contribution essentielle pour penser l’appropriation des femmes dans tous les modes de production et la révolution communiste comme abolition conjointe du genre et des classes.

Bibliographie : 

  • Christine Delphy, L’ennemi principal. 1, Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, 1997.
  • Christine Delphy, L’ennemi principal. 2, Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001.
  • Friedrich Engels, L’origine de la Famille de la propriété et de l’État, Bruxelles, Tribord, 2012.
  • Jules Falquet, « La combinatoire straight. Race, classe, sexe et économie politique : analyses matérialistes et décoloniales », Cahiers du Genre, HS n° 4, mars 2016, p. 73-96.
  • Silvia Federici, Caliban et la Sorcière. femmes, corps et accumulation primitive, Paris, Entremonde et Senonevero, 2014.
  • Maurice Godelier, La production des Grands Hommes, Paris, Fayard, 1982.
  • Maya Gonzalez et Jeanne Neton, Logique du genre, Marseille-Paris-Genève, Sans Soleil, coll. « V », 2022.
  • Colette Guillaumin, « Pratique du pouvoir et idée de Nature. L’appropriation des femmes », in Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, iXe, 2016.
  • Claude Lévi-Strauss, Les Structures élémentaires de la parenté, Paris, Mouton de Gruyter, 2002.
  • Bronislaw Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, trad. André et Simonne Devyver, Paris, Gallimard, 1989.
  • Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique 2. Usage, déréliction et résilience des femmes, Paris, La Dispute, coll. « Le Genre du monde », 2014.
  • George P. Murdock et Caterina Provost, « Factors in the Division of Labor by Sex : a Cross-Cultural Analysis », Ethnology, vol. 12, n° 2, p. 203-225.
  • Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme », 1998.
  • Paola Tabet, La grande arnaque, Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, trad. Josée Contréras, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme », 2004.
  • Paola Tabet, Les doigts coupés. Une anthropologie féministe, trad. de l’italien, Paris, La Dispute, 2018.
  • Alain Testart, « La question de l’évolutionnisme dans l’anthropologie sociale », Revue française de sociologie, n° 33, 1992, p. 155-187.
  • T C, « Distinction de genres, programmatisme et communisation », Théorie Communiste, n° 23, mai 2010, p. 99-128.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier



Citer ce billet
adlc (2023, 7 décembre). Sur l’œuvre de Paola Tabet : qu’est-ce qu’une femme pour les matérialistes ? les armes de la critique. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amcb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.