Veille bibliographie #31 (automne 2023)

Nouvelle veille bibliographique avec des parutions récentes.

Liste réalisée avec la Librairie Le Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris

Friedrich Engels,  Karl Marx, Manifeste du parti communiste,
préf. Éric Vuillard, introd. Isabelle Garo, Éd. Sociales, 2023, 140 p., 10 €.

[présentation en ligne]

Dans cette édition, le Manifeste est préfacé par l’écrivain Éric Vuillard, introduit par la philosophe Isabelle Garo et accompagné de toutes les préfaces au texte d’Engels et de Marx. 

Karl Marx, Sur le parti révolutionnaire. Précédé de L’adieu aux sectes. Marx, théoricien du parti par Jean Quétier,
Éd. Sociales, « Les essentielles », 2023, 640 p., 30 €.

[présentation en ligne]

Généralement méconnu voire tout simplement nié, l’apport de Karl Marx à la théorie du parti révolutionnaire est pourtant plus que significatif. La question du parti constitue même une clé de compréhension décisive pour l’ensemble de son œuvre. En l’absence d’ouvrage systématique dans lequel l’auteur aurait exposé ses vues sur la question, il est cependant nécessaire, pour reconstituer cette théorie, de puiser dans de nombreux textes au statut très varié (correspondance, procès-verbaux de réunion, etc.).
Cette anthologie, qui contient de nombreux extraits peu connus du public français, souvent présentés dans une traduction nouvelle, a précisément pour vocation de rassembler ces différents documents dans un même volume, en proposant un parcours à la fois chronologique et thématique. Elle est précédée d’une longue introduction de Jean Quétier, fondée sur l’idée d’une transformation fondamentale de la théorie du parti de Marx entre les années 1840 et les années 1860. Au modèle du « parti dans le parti », développé dans le Manifeste du parti communiste, succède ainsi celui du parti de classe conçu comme l’antidote à toutes les logiques sectaires.

Jean Quétier, Le travail de parti de Marx. Intervenir dans les organisations ouvrières,
Éd. de la Sorbonne, « La philosophie à l’œuvre », 2023, 320 p., 25 €.

[présentation en ligne]

Entre la philosophie et l'histoire, cet ouvrage étudie l'activité déployée par Marx au sein des structures militantes dans lesquelles il est successivement intervenu. Il interprète les différentes traces de cette activité, en particulier les procès-verbaux des réunions auxquelles Marx a participé et la correspondance qu'il a entretenue avec de nombreux dirigeants ouvriers. L'analyse de ces documents montre qu'à ses yeux les partis ne constituaient pas de simples caisses de résonance, dont la vocation première aurait été d'accroître la diffusion d'idées élaborées en amont, de façon solitaire, mais qu'ils faisaient au contraire figure de véritables laboratoires théoriques. Ainsi apparaît la distinction entre parti et secte, le premier étant compris comme une forme saine, la seconde comme une modalité pathologique de l'organisation de classe. Marx pense en effet le parti comme une structure démocratique dont le discours s'élabore de façon collective et en lien étroit avec la pratique réelle du mouvement ouvrier.
De ce point de vue, la logique partisane s'oppose nécessairement à la pratique sectaire, vestige anachronique du temps des sociétés secrètes, qui se caractérise par sa croyance aux recettes miracles et sa tendance au culte du chef charismatique.

Louis Janover & Maximilien Rubel, Armée – Guerre – Nation. Lexique Marx (III),
Smolny, 2023, 120 p., 8 €.

[présentation en ligne]

Le Lexique Marx que Louis Janover et Maximilien Rubel publient entre 1978 et 1985 dans la revue Études de marxologie s’ouvre, avec les entrées de ce volume, à la délicate question militaire. Qu’il s’agisse de l’articulation entre l’organisation de l’armée et l’organisation sociale, de l’autonomisation de l’État par rapport à la société, ou encore de la place de la guerre dans la construction des nations ou d’un éventuel surgissement révolutionnaire, la pensée de Marx, parfois dissociée de celle d’Engels sur ces sujets, est saisie encore une fois avec la même méthode historique et exploratoire par les auteurs de ce Lexique tissé de matériaux de première main.  
 

Guillaume Fondu, Que faire de Lénine ?,
Éditions Critiques, 2023, 202 p., 18 €.

[présentation en ligne]

Dès les premiers jours d’octobre 1917, Lénine va incarner la révolution russe, aux yeux de ses admirateurs comme de ses adversaires. Au plus fort de la guerre froide jusqu’à nos jours cette figure révolutionnaire va susciter des regards sans nuance : génie politique et chef d’orchestre de la révolution pour les uns, agitateur machiavélique et dirigeant sanguinaire pour les autres. Écartant aussi bien la légende noire que la légende dorée, Guillaume Fondu confronte les réflexions et les choix politiques du leader bolchevique aux positions de ses camarades et adversaires sur les mêmes questions. Lénine est ainsi replacé au cœur du contexte historique dans lequel il s’est formé, a élaboré ses conceptions de la lutte politique et a œuvré à la révolution.
Grâce à cette approche originale, cet ouvrage bouscule non seulement des idées reçues renouvelant notre compréhension de ce personnage historique mais il nous permet aussi de questionner les pratiques militantes et les stratégies politiques contemporaines.

Nikolaï Soukhanov, Carnets de la Révolution russe, Tome 1 : La victoire était entre nos mains  (février-juin 1917), Tome 2 : Au milieu du feu et de la poudre (juillet-octobre 1917),
trad. du russe Guillaume Fondu, postf. Guillaume Fondu et Éric Sevault, Smolny, 2023, 896 + 864 p., 237 ill., 32 + 32 €.

[présentation en ligne]

Rédigés entre 1918 et 1921, de mémoire, dans un style alerte, les Carnets de la Révolution russe offrent un témoignage captivant sur l’ensemble des événements de 1917. Présent à Pétersbourg de février à octobre, Nikolaï Soukhanov, l’un des fondateurs du Soviet de la capitale, est un observateur privilégié de la vague révolutionnaire. Menchevik internationaliste, introduit auprès des nombreux partis socialistes, il rend compte de l’intérieur des diverses forces politiques en présence. Cet ouvrage n’est donc pas une simple chronique : Soukhanov, en militant, tâche de se situer au sein des événements, d’en dégager les possibles et d’évaluer d’un œil critique les positions des différents protagonistes de la révolution.
Traduits pour la première fois en langue française dans leur intégralité, les sept livres des Carnets de Soukhanov doivent retrouver la place qui leur revient, celle d’une des principales sources de l’histoire de la Révolution russe à Pétersbourg en 1917. L’édition critique de ces mémoires permet de découvrir une vision alternative inédite, ouverte et dynamique, de la Révolution russe et de ses suites.

Julius Dickmann, Pour une autocritique du marxisme. Œuvres complètes (1917-1936),
trad. de l’allemand Didier Debord & Robert Ferro, introd. Robert Ferro & Jérôme Lamy, Smolny, 2023, 496p., 25 €.

[présentation en ligne]

 

L’œuvre écrite de Julius Dickmann est non seulement un témoignage des crises, des guerres et des révolutions de la première moitié du XXe siècle mais, aussi et surtout, un legs offert à l’avenir par l’un des francs-tireurs les plus singuliers du marxisme. Aussi riche que méconnue, cette œuvre comprend des articles d’intervention dans l’actualité politique autrichienne et allemande d’alors, des essais de théorie marxienne et des correspondances avec d’autres marxistes hétérodoxes tels que Boris Souvarine, Lucien Laurat ou Karl Korsch. Ce volume, rendant enfin disponible en français l'œuvre complète de Dickmann, éclaire la pensée d’un des précurseurs de l’éco-socialisme. 

Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste,
préf. Sebastian Carbonell, Éd. Sociales, « Les essentielles »,  2023, 416 p., 26 €.

[présentation en ligne]

Travail et capitalisme monopoliste est l’une des principales tentatives d’étude critique du travail. En s’appuyant sur sa lecture de l’œuvre de Karl Marx et sur son expérience personnelle en tant qu’ouvrier de l’industrie, Harry Braverman propose une reconstruction historique de l’organisation capitaliste du travail, notamment des moyens techniques et organisationnels mis en place pour dépasser les obstacles à l’accumulation des profits.
Publié initialement en 1974 et traduit en français en 1976 aux éditions Maspero, Travail et capitalisme monopoliste a connu une postérité importante. Les analyses de Braverman font aujourd’hui l’objet d’un intérêt renouvelé face à la crise du travail que connaissent les sociétés contemporaines et aux débats sur le sens du travail ou sur le changement technologique.
Cette nouvelle édition est accompagnée de deux textes de Braverman, inédits en français et traduits par Lucie Rondeau du Noyer. 

Jean-Jacques Lecercle, Histoire de mots et lutte de langues,
Éd. Sociales, « Les irrégulières », 2023, 152 p., 10 €

[présentation en ligne]

À travers deux interventions inédites (dont une conférence donnée dans le cadre du séminaire Lectures de Marx), complétées par un entretien avec le philosophe, l’ouvrage donne à voir l’apport crucial du marxisme à l’analyse des textes, déclinée en deux gestes complémentaires : exhumer, à même les mots, les luttes de classe qui y sont sédimentées, au moyen d’une socio-linguistique historique qui pense le langage dans et comme histoire, retracer les vies d’une œuvre (Frankenstein et Dracula) au-delà de la conjoncture qui l’a produite – le devenir-mythe qui l’arrache à l’histoire, et la dégradation en archétype qui permet sa mobilisation idéologique dans un nouveau contexte. La lecture marxiste des textes devient, du même coup, une arme pour l’analyse marxiste des situations, tant toute lutte politique est une lutte linguistique. 

François Allisson et Nicolas Brisset, Aux origines du capitalisme. Robert Brenner et le marxisme  politique,
ENS éditions, « Feuillets, économie politique moderne », 2023, 200 p., 24 €.

[présentation en ligne]

Comment et quand le monde a-t-il basculé dans ce système que l'on appelle « capitalisme » ? C’est dans cette discussion que s’inscrit le Brenner Debate, du nom de l’historien américain Robert Brenner. À l’origine de ce débat important parmi les historiennes et historiens du capitalisme, les travaux de Robert Brenner ont exercé une influence majeure sur le développement de la pensée marxiste à partir des années 1970.
Dans une première partie, François Allisson et Nicolas Brisset retracent et contextualisent les principales étapes de ce débat ayant mené aux travaux de Robert Brenner. Les auteurs montrent ainsi que la manière d’aborder l’histoire du capitalisme est intimement liée au regard que l’on porte sur ce système économique. Une seconde partie propose la traduction inédite d’un article de Robert Brenner paru en 2007, « Propriété et progrès : quand Adam Smith faisait fausse route », qui constitue, de l’aveu même de son auteur, la version définitive de son argument développé en 1976.
Cet ouvrage est une porte d’entrée sur la pensée d’un économiste méconnu dans l’espace francophone, qui pourtant mérite, au regard de son importance dans l’historiographie anglo-saxonne, toute notre attention.

Robert Kurz, La montée aux cieux de l’argent. Limites structurelles à la valorisation du capital, capitalisme de casino et crise financière globale,
trad. de l’allemand Matthieu Galtier,  Crise & Critique, « Au cœur des ténèbres », 2023, 147 p., 13 €.

[présentation en ligne]

Dix ans avant l’éclatement de la crise mondiale de 2008, un observateur et théoricien caustique du nom de Robert Kurz a refroidi l’euphorie générale des années 1990, affirmant que si l’été sibérien du boom capitaliste de l’après-guerre avait déjà été de courte durée, l’ère suivante du « capitalisme de casino » des années 1990-2000 serait encore plus brève. Car le capitalisme n’est pas l’« éternel retour du même », une succession de périodes de prospérité et de crises passagères. La croissance virtuelle depuis quarante ans fondée sur la multiplication du capital fictif dans le secteur financier n’a aucune valeur réelle, elle a certes rendu possible l’explosion du crédit et un endettement généralisé des économies mondiales, mais ceux-ci ne peuvent se poursuivre indéfiniment. À l’aune de l’une des principales théories contemporaines de la crise reposant sur le concept de « borne interne du capital », l’auteur analyse aussi bien la logique du capital global que sa trajectoire historique et rend les outils de la pensée marxienne aptes à rétablir le lien logique entre la gigantesque bulle des marchés financiers, la dette croissante des États et des entreprises et la crise plus générale du capitalisme. 

Cedric Robinson, Marxisme noir. La genèse de la tradition radicale noire,
trad. Selim Nadi et Sophie Coudray, préf. Selim Nadi, Entremonde, 2023, 664 p., 39 €.

[présentation en ligne]

Dans ce classique de la pensée radicale noire enfin traduit en français, Cedric Robinson entreprend d’écrire une histoire intellectuelle du radicalisme noir. Bien que ce livre soit surtout resté dans la postérité pour la thèse du « capitalisme racial » qu’il y développe, Robinson revient, avec une érudition impressionnante, sur les origines intra-européennes du racialisme, ainsi que sur les origines européennes du marxisme avant de s’attarder sur le développement de l’histoire africaine et les débuts de l’esclavage transatlantique. Enfin, il étudie minutieusement trois figures majeures de la tradition radicale noire : W.E.B. Du Bois, C.L.R. James et le romancier Richard Wright. 

Just In Monday, La double nature du racisme. Sur le mythe de la société en crise,
trad. de l’allemand Memphis Krickeberg, Crise & Critique, « Au cœur des ténèbres », 2023, 278 p., 16 €.

[présentation en ligne]

Le concept de racisme postcolonial et décolonial présente des limites lorsqu’il s’agit de saisir des évolutions du racisme qui ne correspondent pas au racisme colonial. La disciplinarisation liée au travail, la coercition homogénéisante dans le cadre de l’État-nation et l’auto-racialisation en rapport avec la productivité, ne se prêtent-elles pas aussi à des explications de l’émergence du racisme, par exemple lorsque celui-ci se manifeste à l’encontre de populations minoritaires dans des régions situées en dehors de l’Occident ou à l’encontre de populations situées en dehors des métropoles, qui n’ont jamais été colonisées, ou dont les ancêtres ne l’ont jamais été ?
La profonde originalité de la démarche de JustIn Monday, est de nous inviter à reprendre des problèmes laissés irrésolus au sein de la théorie antiraciste du racisme en repensant les articulations de la double nature du racisme : outre des images stéréotypées de l’étranger, il comprend également des images de soi en tant que race (une auto-racialisation) dans lesquelles sont formulées des affirmations sur la manière dont le lien entre les individus et la société moderne est ou devrait être constitué. L’« idée de race » n’est alors ni un plan ni un « instrument de domination », mais toujours un mythe qui entre en jeu lorsqu’il faut défendre son propre ordre social en crise.
 

David Harvey, Chroniques anticapitalistes,
essai trad. de l’anglais (États-Unis) Laurent Bury, Zulma, 2023, 304 p., 22,50 €.

[présentation en ligne]

La gestion de la pandémie et l’attentisme climatique ont révélé l’irrationalité des solutions néolibérales face à la crise globale. En dix-neuf chroniques thématiques, David Harvey nous montre comment le système capitaliste, « trop gros pour faire faillite, mais trop monstrueux pour survivre », tente aujourd’hui d’éviter l’effondrement en mobilisant les banques centrales, en s’appropriant la richesse collective par la dette, ou en s’alliant aux forces réactionnaires et aux nationalistes.
Tout en renouvelant les outils et les concepts de Marx – le syndrome de la croissance, les valeurs d’usage et d’échange, le consumérisme ou l’aliénation –, David Harvey s’empare des questions politiques et sociales les plus urgentes et envisage les voies concrètes de transformation de la société. Il dégage des alternatives face à l’explosion des inégalités sociales et au réchauffement climatique : réorienter l’État, les flux du capital, la force de travail et les nouvelles technologies serait ainsi le premier impératif progressiste de notre temps.

Yohann Douet, Découvrir Machiavel,
Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2023, 184 p., 10 €

[présentation en ligne]

Les textes de Nicolas Machiavel (1469-1527) rassemblés ici explorent ses principales conceptions sur : la centralité des rapports de force en politique, le rapport entre la virtù et la fortune, l’action du Prince et la nécessité de saisir les occasions historiques, la libération d’une nation opprimée, l’exigence de maintenir l’État et celle de fonder le pouvoir sur le peuple, la puissance des apparences, l’utilisation politique de la morale et de la religion, la désunion entre le peuple et les grands, la différence entre les bons conflits sociaux et les mauvais, ou encore le lien complexe entre égalité sociale et liberté politique.

Tom Thomas, En finir avec les nationalismes,
Éditions Critiques, 2023, 180 p., 16 €.

[présentation en ligne]

Dans un contexte d’affrontements géopolitiques majeurs et de difficultés économiques grandissantes, nous voyons ressurgir des discours et des politiques nationalistes. Mais une souveraineté nationale restaurée, un État fort ou un protectionnisme social voire écologique sont-ils de véritables solutions à la crise généralisée qui se forme sous nos yeux ?
Tom Thomas montre que la nation n’est jamais qu’une forme historique transitoire servant de supplément d’âme à une société bourgeoise dominée par l’individualisme des rapports marchands. Si certaines luttes de libération nationale ont pu par le passé servir la lutte de classe, le capitalisme mondialisé rend désormais illusoire toute possibilité d’émancipation dans le cadre de la nation. Face aux catastrophes économiques et écologiques en cours, tout nationalisme, qu’il vienne des élites ou du peuple, demeurera une impasse et interdira toute voie vers le socialisme.

Marion Labeÿ, Victor Fay (1903-1991). Itinéraire d’un marxiste hétérodoxe au sein du mouvement ouvrier français,
Éd. du Croquant, « Dossiers et documents de l’ITS », 2023, 282 p., 22 €.

[présentation en ligne]

Inconnu du grand public, même au sein du milieu universitaire, Ladislas Faygenbaum dit Victor Fay, d’origine polonaise mais naturalisé français, est pour beaucoup de militants et d’historiens du mouvement ouvrier une “légende”. Marion Labeÿ, docteure en histoire contemporaine, retrace dans cet ouvrage l’itinéraire fascinant de cet acteur discret de l’histoire du mouvement ouvrier français et européen au XXe siècle, qui a été tour à tour responsable de la formation des cadres du Parti communiste français, opposant communiste puis militant à la gauche de la SFIO, résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, protagoniste de la fondation du Parti socialiste autonome puis du Parti socialiste unifié… Journaliste, enseignant et théoricien marxiste, antistalinien et anticolonialiste, Victor Fay fut avant tout un militant qui passa toute sa vie à rechercher, inlassablement, les voies possibles d’accès au socialisme. Cette première biographie de Victor Fay rend hommage à cette mémoire critique du mouvement social européen.  

Jean-François Fayet, Karl Radek (1885-1939). Une biographie politique,
nouv. éd. ill., Smolny, 2023, 736 p., 25 €.

[présentation en ligne]

Né en Galicie autrichienne en 1885, assassiné en déportation en 1939, Karl Radek fut l’enfant terrible de l’Internationale socialiste, puis une éminente figure de l’Internationale communiste, avant de devenir le conseiller personnel de Staline en politique étrangère et de disparaître finalement de la scène politique après une prestation ambiguë d’accusé-accusateur au deuxième Procès de Moscou en janvier 1937.
L’histoire de cet internationaliste incisif, de ce virtuose de la presse à l’humour et au cynisme légendaires, de ce paria devenu vice-commissaire du peuple, incarne, au-delà de son itinéraire personnel, le naufrage soviétique.
 

Ludivine Bantigny, Quentin Deluermoz, Boris Gobille, Laurent Jeanpierre, Eugénia Palieraki (dir.), Une histoire globale des révolutions,
La Découverte, « SH/Histoire-monde », 2023, 1200 p., 36,90 €

[présentation en ligne]

"La révolution est terminée." À la fin du siècle dernier, la formule a fait date. Mais rien n'était plus faux. Il suffit, pour s'en convaincre, de déplacer le regard hors des régions occidentales, à Tunis, Alger, Hong Kong ou Téhéran. Étendre dans l'espace mais aussi dans le temps, bien avant le XVIIIe siècle, l'enquête sur les révolutions, en montrer les dynamiques transnationales, les échos, les reprises, les "modèles" comme les singularités, telle est l'ambition de cette histoire globale. 
Rédigés par des spécialistes du monde entier, ses chapitres explorent la richesse de l'histoire révolutionnaire, mettent en lumière des révolutions moins connues et arpentent des géographies inédites traversant tous les continents. La Révolution française, les révolutions atlantiques et le Printemps des peuples côtoient les révoltes anticoloniales indiennes, les mouvements populaires de Corée ou du Japon et les grands soulèvements latino-américains ; les Révolutions russe et chinoise ne font pas oublier les révolutions d'indépendance, notamment africaines, ni les rébellions multiples qui émaillent un monde en perpétuelle effervescence. 
Affranchie de ses bornes classiques, l'archive révolutionnaire livre des interrogations neuves et des recherches fructueuses. Le rôle de la spiritualité et de la religion, des empires et des nationalismes, de l'économie et de l'État, de l'environnement et du climat, est ainsi exposé à des lumières plus vives, tout comme les protagonistes, notamment les femmes, la paysannerie, le monde ouvrier... Et dès lors, comment passe-t-on à l'acte ? Comment vivent, dans l'extraordinaire des jours de soulèvement, celles et ceux qui y participent ? 

Jean-Numa Ducange et Jean Quétier (dir.), « Marxismes est-allemands », Actuel Marx, n° 74, PUF, 2023, 240 p., 25 €.

[présentation en ligne]

 

 

Pendant quarante ans, le régime de la République démocratie allemande (RDA) s’est réclamé officiellement du marxisme. Au-delà de l’idéologie officielle répétitive et fossilisée, il a existé de multiples marxismes et lectures de Marx. Celles-ci ont été totalement marginalisées puis oubliées après la chute du mur de Berlin. Ce numéro d’Actuel Marx exhume ces recherches méconnues, particulièrement en France. On découvrira des aspects novateurs que l’on attendrait pourtant pas dans une Allemagne de l’Est souvent résumée à ses formes oppressives et autoritaires (recherches sur Marx, histoire économique, réflexions écologiques, mouvements des femmes…). 

« Avec et au-delà de Marx », Jaggernaut, n° 5, Crise & Critique, 2023, 318 p., 16 €.

[présentation en ligne]

Dans cette cinquième livraison de la revue, on trouvera un dossier donnant à voir le chantier théorique permanent que constitue la nouvelle critique du patriarcat producteur de marchandises : une histoire des origines de la revue allemande Krisis entre 1966 et 1992, un manifeste pour une transformation de la critique anticapitaliste, un article de Robert Kurz cherchant à pousser plus loin une « révolution théorique inachevée », toute une série d’échanges critiques autour de la théorie et de l’analyse des formes multiples prises par la crise contemporaine, de la financiarisation à l’inflation mondiale, en passant par la pandémie de la Covid et l’interprétation que l’on peut avoir de la guerre en Ukraine. Sandrine Aumercier revient quant à elle, sur l’aporie des études de genre et leur distinction entre sexe et genre, qui entretient une confusion elle-même naturaliste entre la forme sexuée des rapports sociaux d’une société donnée et la reproduction sexuée elle-même. 

Olivier Neveux (dir.), « Les théâtres de Marx », Théâtre/Public, n° 248, Éd. Théâtrales, 2023, 144 p., 16,90 €.

[présentation en ligne]

Le dossier de ce numéro de Théâtre/Public explore, exemples à l’appui, quelques-unes des façons dont Marx (sa figure, sa pensée, son spectre) a pu hier, et peut encore aujourd’hui, animer la création théâtrale.  





Citer ce billet
adlc (2023, 25 octobre). Veille bibliographie #31 (automne 2023). les armes de la critique. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amc5

Une réflexion sur « Veille bibliographie #31 (automne 2023) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.