Veille bibliographique #30 (printemps 2023)

Nouvelle veille bibliographique avec des ouvrages parus au printemps 2023. Une prochaine liste complètera celle-ci avec les parutions des deux derniers mois.

Liste réalisée avec la Librairie Le Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris

Friedrich Engels, Karl Marx, Les articles du New-York Daily Tribune. Vol. 1 (1851-1852)
éd. et trad. Alexia Blin, Yohann Douet, Juliette Farjat, Alexandre Féron et Marion Leclair, Éditions sociales, « GEME », 2022, 263 p., 26 €

[présentation en ligne]

Entre 1851 et 1862, Marx et Engels contribuent régulièrement au journal étatsunien The New-York Daily Tribune. Ils produisent au cours de ces années près de cinq cents articles, proposant des analyses concrètes et riches de l'actualité économique, politique et géopolitique du milieu du XIXe siècle, sur la « révolution et contre-révolution » en Allemagne, le mouvement chartiste anglais, la guerre de Crimée, les guerres de l'opium en Chine, la révolte des Cipayes en Inde, ou encore la guerre de Sécession aux États-Unis. Ces écrits, composés dans une période de relative inactivité politique marquée par l'échec des révolutions européennes de 1848, et avant que ne s'organise la Première Internationale, prolongent les textes historiques de Marx sur les luttes de classes en France. Ils constituent en même temps un laboratoire pour certains éléments théoriques des Grundrisse et du Capital, jouant ainsi un rôle déterminant dans le développement de la conception matérialiste de l’histoire.
Le présent volume, le premier d’un vaste ensemble devant comprendre l'intégralité des articles publiés par Marx et Engels dans le New-York Daily Tribune, rassemble les articles écrits en 1851-1852. Il contient en particulier la série d’articles publiés sous le titre Révolution et contre-révolution en Allemagne, ainsi qu’une chronique minutieuse de la vie économique et des luttes politiques en Angleterre, alors la pointe avancée du capitalisme mondial. 

Karl Marx, Nos chers ennemis. Lettres complices à Engels
L’Orma, « Les plis », 2023, 128 p., 10 €

[présentation en ligne]

Quatre décennies de la correspondance entre Karl Marx (1818-1883) et son ami le plus fervent, Friedrich Engels. Cédant volontiers aux commérages et aux fous rires, dans cette sélection de lettres, le père du communisme donne libre cours à ses colères et nous offre un autoportrait extrêmement vivant. 
Conçus pour être expédiés, Les Plis sont des livres recouverts d’une jaquette qui, en quelques pliages simples, se transforme en une véritable enveloppe. La quatrième de couverture reproduit le verso d’une carte postale, avec un espace pour y noter l’adresse et un court message ainsi que, bien sûr, l'emplacement pour l'affranchissement. 

Les filles Marx. Correspondance de Jenny, Laura et Eleanor
trad. Olga Meier, annot. Michel Trebitsch, Éditions sociales, « Les essentielles », 2023, 320 p., 26 €

[présentation en ligne]

Cet ouvrage donne à lire plus d’une centaine de lettres que les filles de Karl Marx, Eleanor, Jenny et Laura échangèrent entre elles ou adressèrent à leurs parents entre 1866 et 1898. L'introduction de Michelle Perrot, historienne et féministe notoire, et les notices d'Olga Meier permettent de les situer dans le contexte de la vie de la famille Marx et dans l'actualité politique de l'époque et au cours des événements politiques auxquels les filles de Marx furent associées. Ces lettres apportent des informations nombreuses sur une vie familiale peu connue, restituant les joies et les drames profonds qui marquèrent ces vies. 

Mikhaïl Bakounine, Karl Marx, La Grande Discorde. Déclarations officielles, communications confidentielles, pamphlets corrosifs, articles diffamatoires, lettres aux intimes… et autres écrits réciproquement polémiques ou admiratifs,
textes rassemblés et présentés par Georges Ribeill, nouv. éd. rev. et actual., Les Nuits rouges, 2023, 572 p., 22 €

[présentation en ligne]

La longue discorde, qui a longtemps  divisé, jusqu’à nos jours, les deux tendances, dites « autoritaire » et « libertaire » du mouvement ouvrier anticapitaliste, est illustrée par les textes écrits l'un contre l'autre par les deux rivaux de la Ire Internationale. On trouvera ici, soigneusement présentés et annotés, l'ensemble de ces écrits (de leurs premiers contacts en 1844 à la mort de Bakounine en 1876) qui formulèrent le mieux des positions qui opposaient autant les deux hommes que des fractions du prolétariat, toutes également résolues à bâtir un autre monde, débarrassé de l’exploitation capitaliste. 

Ferdinand August Bebel, La femme et le socialisme
trad. de l’allemand, SHS éditions, 2023, 576 p., 26 €

[présentation en ligne]

La Femme et le socialisme fut publiée en 1879 par August Bebel (1840-1913), fondateur et secrétaire général du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).
Cette œuvre a pour but principal de démontrer les difficultés que les femmes rencontrent dans leur vie quotidienne, politique et sociale, et ce depuis le début de l’histoire, et de donner des solutions afin de mettre en place une société nouvelle idéale. Elle a joué un rôle de support théorique et de fondement à la doctrine socialiste sur la question des femmes, en établissant un lien entre organisation des femmes et changement radical de la société. 

Jean Jaurès, Œuvres. Tome 14 : La voix du socialisme,
Fayard, 2023, 704 p., 35 €

[présentation en ligne]

La période du 1er  juin 1910 au 30  septembre 1912 met le Jaurès de la maturité aux prises avec son siècle.
Sur le plan international, le danger de la guerre se précise avec l'ouverture de conflits dans les Balkans. Les possibilités d'affrontements sanglants entre nationalités prennent corps, ainsi que les rivalités et les ambitions des grandes puissances. La stratégie internationale de Jaurès dépasse le cadre européen : nationalisme hindou et propositions américaines d'arbitrage, par exemple.
En politique intérieure, Jaurès s’attelle à la grande bataille pour la Représentation proportionnelle qui soulève la question des alliances et, en filigrane, de la conception de la République et de la démocratie. Un combat de plus, en ces années de luttes, marquées par la grève des cheminots ou la poursuite des débats sur les retraites, qui mettent en jeu droits des travailleurs et prémices de l'État social. Dans les congrès nationaux et internationaux se forgent également les contours de l'identité socialiste au gré des controverses.

Boris Arvatov, Art et production,
trad. du russe et introd. Claire Thouvenot, éd. Sans soleil, « Fréquences », 2022, 135 p., 19 €

[présentation en ligne]

 

Art et production de Boris Arvatov fait partie des classiques oubliés des avant-gardes qui se sont épanouies durant la Révolution russe. Publié à Moscou en 1926, il vient porter le fer dans les débats qui agitent l'école constructiviste : que doit être le statut de l'art après la révolution, ses liens avec les techniques industrielles de reproduction, avec la critique de la vie quotidienne, comment doit-il entrer dans l'usine ? Autant d’interrogations radicales, témoignages d’une séquence politico-sociale bouillonnante. Une nouvelle conception de l'art émerge, qui laissera une empreinte indélébile sur une tradition de critiques matérialistes de la culture, de Walter Benjamin à Peter Bürger, en passant par Fredric Jameson, celle qui posera la question de l'articulation entre pratique artistique et logiques propres à la sphère de la production. Un document exceptionnel enrichi d'illustrations, paraissant en français pour la première fois, une porte privilégiée sur un moment-clé de la modernité esthétique du XXe siècle.

Georg Lukács, L’antifascisme en littérature,
trad. Jean Quétier (dir.), éd. Critiques, 2023, 168 p., 15 €

[présentation en ligne]

Un roman peut-il devenir une arme pour lutter contre le fascisme ? Quel rôle incombe à la littérature allemande dans le mouvement de résistance au nazisme ? C'est à ces questions que Lukács tente de répondre dans les trois textes réunis ici pour la première fois.
Écrits entre 1938 et 1942, au cœur d'une bataille politique et idéologique aux dimensions alors tragiques, Lukács dénonce un antifascisme « libéral » qui, à l'instar d’un Stefan Zweig, refuse toute perspective révolutionnaire et ne propose qu'un antifascisme abstrait ignorant des véritables forces sociales en lutte.
Face à cette impasse, l'auteur hongrois loue des écrivains comme Thomas et Heinrich Mann qui, en s'appuyant sur l'héritage classique opposent à la littérature de propagande « un réalisme critique vrai comme la vie » porteur d'un humanisme révolutionnaire dont le peuple est le premier acteur.

Michael Löwy, Gérard Duménil, Emmanuel Renault, Les 100 mots du marxisme
PUF, « Que sais-je ? », 2e éd., 2023, 128 p., 10 €

[présentation en ligne]

Bien qu’il ait refusé le terme de son vivant, le marxisme est d'abord la pensée de Karl Marx, pensée d’une richesse proprement extraordinaire indissociable de celle d'Engels. Après leur mort, leurs idées furent développées dans des directions très différentes par des penseurs et des courants politiques se définissant comme « marxistes » pour se réclamer de leur héritage. Elles inspirent encore aujourd'hui la plupart des contestations radicales de l'ordre capitaliste, y compris parmi celles qui ne se disent pas marxistes. En 100 entrées, cet ouvrage n'a pas pour ambition de rendre compte de tous les usages possibles de la pensée de Karl Marx, ni de tous les marxismes autoproclamés, mais d'éclairer les principales notions du marxisme en présentant l'imbrication, au cœur de chacune d’entre elles, des enjeux et des débats politiques, économiques et philosophiques.

Isabelle Garo, Marx, une critique de la philosophie
Éditions sociales, « Les éclairées », 2023, 336 p., 16 €

[présentation en ligne]

Marx est-il un philosophe ? Cette question classique reste aujourd’hui féconde. Elle permet de montrer que Marx développe tout au long de son œuvre une nouvelle façon de penser qu'il nomme « critique de l’économie politique ». Cette critique, qui hérite d’une longue histoire conceptuelle, se présente toujours en même temps comme une critique de la philosophie, inaugurant une nouvelle conception du travail théorique dans son lien fondamental à la pratique sociale et à une perspective révolutionnaire. 
Dans son livre, Isabelle Garo montre que cette approche passe par l'élaboration de concepts nouveaux, qui retravaillent cet héritage de façon à la fois dialectique et matérialiste : société, idéologie, lutte de classe, individu, communisme, mais aussi monnaie, marchandise, force de travail, mode de production, etc., ponctuent une recherche qui ne se fige jamais en doctrine arrêtée et qui conserve toute sa puissance.
Cette réédition rend ce texte à nouveau disponible avec une nouvelle préface de l’autrice.

Marcello Musto, Les dernières années de Karl Marx. Une biographie intellectuelle, 1881-1883
trad. de l’anglais Antony Burlaud, PUF, « Questions républicaines », 2023, 272 p., 19 €

[présentation en ligne]

Dans les dernières années de sa vie, Karl Marx élargit ses recherches dans de nouvelles directions : il étudie les récentes découvertes anthropologiques, analyse les formes communautaires de propriété dans les sociétés précapitalistes, soutient le mouvement « populiste » en Russie et critique l'oppression coloniale en Inde, en Irlande, en Algérie et en Égypte. Il voyage hors de l'Europe pour la première et dernière fois de son existence.
Marcello Musto propose ici une étude magistrale et pionnière de l'œuvre tardive de Marx, en mettant en lumière des écrits inédits ou précédemment négligés, dont beaucoup ne sont pas disponibles en langue française. On découvre notamment sa critique du colonialisme européen et ses développements nouveaux sur les sociétés non occidentales : il envisage en particulier la possibilité d'une révolution dans les pays non capitalistes.
Se dessine alors une perception différente de Marx, à l'heure où il y a un intérêt croissant dans le monde entier pour redécouvrir cet auteur au-delà du marxisme du XXe siècle. Ce volume comble par là une lacune importante tout en ouvrant des voies pour la réflexion contemporaine sur la gauche et son rapport avec les pays du Sud.

Jean Robelin, Morts et transfigurations de la philosophie chez Marx,
Kimé, « Philosophie en cours », 2023, 254 p., 25 €

[présentation en ligne]

Il n'y a pas chez Marx une définition ni une pratique de la philosophie, mais des définitions et des pratiques qui se chevauchent et se recouvrent. Il en revendique tour à tour la réalisation par son lien avec le mouvement révolutionnaire, son devenir monde, sa suppression, son érection en théorie de la connaissance historique, en réflexion critique de l’histoire et du pouvoir.
Ces oscillations sont politiques. Elles se cristallisent dans la figure du communisme. En croyant promouvoir une raison transparente incarnant le début d'une histoire humaine enfin fondée sur la libre association, il façonne une figure de la rationalité comme pouvoir, à laquelle s'oppose une raison limitée, auto-rectificatrice, puissance politique qui en incarne à l'inverse le dépérissement. C'est dans cet espace que se joue l'inachèvement de sa pensée. 

Romain Descendre, Jean-Claude Zancarini, L’œuvre-vie d’Antonio Gramsci,
La Découverte, 2023, 600 p., 27 €

[présentation en ligne]

Antonio Gramsci (1891-1937) reste l'un des penseurs majeurs du marxisme, et l'un des plus convoqués. L'Œuvre-vie aborde les différentes phases de son action et de sa pensée – des années de formation à Turin jusqu'à sa mort à Rome, en passant par ses activités de militant communiste et ses années d'incarcération – en restituant leurs liens avec les grands événements de son temps : la révolution russe, les prises de position de l'Internationale communiste, la montée au pouvoir du fascisme en Italie, la situation européenne et mondiale de l'entre-deux-guerres. Grâce aux apports de la recherche italienne la plus actuelle, cette démarche historique s'ancre dans une lecture précise des textes – pour partie inédits en France –, qui permet de saisir le sens profond de ses écrits et toute l'originalité de son approche. 
Analysant en détail la correspondance, les articles militants, puis les Cahiers de prison du révolutionnaire, cette biographie intellectuelle rend ainsi compte du processus d'élaboration de sa réflexion politique et philosophique, en soulignant les leitmotive et en restituant "le rythme de la pensée en développement". 
Au fil de l'écriture des Cahiers, Gramsci comprend que la "philosophie de la praxis" a besoin d'outils conceptuels nouveaux, et les invente : "hégémonie", "guerre de position", "révolution passive", "subalternes", etc. Autant de concepts qui demeurent utiles pour penser notre propre "monde grand et terrible". 

André Tosel, Le fil de Gramsci. Politique et philosophie de la praxis
éd. et préf. Vincent Charbonnier, Amsterdam, 2022, 352p., 28 €

[présentation en ligne]

Par-delà les effets de mode, Antonio Gramsci demeure un « célèbre inconnu ». La plupart du temps, sa pensée est caricaturée, réduite à une poignée de formules mal comprises, sur le « surgissement des monstres », par exemple, ou sur l'« optimisme de la volonté ». Pour rendre justice à cette œuvre, André Tosel prend pour fil rouge la philosophie de la praxis qui structure la réflexion politique du dirigeant italien.
Parce qu'il rejetait toute séparation entre théorie et pratique, ce dernier a proposé une théorie de l'État radicalement nouvelle, envisageant la société civile comme l'espace de la lutte pour l’'hégémonie. Élaborée en opposition au marxisme soviétique, cette conception élargie de l'État l'a conduit à formuler une nouvelle stratégie révolutionnaire. Le parti, « Prince moderne », se voit alors conférer un rôle inédit : coaliser des forces sociales hétérogènes pour mener une guerre de position contre la classe dominante. Du rôle des intellectuels à la place du jacobinisme dans les processus révolutionnaires, cet ouvrage montre comment s’approprier les armes théoriques que Gramsci nous a léguées. 

Jean Batou, Découvrir Trotsky,
Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2023, 184p., 10 €

[présentation en ligne]

Les douze textes de Léon Trotsky (1879-1940) rassemblés ici explorent ses principaux concepts et apports : développement inégal et combiné, révolution permanente et impérialisme ; masses, soviets, parti et insurrection ; révolution au sein de la famille ; front unique, revendications transitoires et question nationale ; bureaucratie ouvrière et fascisme ; méthode révolutionnaire. 

Moishe Postone, Marx, par-delà le marxisme. Repenser une théorie critique du capitalisme au XXIe siècle,
Crise & Critique, « Palim Psao », 2023, 468 p., 20 €

[présentation en ligne]

Figure majeure de la Théorie critique et spécialiste de renommée mondiale de l'antisémitisme moderne, l’historien Moishe Postone a élaboré une réinterprétation de la pensée de Marx d'une grande importance pour une critique sociale à la hauteur de l’époque. Il a posé les jalons d'une reconstruction de l'œuvre marxienne adaptée à la saisie du monde contemporain qui diffère des critiques marxistes traditionnelles.
Dans ces essais et entretiens enfin réunis en français, Postone explore comment Marx fournit « une puissante théorie sociale critique du monde contemporain ». Il montre combien les Grundrisse contribuent à éclairer la critique de la modernité élaborée dans Le Capital, se confronte au rapport de Marx à Hegel ou encore aux analyses de Georg Lukács sur la corrélation entre les dimensions subjective et objective de la vie sociale et Marcel Mauss sur la distinction entre don et marchandise. Des réflexions qui nous exhortent à élaborer une pensée de la réflexivité théorique et de la spécificité historique pour mieux comprendre et transformer le monde dans lequel nous vivons.

Jean Matthys, Althusser lecteur de Spinoza. Genèse et enjeux d’une éthico-politique de la théorie,
préf. Guillaume Sibertin-Blanc, Mimésis, 2023, 436 p., 32 €

[présentation en ligne]

Au début des années 1960, le philosophe Louis Althusser a commencé à se réclamer de la philosophie de Spinoza pour repenser les outils théoriques issus du marxisme. Mais comment la référence à un philosophe hollandais du XVIIe siècle en est-elle venue à s'imposer à un philosophe français de la seconde moitié du XXe  ? Quels sont les enjeux et les effets de cette relecture ? Et qu'a-t-elle encore à nous dire aujourd'hui ? Cet ouvrage se propose de reconstruire la genèse du spinozisme d'Althusser à travers ses textes de jeunesse et des documents d’archive inédits ; de montrer la consistance de la pensée d'Althusser des années 1960-1970 à partir des thèmes et des concepts spinozistes qui y jouent un rôle déterminant ; de mettre au jour les enjeux éthico-politiques trop souvent méconnus ou mal compris de ce spinozisme théoriciste d'Althusser, et dont la pertinence pour notre temps n’est pas épuisée par un demi-siècle de transformations idéologiques et de refoulement de la tradition marxiste. 

Joseph Gabel, La fausse conscience. Et autres textes sur l’idéologie,
L’Échappée, « Versus », 2023, 552 p., 25 €

[présentation en ligne]

Sur tous les sujets politiques, les opinions sont aujourd’hui de plus en plus tranchées. « Progressistes » ou « réactionnaires », celles et ceux qui les énoncent procèdent de la même manière : en ciblant une catégorie d'individus porteuse de tous les maux, en mettant sur le même plan des phénomènes qui n'ont rien à voir, et en réécrivant le passé. Aveugles aux faits qui démentent leurs convictions, les esprits militants considèrent toute contradiction comme inacceptable, voire dangereuse.
À la racine de ce type d’attitude, on trouve ce que Joseph Gabel appelait la fausse conscience, soit l'altération du contact vital avec la réalité. Elle est au fondement des idéologies, applications de systèmes abstraits et rigides, fermés à l’expérience, appréhendant les êtres humains comme des objets. Le nazisme et le stalinisme en ont été les exemples les plus extrêmes.
Mais comme le suggère Gabel, c'est en fait l'organisation capitaliste et technocratique de notre société qui favorise le développement de la fausse conscience : la prépondérance de l'avoir sur l'être, de la quantité sur la qualité, de même que la dépersonnalisation et la réification, y abolissent toute dimension humaine.
Livre culte de la critique sociale, célèbre dans le monde entier, La Fausse Conscience, publié en 1962, nous revient aujourd'hui dans une édition augmentée : une lecture plus nécessaire que jamais. 

Le freudo-marxisme. Inconscient et lutte des classes. Une révolution inachevée,
introd., trad. et notes Jean-Marie Brohm, QS ? éditions, 2023, 368 p., 20 €

[présentation en ligne]

Une anthologie de textes de Siegfried Bernfeld, Otto Fenichel, Erich Fromm, Annie Reich et Wilhelm Reich.

Robert Kurz, L’honneur perdu du travail. Le socialisme des producteurs comme impossibilité logique,
préf. Bruno Lamas, Crise & critique, « Palim Psao », 2023, 106 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

Dans ce texte écrit en 1989, Robert Kurz souligne l'urgence d’une reprise des catégories fondamentales de la critique de l'économie politique de Karl Marx (marchandise, valeur, travail abstrait, fétichisme, etc.) et de les approfondir radicalement à la lumière de la nouvelle situation historique : le capitalisme ne doit plus être critiqué du point de vue du travail, le travail doit devenir l'objet de la critique elle-même. La « critique catégorielle » du travail est non seulement une des exigences fondamentales de la critique du capitalisme, mais aussi une condition de l'émancipation humaine des rapports fétichistes, sous peine de plonger dans la barbarie mondiale.
À cette fin, l'auteur analyse en détail les catégories « travail » et « échange », tout en esquissant certaines des idées qu'il explorera au cours des décennies suivantes : la question du « double Marx » ; la critique du sujet, c'est-à-dire la compréhension de la subjectivité ici comme une forme sociale historiquement spécifique de la société marchande ; la critique des Lumières, comprises comme l’expression idéologique légitimant l'ordre social du capitalisme ; la critique de l'argent en s'opposant frontalement aux critiques idéologiques petites-bourgeoises ; la question de la crise écologique, déjà pensée en lien avec l'indifférence destructrice du fétichisme du travail abstrait.

Anselm Jappe, Un complot permanent contre le monde entier. Essais sur Guy Debord,
L’Échappée, « Versus », 2023, 192 p., 16 €

[présentation en ligne]

« Une louche allure de complot permanent contre le monde entier » : telle était la définition que Guy Debord avait donnée des éditions Champ libre qui le publiaient. Elle pourrait bien s’appliquer à toute la trajectoire publique de Debord lui-même. Devenu apparemment « acceptable » depuis sa mort en 1994, transformé même, selon certains, en icône et gloire nationale, le fondateur de l'Internationale situationniste n’est cependant pas devenu, malgré toutes les allégations en ce sens, un auteur comme les autres.
Ce livre se propose donc de sauver la puissance de dérangement que constitue son œuvre : y sont examinés entre autres la fin de l’art et la fin de la politique, sa lecture de Marx, sa contribution à la réflexion historique, les parallélismes possibles (ou pas) avec les écrits de Theodor Adorno, Hannah Arendt et Jean Baudrillard. Sa curieuse récupération par le monde de l'art y est évoquée, ainsi que la question de son « actualité ».
Les gens les plus différents se revendiquent de Debord et des situationnistes : il convient de leur rappeler que l’auteur de La Société du spectacle a toujours voulu s’opposer au monde entier, ou presque. Après la lecture de ces textes, les historiens comme les artistes, les militants comme les cinéastes se demanderont s'ils ont bien fait de compter Debord parmi leurs amis.

Jean-Paul Ayrault, Anton Makarenko. Une expérience pédagogique au cours de l’édification du socialisme,
Inclinaison, 2023, 94 p., 12 €

[présentation en ligne]

Anton Makarenko (1888-1939) est un des grands noms de l'histoire de l'Éducation des enfants. Son action éducative est indissociable de la période révolutionnaire qui ébranle la Russie dans la première partie du XXe siècle. Makarenko est surtout connu par son action pédagogique concrète (ses "colonies") et un roman qui relate une partie de cette expérience (Poème pédagogique). 
Mais Makarenko propose aussi - et ceci est bien moins connu - une réflexion et des enseignements qui dépassent largement ce cadre (rôle et place du travail, la collectivité, les perspectives offertes par le socialisme, etc.).
Le livre laisse une large place à ses propres écrits, témoignage sans fard des difficultés qu'il a rencontrées. 

Julien Chuzeville, Dix questions sur le communisme,
Libertalia, 2023, 104 p., 8 €

[présentation en ligne]

« Aujourd’hui on désigne sous le nom de “communisme” des mouvements qui sont en réalité parfois contradictoires, à tel point qu’il est plus logique de parler de “communismes” au pluriel. »
D'où vient le communisme ? L'URSS était-elle communiste ? Le communisme est-il féministe ? S'oppose-t-il à l'anarchisme ? Communisme et écologisme sont-ils incompatibles ? Peut-on être communiste si on est propriétaire ? Faut-il lire Marx pour être communiste ? Pourquoi y a-t-il tant de courants différents parmi les communistes ? Le communisme est-il une idéologie du passé ?
En une centaine de pages d’une grande clarté, Julien Chuzeville, historien du mouvement social, nous aide à mieux comprendre un concept clé. 

E. P. Thompson, Les romantiques. L’Angleterre à l’âge des révolutions,
introd., trad. et annot. Marion Leclair et Edward Lee-Six, Éditions sociales, « Histoire », 2023, 416 p., 25 €

[présentation en ligne]

À sa mort en 1993, l’historien marxiste Edward Palmer Thompson laisse inachevé le grand œuvre sur les romantiques anglais qu’il projette depuis longtemps. Réunis en volume par son épouse, l'historienne Dorothy Thompson, les textes qu’il a consacrés au sujet tout au long de sa carrière sont traduits ici en français pour la première fois.
On y redécouvre les romantiques : non pas de doux rêveurs qui admirent la nature, mais des hommes et des femmes engagés, qui applaudissent la Révolution française, prêchent l'abolition de la propriété privée et, traqués par les espions du gouvernement, risquent la prison pour propos séditieux.
De poème en lettre, de charivari royaliste en mutinerie navale, l'histoire des romantiques qu’écrit Thompson est ici une histoire de classes en luttes, dont le vingtième siècle, dans ses espoirs trahis et ses révolutions ratées, ne manque pas de nous offrir des échos. 

Serge Quadruppani, Une histoire personnelle de l’ultragauche,
Divergences, 2023, 216 p., 16 €

[présentation en ligne]

Née dans l’expérience des conseils ouvriers (Russie 1917 - Allemagne 1918-20), l’ultragauche historique oppose l’initiative de la base aux logiques de parti. Ce courant n'a cessé de se renouveler au contact de l'autonomie ouvrière italienne des années 1970, des grèves, soulèvements et mouvements de jeunesse des années 1980 à aujourd'hui, du féminisme, de l'écologie radicale, des Gilets jaunes. À 70 ans, l’auteur, par ailleurs romancier et traducteur, a pour seule fierté de dire encore « j’en suis ». En mêlant l'autobiographie et l'histoire de l'ultragauche, ce livre fait sentir de manière originale l'éternelle jeunesse de ce vieux projet : changer le monde. 

Une nouvelle revue marxiste :

A-M-A’. Contributions à la critique de l’économie politique, n° 1, 2022, 136 p., 15 €, n° 2, 2023, 149 p., 15 €

[présentation et sommaires en ligne]

 

A — M — A’ . Contributions à la critique de l’économie politique est une revue consacrée à la critique de l'économie politique. Elle vise à rendre disponible des contributions internationales de qualité élaborées en particulier à partir de l'œuvre de Marx. Elles ont en commun une lecture de Marx, parfois critique, avec pour objectif de fournir des outils afin d'agir de manière révolutionnaire dans nos sociétés où règne le mode de production capitaliste. Elle émane du collectif qui anime le blog liremarx.noblogs.org
Nous élaborons cette revue en opérant un choix d'articles parmi diverses revues universitaires ou non à l’étranger. Pour ce faire, nous coopérons avec des revues comme la New Left Review, Capital and Class et la PROKLA ainsi qu'avec leurs auteurs et autrices. Nous sélectionnons les articles qui nous paraissent manquer dans le débat français sur Marx et sur la critique de l’économie politique, mais aussi dans les milieux dits « de gauche » ou encore les collectifs anticapitalistes en lutte. Définir nos objectifs communs, interroger nos revendications, penser le rapport entre État et capital, entre exploitation systémique et action individuelle sont autant de boussoles pour nos sélections.  [...]


Citer ce billet
adlc (2023, 2 juin). Veille bibliographique #30 (printemps 2023). les armes de la critique. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amby

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.