SLAC 2015-2016, séance 5 : Le discours sur les dangers de la lecture

Mardi 16 février 2016, 9h30-12h30, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm (75005 Paris), salle Histoire.

Séance ouverte à tou-te-s.

Communications

Les procès littéraires : Flaubert, Baudelaire, Pauvert (Vincent Berthelier, ENS Ulm)

Dans notre interrogation sur les effets sociaux de la littérature, nous ne pouvons pas omettre un effet évident, produit par la simple publication de certaines œuvres : leur condamnation en justice. Si cette condamnation révèle qu’une société se sent attaquée dans ses bases morales ou politiques, rien ne nous dit cependant qu’elle ne prête pas à la littérature un pouvoir de nuisance exagéré. Nous nous intéresserons donc, à travers l’étude brève de trois procès exemplaires (Flaubert, Baudelaire et Pauvert, pour la publication des œuvres de Sade), aux discours sur les dangers des livres incriminés, à la façon dont on imagine la réception des œuvres, et aux effets de ces procès sur le champ littéraire.

La littérature en procès à l’aube du XXIe siècle : Les Cercueils de zinc d’Alexievitch (Laélia Veron, ENS Lyon / Université Paris 3)

En 1992, un groupe de mères de combattants internationalistes en Afghanistan intente un procès à l’écrivaine Svetlana Alexievitch, suite au succès du spectacle Cercueils de Zinc, mis en scène au théâtre Ianka Koupala, puis enregistré pour la télévision et diffusé sur la chaîne nationale. Cette action en justice sera abandonnée, puis suivie d’autres plaintes (par d’anciens soldats et des mères d’anciens soldats), jusqu’à la tenue d’un procès en 1993. Un procès évidemment éminemment politique (« Je vois derrière les mères les épaulettes des officiers » disait Alexievitch), l’écrivaine ayant brisé le dernier grand tabou de l’ex URSS, le mythe de la libération communiste de l’Afghanistan, devenu la « sale guerre », la guerre tabou, dont on ne parlait pas, dans un contexte de vives tensions post-perestroïka.

« Mais les procès, les démêlés avec le pouvoir, ça ne mérite vraiment pas qu’on en parle. Dans notre culture, c’est la norme » a déclaré Alexievitch dans une interview. Vraiment ? On aurait tort de voir dans cette action en justice une farce sans intérêt, une simple imitation biélorusse des procès de Moscou. De fait, la démarche d’Alexievitch, journaliste de métier, qui recueille des témoignages présentés comme authentiques mais qui en fait des ouvrages étiquetés comme des « romans » (elle a bien obtenu le prix Nobel de « littérature ») peut poser problème. Les plaignants ont déclaré qu’Alexievitch avait changé leurs paroles, leurs propos, leur avait menti sur l’utilisation qu’elle en ferait. Sous prétexte de littérature, un-e auteur-e peut-il faire ce qu’il veut des témoignages recueillis ? On parle des œuvres d’Alexievitch comme de la « littérature documentaire », formule qui peut sembler paradoxale. Le document, authentique, historique peut-il être compatible avec la part de fiction et de liberté de la littérature ? Le problème est bien le statut du texte : journalisme, histoire, littérature ? Alexievitch avait demandé en vain, lors de son procès, une expertise littéraire indépendante, disant qu’on ne pouvait juger la littérature documentaire si on ne connaissait pas le fonctionnement et les lois du genre. C’est donc ces questions que nous voudrions nous poser, cette expertise littéraire que nous voudrions (re)faire : à quel genre appartiennent les œuvres d’Alexievitch ? Quels sont les lois éthiques et esthétiques d’un tel genre, qu’on pourrait appeler « littérature des témoignages » ?

Sylvia Chassaing (Paris 8) : Compte-rendu de La haine de la littérature (William Marx)
Formation et déformations de l’imaginaire : enjeux des lectures de jeunesse (Juliette Ciresa, ENS Ulm / Université Paris 3)

Si les éducateurs sont unanimes quant aux bienfaits de la lecture, valorisée socialement, la question du contenu des livres pour la jeunesse divise. La censure, aussi bien infléchie par les idées politiques et morales de celles et ceux qui l’exercent, que par la multiplicité des discours sur les effets de la fiction, se pratique à tous les niveaux : spontanée dans les écoles et dans les familles, dans les maisons d’éditions, sous la plume de l’auteur, elle est appuyée par la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Une histoire exemplaire pour les uns insinue une dangereuse idéologie pour les autres ; censurée ici pour les cauchemars qu’elle inspire, elle est admirée là comme une formidable source pour l’imaginaire, pilier de l’équilibre psycho-affectif. Cet imaginaire, enrichi ou empoisonné par la lecture, est un thème constant dans les discours sur les effets des lectures de jeunesse, et a fortiori sur leurs dangers : pour chaque camp, l’imaginaire du jeune public apparaît comme une terre vierge à cultiver et protéger. L’exemple de la réception de l’oeuvre de la comtesse de Ségur, qui n’échappe à aucun des jugements mentionnés ci-dessus, du pôle positif de l’édification au pôle négatif de la perversion, pourra nous permettre de mesurer l’influence des perceptions de l’imaginaire enfantin et adolescent sur la censure de la littérature dite « de jeunesse », et d’interroger la pertinence critique de ce recours à la psyché enfantine.