SLAC 2015-2016, séance 3 : L’engagement littéraire après Sartre

Mardi 15 décembre, 9h30-12h30, ENS, 45 rue d’Ulm (75005 Paris), sous-sol du pavillon Pasteur.

Séance ouverte à tou-te-s.

Communications

Introduction à quelques problématiques de l’engagement (Jordi Brahamcha-Marin, Université du Maine)

Reconfigurations de l’engagement par temps de mondialisation (Chloé Chaudet, Université Paris-Sorbonne / Universität des Saarlandes)

Loin d’être un terme dépassé, « l’engagement » reste, au prix de certains élargissements, une notion opératoire pour l’analyse littéraire, tant en Occident que dans d’autres régions du monde. Repenser l’engagement littéraire comme la « dénonciation d’un inacceptable » permet de mettre au jour et de confronter les stratégies rhétorico-poétiques caractérisant la production littéraire d’auteur.e.s contemporain.e.s aussi divers que celles et ceux dont j’ai traité dans ma thèse, auteur.e.s dont les œuvres ont pu apparaître sulfureuses (Peter Handke, Salman Rushdie), dont les postures politiques ont été honorées par le prix Nobel de littérature (J.-M. G. Le Clézio, Toni Morrison, Orhan Pamuk), ou dont les luttes et visées humanistes méritent d’être mieux connues (Waris Dirie, Taslima Nasreen, Ben Okri, Luis Sepúlveda).

La notion d’« inacceptable », qui suppose la construction textuelle d’un jugement moral, permet en effet d’entreprendre non seulement une analyse transhistorique, qui renouvelle la conceptualisation sartrienne, mais également une approche transculturelle de l’engagement littéraire. Après l’avoir montré dans un premier temps, je souhaiterais ensuite présenter quelques grandes modalités d’une poétique de l’engagement littéraire contemporain, selon une typologie s’appuyant sur quatre grandes stratégies rhétorico-poétiques : accusation, dépassement, décalage, témoignage.

Si Sartre reste important pour penser l’engagement littéraire aujourd’hui, c’est bien en raison de ses remarquables qualités de synthèse : malgré une réception trop souvent partielle de son concept de « littérature engagée », celui-ci se fonde sur une philosophie de l’implication sociale de l’homme de lettres antérieure au succès international du communisme, que Sartre n’aura eu de cesse d’actualiser, jusque dans ses contributions aux débats et aux catégories introduits par les études postcoloniales. Ma (re)lecture de Sartre par temps de mondialisation soulignerait in fine que cette actualisation peut et doit encore se poursuivre.

Entre utopie et chaos : la pensée du Tout-Monde comme alternative à la mondialisation chez Édouard Glissant (Cécile Chapon, Université Paris-Sorbonne / Université de Cergy-Pontoise)

Le rapport d’Édouard Glissant à l’engagement politique est problématique : son refus de toute pensée systématique l’a souvent tenu à distance respectueuse des idéologies. Et cependant, toute son œuvre tend vers une pensée du processus de mondialisation, à partir du lieu antillais, qui est profondément politique et qui pourrait, au fond, servir d’interrogation éthique aux gouvernants1. Cette pensée se développe d’abord à partir de la construction de la mémoire de l’esclavage et dérive ensuite vers une conception fondamentalement positive et mouvante de la mondialisation culturelle – aux antipodes de l’état de fait de sujétion et d’exploitation qu’entraîne la mondialisation économique. La mondialisation est alors conçue comme l’entrée en relation de tous les peuples du monde, et il s’agit d’explorer par la fiction littéraire le chaos à la fois créatif et violent qui naît de leurs rencontres accrues. La pensée glissantienne part donc d’une réflexion sur l’histoire antillaise, à partir de la matrice du bateau négrier, pour s’élargir aux dimensions du Tout-Monde, notion qui se trouve au carrefour de la poétique, de la politique et de l’éthique. C’est cette intrication-là entre le lieu antillais et les enjeux du monde contemporain que nous souhaiterions étudier en prenant appui sur plusieurs de ses textes romanesques, afin de mieux cerner les relations entre fiction et engagement : en particulier Le Quatrième Siècle (1964), Tout-Monde (1993), Ormerod (2003) et Sartorius (1999).

1 Mentionnons pour mémoire les deux manifestes co-écrits par Patrick Chamoiseau et Édouard Glissant, le premier en réaction à la création du Ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale en 2007, Quand les murs tombent. L’identité nationale hors la loi ?, Éditions Galaade, Institut du Tout-Monde et le second pour saluer la première élection de Barack Obama en 2008, L’intraitable beauté du monde, adresse à Barack Obama, Éditions Galaade, Institut du Tout-Monde.

Quels terrains d’engagement pour la littérature documentaire contemporaine ? (Mathilde Roussigné, Université Paris 8 / EHESS)

Le développement d’une sorte de « réalisme contemporain » que Lionel Ruffel nomme les « narrations documentaires » exige de la critique un effort pour repenser la notion d’engagement littéraire. Si un consensus semble se dessiner autour de la notion de puissance « dissensuelle » de l’esthétique documentaire de Jacques Rancière à Yves Citton en passant par Dominique Baqué, quelques voix dissonantes (Frederic Jameson, Frédéric Lordon) viennent parfois souligner la dimension illusoire d’un tel engagement ayant mis à franche distance le modèle sartrien. Mais ce que la littérature documentaire nous permet surtout de penser, me semble-t-il, c’est le dépassement de l’opposition binaire d’« engagement » ou de « contre-engagement » proposée par Benoît Denis : littérature d’intervention, à la fois forme et pratique, elle engage les œuvres et les écrivains sur de nouveaux terrains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *