SLAC 2015-2016, séance 2 : Les premiers théoriciens marxistes de la littérature

Mardi 10 novembre, 9h30-12h30, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm (75005 Paris), sous-sol du pavillon Pasteur.

Séance ouverte à tou-te-s.

Communications

Introduction. Marxisme et littérature : pour une préhistoire du réalisme socialiste (Quentin Fondu, EHESS / Université de Bielefeld)

La « théorie du reflet » existe-t-elle ? Esquisse pour une sociologie de la sociologie de la littérature (Quentin Fondu, EHESS / Université de Bielefeld)

Utilisé autant par les marxistes hétérodoxes pour contrecarrer le marxisme « mécaniste » (Goldmann contre Plekhanov), par les anti-marxistes pour disqualifier toute perspective marxiste (Bourdieu contre Goldmann), que par les partisans d’une analyse interne des œuvres contre le projet sociologique dans son ensemble (certains littéraires contre Bourdieu), l’étiquette « théorie du reflet », dont il reste à prouver qu’elle fut jamais professée, semble nous renseigner plutôt sur ses détracteurs et leurs stratégies intellectuelles et politiques. En revenant sur l’histoire de cette notion, depuis les premiers théoriciens marxistes de la littérature (Plekhanov et Mehring en particulier) jusqu’aux multiples tentatives de dépassement dont elle fut l’objet, il s’agira alors d’esquisser une sociologie de la sociologie de la littérature, rattachant prises de position scientifiques et politiques aux positions sociales occupées par les auteurs.

Lénine : révolutionnaire et théoricien de la littérature (Vincent Berthelier, ENS Ulm)

« Avant ce comte, il n’y avait pas de vrai moujik dans la littérature. »
Cette remarque de Lénine sur Tolstoï est révélatrice des contradictions que l’on peut relever dans l’œuvre du grand romancier russe quand on la replace dans son contexte social, historique et politique. Nous reviendrons dans notre exposé sur les articles que Lénine consacre à Tolstoï et où il pratique une lecture politique de la littérature, sans réductionnisme sociologique. Nous nous interrogerons, à partir de cette lecture, sur la possibilité de préserver la spécificité de la littérature et des genres littéraires lorsqu’on les aborde dans une perspective politique.

Trotsky : écrits théoriques et critiques sur la littérature [exemplier] (Laélia Véron, ENS Lyon / Paris 3)

Trotsky déclare dans son autobiographie que jeune, sa première ambition était d’être écrivain avant qu’il ne subordonne ce métier « comme tout le reste aux fins révolutionnaires ». Durant quasiment toute son existence, il a alterné critiques et chroniques littéraires et écrits politiques, les deux étant pour lui intrinsèquement liés. Il ne prend tout d’abord pas part aux polémiques durant la période d’effervescence artistique de l’après révolution, mais c’est en 1923 la première autorité du parti à dédier un travail complet à la littérature avec Littérature et révolution, ouvrage où il prétend jeter les bases d’une pensée marxiste sur les liens entre littérature, société et politique. Dans son exil, il donne plusieurs entretiens et conférences qui développent des idées esquissées dans Littérature et révolution (sur la littérature prolétarienne, sur la politique du parti en art, etc.), continue à écrire des critiques littéraires (parmi les plus célèbres, on peut citer celles sur Malraux et Céline) et écrit avec Breton le manifeste Pour un art révolutionnaire indépendant. On essaiera de dégager, à partir de ces divers écrits, ce qui relève d’une réaction politique contextuelle et ce qui constitue l’ébauche d’une théorie marxiste – voire trotskyste – de la littérature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *