SLAC 2015-2016, séance 1 : L’efficacité sociale de la littérature en question

Mardi 13 octobre, 9h30-12h30, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm (75005 Paris), salle Pasteur.

Séance ouverte à tou-te-s.

Communications

Introduction générale aux problématiques de l’année (Alice de Charentenay, Paris IV)

La sociologie face à la problématique de la réception (Quentin Fondu, EHESS – Université de Bielefeld)

Face à la question de la réception, et donc de l’effet des œuvres sur leurs publics, la sociologie semble s’être longtemps tenue à l’écart, considérant qu’étudier les lois de production des biens culturels revenait, presque mécaniquement, à rendre compte de la consommation qui en était faite. Doit-on et peut-on opérer autrement et, si oui, à partir de quelle(s) méthodologie(s) ? Que signifie, de plus, ce grand retour du « lecteur » sur la scène des sciences sociales, non plus considéré génériquement, auquel on assiste depuis une dizaine d’années ?

Les effets de la lecture immersive (Anaïs Goudmand, EHESS – Université de Lausanne) (exemplier)

La lecture immersive est souvent confondue avec un rapport au texte sur le mode du réalisme naïf ou de l’illusion référentielle, qui empêcherait toute forme de distance critique vis-à-vis des effets du texte. À ce titre, elle est assimilée à la pratique des catégories de lecteurs-trices perçues comme influençables (femmes, enfants, catégories populaires). Cette intervention vise à remettre en cause ce préjugé à partir des approches pragmatique et sémantique des récits de fiction.

Quel lecteur pour le roman radical anglais de la période révolutionnaire ? Le cas de Caleb Williams (1794) de William Godwin (Marion Leclair, Paris 3)

Caleb Williams; ou Les Choses Comme Elles Sont, publié en 1793 par le philosophe et romancier anglais William Godwin est le plus célèbre des romans anglais dits « jacobins », et explicitement conçu par son  auteur comme un moyen de « véhiculer » auprès du grand public les vérités des philosophes.

Nous tâcherons de montrer dans cette intervention la difficulté qu’il peut y avoir à passer du pôle producteur au pôle récepteur dans le cadre d’une analyse pragmatique du roman qui s’intéresse à son efficacité politique : car s’il est relativement aisé de reconstruire une intention d’efficacité politique chez Godwin, et de dégager dans le texte les moyens romanesques qui semblent mis en oeuvre pour la servir, il est plus difficile de mesurer cette efficacité à même les lecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *