Séminaire de traduction : Marx et Marcuse

La traduction de textes philosophiques présente l’avantage d’offrir un cadre de travail particulièrement propice au travail en commun puisque les textes traduits forment une base à partir de laquelle une véritable discussion est possible. Par ailleurs, le travail sur des textes en langue originale, parfois d’abord difficile, permet une véritable appropriation des œuvres, par un travail de détail et à long terme, qui permet dans le meilleur des cas de produire l’édition d’un texte comportant toutes les indications nécessaires à sa véritable compréhension.

Marx, Formen die der kapitalistischen Produktion vorhergehen [Formes qui précèdent la production capitaliste].

Les Grundrisse de Marx, manuscrits préparatoires au Capital rédigés une dizaine d’années avant sa parution, sont réputés correspondre à un stade « encore » hégélien de la pensée marxienne, sur laquelle ils offrent à la fois des indices génétiques mais également proprement théoriques. Le texte que l’on traduira cette année, extrait du premier chapitre des Grundrisse et intitulé « Formes qui précèdent… » est à cet égard exemplaire. Dans la perspective d’une étude de la genèse du mode de production capitaliste, Marx en abstrait les traits saillants pour mieux théoriser les différents modes de production spécifiques qui l’ont précédé et sont irréductibles à tout schéma linéaire qui verrait se succéder différents stades tendus vers l’avènement du capitalisme au sein d’un progrès continu. Redécouvert dans les années 1960 par de nombreux ethnologues, notamment français, ce texte avait le mérite de relancer la possibilité d’une approche à la fois matérialiste (c’est-à-dire ici en terme de mode de production) et spécifique des sociétés non occidentales et de leurs relations différenciées (et irréductibles à un simple antériorité chronologique) au capitalisme, notamment sous son aspect colonial et néo-colonial. La traduction du texte pose de ce fait un ensemble de problèmes trop peu étudiés par les précédents traducteurs puisque le texte de Marx est en fait contemporain de la naissance de l’ethnologie allemande, de la fixation de son vocabulaire et de toutes les inventions et manipulations sémantiques qui ont permis l’approche de réalités sociales en tous points hétérogènes à celles de l’Europe du XIXème siècle, et résistant pour cette raison au vocabulaire traditionnel dans lequel elle s’exprimait.Le séminaire sera donc également l’occasion de faire le point sur la place du texte (et plus généralement du marxisme) dans l’histoire de l’ethnologie, sur ses usages plus contemporains et finalement sur l’intérêt actuel des notions qu’il met en place, ainsi que sur la pertinence de l’approche théorique marxiste des phénomènes économiques et sociaux extérieurs et/ou en marge du capitalisme.

H.Marcuse, Beiträge zu einer Phänomenologie des historischen Materialismus [Contributions à une phénoménologie du matérialisme historique]. (1928)

Ce texte de jeunesse d’Herbert Marcuse part d’une réflexion sur les œuvres du jeune Marx (relus à travers les travaux de Lukacs et de Korsch, eux-même engagés dans l’expérience historique de la révolution russe et de ses suites) et invite à penser la spécificité du marxisme, en tant qu’intervention politique dans une conjoncture (ou situation) qu’il lui faut pour cela penser dans sa dimension proprement historique. C’est donc tout autant par son entreprise que par son objet que le marxisme se définit selon Marcuse ; et le matérialisme historique, dans ce cadre, vise à la réappropriation de l’historicité de l’existence humaine qui vaut aussi possibilité historique d’agir. De ce point de vue, l’œuvre de Heidegger (Être et Temps date de 1927) offre à Marcuse un cadre théorique utile quoique parfois problématique pour penser la situation de l’homme au sein du monde et en dégager l’historicité radicale qui fait de l’action collective, contre toute réification et individualisation, la voie d’une véritable authenticité pour un « Dasein » qui assumerait sa finitude, l’héritage qui le constitue et la nécessité d’un choix parmi les possibles qu’il détermine.
La traduction de ce texte sera l’occasion d’un travail sur la première tentative d’articulation entre le marxisme et la phénoménologie à partir de leurs lacunes respectives et dans une volonté de synthèse dont nous nous attacherons également à pointer les limites.

Le séminaire aura lieu le jeudi de 14h à 16h en salle Pasteur (1er étage du pavillon du même nom) et débutera le 4 octobre (attention, exceptionnellement la première séance aura lieu au sous-sol du pavillon Pasteur, en salle de séminaire).

Responsable : Guillaume Fondu.

Contact mail: guillaume.fondu@ens.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *