JEUDI 21 JANVIER

Géographie féministe, géographie du genre

Débats et influences entre l’Europe et l’Amérique du Nord

Lucile Biarrotte

La géographie est une discipline traditionnellement androcentrique, faite par des hommes sur des hommes. Ainsi, les objets traités ont longtemps invisibilisé la population féminine, ses espaces, ses pratiques, et les façons d’aborder ces sujets perpétraient elles aussi des manières dominantes d’étudier l’espace, que l’on pourrait qualifier de masculines et hétéronormatives.

Au sein même du courant de géographie critique, qui abordait principalement les questions de géographie sous l’angle du marxisme, le courant de géographie féministe a émergé à la fin des années 1970, d’abord dans les pays anglophones. Il a montré que les inégalités de sexe se retrouvaient dans les pratiques spatiales humaines, et a développé des études sur les géographies des femmes (*women’s geography*). Ce mouvement s’est nourri des débats théoriques des mouvements féministes, pour intégrer progressivement l’approche sur les inégalités de genre, de sexualité, et les approches intersectionnelles. Des débats épistémologiques et méthodologiques ont eu lieu en parallèle : il ne s’agissait pas seulement d’intégrer les femmes et le genre comme de nouveaux objets à traiter comme n’importe quels autres. Il s’agissait également de dénoncer et remettre en question les pratiques de recherche en soi, en prenant en compte le principe de « savoir situé » développé notamment par C. Delphy. Il ne suffit pas, en effet, de traiter des femmes pour pouvoir se qualifier de géographe féministe, cette posture impliquant tout autant une remise en question réflexive de la chercheuse (ou moins souvent, du chercheur) et de ses pratiques de recherche.

Mon exposé retracera les grands débats que l’approche féministe et de genre ont fait à la discipline géographique en France, en Europe et dans la recherche nord-américaine. Je me pencherai notamment sur les questions d’épistémologie et de méthodologie, et comment les concepts ont circulé entre ces différentes aires. Je proposerai un panorama des mouvements qui se sont successivement développés, partant de la géographie des femmes, puis de la géographie du genre et celle des sexualités, jusqu’à la géographie *queer *qui est en cours d’émergence. Je proposerai, si le temps nous le permet, une incursion vers les applications de ces débats et recherches en urbanisme et aménagement, avec des illustrations tirées de mes propres travaux. Je n’aborderai en revanche pas la géographie du développement, qui s’est beaucoup intéressée au rôle des femmes dans les pays du Sud, et qui est riche d’une grande littérature, notamment en Inde.

Pour préparer cette séance, je vous invite à lire un court article de Claire Hancock, datant de 2002, sur « Genre et géographie : les apports des géographies de langue anglaise », et éventuellement un article beaucoup plus spécialisé de Dolores Hayden datant de 1980, se posant la question d’à quoi ressemblerait une ville non-sexiste : « What would a non-sexist city be like? Speculations on housing, urban design, and human work ». J’indiquerai de nombreuses autres références lors de l’exposé, et vous invite à m’en demander davantage si des sujets plus précis vous intéressent.

Hayden, What Would a Non-Sexist City Be Like, Speculations on Housing, Urban Design, and Human work (1980)

Hancock_Genre et géographie: les apports des géographies de langue anglaise (2002)