JEUDI 12 MAI

Penser la matérialité de l’expérience avec les théories féministes des affects

Florian Vörös,

post-doctorant, Cemti, Université Paris 8

 

Les cultural studies féministes interrogent avec de plus en plus d’insistance la dimension pluri-sensorielle et notamment tactile de l’expérience. Ces approches d’inspiration phénoménologique ou deleuzienne se positionnent souvent contre le logocentrisme (privilège accordé à la construction de sens) et l’occulocentrisme (privilège accordé à la perception visuelle) qui caractériserait les théories féministes de la culture d’inspiration structuraliste. Cette présentation se propose d’abord de cartographier les positions qui s’opposent dans cette controverse relative à un supposé « tournant affectif » des cultural studies et des théories féministes. Elle esquissera ensuite des pistes de réflexion concernant les manières dont une élaboration par les affects – c’est-à-dire par les intensités sensorielles et la matérialisation corporelle des émotions – permet de penser les aspects de l’expérience vécue de la domination difficilement saisissables par les mots et les images.

Florian Vörös a soutenu en 2015 à l’EHESS une thèse de sociologie sur les usages de la pornographie et les constructions de la masculinité. Il réalise désormais une recherche post-doctorale sur les dispositifs des débats télévisés sur le racisme au Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation et au Centre d’études et de formation sur le racisme et l’antisémitisme à l’Université Paris 8, où il enseigne également au sein de l’UFR Culture et Communication. ll a récemment dirigé la publication de l’ouvrage Cultures pornographiques. Anthologies des porn studies (Éditions Amsterdam, 2015).

La séance aura lieu salle Paul Langevin, au 29 rue d’Ulm , à 18h.