Séminaire littéraire des Armes de la critique (SLAC), 2015-2016

     Organisateur/trice-s : Vincent Berthelier (ENS Ulm), Jordi Brahamcha-Marin (Université du Maine), Alice de Charentenay (Université Paris 4 – Paris Sorbonne), Quentin Fondu (EHESS/Université de Bielefeld), Anaïs Goudmand (EHESS/Université de Lausanne), Marion Leclair (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle),  Laélia Véron (ENS Lyon).

(Programme des séances en bas de la page)

Contact : vincent.berthelier@ens.fr

     Le Séminaire littéraire des Armes de la critique (SLAC), membre des séminaires associés « Les Armes de la critique », poursuit ses activités pour la troisième année consécutive.

     Comme en 2014-2015, la moitié environ des séances sera consacrée à des théoricien-ne-s de la littérature dont l’étude nous paraît intéressante dans une perspective marxiste ou, plus généralement, critique et progressiste. Des communications ont ainsi déjà été consacrées à Lukacs, Bakhtine, Flora Tristan… Nous aimerions à présent nous pencher sur les premiers grands théoriciens marxistes de la littérature (Mehring, Plekhanov, Trotsky…), sur Lucien Goldmann ou sur Pierre Macherey, ainsi que, dans la continuité de la dernière séance de 2014-2015, sur les théoricien-ne-s féministes de la littérature.

     Pour l’autre moitié des séances, nous souhaitons lancer un cycle intitulé « L’efficacité sociale de la littérature ». Il s’agira de réfléchir de manière plus systématique à une question que nous sommes régulièrement amené-e-s à nous poser depuis les débuts du séminaire : quel peut être l’impact (notamment politique) de la littérature, et de la fiction en particulier ? Une problématique si vaste se dédouble immédiatement :

-en une problématique de la production et de la création littéraires : à quelles conditions la littérature peut-elle être engagée/militante ? Et à quelles conditions la littérature est-elle plus efficace, pour défendre une cause, qu’un discours non littéraire ?

-en une problématique de la réception : que nous apprennent la critique pragmatique, la narratologie, les sciences cognitives… sur les modalités de réception d’une œuvre littéraire par le/la lecteur/trice ? Le/la lecteur/trice est-il/elle dupe du discours du texte ? Qu’est-ce qui se joue exactement entre le codage, par l’auteur-e, et le décodage, par le/la lecteur/trice ? La réception de l’œuvre peut-elle jouer contre les intentions conscientes de son ou ses auteur(s) ? Le message de l’œuvre, s’il y en a un, influence-t-il le/la récepteur/trice rationnellement ou émotionnellement ?

     La liste des questions n’est évidemment pas exhaustive ; nous souhaitons surtout nous concentrer sur la littérature, mais d’autres formes fictionnelles comme les films, les séries ou les jeux vidéo pourront également faire l’objet de nos réflexions. Une séance intitulée « Histoire et état de la critique pragmatique » et une séance sur le théâtre et son public sont d’ores et déjà prévues dans le cadre du cycle « Pragmatique et engagement ».

     Il y aura environ une séance par mois (en alternance : cycle « Théoricien-ne-s de la littérature » et cycle « Pragmatique et engagement »). Chaque séance durera trois heures, et accueillera plusieurs courtes communications (idéalement trois) et des moments de discussion. Les communications seront assurées par les participant-e-s au séminaire et par des intervenant-e-s extérieur-e-s (nous publierons régulièrement des appels à communication).

     Les séances du premier semestre auront lieu un mardi par mois, de 9h30  à 12h30, en salle Pasteur (Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm) et en salle Histoire au second semestre. Toutes les séances sont ouvertes à tou-te-s !

Programme

-13 octobre : L’efficacité sociale de la littérature en question

Alice de Charentenay (Paris IV) : Introduction générale aux problématiques de l’année

Quentin Fondu (EHESS / Université de Bielefeld) : La sociologie face à la problématique de la réception

Anaïs Goudmand (EHESS / Université de Lausanne) : Les effets de la lecture immersive (exemplier)

Marion Leclair (Paris 3) : Quel lecteur pour le roman radical anglais de la période révolutionnaire ? Le cas de Caleb Williams (1794) de William Godwin

-10 novembre : Les premiers théoriciens marxistes de la littérature

Quentin Fondu (EHESS / Université de Bielefeld) : Introduction. Marxisme et littérature : pour une préhistoire du réalisme socialiste

Quentin Fondu (EHESS / Université de Bielefeld) : La « théorie du reflet » existe-t-elle ? Esquisse pour une sociologie de la sociologie de la littérature

Vincent Berthelier (ENS Ulm) : Lénine : révolutionnaire et théoricien de la littérature

Laélia Véron (ENS Lyon / Paris 3) : Trotsky : écrits théoriques et critiques sur la littérature (exemplier)

-15 décembre :  L’engagement littéraire après Sartre

Jordi Brahamcha-Marin (Université du Maine) : Introduction à quelques problématiques de l’engagement

Chloé Chaudet (Université Paris-Sorbonne / Universität des Saarlandes) : Reconfigurations de l’engagement par temps de mondialisation

Cécile Chapon (Université Paris-Sorbonne / Université de Cergy-Pontoise) : Entre utopie et chaos : la pensée du Tout-Monde comme alternative à la mondialisation chez Édouard Glissant

Mathilde Roussigné (Université Paris 8 / EHESS) : Quels terrains d’engagement pour la littérature documentaire contemporaine ?

-12 janvier : Théorie féministe de la littérature (appel à communications pour le 31 décembre 2015)

Alice de Charentenay (Paris IV) : Naomi Schor et la théorie des stéréotypes féminins

Virginie Foloppe (Paris I / Paris 3 / Académie Charpentier) : L’envie du vagin. Pour une approche psychanalytique de l’écriture

-16 février : Les discours sur les dangers de la lecture

Vincent Berthelier (ENS Ulm) : Les procès littéraires : Flaubert, Baudelaire, Pauvert

Laélia Véron (ENS Lyon / Université Paris 3) : La littérature en procès à l’aube du XXIe siècle : Les Cercueils de zinc d’Alexievitch

Sylvia Chassaing (Paris 8) : Compte-rendu de La haine de la littérature (William Marx)

Juliette Ciresa (ENS Ulm / Université Paris 3) : Formation et déformations de l’imaginaire : enjeux des lectures de jeunesse

-15 mars : Introduction à l’oeuvre critique de Pierre Macherey

Lucile Dumont (EHESS) : « Il n’y a pas de livre innocent » : pratique théorique et science de la littérature dans les travaux de Pierre Macherey

Vincent Berthelier (ENS Ulm) : Pour une théorie de la production littéraire

Marion Leclair (Paris 3) : Spécificité du discours littéraire : littérature contre idéologie chez Pierre Macherey

-12 avril : L’efficacité sociale du théâtre (voir l’appel à communications pour le 31 mars 2016)

Quentin Fondu (EHESS) : Introduction

Clara Manco (Paris IV) : La Comédie de la Restauration anglaise : enjeux idéologiques et politiques ?

Guillaume Cot (Paris 8) : Fantasmes de l’efficacité politique du théâtre sous la Révolution française : fondements et réalité

Alexis Cauvin (Paris 3) : Actualité des positions critiques au théâtre, l’efficacité sociale en question

-10 mai : Séance libre (conclusion de l’année)

Tiphaine Martin (Paris 7) : De Marx au Deuxième Sexe : Simone de Beauvoir et les mythes littéraires

Sabine Savornin : Littérature et censure : le « pouvoir des mots » selon Butler

Anna Colléoc (ENS / EHESS / Paris 4) : Le théâtre de Novarina : faire jouer le corps social

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *