Lundi 6 avril 2015

Joan Robinson, une keynésienne de gauche face au marxisme

(Guillaume Fondu)

220px-Joan_Robinson_Ramsey_Muspratt

Joan Robinson (1903-1983) est une figure atypique parmi les économistes du XXème siècle. Formée à Cambridge dans les années 20, elle y fait la rencontre de Keynes et participe, avec d’autres, aux travaux concernant la Théorie générale. Après la guerre, elle devient une farouche critique de l’orthodoxie économique qui se dessine, et de ses dimensions politiques et impérialistes, et elle s’éloigne peu à peu des standards de la profession en les soumettant à une analyse critique intransigeante.

Son travail sur Marx, ainsi que son rattachement à l’école dite post-keynésienne, sera pour nous l’occasion de réfléchir sur les différents paradigmes de la théorie économique et de nous interroger de manière comparative sur la spécificité du projet marxiste, que Joan Robinson ne reconnaît selon nous qu’en partie et confusément.

Bibliographie (limitée à quelques traductions françaises)
J. Robinson, Essai sur l’économie de Marx, 1942 (trad fr, Dunod, 1971)
–  L’accumulation du capital, 1956 (trad fr, Dunod, 1972)
– Contribution à l’économie contemporaine, 1978 (trad fr,  Economica, 1984) (Recueil d’articles plutôt tardifs et dont une partie est consacrée à Marx).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *