Lundi 30 mars 2015 : Séance d’initiation à la lecture de Marx et d’Engels

Lecture de la Critique du programme de Gotha

(Juan Sebastian Carbonell)

Certains ont pu parler des dix dernières années de vie de Marx (de 1873 à 1883) comme d’une « lente agonie ». Après la défaite de la Commune et la dissolution de l’Association internationale des travailleurs (AIT), il se serait réfugié dans son travail sur les livres II et III du Capital. C’est d’ailleurs durant cette période que ses travaux, de plus en plus connus, deviennent une référence pour le mouvement ouvrier international.

Pourtant, alors que l’Internationale se meurt, la social-démocratie allemande se développe, et dans les années 1870 le centre de gravité du mouvement ouvrier passe de la France vers l’Allemagne. Le 27 mai 1875, les deux principales organisations socialistes allemandes fusionnent à l’issu du Congrès de Gotha. « Lassalliens » (qui se revendiquent du socialiste Ferdinand Lassalle) et « eisenachiens » (plus proches du marxisme) s’unissent en une puissante organisation, le SAPD, forte de plusieurs dizaines de milliers d’adhérents.

A cette occasion Marx écrit un certain nombre de « gloses marginales » dans lesquelles il critique le programme adopté lors du Congrès de Gotha – « gloses » qui ne seront publiées qu’après sa mort, en 1891, par Engels et Kautsky, à l’occasion du Congrès d’Erfurt. Dans ce texte très court et d’une grande densité, Marx formule quelques unes de ses réflexions les plus abouties sur le travail, l’État et le communisme.

extraits de la Critique du programme de Gotha

Bibliographie :

LENINE, L’État et la révolution, Éditions sociales, 1972 (ou sur marxists.org)

MARX Karl, Critique du programme de Gotha, Les éditions sociales, GEME, 2008. (ou sur marxists.org)

MARX Karl, Le Capital, Livre I, Presses Universitaires de France, Paris, 1993.

MEHRING Franz, Karl Marx. Histoire de sa vie, Omnia, 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *