Lundi 27 octobre 2014 : Actualité du concept d’accumulation primitive.

   Histoire du concept d’accumulation primitive : de Thomas More à Karl Marx

(Laurent Baronian)

Lors de cette première séance de « recherche » sur les usages contemporains du concept d’accumulation primitive, Laurent Baronian introduira notre travail de l’année en présentant la manière dont Marx en vient à reprendre et transformer ce concept hérité de la tradition libérale.

Le concept d’accumulation primitive ou originelle pose, en effet, trois séries de problèmes : celui de son statut dans Le Capital, dans la mesure où il est à la fois un concept normatif de l’économie politique qu’il critique et un concept renvoyant au processus historique de genèse du mode de production capitaliste.

Il pose ensuite le problème de son usage au sein même de l’analyse économique classique, celle de Smith en particulier, puisque l’accumulation originelle est présentée comme le résultat naturel de la production et de l’échange de marchandises alors même qu’elle inaugure une forme d’échange (entre capital et travail) qui ne semble plus respecter la loi de l’échange d’équivalents.

Il pose enfin le problème de la justification morale et politique de l’accumulation du capital et du travail salarié dans la philosophie politique anglo-écossaise qui de Hobbes à Hume, postule l’égalité des conditions et des droits entre les hommes dans l’état de nature.

Bibliographie:

Thomas Hobbes (2000), Leviathan, Gallimard, Chap. XII à XIV.

David Hume (2010), Enquête sur les principes de la morale, Flammarion, Sections III et IV.

John Locke (1999), Traité du gouvernement civil, Flammarion, chap. V

Karl Marx (1993), Le Capital (Livre I), PUF, chap. XXIV.

Michael Perelman (2000), The invention of capitalism, Duke University Press Books.

Adam Smith (1999), La richesse des nations, Tome I, Flammarion, Livre II, chap. 1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *