Lundi 25 mai 2015

Les écrits sur la littérature de Marx et d’Engels

 (Jordi Brahamcha-Marin)

Marx et Engels n’ont pas laissé derrière eux de traité d’esthétique. Nous ne chercherons pas à donner une cohérence absolue, qui serait peut-être illusoire, à leurs fragments sur l’art et la littérature, à leurs textes de circonstance ou à leurs interventions critiques et polémiques (sur Les Mystères de Paris d’Eugène Sue, sur le Franz von Sickingen de Lassalle) ; mais nous essayerons de partir de ces textes pour proposer quelques éléments d’une (possible) théorie littéraire marxienne et/ou (c’est à voir) engelsienne, d’un point de vue aussi bien descriptif que normatif. Nous reviendrons sur les tentatives des deux auteurs pour proposer une théorie matérialiste de l’art et de la littérature ; puis, interrogeant les doxas marxistes ultérieures, nous examinerons la place véritable, dans la pensée de Marx et d’Engels, de la « théorie du reflet » ou du « réalisme » en littérature.

 Nous serons parfois amené à parler de l’ « art » en général, mais c’est plus spécifiquement sur les questions littéraires que nous allons nous concentrer. Nous laisserons de côté les textes sur la littérature du jeune Marx (et surtout, car ils sont plus nombreux, ceux du jeune Engels).

Bibliographie indicative:

I. Textes de Marx et d’Engels

Textes

 Friedrich Engels, Karl Marx, La Sainte Famille, ou Critique de la critique critique. Contre Bruno Bauer et consorts, in Œuvres, t. 3 : « Philosophie » (éd. Maximilien Rubel), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1982, p. 419-661. Les chapitres 5 et 8 portent sur Les Mystères de Paris d’Eugène Sue.

 Correspondance K. Marx – F. Lassalle, 1848 – 1864 (éd. Sonia Dayan-Herzbrun), Paris, Presses universitaires de France, 1977. Les lettres 63, 71, 74 et 75 concernent la tragédie de Lassalle Franz von Sickingen.

 Anthologies

 Karl Marx, Friedrich Engels, Sur la littérature et sur l’art (éd. Jean Fréville), Paris, Éditions sociales internationales, coll. « Les grands textes du marxisme ». Apparemment la seule anthologie de Marx et Engels sur l’art et la littérature disponible en français. L’apparat critique de Fréville, dogmatique et stalinien, confine parfois à la falsification ; les textes sont (re)traduits, et mal, par Fréville.

 Karl Marx, Friedrich Engels, On Literature and Art, en ligne : https://www.marxists.org/archive/marx/works/subject/art/ Malheureusement lacunaire, à cause d’une question de copyrights.

II. Littérature secondaire

 Ouvrages

 Peter Demetz, Marx, Engels and the Poets. Origins of Marxist Literary Criticism [Marx, Engels und die Dichter…, 1959], University of Chicago Press, 1967. Livre intéressant et riche, qui délaye parfois son sujet et se perd en remarques annexes. Très critique contre Marx, moins contre Engels.

 Marc Jimenez, Qu’est-ce que l’esthétique ?, Paris Gallimard, 1997, coll. « Folio ». Quelques pages intéressantes sur la fin des Grundrisse.

 Jean-Marc Lachaud, Art et aliénation, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Philosophies », 2012. Le chapitre 1 porte sur les idées esthétiques de Marx et d’Engels.

 György Lukacs, Marx et Engels historiens de la littérature, Paris, L’Arche, 1975. Recueil de deux longs articles des années 1930, respectivement sur le Sickingen de Lassalle et sur « Engels historien de la littérature ». Très intéressant. Dans le second article, Engels se retrouve un peu tiré du côté du « réalisme socialiste » stalinien.

Max Raphaël, Proudhon, Marx, Picasso. Trois études sur la sociologie de l’art, Paris, Excelsior, 1933. Le chapitre sur Marx est un long commentaire (laborieux et fatigant) sur la fin des Grundrisse.

Articles

Alice de Charentenay, Anaïs Goudmand, « Fiction et idéologie : Marx lecteur des Mystères de Paris », in COnTEXTES (en ligne), varia, publié le 30 novembre 2014

 Isabelle Garo, « Marx, théoricien de l’art ? », in La Revue du projet (en ligne) :

Stefan Morawski, « The Aesthetics Views of Marx and Engels », in The Journal of Aestheticss and Art Criticism, n° 28, 1969-1970, p. 301-314. L’article contient notamment une bibliographie (ancienne, naturellement…) sur la question.

 Robert Sayre, Michaël Löwy, « Marx, Engels et les écrivains romantiques », in Em Tese, avr-oct. 2013, p. 11-24. Un PDF de l’article se trouve en ligne. Simple, sobre, clair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *