Lundi 23 février 2015 : Actualité du concept d’accumulation primitive

Autour de quelques déclinaisons post-opéraistes de l’analyse marxienne de la « prétendue accumulation primitive »

(Fabrizio Carlino)

 

Parmi les différentes lectures possibles du concept d’accumulation primitive, celle qu’on peut appeler « récursive » semble être particulièrement utile à la compréhension du capitalisme contemporain. Tandis que pour les lectures purement « historiques » l’accumulation primitive s’identifie au processus fondamental assurant le passage d’un mode de production à un autre, et plus particulièrement à la transition du féodalisme au capitalisme, pour la lecture « récursive », l’accumulation primitive est aussi un processus fondamental du fonctionnement du capitalisme, une expropriation par la violence qui ne cesse de se répéter parce qu’elle est nécessaire à la perpétuation de ce mode de production.

Notre exposé prétend fournir quelques éléments pour une critique de cette conception récursive de l’ « expropriation initiale », et cela à partir des usages qui en ont été fait par le discours « post-opéraiste ».

Il nous faudra tout d’abord montrer de quelle manière ce geste herméneutique et politique s’inscrit dans l’expérience historique de l’opéraïsme italien des années 1960 – courant marxiste dont les théoriciens les plus connus sont aujourd’hui Mario Tronti et Toni Negri. Suite à la césure de 1956, ce courant « ouvrièriste » du marxisme critique ouvre la voie à une réappropriation révolutionnaire des textes de Marx et cherche à transformer de manière radicale la théorie et de la pratique de la IIIe  Internationale.

Son héritage est réactivé dans les dernières années par des courants dits « post-opéraistes », placés sous l’égide de Negri. Ces derniers se caractérisent en ceci qu’ils reprennent les innovations conceptuelles des premiers opéraïstes et les poussent à leurs conséquences extrêmes, jusqu’à les renverser. Ainsi, la ré-articulation du rapport entre rapports de production et forces productives est finalement investie – sous la forme du sujet multitudinaire – d’un pouvoir d’émancipation correspondant au communisme en acte, qui serait autonome à l’égard d’un capital qui est devenu improductif et qui se réduit à une instance parasitaire. Ce capital parviendrait à maintenir son emprise sur  la force de travail en ayant recours à une violence de nature extra-économique, semblable à celle de l’expropriation initiale.

Sandro Mezzadra (que nous avons accueilli lors de la séance du 8 décembre) a cherché à donner à  cette lecture post-opéraiste de la récursivité de la violence originaire des concepts plus rigoureux, et cela en convoquant les analyses que Paolo Virno et Etienne Balibar ont consacré à la complexité du temps historique. Il nous faudra donc suivre les transformations de ces catégories empruntées. L’idée d’une « actualité de la préhistoire » – utilisée pour penser la permanence (l’actualité) de l’accumulation originaire (la préhistoire du capital) – change radicalement de statut dans le discours post-opéraiste. Nos conclusions porteront sur le type de temporalité qui en découle.

Indications bibliographiques

Deux textes d’introduction sur l’opéraïsme:

– Turchetto, Intervention sur les opéraïsmes : émergences et trajectoires, séminaire du Groupe de recherches matérialistes (GRM) , 16 avril 2008

– « Toni Negri et la déconcertante trajectoire de l’opéraïsme italien. Empire et ses pièges », A contretemps, n. 13, septembre 2003

Sur la problématique de l’accumulation primitive:

Balibar, Sur les concepts fondamentaux du matérialisme historique, in L. Althusser et al., Lire le Capital (1965).

Carlino, « Lectures contemporaines de l’accumulation originaire et critique de l’opéraïsme idéologique« , séminaire du Groupe de recherches matérialistes (GRM), 12 janvier 2013

Ch. Marazzi, La violenza del capitalismo finanziario, in A. Fumagalli, S. Mezzadra (dir.), Crisi dell’economia globale, Ombre corte, Verona, 2009.

Mezzadra, Attualità della preistoria. Per una rilettura del capitolo 24 del primo libro del Capitale, in La condizione postcoloniale. Storia e politica nel presente globale, Ombre corte, Verona, 2008.

Combien d’histoires du travail ? Vers une théorie du capitalisme postcolonial http://revueperiode.net/combien-dhistoires-du-travail-vers-une-theorie-du-capitalisme-postcolonial/

Negri, Marx au-delà de Marx, trad. par R. Silberman, Bourgois, Paris, 1979.

Lavoro produttivo-improduttivo, in Lessico marxiano, Manifestolibri, 2008.

Sacchetto, M. Tomba (dir.), La lunga accumulazione originaria. Politica e lavoro nel mercato mondiale, Ombre corte, Verona, 2008.

Tronti, Ouvriers et capital, trad. par Y. Boutang, Bourgois, Paris, 1977.

Nous opéraistes, : le roman de formation des années soixante en Italie, trad. par M. Valensi, Éd. d’En bas & l’Éclat, Lausanne-Paris, 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *