Lundi 19 janvier 2015: exposé de Jean Quétier

Réécrire Le Capital : les différents modes d’exposition de la critique de l’économie politique

(Jean Quétier)

 

Quelques rappels : l’idée de réaliser une critique de l’économie politique occupe Marx depuis au moins 1844, mais prend la forme d’un projet quasi-exclusif à partir de 1857. Entre la rédaction des Grundrisse et sa mort en 1883, Marx n’a de cesse de réécrire un ouvrage qui ne sera jamais achevé. Nous sommes aujourd’hui confrontés à une véritable montagne de textes de différentes natures : brouillons, textes préparatoires, éditions successives du Capital, en différentes langues, réélaborées ou non par Engels. C’est cette montagne de textes qui constitue la section II de la MEGA², ce que Lucien Sève appelle « Le Capital au sens large ». La postface à la deuxième édition allemande du Capital distingue clairement investigation et exposition, Forschung et Darstellung. C’est cette distinction, nous dit Marx, qui donne à l’exposé des airs de construction a priori. La problématique de l’exposition est un enjeu méthodologique assez ancien, que l’on peut au moins faire remonter à l’Introduction de 1857, lorsque Marx invitait à ne pas confondre le concret lui-même et le concret de l’esprit. Rejetant une perspective qu’il défendait encore dans L’Idéologie allemande, Marx opérait dans l’Introduction de 57 une double distinction. Première distinction : entre la méthode des économistes du XVIIe siècle qui va du concret vers l’abstrait (du tout vivant comme la population aux relations déterminantes, abstraites et universelles comme la valeur ; sont sans doute visés les mercantilistes) et la méthode des systèmes économiques ultérieurs qui va de l’abstrait vers le concret (du simple comme le travail au complexe comme le marché mondial ; Marx pense sans doute à Smith et Ricardo). Seconde distinction, ou plutôt écueil à l’intérieur de la seconde branche : quand on va de l’abstrait au concret, il ne faut pas confondre le processus de connaissance avec le processus réel (c’est justement le piège dans lequel tombe Hegel). Double distinction qui a permis de parler d’un tournant anti-empiriste marqué par l’Introduction de 1857. Dans l’IA en revanche, il s’agissait de faire débuter la science par des présuppositions effectives empiriquement constatables. La difficulté de cette démarche anti-empiriste qui met au premier plan l’enjeu représenté par l’exposition scientifique, c’est qu’en l’occurrence nous n’avons pas un seul mais de nombreux exposés de la critique de l’économie politique de Marx. Je vais donc essayer de rendre compte du sens que prend cette réélaboration successive de l’exposition de 1857 jusqu’à la mort de Marx. Je vais examiner les changements qui affectent le plan global de l’ouvrage et Guillaume analysera quant à lui les différentes versions du chapitre sur la marchandise. L’enjeu sera pour moi d’éviter ce que je considère être les deux écueils de la lecture comparative des différentes versions de la critique de l’économie politique. Le premier consiste à ne voir dans les différentes corrections que Marx applique à son propre exposé que les étapes d’une progression vers un plus haut niveau de scientificité. Cette lecture a évidemment le défaut de présenter une forte dimension téléologique. C’est par exemple le cas de la lecture althussérienne qui voit dans l’abandon de certaines tournures réputées hégéliennes autant d’obstacles franchis par Marx. Le texte de Pierre Macherey, « À propos du processus d’exposition » in Lire Le Capital me semble symptomatique de cette démarche. Le second écueil s’appuie sur une hypothèse inverse, il consiste à prendre au mot l’idée de popularisation énoncée par Marx dans la préface à la première édition allemande et à présenter les versions successives comme une vulgarisation de Marx par lui-même. Au cours des années, Marx aurait renoncé à la précision au bénéfice d’une certaine clarté pédagogique. C’est par exemple la thèse de Hans-Georg Backhaus (Dialectique de la forme valeur). Je défendrai ici l’idée que la lecture génétique doit justement renoncer à ces deux modes de lecture et prendre au sérieux l’idée que Marx énonce dans la lettre-préface à l’édition française du Capital : il n’y a pas de voie royale pour la science, seulement des sentiers escarpés.

Étudier l’évolution du mode d’exposition du Capital, et en particulier le changement du plan d’ensemble de l’ouvrage, suppose évidemment de reconnaître que ce changement existe, et qu’il est substantiel. Maximilien Rubel, par exemple, soutient à l’inverse qu’il n’y a pas véritablement de changement de plan de la part de Marx depuis 1857 – voire, à tout prendre depuis 1844. C’est la thèse qu’il soutient dans sa Préface au tome II des Œuvres de Marx en Pléiade : Marx n’aurait pu, en raison d’un malheureux concours de circonstances, qu’achever le livre consacré au capital, mais le projet d’ensemble serait au fond resté le même. Rubel est quelque peu isolé, peu de gens défendent cette thèse. Au moins depuis Karl Kautsky qui, dans sa préface à la réédition de la Contribution en 1897, disait que le changement de plan entre la Contribution et le Capital sautait aux yeux, cette idée fait assez peu débat. Mais tout en disant cela, Kautsky n’expliquait pas pourquoi le plan de Marx avait changé entre 1859 et 1867. Attardons-nous un peu sur les éléments textuels dont nous disposons (cf. les deux versions du plan dans l’exemplier). La thèse généralement admise, à l’exclusion de Rubel, c’est qu’il y a au moins deux versions du plan de la critique de l’économie politique, la première en six livres, la seconde en quatre. On pourrait dire trois, si on prend en compte le plan en cinq parties proposé à la fin de l’Introduction de 57 (c’est-à-dire en août 57), mais qui n’a pas donné lieu à un véritable développement (dès février 58 on retrouve l’idée d’un plan en six livres). On admet donc généralement que le tournant qui fait passer du plan en six livres au plan en quatre livres a lieu vers 1863. Comme l’a montré Witali Wygodski, la lettre à Kugelmann du 28 décembre 1862 est la première à formuler l’idée d’une publication autonome du chapitre consacré au capital, mais cette publication est encore considérée comme la suite de la Contribution, comme le troisième chapitre d’une première section consacrée au capital en général. C’est à partir de 1863 que Marx aurait « tout chamboulé », d’après une indication donnée par Marx dans la lettre à Engels du 15 août 1863 et qu’il en serait venu à l’idée d’un plan en quatre livres. Notamment parce que dans cette lettre, Marx fait mention de l’histoire des doctrines économiques (= Théories sur la survaleur) comme constituant une partie à part entière de l’ouvrage, et non comme objet d’un travail ultérieur. Dès la lettre à Engels du 31 juillet 1865, il en est fait mention comme du « quatrième livre ». Ce changement de plan a fait l’objet de plusieurs interprétations. L’une des premières est celle proposée par Henryk Grossmann : en 1863, Marx aurait abandonné un plan construit autour des différentes matières à traiter pour un plan construit d’un point de vue épistémologique. L’exposition des formes empiriques que sont le capital, la propriété foncière, le travail salarié, etc. aurait fait place à l’exposition de fonctions : celles que constituent le processus de reproduction et d’accumulation du capital.

L’interprétation de Grossmann est intéressante dans la mesure où elle interroge le changement de sens dont le concept de capital fait l’objet au cours de la construction de la critique de l’économie politique par Marx. Dans le prolongement de cette problématique, je voudrais m’attarder un peu sur le concept de « capital en général », central dans le plan de 1858 (au point d’être à la fois le titre d’une section et d’un chapitre), mais qui ne réapparaît plus – en tout cas explicitement – dans la version de 1866. Je m’appuierai pour l’essentiel sur les très riches indications de Michael Heinrich. Tout d’abord, il faut signaler ici que l’un des commentateurs qui a mis le plus l’accent sur le concept de capital en général, c’est Roman Rosdolsky, dans un ouvrage qui allait constituer le premier vrai commentaire des Grundrisse. Le capital en général se conçoit en 1858 dans son articulation avec la concurrence entre les différents capitaux. L’idée est que la concurrence serait la forme d’apparition du capital en général (cf. exemplier). Contrairement à ce que Marx pouvait par exemple affirmer en 1849 dans Travail salarié et capital, où la concurrence servait notamment à expliquer le mouvement du salaire, dans les Grundrisse la concurrence ne fait que réaliser, qu’exécuter les lois du capital, elle ne les établit pas. S’il fait peu de doutes que cette articulation entre capital en général et concurrence soit centrale dans les Grundrisse, reste à savoir ce que veut dire capital en général. D’après Rosdolsky, c’est l’ensemble des propriétés communes aux capitaux singuliers, et en premier lieu la valorisation. L’analyse du capital en général comprendrait tous les moments qui jalonnent le passage du processus de production immédiat à la constitution de la forme profit. En revanche, la formation du taux de profit général en est exclue, car elle présuppose la concurrence. Le problème, comme le montre Heinrich, c’est que cela ne colle pas vraiment au plan de Marx, qui voulait achever la section non pas avec le profit mais avec l’intérêt. C’est pourquoi il paraît nécessaire de proposer une autre définition du capital en général. Cf. exemplier, le capital en général, ce ne sont pas les propriétés communes aux différents capitaux singuliers, mais bien plutôt le processus par lequel une somme de valeur devient capital. D’après Heinrich, le concept de capital en général serait en quelque sorte porteur d’une double exigence contradictoire : 1/ faire abstraction de la concurrence ; 2/ exposer toutes les déterminations qui ensuite se présenteront dans la concurrence. Une difficulté qui serait restée insoluble pour Marx, et sur laquelle achopperait notamment la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. En effet, si c’est une loi, c’est qu’elle relève du capital en général (puisque la concurrence n’établit aucune loi mais ne fait qu’exécuter les différentes lois) mais en même temps ce qui baisse c’est le taux de profit moyen, dont on a vu qu’il était exclu du capital en général… Les choses se compliquent encore dans les manuscrits de 1861-63, lorsque Marx entreprend l’analyse du capital social total et de ses deux sections (production de moyens de production/production de moyens de consommation). Marx entend exposer ce point dans le chapitre consacré au processus de circulation du capital, donc dans la section consacrée au capital en général, alors même que les formes particulières (producteur de moyens de production, producteur de moyens de consommation) sont normalement exclues de l’exposé. Même problème avec la constitution du taux de profit moyen : il en parle sans en parler, il sait que normalement cela ne va pas dans la section consacrée au capital en général, et pourtant il en parle.

La conséquence est la suivante : sans que cela soit vraiment explicité, à partir de 1863, le concept de capital en général est abandonné – il est certes encore présent dans la lettre à Kuglemann du 28 décembre 1862, mais on n’en trouve presque plus aucune occurrence ensuite – au profit de l’articulation entre capital individuel et capital social total. Sur ce point, Heinrich est en rupture avec la plupart des interprétations précédentes. Pour Wygodski, les trois livres du Capital dans leur dernière version se situeraient encore sur le plan du capital en général, mais Marx y aurait ajouté des éléments qui devaient originellement se situer dans d’autres sections. On aurait affaire à un double mouvement de recentrement et d’élargissement : Marx se serait recentré sur le capital en général et aurait ajouté, à l’intérieur de cette section, des analyses initialement destinées à d’autres livres. C’est aussi la thèse que défendra et prolongera Rosdolsky : Marx aurait renoncé à consacrer un exposé à part entière à la concurrence, au crédit et au capital par actions. Il aurait renoncé à une opposition stricte entre capital en général et concurrence, mais le concept de capital en général demeurerait central, jusque dans les versions les plus tardives du Capital. Pour défendre cette thèse, Rosdolsky s’appuie sur un partage strict, au sein du plan d’origine en six livres, entre les trois premiers livres d’une part, et les trois derniers d’autre part. Marx aurait traité des sujets initialement prévus pour les livres II et III (propriété foncière et travail salarié) dans l’exposé élargi du capital en général, mais il aurait en revanche laissé de côté le contenu des trois derniers livres (État, commerce international, marché mondial). Or, si Heinrich se positionne en rupture avec cette thèse, c’est notamment parce que le concept de capital en général n’apparaît plus du tout après 1863. D’après lui, le processus de reproduction d’ensemble et la constitution d’un taux de profit moyen exigeraient un niveau d’abstraction différent : celui du capital individuel. C’est exactement ce qui se passe avec le processus de reproduction du capital social total dans ce qui est finalement devenu le livre II du Capital. La concurrence cesse d’ailleurs d’être l’objet exclusif de l’analyse des multiples capitaux pour ne plus en constituer qu’une partie (toujours repoussée à plus tard d’ailleurs).

On en arrive à la conclusion suivante : au sens strict, il n’y a pas un mais deux projets de critique de l’économie politique, qui correspondent chacun à un mode d’exposition distinct. L’analyse de l’articulation entre capital individuel et capital social total n’est pas un simple prolongement de l’analyse du capital en général, elle ouvre à proprement parler une perspective nouvelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *