Lundi 18 mai 2015: Actualité du concept d’accumulation primitive

L’accumulation primitive post-socialiste au prisme du développement du capitalisme en Slovénie

(Ana Podvrsic)

Socialism-in-Slovenia

Les événements survenus après la chute du mur de Berlin dans les pays qui se déclaraient socialistes représentent sans doute une expérience historique unique d’un changement social, se déroulant à la fois au niveau macro et micro. Diverses études économiques, sociologiques et anthropologiques démontrent que ce changement concerne aussi bien les aspects organisationnels, institutionnels et systémiques d’une économie nationale, que les domaines de la vie quotidienne, comme par exemple la famille, le travail et le fonctionnement de la communauté locale. En effet, selon Panitch et Gindin, dont le livre The Making of Global Capitalism a reçu le prix Deutcher en 2013, la chute du mur de Berlin représente un des moments-clés du processus de l’extension progressive, quoique conflictuelle, des rapports sociaux capitalistes à l’échelle planétaire à la fin du 20e siècle.

Afin de discuter le basculement propre aux trajectoires des pays post-socialistes en Europe de l’Est et Orientale, nous procèderons en trois étapes : d’abord, il importera de problématiser la notion de transition qui, dans le cas du développement du capitalisme post-socialiste, est habituellement associée à l’économie standard et à des recettes néolibérales. Par conséquent, nous nous réapproprierons cette notion en étudiant le débat sur le changement post-socialiste, mené entre les études standard et les recherches institutionnalistes. Ensuite, considérant la transition post-socialiste en tant que transition entre deux systèmes socio-économiques qui se distinguent selon la logique sociale d’organisation de la production et de la reproduction de la vie sociale, nous élaborerons le concept d’accumulation primitive post-socialiste. Notre démarche consistera à regrouper les éléments analytiques à partir des travaux critiques qui, partant des jalons d’analyse de La prétendue « accumulation initiale » de Marx dans l’avant dernier chapitre du livre I du Capital, discutent d’une part l’émergence du capitalisme en Europe féodale et d’autre part l’extension et l’intensification de ces politiques et pratiques sociales à l’ère du capitalisme néolibéral. Si le premier débat nous permettra de préciser les enjeux de l’instauration du système capitaliste telle quelle, les conceptualisations des politiques contemporaines d’accumulation primitive nous muniront des indices sur les spécificités et les conditions propres à l’émergence récente du capitalisme post-socialiste.

Marx lui-même précise que son analyse sur le développement du capitalisme en Angleterre n’est qu’un exemple : « Son histoire [du processus d’accumulation initiale] prend des colorations différentes selon les pays et parcourt les différentes phases dans un ordre de succession différent et à des époques historiques différentes. Elle n’a de forme classique qu’en Angleterre, et c’est pour cette raison que nous prendrons ce pays comme exemple » (Marx, 1993 : 806). Ainsi, nous terminerons notre intervention en mettant en lumière les « colorations » de ce processus dans un des pays post-socialistes qui, selon l’opinion prépondérant, a réussi de se subjuguer le marché capitaliste et de maitriser ses effets destructeurs: la Slovénie. Plutôt qu’un cas post-socialiste exceptionnel de l’encastrement du marché, nous montrerons que l’Etat providence et la culture de consensus politique slovènes sont exemplaires des politiques protègeant – et non mettant en cause – la reproduction des rapports capitalistes à l’époque contemporaine et leurs intensification. Du point de vue de l’accumulation primitive post-socialiste, le soi-disant success story du capitalisme slovène tient surtout à ce que ce pays a réussi, mais seulement temporairement, à déplacer les contradictions propres au capitalisme. Par ce biais, le développement du capitalisme slovène a joué un rôle crucial dans l’intensification sociale et extension géographique de processus sous-jacent de l’intégration des sociétés issues de l’industrialisation socialiste dans le capitalisme global.

Indications bibliographiques :

Livres de base :

DURAND, C. (2009), Le capitalisme est-il indépassable ?, Textuel.

GLASSMANN, J. (2006), « Primitive accumulation, accumulation by dispossession, accumulation by ‘extra-economic means’ », Progress in Human Geography, 30(5), pp. 608-625.

Lacher, H. (1999): « Embedded Liberalism, Disembedded Markets: Reconceptualizing the Pax Americana », New Political Economy 4(3), 434-360.

MARX, K. (1993), Le Capital, Livre I, PUF.

PANITCH, L. et S. GINDIN (2012), The Making of Global Capitalism, The Political Economy of American Empire, Verso.

POLANYI, K. (2009), La grande transformation, Gallimard.

SELWYN, B. (2014), The Global Development Crisis, Polity.

Débat sur l’accumulation primitive comme processus historique :

BRENNER, R. (1977) « The Origins of Capitalist Development: A Critique of Neo-Smithian Marxism », New Left Review, 104(1), pp. 25-92.

FINE, B. (1978), « On the Origins of Capitalism », New Left Review I/179, pp. 88-95.

FRANK, A. G et E. TREVES (1976), « Sur l’accumulation qu’on appelle primitive », L’Homme et la société, 39-40, pp. 45-75.

WALLERSTEIN, I. (1974), The Modern World-System 1. Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century, Academic Press.

WOOD, A. M. (2002), The Origin of Capitalism: A Longer View, Verso.

Débat sur l’accumulation primitive comme processus transhistorique :

DE ANGELIS, M. (2001), « Marx and primitive accumulation: The continuous character of capital’s ‘enclosures’ », The Commoner, accessible sur : http://www.commoner.org.uk/02deangelis.pdf.

BRENNER, R. (2006), « What Is, and What is Not, Imperialism? », Historical Materialism, 14(4), pp. 79–105.

DURAND, C. (2012), David Harvey et ‘l’accumulation pas dépossession’, l’intervention au séminaire Les ‘pensées critiques’ contemporaines, l’EHESS, accessible sur: http://pcc.hypotheses.org/88.

HARVEY, D. (2004), « The ‘New Imperialism’: Accumulation by Dispossession », Socialist Register, 40, pp. 64-87.

Transition post-socialiste en Europe :

SAMARY, C. (2004), « Réinsérer la Serbie dans l’analyse de la transition. Rapports de propriété, État et salariat », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 35(1-2), pp. 117–156.

HOLMAN, O. (2004), « Integrating peripheral Europe : the different roads to ‘security and stability’ in Southern and Central Europe », Journal of International Relations and Development, 7, pp. 208-236.

GOWAN, P. (1999), The Global Gamble: Washington’s Faustian Bid for World Dominance, Verso.

BURAWOY, M. et K. VERDERY (dir.) (2011), Uncertain Transition: Ethnographies of Change in the Postsocialist World, Rowan&Littlefield Publishers, Inc.

APPEL, H. (2004), A new capitalist order: privatization & ideology in Russia & Eastern Europe, Series in Russian and East European Studies, University of Pittsburgh Press.

DALE, G. (dir.) (2011), First the Transition, Then the Crash: Eastern Europe in the 2000s, Pluto London Press.

WOODWARD, S. L. (1995), Socialist Unemployment: The Political Economy of Yugoslavia, 1945-1990, Princeton University Press.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *