Lundi 17 novembre 2014

Marxisme, lutte des classes et écologisme. Revenir aux pratiques

(Fabrice Flipo)

La question écologique est, à mon avis, le grand défi pour un renouveau de la pensée marxiste au seuil du XXe siècle.

Diverses tentatives ont été faites pour montrer soit que Marx avait pris en compte la question écologique dès le départ et qu’il avait été mal lu par la suite, soit qu’il pouvait être relu de manière à la prendre en compte.

La thèse le plus souvent soutenue est celle de James O’Connor, qui argue d’une « seconde contradiction » du capitalisme, entre les forces productives et les conditions de reproduction, lesquelles ont été diversement soulignées par Marx (le capitalisme épuise la terre et le travailleur, le « métabolisme » entre le travail et la terre, etc.). Mais, contrairement à ce qu’il promet dans son article inaugural, la valeur joue un rôle marginal dans son analyse. O’Connor évoque des « nouveaux mouvements sociaux » – lesquels ? Quelles sont leurs motivations ? Leur conception de la valeur ? La théorie marxienne de la valeur-travail n’est pas interrogée alors qu’elle est souvent prise à partie par des analyses jugées proches de l’écologisme (ainsi Dominique Méda, ou Moishe Postone) – à tort ou à raison ? Peut-on s’en tenir à considérer la nature comme « une richesse » qui n’aurait rien de commun avec la valeur, comme le suggère Jean-Marie Harribey ?

Dans cette intervention nous tenterons de baliser le terrain. En restant marxien, dans la méthode, c’est-à-dire en s’appuyant sur les subjectivités à l’oeuvre dans la société, contre des synthèses qui nous semblent par trop théoriques et manquant de substrat militant.

Bibliographie sur le sujet

Ariès P., Le socialisme gourmand, Paris, La Découverte, 2012.

Bello W., Deglobalization, London, Zed Books, 2002.

Benton T. (Ed), The greening of marxism, New York, Guilford Publishers, 1996.

Bookchin M., Une société à refaire – Vers une écologie de la liberté, Ecosociété, 2011.

Dumont R., Seule une écologie socialiste, Paris, Robert Laffont, 1977.

Flipo F., « La consommation est un rapport social ! » ContreTemps, 2015.

Flipo F., Nature et politique. Contribution à une anthropologie de la modernité et de la globalisation, Amsterdam, 2014.

Flipo F., Qu’est-ce que l’ « écosocialisme », ContreTemps, 17 janvier 2012. [en ligne]

Foreman D. & B. Haywood, Ecodefense – a field guide to monkeywrenching, A Nud Ludd Book, Tucson, Arizona, 1987.

Foreman D. & M. Bookchin, Quelle écologie radicale ? Ateliers de Création Libertaire, Lyon, 2000.

Foster J.B., Ecology against capitalism, New York, Monthly Review Press, 2002.

Foster J.B., Marx’s ecology – materialism and nature, New York, Monthly Review Press, 2000.

Fotopoulos T., Vers une démocratie générale, Paris, Seuil, 2002.

Harribey J.-M., La richesse, la valeur et l’inestimable, Les Liens qui Libèrent, 2013.

Kovel J., The enemy of nature : the end of capitalism or the end of the world ? Zed Books, 2007.

Michael Löwy, Écosocialisme, « Les Petits Libres », Mille et une nuits, 2011.

O’Connor J., « Capitalism, Nature, Socialism : A Theoretical Introduction », Capitalism, Nature, Socialism, Vol. 1, n°1, 1988, pp. 11-38. Reproduit dans Benton T. (Ed.), The greening of marxism, New York, Guilford Publishers, 1996, pp. 197-222.

Sachs W. & al., Greening the North : a post-industrial blueprint for ecology and equity, London, Zed Books, 1998.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *