Lundi 16 mars 2015

Merleau-Ponty et le marxisme

(Alexandre Feron)

220px-Maurice_Merleau-Ponty

Dans la préface de Signes (1960), Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) revient sur l’expérience historique des années 40 et 50 et affirme qu’elle a transformé le rapport qu’on pouvait avoir à Marx. Selon lui, il faudrait désormais lire Marx comme on lit Hegel ou Descartes, c’est-à-dire comme un philosophe classique. Mais ce que Merleau-Ponty indique par là même, c’est que, pendant longtemps, Marx était pour lui bien plus qu’un classique. C’était tout particulièrement le cas entre 1945 et 1948 lorsque le marxisme désignait pour Merleau-Ponty l’espoir d’une transformation radicale de la pratique philosophique dont le mot d’ordre était une formule du jeune Marx : on ne peut pas réaliser la philosophie sans l’abolir, on ne peut pas abolir la philosophe sans la réaliser.

En effet, dès la fin des années 30, Merleau-Ponty est en France l’un des premiers philosophes à avoir pris la mesure de l’importance du marxisme et à avoir œuvré pour l’intégrer dans le champ philosophique. La lecture du marxisme que propose Merleau-Ponty dans ses articles et ouvrages de l’après-guerre (Humanisme et terreur, Sens et non sens) insiste tout particulièrement sur l’importance de la philosophie de l’histoire. Il est notamment l’un des premiers à avoir mis en lumière le caractère non déterministe et non téléologique de l’histoire selon Marx, répétant sans cesse que ce sont les hommes qui font leur histoire, et que s’il y a bien une logique historique, il faut faire sa part à la contingence. C’est cette conception de l’histoire qu’il voit à l’œuvre chez ceux qu’il appelle les « grands praticiens du marxisme » (Lénine, Trotski), et qui, à travers des notions de « perspective stratégique », de « ligne politique », de dialectique entre l’avant-garde et les masses, révélerait ce que serait une pensée proprement politique.

Mais, à partir du début de la guerre froide, et le début d’une politique des blocs, Merleau-Ponty constate une transformation importante dans la pratique des partis et pays se réclamant du communisme. Abandonnant la dimension dialectique qui caractérisait le « marxisme classique » de Marx ou de Lénine, le « marxisme » contemporain oscillerait entre deux positions tout aussi non dialectiques, d’une part un pragmatisme incapable d’offrir une perspective révolutionnaire (communisme stalinien), et d’autre part un marxisme qui n’est plus une politique mais une posture morale (marxisme trotskyste, compagnons de route du PCF, Sartre). C’est cette transformation du marxisme qu’il raconte dans son ouvrage Les aventures de la dialectique (1955).

Bibliographie

 Merleau-Ponty, Maurice, « Note sur l’interprétation existentielle du matérialisme dialectique », dans Phénoménologie de la perception, p.199-202

– Humanisme et terreur, 1947

Sens et non sens, 1948 (en particulier l’article « Marxisme et philosophie »)

– Les aventures de la dialectique, 1955

Signes, 1960 (en particulier la préface, p.9-26)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *