Lundi 15 juin 2015: Actualité du concept d’accumulation primitive

Du capitalisme d’État au capitalisme de fonctionnaires : la trajectoire de l’accumulation en Chine populaire

(Jean-Louis Rocca)

Le “miracle” chinois est le produit d’un ensemble de phénomènes et d’actions qui sont tous en liens avec les notions d’accumulation ou d’expropriation mais dans des champs variés de la réalité sociale. Le “capitalisme” d’État qui s’impose de 1949 à 1979, a vu une classe dirigeante s’approprier l’ensemble des ressources économiques au profit d’un système d’accumulation particulier. Contrairement à ce que l’on affirme souvent ce système n’est pas antinomique à celui qui s’impose depuis les années 1990 après une courte phase transition (les années 1980). On pourrait même dire qu’il le prépare. Si la marchandisation du travail, des terres et du capital marque une rupture, les phénomènes d’expropriation et d’accumulation n’ont pas fondamentalement changé. La classe dirigeante reste à peu près la même, les expropriés (ouvriers dans les unités de travail, paysans) ne sont pas exclus mais ré-intégrés dans des processus nouveaux (nouvelle industrialisation basée sur l’exploitation du travail paysan, émergence d’une classe moyenne). Autrement dit, la violence de l’accumulation se double d’une vision globale du social.

 Jean-Louis Rocca, La mise au travail capitaliste dans la Chine des réformes, Karthala, 2006

Jean-Louis Rocca, Une sociologie de la Chine, La découverte, 2010.

Emile Frenkiel et Jean-Louis Rocca, Une Chine en mouvement, PUF, 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *