Lundi 13 octobre 2014: Notes de l’exposé de Jean Quétier

Traduire Marx : donner à lire les catégories philosophiques

Première séance de ce cycle destiné à servir de complément à la préparation de l’agrégation de philosophie. Elle a un double objectif : 1/ donner un aperçu des récents travaux réalisés par l’équipe de la GEME et 2/ montrer en quoi ces nouvelles traductions peuvent permettre de mieux saisir la composante proprement philosophique de l’œuvre de Marx, et ainsi aider les agrégatifs dans leur préparation.

 Mon intervention s’appuiera essentiellement sur la nouvelle édition des deux premiers chapitres de L’Idéologie allemande dont il faut commencer par dire quelques mots. La justification de l’entreprise éditoriale n’est, en l’occurrence, pas étrangère à l’objectif de la séance pour au moins deux raisons : 1/ la nouvelle édition de l’IA s’appuie sur un nouvel état du texte qui bouleverse considérablement la physionomie du texte à laquelle le lecteur français était jusque là habitué, il est donc important que les agrégatifs puissent en prendre connaissance et 2/ la nouvelle traduction proposée par la GEME fait apparaître un dispositif conceptuel et catégoriel parfois un peu occulté par les traductions précédentes.

 Je ne reviens pas ici en détail sur les conditions de rédaction de l’IA. Elles sont assez clairement exposées dans l’édition de Gilbert Badia et j’y reviens également dans ma préface. Il faut simplement avoir en tête que le texte n’est pas publié du vivant de Marx et Engels, à part quelques morceaux sous forme d’articles (sur le socialisme vrai et sur Bauer). On se souvient bien sûr de la formule de 1859 sur la critique rongeuse des souris, je n’y reviens pas. Engels lui-même en 1888 jugera le texte impropre à la publication. Il faut donc attendre les années 1920-1930 pour assister à un premier travail d’établissement du texte, par David Riazanov, directeur de l’Institut Marx Engels de Moscou. On ne connaît pas tous les détails du travail éditorial de Riazanov, mais on sait que cela s’est mal fini : limogé, accusé de « sabotage éditorial », Riazanov ne pourra pas terminer son projet et c’est son successeur Vladimir Adoratski qui publiera en 1932 la première version de l’IA. Dans son introduction, Adoratski explique que l’IA est, de la part de Marx et Engels, « le premier exposé systématique de la conception historico-philosophique de l’histoire du développement économique des hommes ». Les éditions ultérieures proposées par les MEW et leurs traductions françaises amélioreront un peu l’établissement du texte, mais toutes resteront plus ou moins prisonnières de cette vision des choses. L’IA serait un « exposé systématique ». Or justement, l’avancement de la recherche sur Marx a permis la publication en 2004 d’une toute nouvelle version des deux premiers chapitres du livre, qui entend rompre avec cette perspective. Car la perspective en question était celle d’une reconstruction plus que celle d’un établissement scientifique du texte. Les manuscrits avaient jusque là été ordonnés pour leur donner une unité et une cohérence. Outre quelques nouveautés, concernant notamment l’apport de Joseph Weydemeyer dans la rédaction du chapitre sur Bauer, l’édition proposée en 2004 par la MEGA (le Marx Engels Jahrbuch 2003) a l’avantage de présenter les manuscrits dans l’ordre chronologique de leur rédaction. On y découvre notamment que le chapitre sur Feuerbach « n’existe pas », qu’il est le fruit du recoupement de sept manuscrits en réalité autonomes. Il était devenu urgent que cette nouvelle version devienne accessible au public français, notamment dans le cadre de la préparation à l’agrégation. Que penser, en effet, d’une édition des Pensées de Pascal qui ne ferait pas apparaître le caractère fragmentaire de l’ouvrage ? Personne ne l’accepterait. Faire accéder Marx au rang d’auteur de la tradition philosophique supposait donc, entre autres, ce travail éditorial.

 J’en viens à présent au deuxième élément que je voulais aborder et sur lequel je m’attarderai un peu plus longuement : le dispositif conceptuel et catégoriel que fait apparaître la nouvelle traduction que nous proposons. Il s’agit notamment d’apporter des éléments de réponse à une question tout à fait récurrente : pourquoi inscrire Marx, et l’IA en particulier, au programme de l’agrégation de philosophie ? L’IA n’est-elle pas justement, par excellence, l’œuvre qui met au rebut la démarche philosophique ? Nous essayerons, avec Alix Bouffard, de vous donner quelques éléments supplémentaires sur ce point dans la prochaine séance de ce cycle. En effet, la onzième thèse sur Feuerbach affirme que ce qui importe, c’est de transformer le monde, et le premier chapitre de l’IA affirme qu’il n’existe qu’une seule science, celle de l’histoire. S’il faut dire adieu à la philosophie au moins dès 1845-1846, pourquoi avoir mis au programme d’une part le texte qui le clame le plus fort, d’autre part des textes ultérieurs ? Je souscris pour ma part à la thèse développée par Lucien Sève dans son tout dernier ouvrage (PMA 3 « La philosophie » ?) : ce n’est pas en cherchant « la philosophie » de Marx qu’on trouvera la réponse, mais bien en mettant en évidence « le philosophique » de Marx, c’est-à-dire le réseau de catégories ontologiques, gnoséologiques et pratiques qui structure l’ensemble de l’œuvre de Marx. Et précisément, je vais essayer ici de montrer que l’IA, texte d’adieu à la philosophie, est écrite « en langage philosophique ».

 Dans un premier temps, je voudrais montrer ce que l’IA doit à ce qu’elle critique, c’est-à-dire à la philosophie allemande. Je vais prendre trois exemples qui permettront de se rendre compte de l’appropriation et du détournement du vocabulaire philosophique que l’IA met en jeu. Trois exemples donc, le premier emprunté à Kant, le second à Fichte, le troisième à Hegel – quoi de plus classique ?

1) Kant – Subsumtion

En français : subsomption. Chez Kant, c’est l’activité de la faculté de juger qui consiste à placer un objet sous un concept. « Est aussi, cela dit, partie intégrante de l’utilisation d’un concept une fonction de la faculté de juger à travers laquelle un objet est subsumé sous ce concept, constituant ainsi, par conséquent, la condition au moins formelle sous laquelle quelque chose peut être donné dans l’intuition. » (Critique de la raison pure). La subsomption permet de connaître le particulier en le plaçant sous l’universel. Le terme Subsumtion est présent à de nombreuses reprises dans l’IA, pourtant il est occulté par les traductions précédentes qui emploient les termes de soumission ou de subordination. Or, quand Marx parle de la subsomption de l’individu sous la division du travail, il ne dit pas simplement que l’individu lui est soumis ou subordonné : il ajoute à la perspective de la domination l’idée que la division du travail devient la vérité de l’individu, qu’il devient lui-même un individu partiel et mutilé. On retrouvera d’ailleurs la subsomption bien plus tard dans l’œuvre de Marx : le chapitre « inédit » du Capital distinguera la subsomption formelle et la subsomption réelle du travail sous le capital. Dans la subsomption réelle, c’est justement le capital qui devient la vérité du travail.

2) Fichte – Selbstbetätigung

En français : activation de soi. Chez Marx, la Selbstbetätigung reprend et réélabore la Selbsttätigkeit fichtéenne – l’auto-activité. Chez Fichte, l’auto-activité désigne la liberté originaire du Moi qui se pose lui-même. Dans les Manuscrits de 1844, on trouvait encore côte à côte chez Marx la Selbsttätigkeit et la Selbstbetätigung, à partir de L’Idéologie allemande c’est le deuxième terme qui s’impose. Chez Marx, l’activation de soi désigne la maîtrise des conditions de sa propre activité (en premier lieu de l’activité de production, du travail). Non plus fait primordial mais véritable enjeu historique, l’activation de soi admet des degrés et même un progrès, dont le dernier stade est marqué par la révolution prolétarienne, laquelle transforme le travail en activation de soi. Là encore, l’enjeu de traduction est réel. Franck Fischbach a été le premier à attirer l’attention sur l’emploi que fait Marx de ce terme. La plupart des traductions françaises le font carrément disparaître en employant diverses expressions qui ne mettent pas en évidence le lien qui existe entre la Selbstbetätigung et l’activité productive. La traduction de Gilbert Badia propose une solution quelque peu malheureuse, « manifestation de soi », qui laisse penser qu’il s’agit pour le prolétariat d’exprimer son intériorité, alors qu’il s’agit bien plutôt pour lui de devenir le principe de sa propre activité.

3) Hegel – bürgerliche Gesellschaft

En français société civile et société civile bourgeoise. Concept central des Principes de la philosophie du droit, la bürgerliche Gesellschaft désigne chez Hegel la sphère sociale, comprise comme distincte de la sphère politique qui est celle de l’État. La bürgerliche Gesellschaft est le lieu de la satisfaction de la fin égoïste (Hegel, PPD, §183). La centralité du concept de bürgerliche Gesellschaft chez Marx n’est plus à démontrer. Toutefois, on a moins souvent remarqué qu’il y avait deux moments ou deux acceptions différentes du terme de bürgerliche Gesellschaft chez Marx lui-même (Georges Labica le mentionne, Le Statut marxiste de la philosophie), en tout cas dans l’IA. Elle désigne 1/ l’ensemble du commerce matériel qu’entretiennent les individus à l’intérieur d’un stade déterminé des forces productives – dans ce cas, elle ne vise pas spécifiquement la société bourgeoise, mais désigne plus généralement ce que nous appelons la société civile – et 2/ la forme particulière que prend la société civile sous la domination de la bourgeoisie et que Marx et Engels nomment bürgerliche Gesellschaft als solche, société civile bourgeoise en tant que telle. Alors que pour Hegel, la bürgerliche Gesellschaft comprise comme moment de la particularité s’inscrivait également dans une période historique déterminée et était, par exemple, impensable dans le cadre de la cité grecque de l’Antiquité, sphère de la « belle totalité », chez Marx, elle permet de montrer à la fois que ce qu’on appelle souvent « le social » est transhistorique (au sens où il jalonne toutes les périodes de l’histoire) sans être pour autant anhistorique (au sens où il prend toujours une forme déterminée dans les différents modes de production).

Ces trois exemples permettent de voir comment le texte de l’IA réinvestit et réélabore le vocabulaire philosophique de la philosophie allemande, vocabulaire qui constitue, il faut le rappeler, le milieu dans lequel baignait encore Marx en 1845-46. Pour terminer, et faire signe vers l’intervention de Guillaume, j’aimerais mettre en évidence la manière dont l’IA constitue en même temps le laboratoire des concepts spécifiques de Marx. Non plus cette fois une reprise à nouveaux frais de la conceptualité de la philosophie allemande, mais la construction de nouveaux concepts dans la critique de l’économie politique. On voit en effet apparaître dans l’IA des termes aussi centraux que forces productives, rapports de production ou mode de production. Mais là encore, il faut se garder de tomber dans le piège de la systématicité. A cet égard, l’IA peut être considéré comme un texte de transition, les termes apparaissent, à côté d’autres qui leur sont concurrents (on peut penser à Produktionsweise dont l’usage syntagmatique n’est pas encore définitif, en témoigne la présence du doublon Weise der Produktion – mode de production, mode de la production). On a également des termes très présents dans l’IA qui sont voués à une plus ou moins complète disparition dans les textes ultérieurs. Ainsi en est-il de la Verkehrsform, la forme de commerce au sens le plus général du terme (pas simplement le sens étroit de négoce), dont on retrouve encore quelques occurrences dans l’Introduction de 1857 avec les Verkehrsverhältnisse mais sans commune mesure avec l’IA. Une disparition qui peut se comprendre : porteuse d’une ambition plus globalisante, la Verkehrsform était toutefois moins précise que la Produktionsweise pour rendre compte de la dynamique d’une formation sociale. L’exposé de Guillaume va permettre de voir ce qui se passe ensuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *