Lundi 12 janvier 2015 : Séance d’initiation à la lecture de Marx et d’Engels

La conception de l’histoire dans le 18 Brumaire de Louis Bonaparte

(Axel Fouquet)

Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte retrace les événements politiques se déroulant entre de la Révolution de février 1848 au coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte  le 2 janvier 1851. Nous tenterons de cerner la spécificité de l’exposition qu’en fait Marx, en partant de sa position particulière face à l’histoire : Marx ne se prétend pas historien (d’autant qu’il réagit ici presque « à chaud »), ni philosophe de l’histoire, et pourtant il est important pour lui de donner une intelligibilité à l’histoire.

Dès lors, d’un point de vue général, nous essaierons préalablement d’éclairer l’approche que Marx à de l’histoire, en exposant quelques principes du matérialisme historique (qui n’est absolument pas une théorie unifiée tout au long de l’oeuvre de Marx et qui est plus souvent une reconstruction rétrospective, mais qui présente tout de même quelques constantes dans les principes et les ambitions), pour voir en quoi il se différencie d’une philosophie de l’histoire et d’une approche historienne classique (par exemple, les historiens matérialistes français).

Partant de cela, nous essaierons de montrer la spécificité de l’analyse que fait Marx du 18 Brumaire et en quoi il s’agit d’une analyse s’inscrivant dans le cadre du matérialisme historique. Car Marx essaie de montrer qu’au-delà de la vision classique faisant de cette période une rixe de partis stoppée par l’apparition d’un homme providentiel, il faut plutôt voir une évolution de la lutte des classes à travers la succession de plusieurs contradictions, notamment entre la forme politique du gouvernement et les rapports sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *