Lundi 7 octobre 2013 : [Lecture du Capital], section I, chapitre 1, sous-chapitres 1 (“Les deux facteurs de la marchandise: valeur d’usage et valeur”) et 2 (“Le double caractère du travail représenté dans les marchandises”) (Sebastian Carbonell)

 

En toute science, dit Marx dans la préface à la première édition du Capital, « c’est toujours le début qui est difficile ». Et effectivement, il donne une importance déterminante au début du livre qui sera la principale œuvre de sa vie, aboutissement de plusieurs décennies de recherches sur l’économie politique. Dans ce travail, il a accordé un soin spécial au premier chapitre, qui sera repris sans cesse jusqu’aux dernières éditions. Tout n’est certes pas donné dans ce commencement, mais il vaut avant tout en ce qu’il se propose de mettre en place des concepts exposés pour l’essentiel pour la première fois.

Marx se donne pour but d’étudier le mode de production capitaliste et les rapports de production et d’échange afférents à partir de l’exemple du capitalisme anglais de son époque dans lequel il voit sa forme la plus typique. Peut-être certains se diront aujourd’hui que ces analyses correspondent à une autre époque, dépassée par l’évolution des sociétés. Mais si, à la suite de Marx, on refuse d’accepter passivement, sans esprit critique, les reflets idéologiques du développement économique, on devient capable de comprendre scientifiquement les phénomènes les plus importants de notre temps. Et avec lui on leur criera : « de te fabula narratur. » C’est de toi qu’on parle ici !

Liens vers textes sur marxists.org:

Section I, chapitre 1, sous-chapitre 1

Section I, chapitre 1, sous-chapitre 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *