Lundi 7 avril 2014: [Lecture du Capital] Section V: “La production de la survaleur absolue et relative” (chapitres 14-16) et Section VI: “Le salaire” (chapitres 17-20) (Alexandre Feron)

 

Avec l’étude des Sections V et VI, nous achevons notre lecture de la partie centrale du Capital. En effet, partant de la conception fétichisée du capital comme de la « valeur se valorisant » (A-A’), Marx nous a fait découvrir l’arrière-boutique où se fabrique ce « plus ». Il nous a ainsi montré que toutes ces qualités que l’on prêtait au capital sont, en fait, les qualités des travailleurs. Ce n’est pas le capital mais le travailleur qui conserve la valeur ; cette mystérieuse capacité de « faire des petits » qui semblait appartenir au capital, n’est, en fin de compte, que sa capacité à extorquer du surtravail (et donc de la survaleur) aux travailleurs. Bref, le capital c’est d’abord et avant tout un rapport social de production.

Si la Section V (« La production de survaleur absolue et relative ») se présente comme une sorte d’appendice aux sections précédents, elle apporte tout de même un certain nombre d’analyses importantes – notamment en ceci qu’elle cherche à articuler les deux modes d’extraction de survaleur que Marx avait présenté séparément. Ainsi Marx analyse-t-il les effets sur le taux de survaleur et sur le prix de la force de travail de trois variables : la durée de travail, l’intensité de travail et la productivité. Marx y présente également un certain nombre de concepts importants ; par exemple, l’opposition entre travail « productif » et « improductif », ou encore la distinction entre la « subsomption formelle » et « réelle ». Ceci nous amènera à lire certains passages du « Chapitre inédit du Capital » issu des Manuscrits de 1863-1867.

Enfin, la Section VI (« Le Salaire ») constitue, d’une certaine manière, pour les sections centrales du Capital (III-V), l’équivalent de ce qu’était le passage sur le « caractère fétiche de la marchandise et son secret » pour le chapitre 1. Après avoir percé le « secret du salaire », il s’agit de remonter des rapports essentiels aux apparences (ou « formes phénoménales ») dans lesquelles ils se donnent. La « forme-salaire » est, en effet, l’une des illusions fondamentales du monde capitaliste dans la mesure où elle masque la division de la journée entre travail nécessaire et surtravail. Elle se donne comme le prix de notre travail, alors qu’elle n’est que le prix de notre force de travail.

Mais cette section VI peut également être lue comme une sorte de « manuel d’autodéfense » à l’usage des travailleurs et syndicalistes. En déconstruisant les mystifications du salaire, Marx nous donne ainsi le moyen de comprendre ce qui se joue derrière les différentes propositions patronales (individualisation des salaires, heures supplémentaires, salaires à la tâche, bonus à la performance etc), lesquelles ne sont, en fait que différentes stratégies pour augmenter le taux d’exploitation.

 

Bibliographie :

1/ Textes de Marx

Le Capital, livre I, trad. J. P. Lefebvre, Sections V et VI (disponible dans la traduction Roy sur marxists.org)

Le Chapitre VI. Manuscrits de 1863-1867, GEME, Editions sociales, 2010 (disponible sur marxists.org)

Le Capital, livre I chapitre 4, §3 « Achat et vente de la force de travail

Travail salarié et capital, 1847

Salaire, prix et profit, 1865

 

2/ Commentaires

ALTHUSSER, Louis, « Du Capital à la philosophie de Marx », dans Lire le Capital, 1965

GRANEL, Gérard, « Le concept de forme dans Das Kapital », repris dans Apolis, TER, 2009

HARVEY, David, Pour lire le Capital, chapitre 9, sections 1-2

–       Voir aussi les vidéos de son cours sur le Capital

ROSDOLSKY, Roman,  « Contribution à une appréciation critique de la théorie marxiste du salaire », dans Genèse du Capital chez Karl Marx, t1, Maspéro, p 361-398

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *