Lundi 3 février 2014: [Lecture du Capital] Section III, chapitre 7 (“Le taux de survaleur”), chapitre 8 (“La journée de travail”) et chapitre 9 (“Taux et masse de survaleur”) (Camilla Brenni)

8heures

La séance du 3 février poursuivra la lecture du Livre I du Capital en abordant les chapitres VII à IX (sur « Le taux de survaleur », « La journée de travail » et les « Taux et masse de la survaleur »).

Lors de la séance précédente sur le Capital, nous avions commencé la section III  (chapitres 5 et 6) en voyant la distinction entre procès de travail et procès de valorisation, ainsi que celle entre capital constant et capital variable. A partir de la formulation de ces concepts généraux portant sur la spécificité du procès de production capitaliste, nous aborderons, lors de cette séance, la manière dont Marx agence ces nouvelles catégories afin de comprendre l’exploitation capitaliste, d’abord au niveau purement théorique (création de survaleur et taux de survaleur), ensuite au travers d’un chapitre beaucoup plus historique et empirique (« la journée de travail »).

Ces chapitres permettent de clore l’analyse de Marx concernant le processus de formation de survaleur absolue et la manière dont celle-ci est ignorée par l’économie politique classique. Suite à l’élucidation du « secret » qu’incarne la valorisation du capital  – synonyme de l’exploitation de l’ouvrier par le capitaliste – on aboutira surtout à l’idée d’une contradiction inhérente au capitalisme entre travail et capital. D’autant plus que cette contradiction apparaît dans le chapitre VIII par la mise en perspective des conséquences bien plus « concrètes » de l’extraction de survaleur sur la journée de travail, des conditions dans lesquelles celle-ci s’accomplit et de la vie des travailleurs plus généralement. Il s’agira ici de voir comment la théorie de la valeur permet d’éclairer des processus historiques qui eux ne sont pas réductibles à de la pure théorie d’économie politique. Ainsi avec le chapitre sur la journée de travail nous verrons entrer sur  la scène du Capital la lutte des classes (leurs formations/alliances/intérêts conflictuels). Nous suivrons donc les analyses politiques, historiques et parfois même humanistes au cœur d’un chapitre qui introduit une réflexion sur les « classes », l’ « état », ou le « droit ».

Enfin, nous essayerons de nous pencher sur les notions de temps et de la discipline imposé par celui-ci, ce qui ouvre sur la portée et les influences de ces chapitres du point de vue de certains textes plus tardifs et héritiers de Marx.

Exemplier (chapitres 7-9)

– notes de l’exposé (à venir)

Bibliographie

Marx, Le Capital, livre I, section III, chapitres 7-9 (ou chapitres 9-11 de la version française disponible sur marxists.org)

M. Foucault, Surveiller et Punir, Gallimard, 1975

E. P Thompson, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, La Fabrique éditions, 2004; Ou sur internet en anglais ici : http://www.tems.umn.edu/pdf/EPThompson-PastPresent.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *