Lundi 28 octobre 2013: notes de l’exposé de Guillaume Fondu

Le caractère fétiche de la marchandise et son secret

 

Précaution liminaire. Attention au fétichisme du chapitre. Dans le cadre du séminaire, choix de le traiter à part et avant même que l’on ait vu un peu plus la genèse de la forme-monnaie, alors que place du texte dans le Livre I détermine sa compréhension ainsi, rétrospectivement, que celle de la première section, « Marchandise et monnaie », qui nous occupe ici.

Point de départ du texte : faire retour sur les analyses précédentes pour expliquer leur complexité. Retour sur point de départ et paradoxe de l’analyse de la marchandise : une chose simple présente en fait une complexité très grande. L’analyse ici, n’a pas joué son rôle. Décomposer l’analyse en ses composants a complexifié la question.
D’où vient cette complexité ? Qu’est-ce qui expliquela nécessité de toutes les anayses proposées jusque là par Marx ?

Deux pistes tout d’abord :
⁃    Gebrauchswert. Valeur d’usage. Rapport qualitatif purement individuel, consommation.
⁃    Wertbestimmung. Détermination de la valeur. Problème purement quantitatif.
Marchandise fait ici face à un sujet individuel qui l’appréhende de l’extérieur.

Problème : Warenform. La forme-marchandise elle-même. Non pas ce qu’elle recèle, à savoir une valeur d’usage et une valeur. Mais la manière qu’elle a de le manifester.

Description de la complexité. Qu’est-ce qui se passe avec la forme-marchandise ?

Forme valeur produit une triple métamorphose :

Identité des travaux humains devient une objectivité de valeur identique des produits du travail.
Durée devient une grandeur de valeur.
Rapports des producteurs entre eux devient rapport social des produits du travail.

Deux lectures possibles, qui forment deux possibilités d’accentuation :
⁃    Une activité (travail, temps, production) se fige dans une objectivité inerte (objectivité, grandeur, produits). Vers Lukacs, Sartre etc.
⁃    Un rapport social prend une forme substantiel, va s’incarner dans les choses. Althusser et la suite.

En gros, couple activité/passivité et couple social/individuel. Pas contradictoires attention, mais forme encore une fois des possibilités d’accentuation et peut aller jusqu’à déterminer deux mouvements antagonismes :
⁃    Althusser : de la structure (sociale) aux sujets (individuels)
⁃    Lukacs, Sartre etc. : des sujets (actifs) à la structure (inerte).

M’intéresse moi la constitution épistémologique, par le biais du fétichisme, d’un monde objectif semblable au monde de la physique.
Triple « chosification » de l’espace social : communauté objective permet mesure et rapport purement abstrait entre marchandises. Genèse d’un espace de commensurabilité abstrait entre marchandises. Bref, le monde social humain n’acquiert d’unité qu’en tant qu’il est doté d’une consistance objective qui le rend explicable par le biais d’une physique des marchés.
Unité abstraite d’où Mesure d’où possibilité d’un Rapport abstrait et en droit. Appartenance des marchandises à un monde commun, leur subsomption sous un concept unique permet de les mettre en rapport les unes avec les autres en tant qu’elles sont des « individus »-marchandises. Va donner l’illusion d’une socialisation par après des marchandises. D’abord produit d’un travail individuel puis social.

Marchandise est une « chose sociale ». Paradoxe qui s’incarnera, on le verra, dans la monnaie. C’est pourquoi il est possible d’en fournir une déduction logique à partir de l’analyse de la notion de marchandise, on y reviendra.
Marx ici au carrefour de deux influences, celle de Hegel et celle de Feuerbach. Méthodologie hégélienne appliqué à un problème qui est celui de Feuerbach.

⁃    Méthodologie hégelienne : dériver phénomènes d’une contradiction première inscrite au cœur de ce qu’on prenait pour une réalité simple et immédiate. Versant « historique » de Marx, voire historicisant, puisque l’analyse de la contradiction permet de pointer le caractère transitoire des réalités étudiées. Histoire = contradiction. Et l’historicisme, qui pointe ce caractère transitoire, ne peut être fondé que sur cette contradiction première. Histoire n’est pas la nature, l’éternité en moins. Spécificité de la méthode logé dans celle de son objet et non simplement dans son ancrage spatio-temporel.
⁃    Problème feuerbachien : l’aliénation. Deux manières de lire l’aliénation, une célèbre et une autre que l’on connaît moins.
⁃    Premier schéma : Un sujet produit un objet dont il finit par faire le Sujet véritable et se poser comme son objet. Inversion, projection de soi à l’état sublimé dans l’objet et dévalorisation de soi en retour. Cf. Manuscrits de 1844. Formulation commode, c’est-à-dire en termes courants (sujet, objet, projection et inversion) d’une intuition plus profonde de Feuerbach.
⁃    Second schéma : Des individus humains projettent la communauté inhérente à leur nature dans un concept abstrait qui vient les subsumer du dehors. Le concept d’homme prend une figure extérieure et abstraite là où il ne signifiait que l’ensemble des relations effectives entre les hommes. Cf. Principes de la philosophie de l’avenir in Manifestes philosophiques. L’humanité effective devient l’Homme abstrait. Retour là-dessus si besoin.
Pourquoi mélange ici ?
⁃    Socialisation aliénée. Mais inscrite dans une anthropologie de la production toute autre que celle de Feuerbach.
⁃    Mais socialisation qui se fait tout de même, et dont la contradiction est une contradiction réelle et porteuse d’histoire. Aliénation prend un caractère dynamique.
Parenthèse marxologique. Changement de perspective très net pour Marx, des Manuscrits de 1844 à L’idéologie allemande. Paradigme de la création (sujet-objet) et paradigme de la (re)production. Althusser a (en partie) raison là-dessus.

Description du phénomène une fois achevée, passons à son explication.

Cf. p.83. « Caractère social propre du travail qui produit les marchandises ».
Problème : une socialisation paradoxale. Rapports des producteurs à leurs produits, entre eux, et à la société qu’ils forment (ou plutôt qu’ils ne forment justement pas).
Socialisation se fait au niveau des produits et non du travail.
Point économique :
⁃    Socialisation ex ante. En gros, planification. On pense d’abord en termes sociaux, on produit ensuite.
⁃    Socialisation ex post. On produit d’abord chacun dans son coin, le marché assure socialisation ensuite.
Le problème réside dans cette socialisation ex post, dans laquelle la communauté ne préexiste pas à l’échange, elle-même explicable par le caractère privé de la production marchande.

Fétichisme : donne consistance au monde social mais c’est une consistance extrêmement fragile. Monde qui fonctionne (contrairement à ce qui serait une erreur ou même une illusion) à l’échange.
Une fois de plus, problème de la consistance et de la réalité du monde marchand. Au nom de quoi peut-on dénoncer à la fois l’objectivité et la fragilité de ce monde ?
Cf. P.87. Catégories de l’économie politique sont valides mais d’une validité sociale…

Monde marchand achevé est contradictoire dans la mesure où les producteurs sont à la fois inscrits dans une communauté qui leur préexiste, comme en témoigne la division du travail, et des individus singuliers qui n’entrent en contact qu’à travers l’échange.
A faire : étude de la façon dont se présente cette présence-absence de la communauté au sein même du monde marchand. Par exemple sous la forme de la contrainte à la productivité.
De fait, communauté résiste parfois. Cf. Polanyi, La grande transformation. Réinscription des analyses de Marx dans l’histoire : marché vient dissoudre communautés préexistantes et soulèvent leurs résistances.

C’est seulement de cela, à savoir l’étude d’un système social que naît le travail aliéné où le producteur produit pour un autre que soi. Inverse en un sens des Manuscrits de 1844 qui témoigne le changement de paradigme qui est celui de Marx.

Pour faire comprendre cette spécificité du monde marchand, dans lequel l’individu existe antérieurement à son inscription dans une communauté qui ne peut se faire que par le biais du produit de son travail puisqu’elle est elle-même communauté abstraite et objective, analyse comparée.

Historicisation des rapports marchands par une analyse comparée

Parenthèse. Intérêt de la typologie ici présentée par Marx. N’est pas superposable au schéma de développement du matérialisme historique simplifié et de ses stades. Communisme primitif – Esclavagisme -Féodalité – Monde bourgeois – Communisme.
Typologie dont certaines formes sont abstraites (Robinson), d’autres historiques (Féodalité), d’autres encore sont présentes au sein même de la société capitaliste (Famille). D’ailleurs, frontières poreuses.

⁃    Robinson. Sujet ne pose pas problème puisque identité Individu / Communauté.
⁃    Moyen-âge. Dépendance généralisée mais dépendance personnelle. « Rapports immédiats de domination et de servitude ». Société d’ordre.
⁃    Production domestique. « Travail immédiatement socialisé ». Répartition naturelle. Pas très différent du Moyen-âge puisque c’est l’identité des individus qui les inscrit toujours déjà dans un ordre social qui leur assigne leur place.
⁃    Verein. Association d’hommes libres. But, retour à Robinson mais social. Problème : celui de l’instution. Construire un sujet social. Ni inscription d’un sujet dans un monde qui lui préexiste, ni abstraction du sujet hors du monde social pour recomposer celui-ci par après.

Forme-marchandise inexistante dans tous ces cas. Déchue de sa naturalité. Après insistance sur son caractère contradictoire, manifestation de son caractère historique. 2 versants de l’historicisation anti-fétichiste. Démontrer contradiction // Pointer historicité de fait. Car en tant que telle, historicité n’est pas problème puisque peut être lue comme la recherche ar la société de sa naturalité véritable, enfin retrouvée dans le marché. Cf. A. Smith par exemple. Marché moderne retrouve l’échange originel après les tribulations du monde féodal etc.

Économie vulgaire et économie classique

Fétichisme inhérent aux deux écoles.
Mais deux écueils différents :
⁃    Formalisme de l’économie vulgaire. S’arrête à valeur d’échange. Forme phénoménale de la valeur. Relations apparentes. Forme sans contenu.
⁃    Substantialisme de l’économie classique. Prend en compte la valeur et son contenu mais en le coupant de sa forme sociale d’apparition.
But de Marx : étudier le couple Contenu – Forme.

Économie classique plus riche que économie vulgaire mais a refusé de prendre en compte la forme sociale de la marchandise, soit ce qui lui est historiquement spécifique, en tant qu’elle manifeste le rapport social (et non pas le simple problème technique de la productivité) qu’elle dissimule.

Classiques sont bien allé au-delà du relatif mais vers le technique et non vers le social. D’où méconnaissance de l’histoire, mais également, on le verra, du mouvement historique analysé à travers une autre forme de fétichisme, le fétichisme du capital.

 

Biblio.
Feuerbach, Manifestes philosophiques (pour comprendre notamment la teneur des débats au sein de l’idéalisme allemand, très bon site pour appréhender l’ensemble. Débat avec Hegel, avec Schelling, avec Stirner).Marx, Le Capital III. Chapitres 21 (Le capital porteur d’intérêt) et 48 (la formule trinitaire). Pour un élargissement de la problématique du fétichisme au problème du revenu.
Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx
Balibar, La philosophie de Marx
Bettelheim, Calcul économique et formes de propriété

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *