Lundi 28 avril 2014 : Le marxisme analytique (Samuel Webb)

 img_9739-620x350

Que peut-on faire de Marx avec les méthodes philosophiques contemporaines ?

C’est, en un certain sens, la question que pose le « marxisme analytique », courant de pensée anglo-américain peu connu en France.  Son but : débarrasser le marxisme de son « bullshit » (de ses « foutaises »), c’est-à-dire, pour le reformuler de manière plus claire et rigoureuse, de le débarrasser de ses idées confuses ou dogmatiques.  Il s’agirait notamment, à la suite d’Althusser, de dé-dialectiser et dé-hégélienniser Marx. Ce qui réunit ces auteurs n’est donc pas tant un accord théorique ou politique qu’un souci de méthode : appliquer à l’œuvre de Marx les nouvelles méthodes de la philosophie analytique pour compléter (voire corriger) sa pensée. Ainsi, il s’agit de mettre à l’épreuve certains des thèmes classiques du marxisme : la transformation historique, la critique de l’économie capitaliste, les rapports de classe, etc. Cependant on se demandera: jusqu’à quel point peut-on recomposer les concepts centraux de Marx tout en continuant à se réclamer de lui ?  S’agit-il une innovation qui revigore le marxisme ou perd-on par là ce qui constituait sa force?

Le « Groupe de septembre » (comme ils se sont appelés) s’est constitué à la fin des années 1970, suite à la publication du livre de G.A. Cohen Karl Marx’s Theory of History : A Defence (1978), et il réunit des chercheurs de divers branches des sciences humaines et sociales. Notre exposé portera d’abord sur les traits généraux du mouvement et ensuite sur les apports de ses principales figures : G.A. Cohen (sur la théorie de l’histoire), John Roemer (sur la théorie économique), E.O. Wright (sur les classes sociales), et Jon Elster (qui réinterprète le marxisme à partir de la théorie du choix rationnel individuel).  L’accent sera mis sur leur recherche de précision et de cohérence conceptuelle. Par exemple, Cohen reformule la conception marxiste de l’histoire en une série de thèses (chacune analysable pour elle-même) qui rendraient possible une explication déterminée et fonctionnelle du passage d’un mode de production à un autre. En revanche, l’idée de « contradiction dialectique », considérée comme de la « foutaise », disparaît.  Quant à Roemer, il reconstruit une théorie de l’exploitation en s’appuyant sur la théorie des jeux et la théorie de l’équilibre général néoclassique, mais laisse de côté la théorie de la valeur-travail et la baisse tendancielle du taux de profit.  La pluralité des sources de valeur impliquent une complexification des formes d’exploitation. Dans le même sens, chez Wright, il y a une pluralité de positions de classe « contradictoires »: une classe peut donc être à la fois exploitée et exploitante (par ex: les cadres).

Il s’agira pour nous d’examiner l’originalité et la fécondité des ces approches, ainsi que leurs limites. En effet, les marxistes analytiques se sont progressivement éloignés de positions marxiennes, allant parfois jusqu’à les réfuter (souvent de leur propre aveu).  Le nouveau marxisme intégral « sans foutaises » n’a donc toujours pas vu le jour. Nous discuterons notamment l’idée de Fabien Tarrit qui, dans son ouvrage récent Le marxisme analytique. Un introduction critique (Syllepse, 2014), affirme que cet « échec » ne tient, ni à l’œuvre de Marx, ni au projet de mettre en rapport ces deux traditions, mais aux faiblesses d’une approche qui laisse de côté la cohérence méthodologique du marxisme. Quelle association entre marxisme et philosophie analytique serait plus productive ?

Enfin, nous interrogerons une autre problématique, particulièrement chère au marxisme analytique tardif : le rapport entre critique du capitalisme et théorie de la justice.  La pensée de Marx est-elle une exigence de justice sociale ou est-elle plutôt un critique du concept ?  Pourquoi les marxistes analytiques s’y sont-ils intéressés ? Et quels sont les enjeux d’une réponse à cette question pour la théorie et la pratique marxiste en général ?

Bibliographie (très) partielle

En français :

Fabien  Tarrit (2014), Le Marxisme analytique : Une introduction critique http://www.syllepse.net/syllepse_images/divers/fiche-tarrit.pdf, http://www.contretemps.eu/print/lectures/lire-extrait-marxisme-analytique-introduction-critique

Fabien Tarrit,  « Un étrange marxisme : Essai de délimitation des contours du marxisme analytique »  http://actuelmarx.u-paris10.fr/m4tarrit.htm

Fabien Tarrit, (2006) « Le marxisme analytique américain, un oxymore ? », Fondations n°1 – mars 2006, http://www.gabrielperi.fr/Le-marxisme-analytique-americain

Actuel Marx, N°7, Premier semestre 1990 : LE MARXISME ANALYTIQUE ANGLO-SAXON

En Anglais (disponible en ligne)

E.O. WRIGHT (1994),  « What is Analytical Marxism ? » in Interrogating Inequality : Essays on Class Analysis, Socialism and Marxism, Londres, Verso. http://www.ssc.wisc.edu/~wright/Published%20writing/IE-C8.pdf

Michael A. LEBOWITZ (1988), « Is ‘Analytical Marxism’ Marxism ? », Science & Society, Vol. 52, No. 2 (Summer, 1988), pp. 191-214 http://www.sscnet.ucla.edu/polisci/faculty/chwe/austen/lebowitz1988.pdf

Allen WOOD (1972), « The Marxian Critique of Justice »,   http://philosophyfaculty.ucsd.edu/faculty/rarneson/courses/AllenWoodTHEMARXIANCRITIQUEOFJUSTICE.pdf

Allen E. BUCHANAN,  « Marx, Morality, and History : An Assessment of Recent Analytical Work on Marxism », Ethics, Vol. 98 No. 1, http://www.angelfire.com/psy/freekdehaan/0-150-2.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *