Lundi 26 mai 2014: [Le marxisme face au monde contemporain] La place de la Chine dans le capitalisme contemporain: le débat marxiste (Alexandre Feron)

Chine - Grande porte ouverte - ZES (1987)

Sun Yi, « Zones économiques spéciales – la grande porte ouverte de la Chine » (1987)

L’objet de cette séance est de présenter certaines analyses marxistes de la Chine contemporaine ainsi que les débats qu’elles ont suscités. Notre séance s’organisera autour de quatre grandes questions.

Tout d’abord, nous aborderons la question de la « nature » de la Chine. L’enjeu principal du débat étant de déterminer si l’on peut la caractériser comme « capitaliste ». S’il est, en général, admis que le mode de production n’est pas « communiste », certains auteurs défendent cependant l’idée que la Chine ne serait pas pleinement capitaliste: « économie socialiste de marché » pour certains, « accumulation smithienne sans dépossession » pour d’autres (Arrighi). A l’inverse, d’autres affirment qu’on ne peut comprendre la réalité présente de la Chine qu’à travers le concept de capitalisme (Gaulard, Harvey). Mais ici encore plusieurs modèles sont proposés : « capitalisme autoritaire », « capitalisme d’Etat », « capitalisme bureaucratique » (Au Loong Yu), « voie chinoise » (Aglietta), « néolibéralisme » (Harvey, Wang Hui).

La deuxième question qui nous semble importante concerne le développement de la puissance chinoise dans le monde. Tout d’abord, la Chine est-elle une puissance impérialiste ? Ensuite, il s’agit de savoir si elle va devenir, au XXIe siècle, la puissance impérialiste dominante et quelle forme prendrait ce nouvel ordre mondial. Verra-t-on ressurgir les conflits inter-impérialistes, notamment avec les Etats-Unis ? Ou bien, est-ce que le « consensus de Pekin », par différence avec le « consensus de Washington », sera une forme d’ultra-impérialisme sachant sagement gérer les divergences entre les puissances (Aglietta, Arrighi) ?

La troisième question que nous aimerions aborder est directement liée à celle qui précède et concerne l’avenir de l’économie chinoise. Dans quelle mesure son développement est-il tenable ? Est-ce qu’elle peut gérer ses contradictions ? La plupart des analystes reconnaissent la grande instabilité du développement actuel et la perspective de crises : crise financière, crise immobilière, crise écologique, crise sociale. Cependant, si certains pensent possible la constitution d’un « régime de croissance » permettant le développement durable de la Chine (Aglietta), d’autres affirment l’imminence d’une crise (Gaulard, Minqui Li).

Enfin, la dernière question que nous voulons évoquer est celle de la « lutte des classes » dans la Chine contemporaine. En effet, si la première décennie de réformes a plutôt été bien accueillie et peut être caractérisée comme une période de « réformes sans perdants » (Aglietta), à partir de la fin des années 80, les contradictions apparaissent. Le mouvement du printemps 1989, qui voit une jonction entre étudiants et ouvriers, est une expression immédiate de ces difficultés. La répression sanglante a ensuite ouvert la voie à une poursuite des réformes. Celles-ci touchent désormais brutalement la société : privatisations, appropriation de biens communs, corruption, licenciements massifs, accroissement des inégalités, sort des travailleurs migrants etc. Mais, ce n’est que dans les années 2000 que les luttes sociales reprennent de l’ampleur : que ce soit par les luttes autour de conflits du travail, contre la privatisation de biens publics ou d’entreprises, ou encore sur des questions écologiques, la Chine constitue aujourd’hui l’un des lieux importants de résistance au capitalisme à l’échelle mondiale.

– notes de l’exposé (à venir)

Bibliographie

AGLIETTA, Michel & BAI, Guo, La voie chinoise. Capitalisme et empire, Odile Jacob, 2012

ANDREAS, Joel, « Expropriation of Workers and Capitalist Transformation in China« , dans China Left Review, n°4, 2011

ANGELOFF, Tania, Histoire de la société chinoise. 1949-2009, « Repères », La Découverte, 2010

ARRIGHI, Giovanni, Adam Smith à Pekin, 2007 (trad. fr 2009). Pour des critiques, on peut regarder les interventions de Joel Andreas et David Harvey au colloque organisé à la sortie de l’ouvrage

ASTARIAN, Bruno, Luttes de classes dans la Chine des réformes (1978-2009), Acratie, 2009

AU Loong Yu, La Chine : un capitalisme bureaucratique. Forces et faiblesses, Syllepse, 2013

GAULARD, Mylène, Karl Marx à Pékin. Les racines de la crise en Chine capitaliste, Démopolis, mai 2014

GINDIN, Sam, & PANITCH, Léo, The Making of Global Capitalism, Verso, 2012

HARVEY, David, Brève histoire du néolibéralisme, 2005 (trad. fr 2014), chapitre 4 « Un néolibéralisme ‘à caractéristiques chinoises' »

LEMOINE, Françoise, L’économie de la Chine, « Repères », La Découverte, 2006

LI, Minqui, The Rise of China and the Demise of the Capitalist World-Economy, Pluto Press, 2008

The Rise of the Working Class and the Future of the Chinese Revolution, dans Monthly Review, vol 63, n°2, juin 2011

ROCCA, Jean-Louis, Une sociologie de la Chine, « Repères », La Découverte, 2010

WANG HUI, The End of Revolution. Chine and the Limits of Modernity, Verso, 2009

ZHANG Shuangli, « Les courants anticapitalistes en Chine. Le point de vue d’une philosophe« 

Revues:

« La Chine et l’ordre du monde »,  Agone, n°52, 2013 [articles paru dans la New Left Review] notamment:

– « Le majordome de l’Amérique? Le dilemme de la République populaire de Chine dans la crise mondiale » (Hung Ho-Fung)

– « Dialogue sur l’avenir de la Chine » (avec Wang Chaohuo, Wang Dan et Minqui Li)

– « La structure sociale vacillante de la Chine » (He Qinglian)

– « L’incendie à la porte du château » (entretien avec Wang Hui)

« Où va la Chine ? », Actuel Marx, n°22, 1997

Perspectives chinoises (revue trimestrielle interdisciplinaire, publiée par le CEFC)

Quelques sites:

China Study Group qui publie une revue: China Left Review

China Labour Watch

China Labour Bulletin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *