Lundi 21 octobre 2013 : « Paul Nizan, militant communiste et philosophe révolutionnaire » (Cécile Debrand)

portrait-nizan1

« Si nous trahissons la bourgeoisie pour les hommes, ne rougissons pas d’avouer que nous sommes des traîtres », écrivait Paul Nizan (1905-1940) dans Les Chiens de garde. Conçu comme une pratique politique, le geste philosophique de Nizan sera conçu comme un acte révolutionnaire de trahison de classe, « lutte des classes dans la théorie », pour reprendre les mots d’Althusser, qui sera un instrument au service de l’action militante révolutionnaire. Trahison de classe donc, au sens où il s’agit de trahir la bourgeoisie et d’en finir avec la domination de la classe intellectuelle, en retournant contre les intellectuel-le-s leurs propres armes.

Et de fait, à sa mort, l’on fera de Nizan un traître : traître au Parti pour l’avoir quitté au moment du pacte germano-soviétique, Nizan sera excommunié par ses camarades qui néantiseront son engagement révolutionnaire et l’authenticité communiste de sa production ; traître à la philosophie, pour l’avoir sacrifiée sur l’autel de l’engagement militant, Nizan sera renié par les intellectuel-le-s qui verront en lui un propagandiste stalinien.

Nous nous proposons de déconstruire cette idéologie de la trahison, pour essayer de comprendre comment s’est construit le marxisme nizanien, et comment Nizan est devenu militant communiste et philosophe révolutionnaire. Il s’agira, à partir des contradictions sociologiques et existentielles qui déchirent Nizan à son entrée à l’ENS, de comprendre comment émerge une pratique philosophique marxiste singulière, conçue comme une critique au service des armes, comme un instrument aux mains d’un engagement politique radical et inflexible. Il s’agira de voir comment le marxisme nizanien renverse la philosophie et remet en question les lignes de partage qui délimitent le champ supposément proprement philosophique, pour promouvoir une pratique de la philosophie politique qui soit radicalement politisée et subordonnée au concret, à l’action pratique, historiquement et existentiellement située.

Notes de l’exposé

Bibliographie sommaire :

Aden Arabie, 1931

Les Chiens de garde, 1932

Antoine Bloyé, 1933

Les matérialistes de l’Antiquité, 1936

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *