Lundi 2 décembre 2013 : La catégorie de “travail vivant” dans la pensée de Marx. Présentation de l’ouvrage Marx and Living Labour (Laurent Baronian)

 

Dès ses premiers travaux économiques, Marx conçoit chaque société comme ensemble d’activités à travers lesquelles elle se reproduit et la caractérise d’après la manière dont elle organise la répartition et l’échange de ces activités. C’est pourquoi il confère un rôle central à la catégorie de travail vivant dans son analyse de la société capitaliste. Cette catégorie conditionne en effet les catégories originales exposées dans Le Capital, autant qu’elle inspire toute la critique de l’économie politique. C’est que l’économie politique, des mercantilistes aux néoclassiques, appréhende le travail essentiellement comme travail objectivé, ou ce qui est la même chose, comme prix du travail, et considère l’échange des produits du travail comme seule et unique forme d’échange de travail social. L’activité vivante de production a contrario, l’économie politique s’en fait une représentation purement négative, comme peine, sacrifice, ou désutilité nécessaire à la réalisation de l’objet du besoin individuel. Pour Marx, dans la mesure où le travail créateur de valeur représente une forme spécifique d’échanger du travail vivant, le travail général et abstrait ne définit plus seulement la substance ou l’unité de mesure de la valeur de la marchandise ou du capital comme chez Smith et Ricardo, mais doit se concevoir avant tout comme une dépense de force de travail, de nerfs, de muscles, de cerveau, etc. D’où le double caractère du travail, son caractère vivant relevant à la fois du travail concret, créateur de valeur d’usage, et du travail humain en général, producteur de valeur d’échange. Marx considère en effet ce double caractère, qu’il pose avec tant d’insistance, comme son apport principal à la science économique.

 

Indications bibliographiques:

–        Capital, Livre III, tome I, chap. 20,

–        Contribution à une critique de l’économie politique (fragment à la version primitive), chap. 3, pp. 249-55

–        Capital, Livre III, tome I, chap. 9, pp. 171-79

–        Capital, Livre I (1983), chap. 23, pp. 719-24

–        Capital, Livre II, tome I, chap. 4, pp. 93-102

–        Capital, Livre III, tome I, chap. 15, pp. 259-63

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *