Lundi 17 mars 2014: [Lecture du Capital] Section IV, chapitre 13: “La machinerie et la grande industrie” (Juan Sebastian Carbonell)

Lors de la séance précédente de lecture du Capital, nous avons étudié les premiers chapitres de la quatrième section du Livre I consacrée à la production de la survaleur relative. Lors de cette séance, nous étudierons, dans la suite logique de Marx, l’émergence de la machinerie, les effets qu’elle produit chez l’ouvrier et le système des fabriques.

 Marx ne s’étonne pas, comme Stuart Mill, qu’au lieu d’alléger la charge de travail, la machinerie a tendance à l’alourdir. Rien d’étonnant pour lui, car elle est avant tout un moyen de produire de la survaleur :c’est même là sa fonction primordiale. On verra dans ce long chapitre que cette économie des moyens sociaux de production deviennent, avec le système des fabriques, dans les mains du capitaliste, un pillage systématique des conditions de vie de l’ouvrier, de l’espace, de l’air, de la lumière, des moyens de protection personnels, la santé, etc. Pillage qui fera que Charles Fourier qualifiera les usines de rien d’autre que de « bagnes mitigés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *