Lundi 13 janvier 2014: [Lecture du Capital] Section III, chapitre 5 (“Procès de travail et procès de valorisation”) et chapitre 6 (“Capital constant et capital variable”) (Victor Gysembergh & Alexandre Feron)

Lors de l’analyse de la section II (chapitre 4) du Capital (séance du 9 décembre 2013), nous avons vu la nécessité qu’il y avait, pour comprendre le mouvement du capital de manière non fétichisée, de quitter la sphère marchande, « cette sphère bruyante, ce séjour en surface accessible à tous les regards, en compagnie du possesseur d’argent et du possesseur de force de travail, pour les suivre tous deux dans l’antre secret de la production » (Le Capital, p 197).

C’est donc à l’analyse de ce « procès de production immédiat » que sont consacrées les sections III-VI (chapitres 5-20). Les chapitres 5 (« Procès de travail et procès de valorisation ») et 6 (« Capital constant et capital variable »), dont nous parlerons lundi, constituent une première analyse générale de la production capitaliste. Ainsi, ces chapitres font figure de « second commencement » du Capital selon l’expression de Karl Korsch, qui proposait au lecteur non exercé de commercer par cette section.

En effet, pour comprendre la forme particulière que prend le travail et la production dans le capitalisme, Marx commence (chapitre 5, §1) par présenter les catégories générales et transhistoriques (« travail », « objet de travail », « moyen de travail », « moyen de production » etc) permettant d’analyser le travail quelque soit le mode de production. Ce n’est qu’ensuite (chapitre 5, §2)  qu’il essaie de montrer la spécificité de ce procès de travail dans sa forme capitaliste : il s’agit non seulement d’un « procès de formation de valeur » (production de marchandises), mais aussi d’un « procès de valorisation » (création de survaleur). Cette analyse débouche, dans le chapitre 6, sur la mise en lumière des deux formes que prennent les capitaux investis dans le procès de production, à savoir d’une part le « capital constant » (la part du capital qui sert à l’achat des moyens de production) et d’autre part le « capital variable » (la part du capital qui utilisée pour l’embauche de la force de travail).

Marx peut ainsi dévoiler le « secret » de l’exploitation capitaliste. En fait, les travailleurs sont exploités à trois niveaux. Tout d’abord, on sait bien qu’ils produisent plus de valeur qu’ils ne coutent et que les capitalistes s’approprient cette survaleur. Mais, ce qu’on voit moins souvent c’est que, d’une part, ce sont eux qui assurent le transfert de la valeur des moyens de production dans le produit final (assurant ainsi la reproduction du capital constant), et que, d’autre part, ce sont eux qui créent la valeur que les capitalistes s’approprient pour ensuite les payer. Mais, cette extrême exploitation est aussi leur force, puisque l’ensemble du système de production capitaliste repose sur eux. C’est donc moins un destin de « classe universelle » que la place centrale qu’il occupe dans le procès de production capitaliste qui donne au prolétariat sa dimension révolutionnaire.

exemplier (chapitres 5-6)

– Notes de l’exposé (à venir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *